Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 13:52

     N'ayons pas peur des mots, au risque de déplaire à certains, une 125 Tobec culbutée, c'est "chiant" à béquiller.

     On ne sait pas par où l'attraper pour la soulever, la selle est trop molle, le porte-bagage est fait de tube demi-rond très agressif pour les doigts, et c'est lourd !

     En fait il ne faut pas chercher à la soulever verticalement mais plutôt à la tirer vers l'arrière après avoir bloqué la béquille au sol avec le pied .... sauf que ... quand elle est équipée de sacoches, cette opération n'est pas aisée et ..... c'est vrai, elle est faite pour rouler et pas pour rester à l'arrêt plantée sur une béquille.

     Pour Pétronille j'ai utilisé une ruse dont je ne suis pas peu fier, même si je dois reconnaitre que sa cavalière a contribué à la trouvaille.

     Vous ne vous en étiez pas rendu compte, enfin je l'espère,  mais le cale-pied gauche du passager est monté à l'envers. Si on appuie le pied vers le bas il tombe mais si on le soulève il ne va pas plus haut qu'à l'horizontale, il constitue ainsi une poignée de levage pas trop mal placée pour le béquillage.

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     La Rivale a aussi eu droit à de belles sacoches en cuir (c'est bien les vide-greniers) et bien sûr la question du béquillage s'est posée.

 

     Je suis sûr que ça va vous ennuyer, mais comme j'aime ça je vais me lancer dans une analyse scientifique de la problématique de la chose pour expliquer le pourquoi du comment, mais je vous rassure je parlerai aussi de bouts de fer de soudure de goupilles et de ressorts.

Pour rappel:

     - pour béquiller en tirant la moto vers le haut il faut exercer une force verticale à peu près égale à son poids....c'est lourd... environ 100 daN (kg) tous pleins faits.

     - pour béquiller en tirant la moto horizontalement vers l'arrière, (ce qui est à peu près impossible quand on est seul et que la moto est équipée de sacoches), la force à exercer est égale au poids de la moto multiplié par la tangente de l'angle entre la béquille et la verticale au moment du début du soulèvement, soit environ 40 daN .

     Dans la pratique le béquillage se fait en exerçant une force inclinée entre l'horizontale et la verticale, son intensité est intermédiaire aux valeurs ci-dessus, ça reste coquet compte-tenu de l'absence de prise confortable.

     Remarque: en réalité l'axe de la béquille n'est pas situé à la verticale du centre de gravité, il reste donc une petite partie du poids de la moto qui reste au sol et qu'on ne soulève pas lors du béquillage. (pendant la phase de béquillage la moto peut osciller autour de l'axe de la béquille, mais lorsqu'elle est béquillée, c'est autour du point d'appui de la béquille au sol que peut se faire l'oscillation ce qui fait que la roue qui reste au sol pendant le béquillage n'est pas forcément la même qu'une fois béquillée) .

 

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Tempête de neurones.

     Je n'ai rien inventé....un peu quand même.....Sur tous les gros cubes la béquille centrale dispose d'une excroissance avec une sorte de champignon sur lequel on appuie de tout son poids pour faciliter le béquillage.

     Comment ça marche ? La force appliquée par le pied du pilote et la réaction du sol sur le point d'appui de la béquille font un couple de rotation qui à pour effet d'aider à soulever la moto, exactement comme si on utilisait un levier actionné au pied.

 

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

 Description de mon "machin".

      Je vais m'inspirer de la chose en m'imposant une règle fondamentale : le système doit être conçu comme l'aurait fait un accessoiriste de l'époque sous la forme d'un plug and play ... bidule qui se greffe sans modifier la pièce d'origine, c'est pourquoi je décide d'ancrer mon système sur l'ergot de la béquille.

     On comprend aisément que plus la distance projetée au sol entre le point d'appui de la béquille au sol et le champignon est élevée et plus l'effort de béquillage sera faible.

     Si "l'altitude" du champignon est élevée ce sera encombrant, et si elle est trop faible son débattement vers le bas sera limité par le contact avec le sol et la béquille ne pourra pas faire toute sa course. Je choisis donc une solution intermédiaire : le levier accroché à l'ergot sera perpendiculaire à la béquille ce qui permettra de l'accompagner dans sa rotation un peu au delà de la verticale mais il sera articulé sur l'ergot pour ne pas limiter le débattement angulaire.

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Un peu de calcul.

     Et puisque "nul n'est jamais assez fort pour ce calcul" je m'en vais "Excelliser" le projet et faire un peu de simulation pour déterminer la longueur du levier, accrochez-vous à votre guidon, le professeur cosinus va se la péter grave.

     Le "modèle mathématique", comme on dit pour faire croire qu'on est savant, n'est en réalité pas si compliqué à établir : il prend en compte la géométrie des différents composants de la moto, des forces, des couples, des sinus des cosinus... Il est applicable à n'importe quelle machine.

     Excel calcule le couple qu'il faut exercer sur la béquille et en déduit l' effort à appliquer sur le champignon en fonction de la longueur du bras de levier.

     Données:

     Poids total: 101 Kg

     Poids sur l'avant: *45 Kg

     Poids sur l'arrière: * 56 Kg

     Empattement: 1290 mm

     Distance entre axe roue avant et axe béquille: 840 mm

     Hauteur de l'axe de la béquille: 175 mm

     Longueur de la béquille: 195 mm

     Distance entre axe béquille et ergot de béquillage: 165 mm

.

Les poids sur l'avant et sur l'arrière sont mesurés en disposant les roues sur un pèse-personne, le poids total est la somme des deux valeurs. Ces poids prennent en compte un réservoir d'essence à moitié plein, les sacoches et la boîte à outils sont partiellement garnies, le niveau d'huile est au maxi.

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Le calcul indique qu'avec un levier de 155 mm de longueur l'effort de béquillage sera de 59 daN, soit le poids de votre serviteur vêtu de façon décente. (On comprendra aisément que c'est au moment du début du soulèvement de la moto que l'effort est maximum).

 

 

 

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Finis les cosinus et les décanewton, place à la ferraille, à la lime, à la perceuse et à la soudure.

 

     L'ergot de la béquille a un diamètre de 18 mm, ce n'est pas une dimension de tube standard, je bricolerai un tube  de 22 x25 à l'intérieur duquel je forcerai un morceau du même tube réduit en diamètre. Quelques bouts de fer pour "accrocher" la béquille, beaucoup de limaille et voila.

 

 

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Voici la chose montée sur la moto.

 

 

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Résultat.

     Pas besoin de pèse-personne ou autre appareil pour mesurer la force nécessaire pour béquiller, mon propre poids (59 kg habillé mais sans casque ni bottes) est exactement ce qu'il faut pour décoller la moto du sol et la béquiller. Excel ne s'est pas trop trompé (et mes élucubrations ne pas trop fait maigrir).

     Les finitions:

     L'effort subi par le toc d'entraînement étant très élevé, j'ai rajouté un deuxième toc à l'opposé, ce qui a aussi pour avantage de réduire la contrainte sur l'ergot de béquille.

     Merci à Serge qui m'a trouvé un ressort tout à fait adapté pour rappeler le levier en position repos.

     La seule modification à porter à la béquille d'origine est un perçage de son ergot pour y loger la goupille fendue qui maintient le levier.

     Une autre amélioration.

     La béquille d'origine, vraiment simpliste ne possède pas de sabots pour garantir la progressivité du béquillage et surtout pour offrir une grande surface de contact avec le sol et éviter qu'elle ne s'y enfonce.

     Deux bouts de fer plat mis en forme, un peu de soudure et voilà qui est fait.

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Étapes du béquillage: repos, mise en appui, soulèvement maxi et béquillé.

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Et bien vous savez quoi ? Je vous le donne en mille, après l'avoir testée, Pétronille a voulu la même!

     Les bouts de fer utilisés ne sont pas les mêmes, ça c'est dû au hasard des trouvailles dans mon bac à ferraille mais les mêmes dimensions ont été retenues.

 

Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !
Une béquille améliorée pour La Rivale...et pour la jalouse !

     Ce qui est sûr c'est que la même efficacité a été retrouvée, Pétronille qui même bottée, casquée, blousonnée, et décorée de sa douzaine de boucles d'oreille est loin des 59 Kg nécessaires pour obtenir le béquillage au seul pied, doit ajouter quelques kilos avec ses petits bras pour tirer le porte-bagages vers le haut mais la manœuvre reste à la portée d'un enfant de douze ans.

     Ce qui est certain c'est que désormais on ne va pas arrêter de s'arrêter, juste pour le plaisir de béquiller

Partager cet article

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Mes bricolages
commenter cet article

commentaires

Bruno Gautier 16/09/2017 10:15

Je reconnais bien là notre ingénieur ( Solex ) . Félicitations , Henri , à un de ces jours .

faites-pour-rouler 18/09/2017 18:42

En fait j'avais pensé la faire en Zamak en refondant des vieux carbus, mais pour la soudure ça aurait été difficile :)
As-tu ressuscité ta B31 ? Je me souviens de son rapatriement depuis la Normandie jusqu'à Paris, nous étions jeunes et beaux !

Peps 13/09/2017 21:40

Bien vu Henri. Faut reconnaitre que certains ancêtres doivent être jaloux de ne pas y avoir pensé avant!

Pétro's Lady 11/09/2017 16:35

Je viens de lire l'article... j'ai mal à la tête ! Comme le dit mon amie Marie-Christine, "dans ingénieur, il y a génie". Je ne sais pas si c'est du génie, mais mon Géo Trouvetout préféré m'épate souvent par ses idées venues d'ailleurs ... Ce qui est vrai, c'est que j'ai fait une crise de jalousie quand j'ai vu la Rivale ainsi équipée, et 2 jours ont suffi pour que Pétronille soit équipée de même !!!

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories