Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 19:34

         Je dois tout de suite prévenir les poètes, (pouèt pouèt pouèt) cette page sera fort ennuyeuse pour eux...ou elles, ne vous attendez pas à des photos bucoliques de traction dans un paysage comme il n'y en a que par chez nous, non, il ne s'agit que de mécanique.

 

 

         Sous sa belle robe la traction dissimulait un problème de freinage qui m'inquiétait un peu: 

 

          Il y a environ quatre ans, autrement dit quand la traction fêtait son 30ème anniversaire après sa résurrection, elle a manifesté, sous forme de fuites, une grosse faiblesse du circuit de freinage.

        Ce circuit est composé de nombreux matériaux à la limite de la compatibilité chimique: diverses coupelles en élastomère (du caoutchouc quoi!), liquide "hydraulique" (l'adjectif "hydraulique" m'a toujours amusé quand il se rapporte à un liquide!) aux caractéristiques physico chimiques tellement strictes qu'ils sont caractérisés et répertoriés selon une classification émanant du "Department Of Tansport", bref on appelle ça du "DOT" dans le langage courant. Le problème c'est que tous ces éléments ne font toujours pas très bon ménage, le fameux "DOT" absorbe l'humidité et se charge en eau (hydraulique?) et au bout de quelques années ça fuit, ça dégouline sur les garnitures et on freine sur de l'huile ("hydraulique"!), OK ça fait pas rouiller les tambours, mais ça ne freine plus et le monsieur du contrôle technique n'est pas content et on peut le comprendre.

 

         En 2007 la traction a bénéficié d'une remise en état complète de son système de freinage précisément parce que la corrosion des divers organes, telle la gangrène,  avait sévit un peu partout.

 

- Remplacement des mâchoires avec leur garniture suivi d'un centrage rigoureux.

- Des "cylindres de roues" et des flexibles tout neufs trouvés chez Dépanoto

- Un maître cylindre reconditionné, les canalisations métalliques sous caisse soigneusement nettoyées à l'alcool à brûler,

- Les tambours avant rectifiés.

- Le liquide (hydrol.......)  a été changé. J'ai choisi le silicone répondant à la spécification DOT5. Il est repéré par un traceur qui lui donne une couleur mauve car il n'est absolument pas compatible avec les autres liquides d'origine synthétique de couleur ambrée, miscibles entre eux et répondant aux classifications DOT 3, 4 ou 5.1 

 

          Ce liquide  présente l'avantage de ne pas être hydrophile comme ceux d'origine minérale, il ne provoque donc  pas de corrosion des éléments de freinage (raison pour laquelle je devais refaire mes freins). Il a été développé par l'armée américaine qui en avait assez de retrouver ses véhicules avec une freinage HS pour raisons de corrosion après de longs mois d'immobilisation. Certaines de ses caractéristiques comme sa viscosité, sa compressibilité ou son pouvoir lubrifiant le rendent inadapté aux circuits modernes munis de vannes très précises pour contrôler le freinage: ABS, contrôle de stabilité etc, mais il est très adapté (en principe) aux vieux véhicules et l'utilisation que l'on en fait généralement. 

 

        Il est à l'origine de nombreuses polémiques sur les divers forums techniques de véhicules anciens, mais après recherches et enquêtes j'en étais arrivé à la conclusion que la mauvaise réputation qu'a parfois ce liquide était due à une foule d'imprécisions ou incompréhensions:

 

 1 - La confusion entre  les références similaires: DOT 5.1 (synthétique) et DOT 5 (silicone) qui laisse supposer que ce sont des liquides très voisins alors qu'ils ne sont pas miscibles.

 2 - Le fait que certains liquides répondant à la spécifications DOT 5.1 contiennent un peu de silicone, ce qui figure sur l'étiquette, mais ne sont pas miscibles avec le DOT 5 de couleur mauve.

J'ai même vu une bidon écrit d'un côté en français et de l'autre en anglais; d'un côté il y avait DOT 5 et de l'autre DOT 5.1 !

3 - Avant tout passage au silicone la préconisation de nettoyage de la totalité des éléments du circuit à l'alcool à brûler doit être respectée rigoureusement, mais certains fabricants, pour donner une impression de facilité ne mettent pas l'accent sur cette précaution. J'ai même été témoin (et acteur) d'une utilisation de silicone dans un circuit non préparé car il était clairement mentionné sur le bocal "liquide miscible avec tous types de liquide de frein". L'histoire s'est terminée avec une voiture sur un plateau de dépanneuse et avec un maître cylindre complètement bloqué par un amalgame de caoutchouc décomposé.  

 

      J'optai donc pour le Silicone DOT 5, le vrai, de couleur mauve, avec la ferme intention de respecter les préconisations au pied de la lettre.

 

 

  DSCF0958"L'arrache" tambours de fabrication maison          Le contrôle du centrage des machoires

DSCF0965   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un détail qui n'en est pas un:

 

       - d'origine le flexible arrière est très court mais a une souplesse suffisante. Par contre les fabrications modernes ont des raccords métalliques plus encombrants qui qui laissent peu de place à la partie flexible ce qui rend leur montage très difficile et surtout leur utilisation extrêmement dangereuse, Il n'empêche que les revendeurs commercialisent sans aucun complexe cette pièce de sécurité complètement inadaptée. La solution consiste à utiliser un flexible de roue avant, plus long, mais roulé en boucle.

 

 DSCF0974

 

     

 

    Le rectifieur m'a signalé que le bon centrage de l'une des pistes de freinage avait été obtenu moyennant une excentration de l'usinage par rapport à la piste initiale. Ceci m'étonna fortement car si la piste initiale était aussi excentrée, j'aurais dû ressentir des vibrations du train avant lors des freinages.

 

La rectification n'a pas supprimé cette rayure profonde sur toute la périférie du tambour.   DSCF6736

 

 

      Après le remontage tout fonctionnait très bien au début, j'avais bien remarqué des vibrations lors des freinages à haute vitesse, mais ne m'étais pas trop polarisé sur ce phénomène, il faut dire qu'à cette période la traction a peu roulé.

 

      Par la suite cette vibration m'est apparue carrément inquiétante lors des freinages appuyés au dessus de 80 Km/h.

 

      De plus, après trois ans j'ai commencé à ressentir de façon aléatoire un fort déséquilibre du freinage, la voiture "tirait" à droite. Lors d'un démontage des tambours avant pour inspection le verdict fut sans appel: fuite de liquide au cylindres de roues avant des deux côtés!

 

      J'ai contrôlé le faux-rond des tambours par la seule méthode, pas très précise, qui était à ma portée.

 

Mesure de l'extérieur du tambour                                        Mesure de son épaisseur

 DSCF6695 DSCF6735

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 Une soustraction et voilà le résultat du faux rond.

DSCF6733

  

 

   Le bilan était assez clair: du côté gauche, 0,2 mm pour 0,09 mm de valeur maxi autorisée , le côté droit semblant nettement mieux . C'est précisément le côté gauche que le rectifieur m'avait signalé comme étant "bizarre".

 

       Je me mis en quête d'un rectifieur sûr dans la région de Montpellier et, chose amusante, c'est un habitué du forum de Guilde Mondiale des Tractionistes, la GMT, qui vit en région parisienne et que j'avais rencontré à la bourse de Mantes-la-Jolie qui me recommanda une connaissance: l'établissement "Longeon Rectification" à St Jean de Vedas. Comme quoi, les forums sur internet, ça a du bon.

  

        Le qualité du contact avec cette entreprise et surtout la qualité du travail fut irréprochable, le tout pour un prix fort raisonnable.

 

        Fin Novembre à l'occasion d'un retour vers les frimas de Brusque, je m'emmitouflai dans je ne sais plus combien de couches de maillots, tricots, pulls, polaire, j'étais absolument "Royal" pour affronter la "négativitude...." des températures et remonter mes tambours nouvellement rectifiés . 

 

      Ce fut promptement fait et j'en profitai pour ôter tout l'excédent de liquide de frein prêt à s'écouler sur les garnitures de freins.

 

      La 11 fut sortie momentanément de son hibernation:  réamorçage du circuit d'essence, remontage des bougies.....et autres choses désormais devenues routinières.

 

     Quelques Kilomètres après je prenais plaisir à faire de puissants (si, si!!) freinages à haute vitesse (sic) pour jouir des décélérations puissantes et "onctueuses": pas la moindre vibration, pas le moindre écart à droite ou à gauche.

 

       Je pense que l'absence de vibration est la conclusion de la rectification rigoureuse des tambours, quant à l'absence de "tirage" droite, il est plutôt l'effet de l'élimination provisoire de l'excédent de liquide prêt à souiller les garnitures de frein. On verra à la belle saison prochaine.

 

        L'épisode fut court: reprise de l'hibernation, avec huile dans les cylindre, bouchon dans l'échappement, cales sous les roues, panneau solaire pour l'entretien de la batterie, housse "home made" faite de de vieux draps brodés vitres ouvertes...... (chuttt la traction dort......)

 

         J'ai fait part de mon problème sur le forum GMT, il s'est avéré qu'un "forum'iste" avait refait les freins de sa traction en se fournissant chez le même vendeur de pièces à la même époque  il avait utilisé le liquide silicone DOT 5 comme moi, et avait rencontré un problème de fuite qui n'a été résolu qu'après échange des cylindres de roues (pourtant neufs) par des pièces provenant d'une autre source....

 

         La fuite est-elle due à une incompatibilité entre le DOT 5 et l'élastomère des coupelles? j'en doute car le problème n'existe que sur les freins avant.

       Est- elle due aux déplacements parasites des pistons obligés de "suivre" le faux-rond des tambours à chaque tour de roue, je n'en sais rien.

        Est-elle due à un défaut de fabrication des récepteurs: état de surface, fissure.... ou des coupelles? je pencherais bien pour cette hypothèse.

 

Je devrais en savoir la saison prochaine.....wait and see....

 

Conclusions:

La restauration des vieilles machines est loin d'être une science exacte:

- les pièces refabriquées ne sont jamais sûres,

- les divers ateliers de rectification font parfois des boulettes, même ceux qui font un effort pour être honnêtes

- les informations trouvées ça et là sur les forums techniques doivent souvent être interprétées, - il n'empèche que ces forums, comme celui de la GMT, sont un précieux lieu d'échange de nos expériences. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Mes bricolages
commenter cet article

commentaires

Jean-Jacques Chaumeton 11/08/2011 12:06


Henri,

C'est d'accord !
Pour que tu ne t'ennuyes pas, je viendrai, je me trainerai jusqu'à ton garage, pour que tu "sévices" et gommes mes problèmes mécaniques divers !
Je viendrai avec Isabelle, pour partager votre quotidien, de peur, que vous ne soyez choqué, si nous ne le faisions pas !
Te (vous) voilà rassuré(s) pour ton (votre) avenir de retraités.

JJ qui n'y est pas encore (à la retraite, sur la route, chez H et MC etc etc etc)


lamoitiédebelleonze 21/01/2011 12:37


J'avoue que c'est le premier article que je n'ai pas lu, c'est trop aride pour moi... Donc il se peut qu'il y ait des fautes d'orthographe, je n'ai pas fait le censeur !


faites-pour-rouler 07/01/2016 08:21

Bonjour, pour ma part je roule encore dans la même configuration depuis que j'ai changé seulement les coupelles des récepteurs avants.
Plusieurs fois, à la suite de broutage j'ai dû sortir les tambours pour laver les garnitures, soit au trichlo, soit à l'acétone soit au produit en bombe qu'on trouve dans les centres auto et le broutage a disparu mais revient vite.
Au cours du temps le suintement de liquide a à peu près disparu.
J'ai remarqué que quand je freine en attaquant progressivement la pédale je n'ai pas de broutage, je pense que le broutage est provoqué par l'excitation de tout le train avant et qu'il est très amplifié en cas de jeu aux axes de triangles supérieurs (c'est mon cas et je pense les changer l'été prochain).
Je pense aussi que l'excitation du système à l'attaque du freinage est très dépendant du coefficient de frottement des garnitures: il suffit que je profite d'une descente de quelques kilomètres en troisième gérée au frein en non en seconde pour être tranquille pendant longtemps ensuite. Peut-être le coefficient de frottement d'un garniture légèrement souillée est plus critique avec du liquide silicone (mon cas) que du liquide minéral.
Quant il y a broutage il y a aussi déséquilibre aléatoire entre droite et gauche.

Essayez les manips décrites: attaque progressive du freinage, appui prolongé sur les freins en descente, contrôle du jeu des axes supérieurs.
En espérant avoir été utile.

geiger 06/01/2016 22:46

Bonjour et bonne année
Votre article est ancien et peut-être que même votre adresse mail n'est plus bonne. J'essaie quand même.
J'ai les mêmes PB avec les freins de ma 11B qui "broute" au freinage. Tout est neuf et les tambours ont été rectifiés. Que dois-je faire pour règler mon PB ,
Merci

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories