Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2020 2 04 /02 /février /2020 08:59

    Si j'en crois l'article signé J Y Fenautrigues paru sur Motos d'Hier N° 128 de décembre 2008 il s'agit d'une boîte Picard à deux vitesses et si vous faites confiance à mon appréciation, cette boîte est sérieusement conçue. La voici sur le bloc opératoire. Première impression positive, aucun écrou ou tête de vis n'a été massacré, soit je suis le premier à l'ouvrir, soit les précédents ont été très soigneux. (Clic droit sur les photos pour les agrandir)

 

     Démonter le plateau de pression du monodisque à bouchon se fait sans difficulté, il révèle douze rondelles de liège insérées dans un disque en bronze qui fait office de couronne dentée pour la chaîne primaire. Les dents accusent pas mal d'usure et je suis étonné de voir du bronze pour cette fonction mais pour moi c'est une première.

 

     Comme je m'y attendais le ressort de kick est cassé, le bricolage à base de languette élastique à l'extérieur pour le retenir en haut ne laissait pas de doute.

 

     Un jour entier, c'est le temps qu'il m'a fallu pour extraire le plateau fixe de l'embrayage. L'emmanchement conique est tout petit, mais, un extracteur maison fait d'une plaque et quatre vis sur les colonnettes ne suffit pas, la chauffe du moyeu n'aide pas, profiter de ce que l'axe est creux pour le refroidir à l'aide d'une soufflette pendant que je chauffe le moyeux et ça reste désespérément bloqué, ce n'est qu'après une mise sous tension au delà du raisonnable et quelques petits (tu parles!) coups de marteau sur la vis munie de son écrou que ça a fait : "clac", le filetage et les colonnettes n'ont pas souffert. Oufff!

 

    Au tour de la poulie. L'écrou à trois crénaux a nécessité la réalisation d'une douille "home-made" taillée dans de la douille chinoise à trois francs six sous, elle ne servira que deux fois, au démontage puis au remontage, l'acier basique suffit amplement.

 

 

 

     Encore faut-il pouvoir immobiliser la poulie en rotation, elle est en fonte et les flaques paraissent bien fragiles donc à manipuler avec précaution. Des bouts de fer, une scie une bâtarde, une électrode de soudure...et et voici le "truc".

 

    Sans ma rallonge de 50 centimètres et une bonne dose d'acharnement l'écrou serait encore serré.

 

     Pour dévisser la poulie, heureusement que j'avais mon outil et sa rallonge prêts, il a fallu bloquer proprement l'axe par les crabots intérieurs. De la fermeté mais aussi de la délicatesse pour ne rien abîmer ...   mais  p....ain il a fallu y croire et s'en occuper !

 

     Passées ces difficultés j'ai eu la satisfaction de trouver un mécanisme en très bon état, hormis les dents de la couronne bien usées par la chaîne primaire, le ressort de kick cassé et le support d'arrêt de gaine d'embrayage qui nécessite une soudure.

     La pignonnerie, les crabots, les mécanismes de sélection et de kick sont impeccables tout comme les divers paliers en bronze qui ne présentent qu'une usure minime, les deux  roulements à billes  ont pris un peu de jeu mais leurs références standards sont courantes de nos jours. Je suis impressionné par la poulie de sortie de boîte en fonte monobloc y compris les flasques tous fins même s'ils ne présentent pas d'usure, la réalisation en série d'une telle finesse en fonte me semble être une belle prouesse. En ce qui concerne les lièges de l'embrayage, vous pouvez compter sur moi j'en ai plein ma cave .....

     Dans peu de temps  cette boîte sera neuve. Jugez vous -même. (clic droit sur les photos)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact