Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 20:37

     Ma FN M90 est équipée d'une Magdyno Bosch, pour ceux qui ne le savent pas une "Magdyno" est un composant qui comprend dans un seul bloc une magnéto et une dynamo reliées par un train d'engrenages. La magnéto assure la génération de l'étincelle à la bougie, tandis que la dynamo fournit l'électricité nécessaire pour l'éclairage et l'avertisseur sonore. (éclairage qui était une option en 1930)

     L'exposé suivant ne concerne que la magnéto.

 

 

 

 

Magnéto à induit tournant et condensateur
Magnéto à induit tournant et condensateur

     Tous ceux qui restaurent des motos anciennes savent que les magnétos des années trente doivent être impérativement re-bobinées et assemblées avec des composants modernes, vernis, isolants, condensateur... sinon leur fonctionnement, en particulier à chaud, est plus qu'aléatoire. La ré-aimantation est tout aussi indispensable.

 

     En ce qui concerne ma FN j'ai rapidement dû me rendre à cette évidence et l'induit avait été reconditionné par un professionnel de la chose il y a une dizaine d'années. Environ douze mille kilomètres ont été parcourus depuis.

 

     Lors du Tour d'Auvergne en 2014 j'avais noté quelques ratés d'allumage inhabituelles.

     La fréquence et la violence de ces ratés s'étaient agravées très fortement deux semaines après, lors de notre sortie de Camarès au point que la moindre côte devait être gravie en première mais, après suppression de l'antiparasite et la réduction de l'écartement des électrodes de bougie à 0.3 mm au lieu de 0.4 mm j'avais retrouvé un fonctionnement tout à fait normal.

     Après démontage j'ai vu que l'antiparasite (ne me demandez pas pourquoi il y avait un antiparasite, je savais pourtant que c'était expressément déconseillé sur ces motos) était complètement mort, la résistance noyée dans la bakélyte faisait 5 kOhm alors que la résistance totale était de plus de 10 kOhm à cause de l'oxydation des contacts internes, (mesure faite sur établi avec un ohmmètre, certainement pas réprésentative de l'utilisation réelle).

 

Magnéto à induit tournant et condensateur
Magnéto à induit tournant et condensateur

     C'est ainsi que depuis cette mésaventure je roulais sans antiparasite avec des électrodes de bougie rapprochées à 0.3 mm, la moindre augmentation provoquant des ratés aléatoires, (une dizaine de ratés sur ma côte test de cinq kilomètres), ceci quelle que soit la bougie utilisée.

     J'ai roulé ainsi sans problème pendant plus d'une année disons 3000 km) mais depuis un mois les démarrages étaient devenus parfois laborieux, accompagnés de pets à l'échappement et le roulage manquait de rondeur surtout à faible vitesse.

     Lors du dernier rétro tour d'Ardèche j'avais mis ces défauts sur le compte de la pluie qui avait quelque peu noyé mon carburateur car la qualité de l'étincelle contrôlée sur un coup de kick était plus que satisfaisante et parce que j'avais effectué les derniers kilomètres à vitesse soutenue sans le moindre défaut d'allumage.

     Lors d'une tentative d'essai préliminaire à la sortie suivante j'ai retrouvé la même difficulté de démarrage accompagnée de "pif, paf, pouf"  à l'admission et à l'échappement. Il a alors uffit d'ôter le capuchon protecteur des vis platinées pour voir un beau cercle d'étincelles qui accompagnait leur rotation: le verdict était sans appel: le condensateur était mort.

     L'examen de la zone des contacts révèle la projection de poussière noire provoquée par l'étincelage.

 

Magnéto à induit tournant et condensateur

     L'examen du rupteur confirmera le problème.

 

Magnéto à induit tournant et condensateur
Magnéto à induit tournant et condensateur

     L'enregistrement de la basse tension à l'oscilloscope ne révèle pas d'anomalie et m'a permis de confirmer l'apparente bonne santé de l'étincelle: quatre millisecondes de durée lors de l'actionnement du kick c'est tout à fait correct. (je vous préciserai prochainement la méthode utilisée pour faire ce genre de relevé alors que l'induit est en rotation).

 

Magnéto à induit tournant et condensateur

     Au travail.

     Il existe deux types de magnéto: les deux types consistent à soumettre une bobine d'allumage à un champ magnétique variable et à générer une brusque variation de flux par l'ouverture du circuit électrique primaire au moyen d'un rupteur (vis platinées).

      C'est soit la bobine, ou induit, qui tourne dans un champ magnétique fixe, soit le champ magnétique (l'aimant) qui tourne au voisinage de la bobine qui, elle, est fixe. A ma connaissance, cette dernière configuration, plus logique, a été utlisée quand les progrés technologiques ont permis de réaliser des aimants petits et puissanst à la fois.

     La magnéto de ma FN est du type "à induit tournant". La bobine, le condensateur et les vis platinées sont donc solidaires et tournent dans un champ magnétique généré par deux plaques aimantées de part et d'autre de la magnéto.

 

   J’ai toujours été étonné de voir sur les magnétos à induit tournant que le condensateur est positionné de façon inaccessible au fond de l’induit, alors qu’il aurait été plus judicieux, lors de leur conception, de prévoir de la place pour le disposer dans le logement qui contient le rupteur de façon à être accessible sans devoir tout démonter.

J'en rêvais, "Brigth-Spark Magneto" l'a fait:

     Brigth-Spark Maneto, http://www.brightsparkmagnetos.com/ propose le transfert du condensateur en face avant grâce à la disponibilité de mini condensateurs répondant aux exigences des magnétos en terme de capacité, tension maxi d'utilisation, pics de courant etc.....

     Sur ma magnéto Bosch, il faut faire un léger fraisage dans le plateau qui supporte les rupteurs pour gagner la place nécessaire.

     J’enverrai la pièce chez Brigth-Spark Maneto pour réaliser l'adaptation.

     Même si le but de ce blog n'est pas de faire de la publicité je tiens à signaler l'excellente qualité des échanges techniques, les délais courts et les prix raisonnables que pratique cette société.

     De mon côté je devrai déconnecter le condensateur d’origine défectueux, ce qui nécessite de sortir l'induit de la magnéto.

     Première opération, déconnecter le vieux condensateur.

     Il faut pour cela ôter l'induit et il y a risque de désaimentation car le champ magnétique n'est plus fermé. Pour limiter le risque, pendant l'opération je maintiens la magnéto entre les mors de l'étau en serrant les plaques aimantées de façon à garantir la fermeture du champ magnétique par l'étau et, comme une ceinture ne suffit pas, je rajoute les bretelles en comblant le logement de l'induit avec un tas d'écrous.

 

Magnéto à induit tournant et condensateur
Magnéto à induit tournant et condensateur

     L'induit est sorti, la connexion au condensateur défectueux est sectionnée, isolée puis immobilisée, ensuite l'induit est remis en place, l'opération aura duré moins de cinq minutes.

 

Magnéto à induit tournant et condensateur
Magnéto à induit tournant et condensateur

     Réception du plateau de rupteur modifié: le condensateur mis en place sous le support du grain fixe est à peu près invisible. Voyez à droite à quoi ressemble le condensateur d'avance que j'ai commandé pour le cas où...L'ensemble comprend un minuscule circuit imprimé double face sur lequel est soudé un tout aussi minuscule condensateur en technologie CMS (Composant Monté en Surface)

 

Magnéto à induit tournant et condensateur

     Le fraisage du support apparait sous la languette ressort.

 

Magnéto à induit tournant et condensateur

     Le contrôle de la capacité du condensateur révèle une valeur assez faible de 0.150 µF contre 0.200 µF pour l'énorme condenateur octogénaire qui était sur l'épave avant sa restauration.

     C'est semble-t-il sans gravité car cette caractéristique n'est pas très critique. Une valeur un peu faible accélère légèrement la chute du courant dans le circuit basse tension de l'induit, permettant ainsi l'obtention de haute tension un peu plus élevée si le besoin s'en fait sentir, par contre la protection des grains du rupteur risque d'être moins efficace, mais tout cela devrait être marginal.

 

Magnéto à induit tournant et condensateur
Magnéto à induit tournant et condensateur

     Après ré-assemblage je contrôle l'étincelle à la main et me voila rassuré, l'étincelle est bien longue, large et d'une belle couleur bleue, apparamment plus puissante qu'avant la réparation. (j'utilise pour ce contrôle un bougie dont le filetage a été partiellement détouré)

 

 

     Remontage, vérification du calage, contrôle de l'étincelle à l'oscilloscope, avec la bougie qui a servi à cette même mesure avant la réparation, je retrouve la même durée de quatre millisecondes qu'avant la réparation. L'aimantation semble ne pas avoir faibli au cours de l'intervention.

 

 

Magnéto à induit tournant et condensateur

     Essai rapide dans le quartier, essai d'une centaine de kilomètres avec l'ascension du Mont Ventoux, bilan: pas un seul raté d'allumage et démarrage toujours facile.

     La cause racine de mon problème était-elle ce foutu antiparasite aussi dégradé qu'inutile? Toujours est-il qu'à titre d'essai j'ai un peu exagéré l'écartement des électrodes de ma bougie à 0.5 mm pour parcourir cette centaine de kilomètres, juste pour voir, je vais m'empresser de remettre ça à 0.4 mm comme préconisé.

     Il ne reste qu'à prouver la fiabilité dans le temps, mais je reste confiant d'autant plus que toute nouvelle panne de condensateur est désormais réparable sur le bord de la route en cinq minutes.

Partager cet article

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Mes bricolages
commenter cet article

commentaires

Jean-Louis 28/11/2015 07:04

Encore une démonstration bien intéressante et très instructrice ( je ne savais pas pour la conservation du magnétisme) Ah c'est bien bon d'en apprendre tous les jours! Merci

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories