Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 17:36

     Allez, juste un petit truc rapide: en attendant des récits de balades je vais vous parler d'une petite "panalacon" et de l'analyse qui en a suivi.

 

     L'année dernière, en particulier lors du tour du Gard, la cuve du carburateur Gurtner H17 de Pétronille ne voulait pas se remplir malgré l'utilisation acharnée du titillateur, et ce n'est qu'à la poussette qu'elle démarrait ....pour fonctionner ensuite sans le moindre défaut apparent.

 

     Ca n'a pourtant rien de sorcier le remplissage d'une cuve de carbu, les vérifications à faire sont archi connues de tout le monde:

     - est-ce qu'il y a de l'essence dans le réservoir?

     - est-ce que la mise à l'air libre du réservoir est bien efficace?

     - est-ce que le filtre à essence n'est pas obstrué?

     - est-ce que l'essence coule bien quand on débranche la durite du carbu ? (ce qui rend inutiles les vérifications précédentes)

     La réponse à toutes ces questions était "OUI".

 

     Y aurait-il un problème de blocage du flotteur qui se débloquerait avec les vibrations?

     Tout paraissait correct de ce côté-là.

 

     Profitant d'un arrêt repas (Ahhh la bouffe au tour du Gard....c'est quelque chose!) pour investiguer dans le calme, j'ai confirmé que quand j'ouvrais le robinet, l'essence coulait bien au bout de la durite qui alimente le carbu mais si j'essayais de souffler dans le raccord d'alimentation du carburateur, je sentais très nettement que le pointeau était comme bouché. Si je rebranchais la durite d'alimentation du carburateur et ôtais le dessus de cuve, l'essence coulait à flot sous le siège du pointeau.   Vous avez dit "bizarre"?

 

     De retour à la maison, doutant du bon fonctionnement du flotteur et de son aiguille j'ai profité de la sérénité de mon garage pour analyser, scruter, examiner...

 

     J'ai été très vite intrigué par les marques laissées par le titillateur sur le dessus du flotteur, comme si quelque chose résistait à sa poussée et l'empêchait de descendre au fond de la cuve. Son débattement était-il limité? Mais par...quoi?

 

 

Le remplissage du carburateur de Pétronille

     Il n'est vraiment pas facile de mesurer le débattement d'un flotteur quand celui-ci est invisible à l'intérieur de la cuve du carburateur, j'ai bien tenté de reconstituer la chaîne de cotes mais les mesures étaient trop imprécises.

 

     Naquit en moi l'idée géniale, véritable ruse de sioux, vous en conviendrez, que la modestie légendaire qui a toujours fait ma fierté, me convainquit de vous faire partager.

 

     - je démonte de dessus de cuve,

     - je désosse le titillateur et le remonte sans son ressort ni sa goupille de maintien,

     - je colle l'extrémité dudit titillateur au flotteur avec une goutte de superglue que je pourrai facilement ôter par la suite.

Le remplissage du carburateur de Pétronille

    Puis je remonte le tout. Comme le titillateur est désormais attelé au flotteur, je peux facilement mesurer son débattement et tirant et poussant le titillateur devenu témoin de la position du flotteur. Je vous avais prévenu: une ruse de sioux!

 

Le remplissage du carburateur de Pétronille

     Un millimètre c'est vraiment pas beaucoup. Mais qu'est-ce qui limite ainsi son  débattement?

     La partie basse de l'aiguille du flotteur est guidée en fond de cuve par un trou borgne dans lequel toutes les cochonneries plus denses que l'essence prennent un malin plaisir à décanter en attendant que le floteur se posant en fond de cuve à chaque arrêt prolongé abuse de son poids pour bien tasser et bloquer à tout jamais ce magma qui résistera à tout nettoyage traditionnel, cuve à ultrasons comprise.

Le remplissage du carburateur de Pétronille

     Allez, un petit coup de forêt tenu dans un mandrin à main dans ce coupable orifice pour en dégager les sédiments cinquantenaires et faisons une nouvelle mesure.

Le remplissage du carburateur de Pétronille

     Quatre millimètres de débattement, c'est quand même mieux, vous en conviendrez.

     Je suppose que c'est un afflux anormal d'impuretés en fond de cuve qui a provoqué la soudaineté de la panne.

     J'étais quand même étonné que le millimètre mesuré avant nettoyage ne suffise pas pour remplir la cuve en un temps presque acceptable, j'ai donc examiné de près la zone de travail de l'aiguille.

 

     J'ai noté que son usure, précisément sur un millimètre, soit la course du flotteur avant nettoyage, réduit considérablement l'angle effectif du cône autrement dit réduit fortement la section dégagée pour une course donnée. Il  s'agit d'un problème très classique archi-connu des mécaniciens dignes de ce nom.

Le remplissage du carburateur de Pétronille

    Course limité plus usure de l'aiguille, tous les ingrédients étaient là pour expliquer le problème sauf que....

 

 

     ...une question ne cessait de me turlupiner: comment expliquer que malgré un débit aussi fortement limité en phase de remplissage Pétronille fonctionnait sans défaut apparent une fois le démarrage du moteur réalisé?

 

     Allez un peu de courage, on va se lancer dans un peu de calcul (puisque nul n'est jamais assez pour pour ce calcul) Les robinets qui fuient et les baignoires qui se vident, ça ne vous fait pas trop peur? Alors on y va.

 

     Quel est le débit maximum que doit assurer le pointeau?

     Les rares informations que j’ai sur ce moteur me laissent penser que sa puissance maxi est de 5 CV.

     Mon expérience sur les moteurs de cette génération est que leur consommation spécifique en pleine puissance est d’environ 250 g/cv.h.

     J'évalue donc le débit maxi consommé par le moteur (et traversant le pointeau)  à: 5 x 250 = 1250 g/heure soit, 1250/0.75 = 1666 cc/heure (masse volumique de 0.75 kg.litre) correspondant à 27.8 centimètre-cube par minute, vue la grossièreté de l'évaluation j'arrondirai à 30 cc/min.

 

     Si la limitation de débattement du flotteur plus l'usure de l'aiguille limite le débit à cette valeur de 30 cc/min...

     ...combien de temps faut-il pour remplir une cuve vide jusqu'à la faire déborder?

Mesures :

 D cuve = 3.38 m

H cuve = 4.5 cm

  • V cuve = 40.3 cc

D flotteur = 3.2 cm

H flotteur = 3.1 cm

  • V flotteur = 24.9 cc
  • V à remplir = 15.4 cc que j'arrondierai à 15 cc

     Durée de remplissage de la cuve vide avec un débit de 30 cc/min : 15/30 = 0.5 minute soient 30 secondes

 

     Il est sûr que je n'avais jamais eu la patience d'appuyer sur le titillateur pendant trente secondes.

 

     Après remontage du carburateur j’ai mesuré le temps nécessaire pour obtenir le débordement de la cuve : Carbu vidé au préalable en dévissant le gicleur, puis titillateur maintenu enfoncé, puis ouverture du robinet d’essence : le débordement a été obtenu après 7 secondes.

     Cette évaluation chiffrée même quelque peu approximative est la preuve que l’on peut avoir l’impression que le pointeau reste fermé lors d’une tentative de démarrage alors que son débit est suffisant pour garantir la marche du moteur à pleine puissance sans dégradation évidente du fonctionnement.

 

      Conclusion: quand on reconditionne un carburateur il faut tout, j'ai bien dit "tout" nettoyer.

 

     C'est promis, la prochaine fois je ne vous embêterai plus avec mes bidouilles, je vous parlerai de motos qui démarent et qui roulent...et ça ne saurait tarder.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Mes bricolages
commenter cet article

commentaires

christophe 20/05/2016 11:02

Bravo pour le calcul ! j'ai eu ce probleme sur ma P112 et je ne comprenais pas le pourquoi du comment, je restais pragmatique en nettoyant/debouchant tout ca, l'essentiel etant que ça marche, mais je me coucherai moins bête ce soir :)

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories