Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 17:12

     Encore une symphonie inachevée, en effet la bobine n'est pas encore retournée de l'atelier de rebobinage, il n'empêche que certaines interventions préliminaires étaient nécessaires.

      Retour de masse de la haute tension.

     Le système à base de frotteur à charbon était absent donc :

- usinage d'un support fileté à 8x125 en laiton.

- tournage d'un charbon à partir d'une anode d'une ancienne pile au zinc, le charbon s'usine très bien.

- mise à longueur d'un ressort pour réaliser une force d'appui d'environ 100 g (UN Newton pour être correct) soit à peu près la valeur trouvée sur le pick-up HT.

 

 

 

 

     Came.

     La came est démontable, son bord d'attaque était un peu usé, comme elle est symétrique pour convenir aux magnétos dont le sens de rotation est opposé, il a suffit de la retourner. Cette opération m'a permis de constater que la communication en point bas entre l'intérieur de la magnéto et le logement du plateau rupteur était complètement obstruée. Quel est son rôle ? Évacuer l'eau de condensation alors que l'eau serait bloquée par la came (dont le dos présentait une légère oxydation) ?

 

 

     Extracteur du pignon d'entraînement.

     Le réglage de l'avance à l'allumage se fait en décalant le pignon sur son emmanchement conique non claveté, il s'agit d'un montage très classique qui nécessite un peu de tâtonnement, parfois le pignon est bien bloqué et l'absence de prise rend son extraction délicate. 

     Modification inspirée de l'extraction du pignon de sortie de boîte de mes Motoconfort : perçage, taraudage du pignon et réalisation d'un système à base de carré de 12, et de vis. J'ai été agréablement surpris de pouvoir percer et tarauder aussi facilement ce pignon dont l'acier me paraissait particulièrement dur. (les forêts et tarauds étaient de très bonne qualité)

 

     Suppression du condensateur d'origine.

     Le condensateur d'origine ne tenait pas plus de 170 volts alors que plusieurs centaines de volts sont nécessaires pour un bon fonctionnement. Je choisis pour le remplacer d'utiliser un mini condensateur à support céramique en configuration CMS qui sera fixé sur le plateau rupteur pour un accès plus aisé.

      La particularité du condensateur d'origine est d'être situé entre la bobine et le plateau rupteur et non à l'opposé du plateau rupteur comme on le voit plus fréquemment. Se contenter de le déconnecter aurait eu pour effet de déconnecter aussi le plateau rupteur, d'autre part il fait partie d'un ensemble qui comprend également le taraudage de fixation du plateau rupteur. Seule solution : fabriquer un faux condensateur pour assurer l'interface mécanique entre bobine et rupteur.

 

     Le "truc" a été désossé et disposé sur la plaque de toile bakélisée de 3 mm qui va être découpée. (le 6 mm étant introuvable en petite quantité, j'ai pris du 3 mm et ferai double épaisseur)

     Un peu de découpe plus tard.

     Petite précaution : soudure de la cosse au plateau écrou, la continuité électrique doit être garantie.

     Comme j'ai quelque peu massacré les pièces en les désertissant elles seront collées à l'Araldite.

 

     Il faut bien garder à l'esprit que le circuit appelé "basse tension" peut être le siège de pics de tensions de quelques centaines de volts au moment de l'ouverture du rupteur, (ce n'est pas pour rien qu'on utilise des condensateurs qui résistent à plusieurs centaines de volts) l'isolement doit être soigné, toute fuite provoquerait le prolongement erratique de la conduction du rupteur après son ouverture. On n'est pas ici en train de connecter un phare ou une veilleuse, d'où la nécessité de cette membrane qui sécurise l'isolation sur le fond et sur le côté. comme à l'origine.

 

 

     Implantation d'un condensateur CMS sur le plateau rupteur.

     Solution très inspirée de ce que propose Bright Spark, que je n'ai même pas contacté, peut-être à tord, mais je ne vois pas où pourrait se loger un mini circuit imprimé sans charcuter sauvagement ce plateau, j'ai préféré une solution "perso" du type filaire sur la base d'un composant de 0.22µF garanti à 630 Vols. Un taraudage 4x70 inutilisé, (fixation d'une plaquette de blocage de la vis centrale? ) tombe à pic pour fixer l'objet. (amusant : toute la visserie sur cette magnéto est en 4x70 ou 5x80 et non 4x75 ou 5x90 : anticipation de la norme ISO généralisée trente années plus tard ?

     Voici le plateau sur lequel il va falloir positionner un condensateur entre partie rouge et partie bleue.

     Réalisation d'une plaquette support en laiton.

 

     Mise en place (l'horrible vis à tête cruciforme sera vite jugée indigne d'une telle fonction), le mini condensateur est impatient de trouver sa place.

 

Réalisation d'une cosse

 

Le condensateur est mis en place et connecté.

 

Il sera isolé par de la gaine thermorétractable et collé sur la plaquette à l'Araldite (Epoxy). Une deuxième pièce sera réalisée par sécurité (et la première sera refaite, ce n'était qu'un coup d'essai)

 

 

Contrôle Capacité et V max, c'est OK.

 

     Petite mise en situation, juste pour se faire plaisir et vérifier que chaque composant retrouve bien sa place.

 

 

 

     Vivement les belles étincelles ... peut-être après une phase de ré-aimantation ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Shana 07/05/2020 17:57

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.

Peps 29/04/2020 22:01

Joli petit boulot.

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact