Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 12:00

 

     Mais qu’est-ce qu’elle était dure la commande de l’embrayage de Pétronille, ce n’est pourtant qu’une 125cc mais tirer sur ce maudit levier demandait bien plus d’effort que sur ma puissante (sic) FN de 500 cc. J’avais pourtant changé et bien graissé le câble, soigné le parcours de la gaine, bien aligné les arrêts de gaine, vérifié la perpendicularité du levier d’embrayage et du câble…..ça restait dur.

     En discutant çà et là j’ai réalisé qu’il s’agissait d’un défaut fréquemment rencontré sur ces motos-là.

     C’est à la dernière sortie de Sommières que j’ai pris la décision qui me trottait déjà derrière la tête en voyant une moto semblable sur laquelle un système de démultiplication avait été bricolé. Son pilote en était très satisfait et me dit que cela se pratiquait couramment à l'époque sur les 125 adaptées au cross, car dans cette discipline, on ne lâche jamais le guidon et il faut pouvoir débrayer avec seulement deux doigts. Je me mis donc à l’étude d’un tel système.

 

     Comme toute démultiplication entraîne une inévitable augmentation du tirage de câble, la première chose à faire fut de vérifier si la commande permettait ce tirage supplémentaire.

 

     Dans la configuration d’origine, la garde au levier est de 4 mm

DSCF0994

 

     Le débrayage total est obtenu avec un tirage de 10 mm, le tirage utile est donc de 6 mm

DSCF0996

     Le tirage maxi est possible est de 17 mm, ce qui, en conservant la garde de 4 mm, donne une possibilité de course utile de 13 mm.

DSCF0997

 

Seulement 6 millimètres utilisés pour 13 mm disponibles, il n’y a pas photo : on peut largement démultiplier la commande. Un rapport de 2 est même tout à fait envisageable.

 

     Comment ?

     Première voie : rallonger le levier au niveau du moteur : le tube du cadre ne laisse que  très peu de place disponible pour cette solution et le déplacement de l’arrêt de gaine ne serait pas facile.

DSCF1005

 

     Deuxième voie : diminuer le bras de levier de la manette de commande en rapprochant l’accrochage du câble de l’axe :  je n’ai pas trouvé de façon élégante pour la réaliser proprement.

 

     Troisième voie : intercaler un démultiplicateur sur le câble du genre de celui vu à Sommières.

     Ce dispositif doit  être très bien réalisé pour ne pas introduire de jeux ou flexions parasites qui anéantiraient son effet.

     J’ai pensé à un système de losange articulé qui fonctionnerait selon le principe des crics de voiture : un premier câble « menant » relié à la manette du guidon tire sur la première diagonale tandis que la deuxième diagonale actionne le câble « mené » relié au moteur. En ajustant l’angle initial du système on peut réaliser ainsi une démultiplication variable et obtenir un effort sensiblement constant au niveau du guidon. Tous les calculs étaient faits, mais sans machine-outil à ma disposition une réalisation sérieuse, rigide et sans jeux, s’avérait hasardeuse.

 

     C’est alors que des recherches sur le Net m’ont amené à un dispositif commercialisé sous le nom ,oh combien poétique, qui sent bon le béret et la baguette de pain : « Easy Clutch ». Il a été développé pour les motos de cross ou trial pour pouvoir débrayer avec seulement deux doigts sans lâcher le guidon... (rien de nouveau sous le soleil)

 

     Voici une photo du "bidule" volée sur le Net.Easy-Clutch-Hebelwegverlaengerung

 

     Pas besoin d’un long discours pour comprendre : un  levier articulé permet une démultiplication par un simple jeu de bras de leviers. On peut choisir entre trois valeurs de démultiplication en déplaçant l’axe du levier.

 

     A priori l’appareil, livré sans la moindre notice de montage, peut être mis n’importe où le long de la gaine d’embrayage, mais je préfère le monter loin du guidon, premièrement pour qu’il ne se voit pas trop, et deuxièmement pour que la longueur du câble « mené », sous forte tension (et forts frottements, allongement, etc) soit la plus faible possible. Du côté du guidon comme je m’attends à des efforts réduits je pourrai utiliser un câble « menant » et gaine de VTT de 1,5 mm de diamètre seulement, avec une gaine faite de fil de section carrée et doublée de nylon à faible frottement comme c’est la coutume sur les VTT. Côté moteur je garderai un câble de diamètre  2,5 mm comme à l’origine.

 

     La pièce reçue est loin d’être exemplaire aussi bien en terme de réalisation que de conception.

     Les bavures de fonderie sont nombreuses, mais avec un peu de bon sens et quelques petites limes ou grattoirs on en vient à bout.

     Le boîtier, trop petit à mon goût, contraint les câbles à des flexions alternées trop importantes, d’autant plus que les arrêts de gaine ne sont pas placés de façon optimale et ne sont pas articulés. Le système à losange articulé que j’envisageais aurait évité ces flexions.

 

     Côté câble mené:

 

     trop de flexion en milieu de course,

DSCF0972

     il frotte beaucoup à l'intérieur de l’arrêt de gaine.

DSCF0973

 

     plus grave encore, l’encoche pour le passage du câble n’est pas assez grande pour atteindre la fin de course "proprement", ce qui impose un forte flexion alternée dans la zone du barillet alors que la tension est à son maximum.

DSCF0982

 

 

     Côté câble menant ce n’est pas mieux:

DSCF0974

 

     pourtant le taraudage de l’arrêt de gaine a été fait de travers, ç'aurait été pire s’il avait été bien réalisé!

DSCF0978 c

 

     Il a fallu tricher en décalant les logements des barillets à la lime, et en privilégiant le bon fonctionnement du câble mené en fin de course, là où l’effort est le plus grand.

DSCF0993

 

 

     Ce système ne laissant pas la place pour y loger un serre-câble, il a fallu réaliser un câble menant, prisonnier dans sa gaine, avec barillet de 8 mm côté Easy clutch et de 9,5 mm adapté à la manette côté guidon.

 

     Côté Easy clutch je n’ai eu qu’à réaliser un barillet percé adapté à l’embout existant.

DSCF0990

 

     Côté manette j’ai appris après moultes tentatives qu’il est à peu près impossible de braser proprement à l’étain le câble en inox sur un barillet, heureusement qu’on trouve encore du câble en acier ordinaire. Je l'ai joué « ceinture et bretelles » en réalisant un barillet qui intègre un serre-câble tout en prévoyant un chanfrein pour y évaser les brins du câble et recevoir la brasure. La première réalisation utilise un câble en inox mal brasé, mais je ne vais pas tarder à le changer pour de l’acier ordinaire.

DSCF1010

 

     Et ça marche !

 

 

 

 

     Avec l’axe du levier dans la position qui correspond à la démultiplication maximum égale à : 1,6 (leviers de 27 et 17 mm), la commande est devenue très souple, la commande à deux doigts ne pose pas de problème. 

 

      Mesures du tirage.

 

     Garde : 4 mm

     Débrayage complet obtenu avec un tirage de 13 mm soit une course utile de 9 mm au lieu de 6 mm avec le montage d’origine, (donc à peu près cohérente avec avec la démultiplication de 1,6) : il reste encore 4 mm de tirage disponible, c’est confortable.

 

   

     Cet accessoire m'a permis, moyennant quelques améliorations facilement réalisables avec des outils basiques et un peu de bon sens, de rendre la commande d'embrayage très agréable. 

     Le résultat aurait peut-être été suffisant sans les corrections apportées, peut-être que je suis trop puriste?

Partager cet article

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Mes bricolages
commenter cet article

commentaires

Pétro's lady 07/11/2012 14:44

A ceux qui se demandent (encore...) à quoi un retraité peut occuper ses journées voilà une réponse ! Mais avec quelle poésie ! Bon, trêve de moquerie, puisque je suis l'heureuse bénéficiaire, en
tant que conductrice de Pétronille, de tout ce remue-méninges...

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories