Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 18:54

     Tout a commencé en 2009, la FN avait effectué environ 4000 kilomètres depuis sa restauration et j'avais remarqué une fissure inquiétante sur le siège de la soupape d'échappement.

 

Une soupape d'échappement pour la FN

      De plus la vieille soupape avec sa grosse queue de dix millimètres de diamètre commençait à accuser son âge, elle n'avait pas été changée lors de la restauration de la moto.

 

Une soupape d'échappement pour la FN

 

      Mon rectifieur de l'époque a confirmé ce que je pensais: il faut baguer autrement dit fretter un siège en acier de qualité qui de plus résistera au carburant sans plomb...(ce dont je me moquais comme de ma première clé de douze).

      Par contre j'aurais voulu profiter de l'occasion pour changer cette soupape qui me paraissait déjà bien fatiguée, présentait beaucoup de jeu dans son guide et était de toute évidence réalisée dans un acier assez basique, puisque magnétique. J'aurais voulu une soupape moderne en acier austénitique avec un guide de diamètre adapté mais de l'avis de mon rectifieur, elle avait encore de beaux jours devant elle, seul le guide devait être changé, et c'est ainsi que la FN s'est vue équipée d'un guide tout neuf usiné dans la fonte grise à strucutre perlitique comme il se doit, d'un siège rapporté et d'une soupape à la portée rectifiée...par enlèvement de métal bien sûr !

 

Une soupape d'échappement pour la FN
Une soupape d'échappement pour la FN

 

     Et ma foi ça a bien fonctionné...quoique, à l'occasion d'un démontage en février 2011, après environ trois mille kilomètres, j'avais noté une grosse fatigue: incrustations ou défauts du métal sur la portée, affaissement de cette portée au point que la surface de la tête avait perdu sa planéité. Après un rodage inavouable genre "bourrin" j'ai remonté la chose en me promettant de contrôler régulièrement le jeu de fonctionnement pour détecter tout affaissement ultérieur et surtout de me mettre en quête d'une solution de secours.

 

     Ebay c'est un peu contraire à mes principes de vieux "has been" mais je dois reconnaitre que c'est efficace:

     "soupape, diamètre 38 queue de 10 longueur de 110"?

     OK le vendeur sera même au salon d'Avignon où je pourrai récupérer la chose sortie de son emballage d'origine, il n'y aura qu'à lui raccourcir la queue.

     Petit doute: est-ce une soupape d'admission ou d'échappement? Elle est marquée "SIMO" et est attirée par l'aimant: c'est tout ce que je sais.

 

      J'ai posé la question sur le forum de LVM: les réponses ont été riches, en particulier la référence à un excellent article de M Defour paru sur "Le Motocyclétiste" N° 13 du 3° trimestre 1977. La marque "Simo" y est citée comme compatible avec l'admission de moteurs poussés et avec l'échappement de moteurs calmes.

 

      Et d'ailleurs les "vieux de la vieille" que je côtoie lors de mes sorties m'ont dit; "sur ton vieux moteur au rapport volumétrique de 4.6 ta soupape "Simo" rendra l'âme bien après toi!".

 

Une soupape d'échappement pour la FN
Une soupape d'échappement pour la FN

    En attendant la FN a fait une bonne dizaine de milliers de kilomètres. Rares ont été les retouches du jeu et mis à part une panne de ocndensateur ma moto a toujours répondu à l'appel: démarrages impeccables, ralenti super stable, le Ventoux ne lui a pas fait peur...Mais j'ai préféré profiter de l'intersaison pour ouvrir et faire un constat.....

 

     ......et ce n'était pas du luxe! La portée complètement ruinée est affaissée car il n'y a plus assez de métal pour la soutenir......bonne pour le musée.

Une soupape d'échappement pour la FN
Une soupape d'échappement pour la FN
Une soupape d'échappement pour la FN

     Pour quatre Euros six sous ma trouvaille a été raccourcie.

Une soupape d'échappement pour la FN

     Un peu de métrologie.

     La queue de la pièce d'origine est à peine usée seul les derniers millimètres du coulissement près de la tête présentent une usure de 0.04 mm sinon son diamètre affiche 9.92 mm quelque soit l'endroit de la mesure.

     La queue de la nouvelle soupape fait 9.92 mm.

 

Une soupape d'échappement pour la FN
Une soupape d'échappement pour la FN

     Je mesure du jeu par "ma" méthode décrite là:

http://faites-pour-rouler.over-blog.com/tag/mes%20bricolages/6

 

 

Une soupape d'échappement pour la FN

     Débattement de 0.30 mesuré à 40 mm du guide de longueur 55: le jeu équivalent est de 0.30*55/2 / (40+55/2) = 0.12 mm

     C'est tout à fait bon pour ce type de montage lubrifié au pipi d'oiseau et aux projections d'eau de pluie.

     J'en profite pour contrôler l'admission. La soupape et son siège usiné dans la fonte du moteur sont absolument impeccables, le diamètre de la queue est égal à 9.92 mm sur toute sa longueur, par contre le débattement dans le guide (d'origine) est plus important: 0.6 mm le jeu est donc de 0.24 mm, c'est coquet mais le jeu n'est-il pas l'âme de la mécanique, on verra ça plus tard. (celle-là au moins elle ne grippera pas)

 

     Ce qui est rassurant c'est que grâce à la bonne géométrie des pièces dix secondes de rôdage à la pâte fine ont suffit pour garantir le parfait contact entre soupapes et sièges.

     Remontage

     Je profite de l'occasion pour peaufiner la planéité des plans de joint de cylindre et culasse sur une vitre épaisse garnie de pate à rôder.

 

 

Une soupape d'échappement pour la FN

     Et puisqu'on parle de soupapes, voici une amélioration qui me tenait à coeur, elle est inspirée d'une préconisation d'époque de la FN:

     "pour limiter les fuites d'huile au niveau des poussoirs, faire un entaille le long du guide de poussoir et ménager un lamage dans la partie supérieur pour retenir l'huile".

 

Une soupape d'échappement pour la FN

     La rainure dans le guide, ça m'a paru violent, je n'ai pas osé, par contre j'ai réalisé le petit (!) réservoir dans un isolant de puits de bougie de moteur moderne: c'est du caoutchouc, du silicone fluoré je pense car c'est très souple, ça résiste aux hautes températures et aux hydrocarbures, ça serre pile poil l'extérieur du guide de poussoir, l'huile accumulée entretient une ambiance grasse qui ne peut être que bénéfique pour la lubrification des soupapes et cette huile peut retourner à sa guise dans le moteur quand le poussoir redescend ou lors des arrêts du moteur. C'est propre, discret et surtout, ça marche depuis plus de dix mille kilomètres.

    Une pièce de caoutchouc avant découpe et les deux "réservoirs" montés.

 

Une soupape d'échappement pour la FN
Une soupape d'échappement pour la FN
Une soupape d'échappement pour la FN

     Pas de déculassage sans contrôler finement les avances à l'allumage mini et maxi, le diagramme de distribution et la levée des soupapes: tout est OK.

Une soupape d'échappement pour la FN

     Le moteur a redémarré au premier coup de kick, mais bon sang c'est fou de voir à quel point on peut s'habituer à une dégradation lente et progressive. Je ne me souvenais plus que le passage de la compression au kick était si dur!

Partager cet article

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Mes bricolages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories