Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 21:22

      Quand la magnéto va, tout va....ou plutôt : quand la magnéto ne va pas, c'est la garantie de difficultés incessantes. Une magnéto, ça se respecte et ça se cajole, il faut que ça marche.

     La magnéto MEA de la P102 fonctionne, elle "donne" comme on dit, la preuve c'est que le moteur démarre sans trop de difficultés, d'ailleurs je peux, juste avec un coup de poignet, générer des étincelles de 6 mm à l'air libre, mais voyons plus en détail.

     Une MEA B1, N° 24536 avec un aimant Jacob Holtzer.

     (Clic droit pour agrandir les photos)

 

     Détail auquel je suis sensible : les têtes de vis n'ont pas été matraquées par des interventions de "gougnafiers", d'ailleurs les coups de pointeau de blocages sont toujours en face des fentes des têtes de vis. De plus, le pignon d'entraînement est dans un état tout à fait correct.

 

     Il manque quand même un truc là : il s'agit du système charbon et ressort qui garantit le passage du courant HT côté masse, sans ce dispositif le courant d'étincelle passe par les billes des roulements, ce qui en accélère l'usure. On peut noter ce dispositif sur ce document issu de l'excellent site des motos Styl'son : https://www.stylson.net/

 

     Du côté du plateau rupteur je note une visserie en très bon état mais le touchau en celoron, bien que tout à fait fonctionnel semble avoir été quelque peu taillé à la hache.

 

     Allez, on ouvre. Pas mal de graisse bien sèche et de vert de gris sur les pièces en laiton, rien de surprenant.

 

     Tiens l'induit a déjà été ouvert si j'en crois les anciennes traces de coup de pointeau pour bloquer les vis, de toute évidences les interventions sur cette magnéto ont été faites soigneusement.

 

     Je ne sais pas si cet induit a été rebobiné mais il est bien connu que les vieux isolants n'assurent plus leur fonction dès que l'induit se met à chauffer. Un rebobinage s'impose.

     Je m'en vais vous faire part de mon "truc" pour extraire proprement les cages de roulements collées contre les flasques quand on ne dispose pas de l'extracteur ad hoc.

     J'entoure la gorge du roulement d'un jonc ouvert en cuivre (fil électrique de 2.5)

     Une rondelle ajustée autour de ce jonc l'empêche de se dilater et sortir de la gorge.

     Une rondelle "de traction" a été enfilée sur la cage de roulement avant la pause du jonc et de sa rondelle anti dilatation.

     En tirant sur la rondelle de traction, celle-ci tire le roulement par l'intermédiaire du jonc qui ne peut pas se dilater puis que emprisonné par la rondelle ajustée, le cuivre suffisamment mou ne dégrade pas la piste de roulement et le tour est joué.

 

     Mais le roulement côté HT ne me laisse pas assez de place pour mon extracteur alors, comme je suis devenu "copeaufile" depuis que j'ai un tour à ma disposition je peux fabriquer un arrache plus académique : un système avec 4 vis en acier doux qui serrent le fond de la gorge sans marquer et Hop !

 

     La "bobine" HT présente une forte marque, après vérification elle se situe exactement à l'endroit où se produit l'étincelle, le charbon est pourtant assez long, le ressort bien présent donc le contact devrait être bon et sans arc électrique, je pense que du fait de l'encrassement par la graisse il y a eu une corrosion de type électrochimique. Après mesure précise, le cratère fait 0.15 mm de profondeur ce qui laisse de la marge pour rectifier.

 

 

     Contrôles électriques :

     Quelques dixièmes d'Ohm pour la résistance du circuit primaire, le secondaire est en circuit ouvert, très certainement une petite rupture qui laisse passer la HT en faisant un arc mais l'ohmmètre ne fournit qu'une tension insuffisante pour passer le "gap".

     Le condensateur à une capacité faible de 0.1 µF, il n'est pas "étanche" au dessus de 170 V, sa résistance de 0.60 Mo mesurée sous 600 V est bien trop faible, il sera changé, ce qui nécessitera une adaptation car sa structure assure la liaison électrique entre le bobinage et le plateau rupteur.

 

     Bilan:

     - un rebobinage

     - un condensateur

     - rectification de la piste HT

     - un support de charbon pour mise à la masse du circuit HT

      -un touchau celoron

     - les grains du rupteur sont bons

     - les roulements sont récupérables, le passage du courant d'étincelle n'a fait que les émoustiller.

     Rien que des choses normales pour une magnéto presque centenaire qui a envie de revivre.

     A suivre.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact