Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 18:00

    Je ne remonte pas un moteur sans faire un minimum de contrôle.

     Avance à l'allumage.

 

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     Sur ce moteur l'avance à l'allumage n'est pas réglable: tout est indexé et claveté mais j'ai toujours constaté que cette configuration donne une sous-avance que je compense partiellement en trichant sur l'écartement des rupteurs réglés à 0.6 mm au lieu de 0.4 mm. J'avais vérifié à l'oscilloscope que la zone d'arrachement était suffisamment plate pour m'autoriser cette fantaisie, mais malgré cette ruse il manque encore quatre degrés.

     Petites parenthèses:

       1 - Ce moteur ne dispose pas de repère de point mort haut ni d'accès facile au vilebrequin, j'utilise donc la relation mathématique entre angle et course piston compte tenu de la course et de la longueur de la bielle.

        2 - Il est important de contrôler l'avance à l'allumage en pleine avance pour deux raisons:

          - premièrement parce que c'est la position utilisée dans 99% de l'utilisation du moteur.

          - deuxièmement parce que la précision de la mesure est bien meilleure: sur ce moteur, une erreur d'un dixième de millimètre dans la mesure de la course du piston provoque une erreur de 3.5 degrés si la mesure est faite au pmh et seulement 0.2 degrés si cette mesure est faite à 8 mm. (Il faut noter à ce sujet que quand on utilise un disque gradué en degrés pour contrôler un moteur dépourvu de repère de pmh, il faut caler celui-ci angulairement et, pour plus de précision, il est préférable d'effectuer le calage loin du pmh en s'appuyant sur la relation course piston / angle de rotation, par exemple positionner le piston à 20 mm sous le pmh, calculer l'angle correspondant et positionner le disque gradué à cet angle-là.

 

   

 

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

  La documentation de cette machine indique que l'avance mini doit être égale à zéro et l'avance maxi doit être de 8 mm avant le pmh soit 32 degrés.

    Avant toute intervention la vérification de la pleine avance me donne 4.6 mm soit 25 degrés au lieu des 32 ° préconisés, soit 7 degrés de sous-avance au lieu de 4. C'est nettement insuffisant: toute sous-avance se traduisant par une perte de rendement énergétique avec excès de chaleur gaspillée à l'échappement, ce qui est néfaste pour la surchauffe de la soupape et le bleuissement du tube. (Sur ma FN le tube n'est pas exagérément bleu mais un peu trop quand même).

     En fait le contrôle de l'écartement des rupteurs révèlera 0.3 mm au lieu des 0.6 mm que je m'autorise normalement (usure du touchau ou erreur lors du précédent réglage?). Après réglage à 0.6 mm je retrouve les 4 degrés de sous-avance habituels: 6.3 mm soit 28 degrés au lieu des 32° préconisés ( Nota: sur ce moteur la magnéto tourne à la même vitesse que le vilebrequin donc l'erreur angulaire mesurée au niveau de la magnéto est la même que celle qui est mesurée au niveau du vilebrequin).

     En pareil cas certains n'hésitent pas à "déclaveter" le pignon de la magnéto pour le positionner de façon idéale, je n'ai jamais osé le faire de peur du patinage par manque de serrage, mais je décide enfin de me lancer dans la fabrication d'une clavette demi-lune à décalage. Même réalisée de façon approximative, une clavette limitera l'éventuel patinage angulaire à une valeur acceptable.

  Une demi-lune. 

 

     Allez c'est parti !

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     C'est là que ça se passe.

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     Je ne veux pas courir le risque de détruire la demi-lune d'origine donc j'en réalise une autre,  une grosse rondelle exactement de la même épaisseur,  quelques coups de scie et de lime et voilà l'objet.

     Après de savants calculs je trouve que je dois enlever de 0.4 à 0.5 mm sur la partie qui va dans la gorge du pignon pour obtenir le bon réglage.

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     Et voilà la demi-lune salvatrice faite avec mes petites mains et mes petites limes. (j'étais à jeun ce jour-là)

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     Ensuite je vérifie que le décalage angulaire obtenu n'est pas débile: photos des positions normale et décalée, et superposition des deux photos sur "photofiltre": il faut faire tourner la photo "position décalée" de six degrés pour obtenir la coïncidence. Ça devrait être bon.

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     Montage sur moteur et contrôle de la pleine avance à l'allumage : 9.3 mm donc 34.4 degrés soit 6.4 de plus que les 28° précédents, le rupteur est encore réglé à 0.6 mm, il suffit de régler le rupteur aux 0.4 mm préconisés pour retrouver la valeur de 32 degrés. recommandés ce que je m'empresse de faire et de vérifier dans la foulée.

     Remarque qui n'engage que moi:

     Certains considèrent que les préconisations de l'époque en matière d'avance à l'allumage sont obsolètes compte-tenu de l'évolution des essences.

     Mon passé de motoriste m'a appris certaines choses que j'ai eu l'occasion de vérifier expérimentalement, certes sur des moteurs modernes, mais les lois de la physique n'ayant pas évolué depuis les années trente je les considère valides pour mes vieilleries.

     1 -  L'avance à l'allumage répond au besoin d'anticipation du début de la combustion compte tenu de la vitesse de propagation de la flamme de façon à positionner de façon optimale le profil de pression dans le cylindre en fonction du déplacement du piston

    2  - sur chaque point de fonctionnement du moteur: t/mn, ouverture des gaz, température, richesse du mélange etc... la vitesse de propagation de la combustion dépend:

          - du carburant (vitesse dite "laminaire"), mais assez peu tant qu'on n'utilise pas des carburants exotiques genre nitrométhane ou autre.

          - elle dépend essentiellement de la turbulence qui règne dans la chambre de combustion: la  turbulence est le facteur majeur de la propagation de la flamme, c'est grâce à l'augmentation de la turbulence qu'un moteur qui tourne bien à 600 t/mn peut aussi tourner 6000 t/mn voire plus tout en achevant correctement sa combustion. La turbulence ne dépend absolument pas du carburant, elle ne dépend que de l'aérodynamique interne du moteur donc de sa géométrie.

     En conclusion l'évolution des  carburants que l'on a connue depuis les années trente ne justifie pas de réajustement de l'avance à l'allumage significative ...sauf...

     - ... sauf dans les conditions où la combustion est susceptible d'être détonante, ou plutôt d'avoir été détonante lors de la mise au point du moteur avec le carburant de l'époque à faible indice d'octane, interdisant ainsi à son concepteur d'augmenter l'avance jusqu'à sa valeur optimale. Je doute, mais je peux me tromper, que ce scénario soit probable.  Dans ce cas seulement un indice d'octane supérieur permet d'augmenter l'avance à l'allumage pour retrouver le meilleur rendement du moteur sur le point de fonctionnement considéré...en dégradant par excès d'avance le fonctionnement dans les zones non concernées par la détonation.

     Pour rappel, l'indice d'octane n'a rien à voir avec la vitesse de combustion ni avec le pouvoir énergétique du carburant, il ne caractérise que sa résistance à la détonation, laquelle n'intervient, accompagnée du fameux bruit de cliquetis, que dans des situations bien précises.

     Il est clair toutefois que toute évolution du moteur: rapport volumétrique, diagramme de distribution, richesse du mélange etc.... peut nécessiter un réajustement de l'avance à l'allumage. De même que l'avance fixe définie par le constructeur (ajustable manuellement) ne pouvait être que le résultat d'un compromis entre les hauts et les bas régime, les faibles et les fortes ouvertures de l'accélérateur, et il n'est pas aberrant qu'un utilisateur souhaite revoir ce compromis suivant l'utilisation qu'il fait de sa machine, mais tout ça n'a rien à voir avec l'évolution des essences.

     Pour les curieux je conseille les ouvrages de J.C. Guibet: "Carburants et moteurs" dont je m'autorise abusivement la reproduction d'un paragraphe.

 

 

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     Sur toutes mes vieilleries, n'ayant rien changé aux caractéristiques de mes moteurs et ayant une utilisation conforme à leurs destinations j'ai toujours cherché à respecter les préconisations d'origine, mes moteurs s'en portent très bien et moi aussi.

     Allez, une petite virée pour vérifier que je n'ai pas oublié de serrer des boulons....et pour constater que quand l'avance à l'allumage est réglée à la bonne valeur préconisée le port de Palavas et les flamants roses sur fond de Pic Saint Loup sont encore plus beaux.

Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie
Travaux d'intersaison sur les motos, troisième partie

     Bon, c'est quand qu'on roule?

Partager cet article

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Mes bricolages
commenter cet article

commentaires

manometre digital 20/02/2017 12:54

Que de précisions ! je ne me doutais pas que cela était si complexe, je ne sais aps encore si je pourrais réaliser ca tout seul !

faites-pour-rouler 20/02/2017 20:54

Il ne faut quand même pas faire de complexe, je profite de mon temps libre pour satisfaire ma curiosité, mais on peut très bien régler un moteur sans se poser toutes ces questions.

Cesson 31/01/2017 19:17

Salut Henri,
Je reconnais bien là tes talents de motoriste et je vois que tu les exerce désormais pour des causes nobles. Je suis tomber par hasard sur ton blog et je t'ai aperçu sur LVM. Je suis moi même adhérant de Rétro guidon de l'Oise pour faire rouler mes anciennes. J'espère que nos chemins se recroiseront un jour.
Amicalement
Michel

faites-pour-rouler 01/02/2017 21:37

En effet, et sur ce n° quelques tête bien connues: Guy sur sa DKW, Alain sur sa "otto boulloni", des connaissances des "bielles de jadis" et du Tour d'Auvergne, pour ma part c'était la page 22 avec la montagne ardéchoise.
Une CD 125 A, dire que j'ai commencé par sa petite soeur, une SS125 A, pas mal de kilomètres entre Ganges (34), Clermont Ferrand, Nantes et Paris.....j'étais jeune.

Cesson Michel 01/02/2017 19:45

Pas mal l'injection directe mais ça manque de charme. Mes anciennes le sont bien moins que les tiennent :
Yamaha 100 Yl1 de 1968 peu d'exemplaires en France. (un an de restauration pas facile)
Honda CD 125 A de 1967 encore mois d'exemplaires.
Honda CB 200 de 1974 plus courant.
Si tu est abonné à LVM je suis page 28 du n°907

faites-pour-rouler 31/01/2017 20:38

Il y avait plusieurs Michel, je suppose que tu es Michel C..ça me fait penser que j'avais envisagé l'injection directe pour ma FN :) :)
Qu'est-ce que tu as comme bécane?

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories