Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 11:51

     Cette année comme le Covid nous a un peu "lâché la grappe" nous avons enfin pu faire le périple en Corse tant attendu organisé par Valérie et Thierry.

      Quinze motos d'un autre âge se sont donné rendez-vous chez Alain à une quarantaine de kilomètres du port de Marseille pour embarquer vers Ajaccio, Pétronille et la FN font partie du lot. Certaines rejoignent le port par la route, d'autres sont dans le véhicule d'assistance qui transporte aussi tous les sacs de voyage, autant dire qu'il est plein comme un œuf.

Un périple en Corse, octobre 2021

     Les prévisions météo alarmistes ont eu tout faux, tout le monde est arrivé sec au port pour une séance d'embarquement longue comme un jour sans apéro pain. Je n'ose pas imaginer la même épreuve sous le déluge.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Nos motos que nous avions bichonnées avec tant d'amour sont entassées sans ménagement, serrées les unes contre les autres, vaguement protégées par d'épais coussins, ma belge FN va passer la nuit dans les bras d'une teutonne GS.

 

Un périple en Corse, octobre 2021

    Le départ de Marseille est tout aussi émouvant que l'arrivée à Ajaccio, c'est magique.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

 

Lundi.

     Aussitôt arrivés à Ajaccio, les motos sont débarquées du fourgon, les cuirs  sont enfilés et les kilomètres vont défiler, la journée sera longue jusqu'à Bonifacio .... en passant par le montagne, celà va de soi.

     C'est bien les coussins de protection en plastique bleu, surtout quand ils fondent en se collant sur mon échappement encore chaud, il y en a un qui a failli rester collé à ma moto pendant tout le séjour !

Un périple en Corse, octobre 2021

     Première pause au col Saint-Georges, ça y est nous sommes vraiment en Corse, je sens que ça va me plaire.

Un périple en Corse, octobre 2021

     Passage au col de Granace.

Un périple en Corse, octobre 2021

     Pause aux bains de Guitera, , eau sulfurée chaude, excellente pour soigner les ... la liste est longue. .....

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     C'est ensuite par une belle route fréquentée par les inévitables cochons et chèvres que nous arriverons à Aullène pour la pause repas.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Au menu : l'inévitable plat traditionnel : veau aux olives avec polenta.

Un périple en Corse, octobre 2021

     J'aime bien ces beaux murs de pierres bien ajustées, typiques des maisons corses.

Un périple en Corse, octobre 2021

     Nous filons ensuite vers Levie pour faire le plein .... et mettre les vêtements de pluie car le ciel est franchement menaçant.

Un périple en Corse, octobre 2021

     Nus passons le tunnel d'Usciolo et contemplons le paysage quelque peu humide.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Allez, plus que quelques gouttes de pluie et nous serons arrivés .

Un périple en Corse, octobre 2021

     Un peu de confusion accompagne la fin du trajet car le "Tour de Corse Historique"  emprunte la route que nous avions choisie. Nous arrivons au camping Pertamina à Bonifacio dans la grisaille après environ 200 kilomètres.

 

 

     Mardi

     Journée dédiée au tourisme, nous roulerons peu et visiterons la citadelle après une ascension en "promène-couillons".

     Notez que les arcades qui relient les maisons dans les ruelles ne sont pas des renforts mais des canalisations qui distribuent les eaux de pluie.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Une courte mais grosse averse lors du retour au camping nous rappellera la dure réalité de la vie de motard. Quelques courageux redonnent un coup de kick (ou deux !) pour aller voir la plage toute proche mais Pétronille et la FN préfèrent le farniente au sec.

 

 

 

 

     Mercredi

     Changement de décor, nous partons vers Propriano. Le temps est menaçant mais les tenues de pluie seront vite remises dans les sacoches lors d'un arrêt avec  belle vue sur la mer.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     De la belle route le long de la côte, de la petite route de montagne, un village perché dans la montagne et nous voici à Sartène pour une pause café.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Quoi de mieux que la plage de Campomoro pour un pique-nique ?

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     L'après-midi nous allons jusqu'au site préhistorique de Filitosa mais la Pietra blonde ou ambrée a plus de succès, nous ne le visiterons pas et gagnerons le camping "Colomba".

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

 

 

     Jeudi

     C'est une très belle boucle vers Aullène et le col de Saint-Eustache qui nous attend.

     Avant Aullène on voit sur le versant opposé la route que nous emprunterons pour atteindre le col de Saint-Eustache.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Pause-café à Aullène où une horde de Harley nous rejoint : c'est clair ce type de route attire les motards de tous poils.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Et c'est reparti pour une route fabuleuse jusqu'à Petreto en passant par le col de Saint-Eustache.

 

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Arrêt regroupement à Petreto avant le retour à Propriano pour un restau.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Après le repas au "No Stress" nous allons au col de Gradello et revenons à Acqua d'Oria par le col de Cortone et retrouverons nos mobil-homes au "Colomba".

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

 

 

     Vendredi

    Nous partons vers Sagone par le col de Celaccia.

     Bonne grimpette dès le départ, tiens des travaux, un feu rouge, je dégaine la boîte à images : la mer au loin, un cimetière typique bien exposé au soleil, nous sommes bien en Corse.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Un petit doute ? C'est tout droit, le dernier arrivé attend les retardataires pour indiquer la route, c'est la règle stricte, bien observée par tous les participants, qui permet de ne pas se perdre.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Nous traversons le Taravou par un petit pont bien folklo et faisons une pause forcée : un câble de frein a déclaré forfait, d'ailleurs les motos ont été particulièrement câblivoraces au cours de ce périple, est-ce dû à l'air corse ?

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

      Ça joue de la clé à molette en queue de peloton, nous attendons du côté de Sarola.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Pique-nique au col de Sarcoggio avec belle vue sur la mer. On entend les voitures du Tour de Corse Historique qui s'amusent en bas.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Repos des guerriers au camping "Le Sagone".

Un périple en Corse, octobre 2021

 

 

    Samedi

     C'est une très belle boucle qui nous mène au col de Sevi après une montée particulièrement raide. Nous ferons une pause dans les gorges d'Evisa et rejoindrons Porto par une belle descente. et ferons notre pique-nique sur la plage de Serriera.

    Après Vico la pente est impressionnante, au point que quelques passages en faux plats nous font croire qu'on est en descente et ne comprenons pas pourquoi on doit rester en seconde.   La vue est magnifique.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Au col de Sevi les cochons qui se prélassent se laissent "papouiller".

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Pause-café à Evisa.

Un périple en Corse, octobre 2021

     Un peu de marche à pied dans les gorges nous fera du bien, on y voit les ruines d'un moulin à châtaignes.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     C'est ensuite par une très belle descente que nous rejoignons Porto ... en évitant les nombreuses chèvres et cochons sur la route.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Détour jusqu'à la plage de Serriera pour le pique-nique.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     C'est ensuite une très belle route qui nous amène jusqu'à Piana ... où il est encore question de câble fatigué.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Arrêt à Cargèse pour achats souvenirs .... et l'indispensable Pietra.

Un périple en Corse, octobre 2021

 

 

     Dimanche

     Retour à Ajaccio, d'abord on longe la mer puis on monte au col de San Bastiano où nous admirons le paysage.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     A l'entrée d'Ajaccio une Monet ratatouille, elle est chargée dans le véhicule d'assistance pour éviter la panne dans les embouteillages de la ville mais il ne s'agissait que d'un fil de condensateur épris de liberté, la réparation aurait été faisable sur le bord de la route.

     Dans Ajaccio la Magnat casse un câble d'embrayage, elle continue en première, les derniers cent mètres sont faits à la poussette pour se rendre compte que la queue de cochon qui se visse dans le carter est restée sur la route. Alain et Eric retournent sur leurs pas et la retrouvent, la Magnat sera réparée en moins de temps qu'il n'en faut pour raconter l'histoire.

     Dans le port, au cours du trajet qui nous mène au bateau, la Terrot n'en veut plus, sa magnéto est bloquée, un démontage et nettoyage sur le bord de la route aurait réglé le problème et si vous ne me croyez pas c'est parce que vous ne connaissez pas Bernard qui en a vu d'autres, la Terrot sera poussée sur le pont.

    A part ça les motos n'ont connu que quelques ennuis mineurs facilement réparables avec peu de moyens :  ruptures de câbles (nombreuses), maillon d'attache rapide, bougie perlée, quelques boulons qui se dévissent, quelques réglages à peaufiner, quelques séances de poussette .... juste ce qu'il faut pour mettre un peu de piment dans l'aventure. Le fourgon d'assistance a rempli son contrat et nous a amené à bon port, ensuite ...... mais ça c'était hors périple !

     Quatre motos sont ficelées dans le fourgon, les autres sont entassées entre coussins bleus sur le ferry, Pétronille dit au revoir à la Corse.

Un périple en Corse, octobre 2021

     Arrivés à Marseille on décharge trois motos, on enfile les cuirs et blousons et c'est reparti pour 40 km pour retrouver nos voitures et remorques, 800 km de routes sans ligne droite auront été parcourus pour le plus grand bonheur de tous.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Petit diaporama des participantes : sept Monet-Goyon, une Motobécane, une Motoconfort, une FN, une BMW, une Triumph, une Terrot, et une Matchless  (à vous de les remettre dans l'ordre) ont cohabité dans la bonne humeur.

Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021
Un périple en Corse, octobre 2021

     Nos gentils organisateurs ont été bien plus fiables que les prévisions météo fantaisistes des premiers jours, les routes étaient belles, les paysages magnifiques, le road-book bien détaillé, l'assistance efficace, l'organisation des repas et pique-niques, la Pietra, et les charcuteries corses ont été appréciées tout comme le veau aux olives (avec modération).

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 11:31

     C'est à Gérard Alvaro qui nous a quitté en pleine période de Covid que Josette toujours débordante d'efficacité et de gentillesse, a dédié cette édition du Rallye de la Cité.

     On ne change pas une formule qui marche : après une virée à vieilles pétoires dans la campagne carcassonnaise, les motos se retrouvent à l'entrée de la Cité pour une ascension par les ruelles encombrées de touristes admiratifs ... à part les quelques inévitables grincheux pitoyables qui se bouchent le nez et les oreilles. Les motos restent exposées devant l'Hôtel de la Cité pendant que nos estomacs se délectent à la Brasserie du Donjon, et quand ils sont repus, je vous le donne en mille .... on encombre à nouveau  les même ruelles toujours encombrées de touristes pour redescendre, un seul regret : on fait moins de bruit que quand on monte.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Au petit matin le long des berges de l'Aude les promeneurs de chiens et les joggeurs font une halte pour admirer ce que la nature a de plus beau.  Voyez vous-même comme on peut les comprendre.

 

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Nous irons vers le nord : Conques-sur Orbiel, Lastours, Tourette-Cabardès, Caudebronde pour arrêt gourmand, Brousse-et-Villaret, Aragon, Villegailhenc ...

     Nous sommes sortis de la ville, on fait l'appel avant de taquiner la vraie route.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Une panne, on attend du côté de Lastours.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Après une micro-route très pittoresque du côté de Tourette-Cabardès, nous approchons de Caudebronde, dire qu'hier il pleuvait dans les Cévennes !

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     La charcutaille est prête (et méritée !), la pause à Caudebronde est appréciée.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Une Peugeot nous a rejoint.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Préparation psychologique indispensable avant tout bon repas : pause à Villegailhenc.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Avant notre invasion de la citadelle on prend la pose pour la photo dans le journal.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021
Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

    Nous sommes montés, nous avons bien frimé, nous sommes fiers, les motos sont bien protégées par la  rubannaise, à nous la Brasserie du Donjon.

Carcassonne, le Rallye de la Cité, septembre 2021

     Encore une joyeuse pagaille dans les ruelles et nous regagnons les berges de l'Aude pour nous donner rendez-vous à l'année prochaine.

     Je suis sûr que Gérard nous a suivi de là-haut et a passé une belle journée.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 20:26

     Yves nous a dit : "avec ce covid  on ne sort plus beaucoup, ça vous dirait une balade parallélo dans les Cévennes ? " Et il a ajouté : "Pétronille n'a pas une parallélo, mais elle roule bien et elle est sympa donc on l'accepte" .

     Vous auriez refusé, vous ? Ben nous non plus !

     Le petit groupe se retrouve du côté de Lasalle chez Claude, l'itinéraire a été prévu "à géométrie variable" car madame météo a ses humeurs capricieuses et dans cette région coutumière des redoutables "épisodes cévenols" il est bon de penser "plan B". Le Mont Aigoual est au programme et la seule contrainte étape imposée  c'est un passage par  Saint-André-de-Valborgne où le resto a été réservé.

      Souvent nous sommes parmi les tout premiers arrivés sur les lieux de rendez-vous, mais cette fois-ci nous étions les derniers, et pourtant nous n'étions pas en retard, preuve que le projet a bien plu aux copains venus avec du beau matos, voyez vous-même.

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     Colognac, Saint-Roman-de-Codière, Saint-Martial, Notre-dame-de-la-Rouvierre, Valleraugue ......on verra ensuite.

     Parfois il y a un petit élargissement de la route, on peut alors faire un petit arrêt pour s'assurer que le troupeau est au complet, tiens Pétronille est en noir ?

 

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     Petite pause peu avant Saint-Martial, depuis peu Pétronille nous faisait un caca nerveux, les copains qui la suivaient me disent  : " ça fume et ça pète., Pétronille confirme : "elle ratatouille, j'ai cru qu'elle n'en voulait plus" ... ni une ni deux, je soupçonne le condensateur, ça tombe bien il y a deux condensateurs sur Pétronille, l'un d'eux est prévu pour le cas où .... la substitution a duré moins de temps qu'il n'en a fallu aux collègues pour papoter et échanger leurs impressions sur ce début de parcours, j'ai même pu faire un petit kilomètre pour m'assurer que tout était rentré dans l'ordre.

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     Passage à Saint-Martial.

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     Euuuuhhh.... le Mont Aigoual, vous y croyez ? Ça m'a l'air bien encombré par là-haut .....

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     A Valleraugue il faut se rendre à l'évidence, on enfile (avec difficulté vu notre âge et nous douleurs articulaires) les horribles tenues de pluie, c'est clair, passer par l'Aigoual risquerait de nous faire rater le resto à Saint-André. On tirera au plus court par le Col du Pas.

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     Arrêt obligatoire au Col du Pas avec sa croix de Lorraine.

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     Quand faut y aller, faut y aller, en route pour St André.

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     De temps en temps on s'arrête, on ne sait pas bien pourquoi mais c'est rigolo, on profite de l'instant, de l'ambiance, des châtaigniers, c'est beau, on bloque le passage mais de toute façon la dernière fois qu'une voiture est passée remonte à .....

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

    Nous voici à Saint André-de-Valborgne, les touristes un autochtone est ravi de voir nos vieilles bécanes et manifeste sa joie n'hésitant pas à tripoter toutes les manettes .

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021
Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

     La météo sournoise a profité lâchement de notre repas (excellent) pour essorer ses nuages, c'est clair, nous ne serons pas secs à l'arrivée.

Petit tour en Cévennes entre copains : septembre 2021

      En pareille circonstance, mon appareil photo est bien à l'abri sous trois ou quatre couches de machins plus ou moins imperméables et de toute façon comme mes Climax sont embuées je n'arrive pas à voir si c'est beau et si ça vaut la peine de s'arrêter pour faire une photo, ma préoccupation est de deviner où se trouve la route et m'inquiéter des ratés d'allumage qui commencent à se manifester. Seule satisfaction égoïste, ma FN n'a pas été la plus incommodée par la pluie, même si j'ai dû finir un côte en première, je suis arrivé ... tout comme Pétronille, mais elle, elle avait un condensateur tout neuf !

     Et dire que demain on remet ça du côté de Carcassonne !

         Merci Yves et Claude même avec la pluie c'était parfait.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 17:44

      A la mi-septembre le village de Sainte-Eulalie, à deux pas du Mont Gerbier de Jonc, se réveille au son du vieux "gromono" et des vocalises des petits cubes. Un groupe de passionnés de vieilles motos est venu pour en découdre avec la montagne ardéchoise dans le cadre d'une rencontre organisée par "les vieilles cylindrées ardéchoises".

     Trois trajets de 80 km sont au programme : samedi nous ferons le circuit des lacs : Coucouron et Issarlès, le dimanche nous irons sur le plateau du Coiron.

 

     Petit tour avant pour voir quelques participantes ... en commençant par les plus belles.

 

La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Motobécane, Magnat-Debon, Velocette, Norton .... il y en a d'autres.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Après un repas au restaurant "Les Violettes" le départ est donné, à nous les grands espaces.

 

La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Traversée de la Loire encore toute petite.

 

La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Passage au col de Fioulebise où Pétronille me rejoint en pleine vitesse.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Pause au plan d'eau de Coucouron.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

      J'en profite pour admirer quelques participantes : Norton, Monet-Goyon,Peugeot, AJS ... tiens, une FN !

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Arrêt au lac d'Issarlès où ma FN aime encore exhiber son trois-quarts arrière gauche !

La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Nous faisons ensuite une pause au barrage de la Palisse sur la Loire bien basse en amont.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Sainte-Eulalie n'est plus très loin, Gerbier de Jonc et Mézenc au loin (je ne suis pas très sûr). 84 kilomètres auront été parcourus dans l'après-midi.

 

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Le repas du soir est pris à le ferme de la Besse, très belle bâtisse du  quinzième siècle, le contenu de l'assiette était aussi remarquable que la charpente sous les lauzes, adresse à retenir.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Dimanche matin nous suivrons la route de Privas jusqu'au col de l'Escrinet pour aller ensuite voir le château de Boulogne, ensuite, après la visite de St Laurent-sous-Coiron nous déjeunerons à Lussas.

     Après une nuit de pluie, le ciel promet de se découvrir, et en effet petit à petit l'horizon se dégage et c'est franchement beau.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Pause café au château de Boulogne.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Mais ne croyez pas que nous n'aimons que la route large et dégagée, serpenter entre les châtaigniers a aussi beaucoup de charme.

 

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Visite de St Laurent-sous-Coiron, village de caractère, qui jouit d'une belle vue sur la plaine.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Pause repas au Kilana à Lussas.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Le ciel nous a épargnés ce matin mais l'après-midi s'annonce moins sèche, les vêtements de pluie sont une sage précaution, après une séance de contorsionnisme nous sommes prêts.

 

La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Nous passons par Mirabel et nous en échappons par une route très étroite toute en virages extrêmement serrés, la descente est vertigineuse, copieusement gravillonnée qui plus est, j'avais du mal à maintenir ma moto debout, je ne me suis pas risqué à tenter une photo.

     Arrêt au château de Berzème. Avez-vous déjà vu un escalier en colimaçon en bois de châtaignier, allez le voir, c'est très beau.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Nous retrouvons la grand-route de Privas au col de l'Escrinet et nous rendons à l'évidence : nos craintes se sont avérées, le ciel ne nous a pas gâtés pendant les derniers kilomètres, mais ça fait partie des plaisirs (?) de la moto ancienne, des casque bols et des Climax sans visière ....

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Au fait, est-ce que je vous les ai toutes montrées, en voici d'autres qui se sont laissé prendre à mon objectif.

La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021
La Montagne Ardéchoise septembre 2021

     Merci Denis et merci à ceux qui ont participé à l'organisation de cette rencontre fort réussie.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 18:17

    Puisque les restrictions sanitaires incertaines ne permettent pas de programmer les évènements longtemps à l'avance, le Retromoto-Club de Pernes n'a retenu que l'essentiel pour sa traditionnelle sortie des vendanges : des vieilles motos, une belle région, un beau parcours, de la bonne humeur et le ciel bleu, les restau et autres pause gourmande, apéro, gadgets souvenirs ... ont été jugés "non-essentiels", et le principe est parfaitement accepté par les participants qui ne demandent qu'à prendre du plaisir à rouler sur de vieilles bécanes.

     Nous irons du côté de Lourmarin, Buoux, Auribeau, Saint-Saturnin-les-Apt, le pique-nique sera fait au Château de Javon et nous rentrerons par le col de Murs et Venasque, 160 km auront été parcourus.

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

      Quelques machines au départ, nous avons la visite d'une Triumph d'avant 14 venue nous saluer.

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Une bonne vingtaine de motos est au départ, le "chef" mène le bal sur son attelage Terrot, suivi du convoi qui s'étire tandis que le fourgon d'assistance ferme la route.

     Arrêt à Mérindol où quelques copines nous ont rejoint.

 

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Passage à Lourmarin avec une belle vue sur son château.

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Arrêt non prévu juste avant Buoux, la transmission du side Terrot a déclaré forfait. il faut dételer pour rentrer le panier dans le fourgon et mettre la moto sur la remorque après avoir réparé la Griffon qui y avait pris place.

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     C'est reparti.

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Petit regroupement après Auribeau avec vue sur Saint-Martin-de-Castillon (enfin, je crois !)

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Pique-nique au château de Javon. (quelques photos ont été volées à Yves B.)

 

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Petite brochette d'avant-guerre (le photo n'est pas de moi et pour cause : je suis sur la photo !)

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Le retour par le col de Murs et Venasque est absolument fabuleux : paysages sauvages, pas un brin de route droite, tout ce qu'on aime.

  Un dernier regroupement.

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Allez, un dernier aperçu des participantes, (avec une petite préférence pour les plus vieilles).

Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021
Les vendanges à Pernes-les-Fontaines : septembre 2021

     Encore une belle réussite pour le Retromoto club de Pernes ... et maintenant il va falloir réparer le side pour la prochaine édition qu'on souhaite sans contraintes sanitaires.

Partager cet article
Repost0
8 août 2021 7 08 /08 /août /2021 18:14

     Et puisque les règles sanitaires en vigueur nous le permettent, pourquoi pas une bonne petite balade au départ de Capestang avec les "Lutins motocyclistes Biterrois" dans le Minervois ? Chantal et René nous ont trouvé un bel itinéraire : soixante kilomètres le matin, autant l'après-midi avec un pique-nique à midi, voila une formule qui convient bien à la saison estivale.

 

     Programme des réjouissances : Quarante, Montouliers, Bize-en-Minervois, Maillac, Beaufort, Azilhanet, Saint-Julien-de-Molières, Ferrals-les-Montagnes, Verreries de Moussans, Rieussec, Saint-Jean-de-Minervois et retrour à Capestang.

     Quelques avant-guerre comme je les aime sont au départ.  Labor dans un beau jus avec son 250 Zurcher culbuté, Peugeot, Griffon, et vous vous en doutez , une FN.

 

 

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins

     Les premiers kilomètres ont été parcourus, regroupement à Bize-en-Minervois.

 

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins

    Une première pause du côté de Beaufort, tiens je n'avais pas encore vu la Norton, ni la Mob qui aurait sa place au Louvre dans la galerie des vieilles gloires.

 

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins

      C'est par une petite route qui domine un paysage magnifique que nous arrivons à Saint-Julien-des-Meulières.

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins

     Pause pique-nique à Campredon à côté de Ferrals-les-Montagnes.

 

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins

     Regroupement à Rieussec. 

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins

     Arrêt du côté de Saint-Julien Minervois (je crois) pour photo de groupe, (merci aux photographes),  la vue sur le paysage au loin est belle.

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins

     Déjà Capestang j'aurais bien fait un tour de plus. Bravos à nos petits lutins.

     Ils ne se contentent pas de trouver de beaux trajets, il nous attendent aux détours des virages pour nous prendre en pleine action, merci Chantal et René.

Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Petite virée dans le Minervois avec les Lutins
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 08:57

     Ben oui, quand on revendique un tel titre pour un blog, on assume.

     Puisque la P102 a terminé sa phase de déverminage elle se doit d’honorer le nom du blog qui vous a fait connaître les détails de sa restauration. De son bloc opératoire à Montpellier jusqu’à Brusque, son lieu de vacances dans le sud-Aveyron, il y a une grosse centaine de kilomètres, alors, puisque nos grands-pères le faisaient, quoi de plus normal que de se lancer dans l’aventure.

     Jusqu’à maintenant elle n'a parcouru que 300 km par tout petits bouts à l’occasion de réglages divers, mais jamais de grand trajet.

 

     Une courroie de secours, quelques clés et pinces, un bout de fil de fer, un Opinel, des rustines, une chambre à air, de l’huile puisque le mélange ne se trouve plus aux pompes devenues rares, et les deux indispensables outils des temps modernes : le portable et la carte bleue, bien cachés parce que j’ai un peu honte. J’oubliais : un gilet jaune réfléchissant juste pour sortir de la grande ville par des voies qui risquent d’être encombrées de personnes un peu décontenancées par le comportement de cet Ovni sur ses pneus à talon qui n’accélère ni ne freine comme tout le monde.

     Petite angoisse : n’ayant jamais fait de longs trajets je n’ai qu’une vague idée de sa consommation de carburant et je crains qu’elle ne soit exagérée d’autant plus que le réservoir est tout petit, je sens que tout au long du trajet je ne vais penser « qu’au plein » tandis que le monde entier pense … « Covid » (facile celle-là mais je n’ai pas pu m’en empêcher).

 

     Je prévois une moyenne de 30 km/heure, soit quatre heures de contact intime avec une selle bien dure, auxquelles il faudra ajouter diverses pauses, je partirai donc le matin et ferai un arrêt repas.

     Bien que très confiant dans la réussite de ce défi, je me surprends parfois à revoir le film de sa restauration et à avoir des doutes :  ce vilebrequin « home-made », ne va-t-il pas s’ouvrir en deux ? Ce volant moteur fixé sans clavetage, est-ce que je ne vais pas le voir me doubler ? Ces pneus à talon gonflés à 2.4 bar, est-ce qu’ils ne vont pas déjanter ? Ce condensateur maison dans la magnéto, ces rayons de roues chinois, toutes ces petites pièces dans le carburateur que j’ai dû refabriquer, ces axes de fourche, ce disque d’embrayage et ses bouchons, la boîte de vitesse reconditionnée, tous ces écrous et vis ne seront-ils pas épris de liberté ....

 

 

 

     C'est le jour "J", vérifications d’usage avant le départ : le pneu avant est anormalement dégonflé, et pour cause, elle est belle cette longue épine plantée dans la chambre !

Une P102 faite pour rouler

     Le premier coup de kick a été le bon, non sans avoir au préalable introduit trois gouttes de mélange dans le cylindre, c’est sûr, ce défi ne lui fait pas peur.

     J'en ai fini avec la ville, je peux enfin quitter la quatre voies, mais je me sens plus en sécurité avec mon gilet jaune que je garderai jusqu'à la dernière étape aveyronnaise.

Une P102 faite pour rouler

     Premier arrêt à Bel Air après 15 km pour compter les boulons, tout est OK sauf le pneu avant qui ne tient pas bien la pression malgré ma réparation, je décide dans un premier temps de multiplier les arrêts pour regonfler, je verrai plus tard s'il y a lieu de changer la chambre à air sur le bord de la route.

Une P102 faite pour rouler

     La belle descente de La Taillade.

Une P102 faite pour rouler

     Me voici à Gignac pour une pause bistro, ma "motocyclette" intéresse les passants.

Une P102 faite pour rouler

     Mais que sont ces vibrations que je sens à l'arrière ? Un ralentisseur m'a fait rebondir sur la selle qui s'est enfoncée et les ressorts touchent le cadre : petit réglage sur le bord de la route.

Une P102 faite pour rouler

     Les derniers kilomètres jusqu'à Lodève sont du genre monotone.

Une P102 faite pour rouler

    Après un plein de carburant à Lodève il est temps de faire une pause repas, un pavé de saumon dans l'assiette, la P102 dans le champ de vision, je compte les curieux admiratifs, j'ai connu des moments plus désagréables.

Une P102 faite pour rouler
Une P102 faite pour rouler

     C'est ensuite par le tracé de l'ancienne course de côte de Lodève qu'on s'élève vers le Perthus. J'avale la côte en troisième entre 30 et 35 km/h sans solliciter le moteur au maximum. La tenue de route exemplaire de la P102 me permet de négocier les virages sans ralentir !

Une P102 faite pour rouler
Une P102 faite pour rouler

    Me voici sur la route de la crête, c'est beau, c'est comme en Hollande, il y a beaucoup de moulins à vent mais c'est moins plat.

Une P102 faite pour rouler
Une P102 faite pour rouler

     Tiens, une épreuve que je redoutais un peu : la première vraie descente, celle qui mène à Roqueredonde : le frein moteur sera-t-il suffisant, devrai-je utiliser le décompresseur ou martyriser ce qu'il reste des patins de freins ? Sachez que lesdits patins n'ont servi que très peu et que ma fourche restaurée "aux petits oignons" m'a permis "d'enrouler" les virages et de conserver une vitesse honorable.

Une P102 faite pour rouler

     Serge m'avait dit : " je t'attendrai à Ceilhes pour t'offrir une glace et je t'accompagnerai pour la dernière étape, il faisait chaud et la glace a été appréciée (il paraît que dans le nord il pleuvait !!! )

Une P102 faite pour rouler

     C'est reparti, le gilet jaune reste dans le sac.

Une P102 faite pour rouler

      Pétronille est venue m'accueuillir au col de Notre-Dame.

 

Une P102 faite pour rouler
Une P102 faite pour rouler

     A Cénomes il n'y avait pas du mélange pour les deux temps, il y avait bien du carburant, mais je n'avais pas la prise électrique normalisée ....

Une P102 faite pour rouler

     Déjà Brusque, qui a parlé de "challenge"  de "défi", de "truc extrême"?  "Faites pour rouler", c'est aussi simple que ça !

Une P102 faite pour rouler
Une P102 faite pour rouler

      Huit heures de trajet avec de nombreux arrêts, bistrots, restau, photos,  (et regonfler le pneu) , cent-quinze kilomètres au total, vitesse en palier entre 40 et 45 km/h, je pourrais aller plus vite mais c'est la vitesse de confort. Consommation de carburant 5.5 litres aux cents environ, et je n'ai même pas mal au cul.

Remerciements (dans le désordre)

- « Sergio Allais » pour son beau piston à déflecteur,

- « Longeon Rectification », pour le réalésage du cylindre,

- Loulou des « Pétochons du Lion » pour ses bons conseils,

- Peps pour l’alésage des masses du vilebrequin,

- Stéphane pour la soudure des carters en aluminium,

- Jean-Claude W. pour la courroie à maillons même si elle n’est encore utilisée que comme secours,

- Jibé pour ses conseils sur le nickelage,

- Marc F. pour ses conseils sur les dimensions des pneus à talon, et Vintage tyres …. qui ne m’en a pas fait cadeau !

- Pièces allumages pour l’induit de la magnéto,

- l’excellent site http://y.callaud.free.fr/index.html qui m’a rafraîchi les neurones pour le calcul du vilebrequin,

- Les fournisseurs tels que : « Découpe Acier », « Roulements et Courroies », « Bricovis » et les vélos électriques qui utilisent des rayons de roues en inox qui s’adaptent parfaitement ..

-  Et je ne suis pas près d’oublier les bouteilles de vin de Faugères qui m’ont permis de récupérer les indispensables bouchons de liège pour l’embrayage.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 09:00

     Le 14 juillet c’est le jour du défilé … des petites cylindrées organisé par le MC2A et le Rétro-Moto-Club de Pernes au départ de Beaumont-du-Ventoux .

     Il y a de la 125 "popu", de la sportive, de la "Mob", de la miniature, les cylindrées plus grosses sont admises à condition que leur âge soit respectable. C’est la Rivale, ma fidèle 125 « Tobec » culbutée, qui est de le fête cette fois-ci tandis que Pétronille pouponnera bien sagement à la maison.

 

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Il y a même une grosse Mobylette comme on en faisait dans les années trente, très belle machine !

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

.     Une bonne centaine de kilomètres est au programme, : Mormoiron, Blauvac, La Gabelle, Flassan, Caromb, Beaumes-de-Venise, Suzette et Malaucène.

     La formule simple a fait ses preuves depuis plusieurs années : une carte en guise de road-book, quelques motos classiques qui encadrent le groupe, un arrêt pique-nique tiré du sac et de la bonne humeur, même le ciel presque bleu.

     Premier regroupement à l’entrée de Bédoin, la petite côte a ralenti les "Mobs" qui nous rejoignent rapidement.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Après Mormoiron, je roule seul, le groupe de tête est loin devant tandis qu’une moto capricieuse s’est attardée loin derrière, allez quelques photos.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

    Passage à Blauvac.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Je retrouve le groupe du côté de Villes-sur- Auzon.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Très belle grimpette jusqu’à La Gabelle, la route est large, je tricote entre la 3ème et la 4ème, toujours plein gaz, la Rivale s’en tire honorablement.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Les machines ont droit à une pause bien méritée avant de bifurquer vers La Gabelle. Les Mobs ont assuré, bravo.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     C’est ensuite une belle descente qui nous mène à Flassan.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Après Modène nous arrivons à Saint-Hippolyte-de-Graveyron pour le pique-nique en musique, les cigales sont tellement contentes de nous voir qu'elle ne s'octroient pas la moindre pause.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     C’est reparti, passage à Beaumes-de-Venise.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Dernière pause à Suzette.

Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux
Les petits cubes à Beaumont-du-Ventoux

     Le MC2A et le Rétro-Moto-Club de Pernes ont encore frappé et bien frappé, les cent trois kilomètres ont été avalés dans la bonne humeur, les Mobs et les plus grosses ont bien cohabité, bravo.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2021 1 05 /07 /juillet /2021 18:42

     Allons voir quelques participantes.

 

 

 

     Le "Tour du Quercy Rouergue" se déroule début juillet, pour nous cette quatorzième édition au départ de Castelnau-de-Montmiral est une première. Trois boucles sont au programme les vendredi, samedi et dimanche matin.

     Pas de fléchage le long du parcours, on suit le road-book ..... ou les motos qui ont l'air de savoir où il faut aller. Pas de départ groupé mais des petits groupes qui se font par affinité. Environ 80 motos anciennes sont de la fête.

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Commençons par une visite rapide de Castelnau de Montmiral où nous déposons quelques gouttes d'huile pour marquer notre territoire.

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Vendredi matin, nous passerons à Vaour, Milhars, Lexos et Riols où nous ferons la traditionnelle pause gourmande, nous poursuivrons ensuite par St-Martin-Laguépie, Montirat, Crespin et Naucelle pour finir la matinée à Tanus au restaurant "Les Voyageurs".

     La route est belle mais prend plaisir à nous rappeler que nos cadres sont rigides. A Riols la table est dressée pour l'indispensable casse-croûte.

 

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Riols est un beau petit village où il fait bon s'attarder un peu.

 

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Passage à St-Martin-Laguépie.

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Parfois je m'attarde pour faire une photo et réussis à ne pas me perdre, je retrouve les copains qui m'attendent du côté de Naucelle.

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Nous arrivons à Tanus au restaurant "Les Voyageurs". J'aime bien les anciennes  publicités peintes sur certaines façades, elles seraient mal vues aujourd'hui, c'était le bon temps !

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Les filles pilotes ont droit à une photo de groupe .

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Vendredi après-midi nous rentrerons par Roulet, Blaye, Valence, Gaulène, Valdéries, Cestayrols et Cahuzac.

     Il reste de la route à faire, nous allons passer sous le viaduc du Viaur,

 

 

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Un peu de campagne, quelques regroupements en petit comité et nous retrouvons la mascotte du camping, 190 km ont été parcourus dans la journée.

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Samedi, le casse-croûte se fera à Castelnau-Lévis après être passés à Cestayrols, c'est ensuite par  Ambialet et la route des tunnels ... et quelques hésitations de parcours, que nous rejoindrons l'Oasis Bleu à Réquista.

      Nous partons parmi les deniers, du coup je ne m'attarde pas pour faire des photos et nous voici à Castelnau-Lévis après 30 km pour ..... je vous le donne en mille, la cochonnaille ça se mange sans faim.

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Le chef nous avait bien mis en garde : la route emprunte les tunnels longs, étroits et sans éclairage d'une ancienne voie ferrée, j'ai eu l'occasion de faire cette route au volant de ma traction et j'ai le souvenir d'une nuit noire sans la moindre étoile pour me guider. Les rares avant-guerre équipées d'un éclairage fonctionnel se contentent de 25 watts bien maigrichons ...

     Préparatifs avant l'épreuve, le premier tunnel est le plus redoutable, la Saro change de batterie, nous enfilons les gilets fluo, nous organisons notre petit groupe pour alterner les motos avec et sans éclairage et nous nous jetons dans les ténèbres .... où un intrus qui s'est immiscé dans notre groupe a décidé de s'arrêter en plein milieu de la route ..... Certains l'évitent par la droite, d'autres par la gauche ...... Ouf, nous somme sortis vivants. !

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Après quelques erreurs de parcours nous arrivons à l'Oasis Bleu à Réquista sous une pluie bien installée.

 

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     A la fin du repas le ciel se dégage au loin ... mais c'est vers l'opposé qu'on partira !

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Après quelques kilomètres les vêtements de pluie sont remis dans les sacoches.

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Arrivés sur le plateau du côté d'Alban nous retrouvons un paysage bien dégagé.

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

    Descente sur le Château de Granval où nous faisons une pause rafraîchissement.

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Le road-book était correct, mais la signalisation prêtait à confusion, quand la route est très étroite ça peut devenir rigolo et les riverains ébahis ne comprennent rien à cette bruyante invasion.

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

      Nous retrouvons vite le bon chemin et arrivons au camping avec 215 km de plus au compteur.

    Dimanche matin après une nuit de déluge quelques "acharnés harnachés" (de vêtements de pluie) ont pris la route mais nous avons préféré faire du tourisme à quatre roues, ne le répétez pas, sachez quand même que le village de Bruniquel vaut le détour.

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Mon objectif ne les a pas toutes vues, mais quelques-unes m'ont tapé dans l'oeil.

 

 

 

 

 

 

 

Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021
Le Tour du Quercy Rouergue, juillet 2021

     Merci Patrice, Merci Babette, c'était tellement bien que même la pluie s'est invitée le dimanche matin !

Partager cet article
Repost0
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 08:10

     Tout a commencé par une initiative du MC2A qui a organisé une journée "roulage" sur le circuit de karting de Belmont-sur-Rance, nos avant-guerre à la puissance faible sont admises.

     Est-ce bien raisonnable de faire tourner nos pataudes mais vénérables grand-mères sur un tourniquet prévu pour le kart ? Après tout, puisque les roulages seront organisés par séries de motos du même genre, pourquoi pas ? Ce qui est sûr c'est que les copains ont été séduits par la proposition. et comme Belmont est  situé à trois coups de piston de Brusque il devenait évident de faire d'une pierre deux coups autrement dit de profiter de l'occasion pour faire une virée dans le sud-Aveyron la veille de l’événement.

     Et c'est ainsi que la FN et Pétronille ont partagé leur garage avec une bonne dizaine de copines, ( j'ai senti une pointe de jalousie dans les phares de la traction cernée de toutes parts par les motos).

      Je n'ose pas croire que vous ne connaissez pas Brusque, voici deux photos pour vous rafraîchir la mémoire.

Brusque 12360
Brusque 12360

Brusque 12360

     C'est un circuit de 95 km autour de l'Espinouse qui a été choisi en guise de mise en bouche: Murat-sur-Vèbres, col de l'Espinouse, Rosis, Saint-Gervais-sur-Mare, Graissessac, col du Layrac et Mélagues.

  Motoconfort, FN,  Saroléa, Gillet, Monet-Goyon, Magnat-Debon, New-Map ... il y a du beau, voici un petit échantillonnage.

 

 

Gillet 500, Monnet Goyon, New-Map, Magnat Debon
Gillet 500, Monnet Goyon, New-Map, Magnat Debon
Gillet 500, Monnet Goyon, New-Map, Magnat Debon
Gillet 500, Monnet Goyon, New-Map, Magnat Debon

Gillet 500, Monnet Goyon, New-Map, Magnat Debon

     Neuf heures sonnent au clocher du village, le ciel est au beau fixe, la campagne est fleurie, il est temps de réveiller les adeptes de la grasse matinée.

     Nous partons par la route du Sanctus bordée de ses petits ponts (certaines photos ont été prise la veille lors de la reconnaissance).

Le Sanctus

Le Sanctus

     Montée vers La Bessière.

Roulez jeunesse
Roulez jeunesse
Roulez jeunesse

     Pause à La Bessière aux murs protégées par des bardages d'ardoise.

La Bessière

La Bessière

     Arrêt carburant à Murat-sur-Vèbre .... à part que l'automate ne fonctionne pas, ça sent  la panne sèche à venir ....

Roulez jeunesse

     Un peu de grand-route rapide et sinueuse avant de bifurquer vers Rosis.

Roulez jeunesse
Roulez jeunesse
Roulez jeunesse

     Col de l'Espinouse : tandis que nous profitons du panorama la Monet en profite pour avouer que son réservoir d'essence est désespérément vide, une bouteille d'eau a permis de transvaser du carburant d'une autre moto, c'est reparti.

L'Espinouse
L'Espinouse

L'Espinouse

     Pause-café à Saint-Gervais-sur-Mare où nous encombrons le village.

St Gervais-sur-Mare
St Gervais-sur-Mare
St Gervais-sur-Mare

St Gervais-sur-Mare

     Nous trouvons le sauveur inespéré à Graissessac, celui-là il est bien folklo et Google n'est pas près de le répertorier, il faut s'annoncer d'abord au Tabac d'à côté, et on vient ensuite vous servir, pas de risque d'automate en grève, c'est du vrai, de l'authentique, de l'humain, c'était comme ça avant et c'était bien.

Graissessac

Graissessac

     Nous montons ensuite vers le col du Layrac par une côte bien raide, on domine et c'est beau.

Roulez jeunesse

     Petit regroupement après Mélagues.

Roulez jeunesse
Roulez jeunesse

     On retrouve la grand-route, dans 4 km nous serons à Brusque.

Roulez jeunesse

     Le lendemain les copains se sont bien amusés mais si voulez en savoir plus je pense que le site du MC2A ne va pas tarder à diffuser des photos de cette rencontre particulièrement réussie où les "Mob" sur-affûtées et autres machines "coursifiées" ont fait bon ménage avec nos vieilles.

 

     Voici une petite mise en bouche parmi le groupe des "vénérables" avant-guerre qui ont gravi l'Espinouse, elles sont loin d'être pataudes. Peut-être que la FN aurait aussi aimé jouer .....

Journée Belmont-sur-Rance
Journée Belmont-sur-Rance
Journée Belmont-sur-Rance
Journée Belmont-sur-Rance
Journée Belmont-sur-Rance
Journée Belmont-sur-Rance
Journée Belmont-sur-Rance
Journée Belmont-sur-Rance

Journée Belmont-sur-Rance

     Magnifique week-end avec mélange des genres apprécié de tous, une première parfaitement réussie pour le MC2A et une belle rencontre entre copains : à ré-éditer.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 18:17

     On nous annonce du beau temps pour ce N'ième "rétro-tour", les motos sont fébriles, les casques et les gants, comme les scouts, sont toujours prêts, Valérie et Thierry nous ont préparé un circuit à parcourir par petits groupes, les motos d'avant-guerre sont nombreuses, je sens qu'une bonne partie de bonheur se prépare.

     Deux boucles sont prévues au départ du camping "La Bohème" à Tournon, le samedi matin nous irons jouer entre Annonay et le Rhône vers Sarras et Andance. Après un pique-nique à côté de St-Romain d'Ay nous monterons au col des Barraques par Vocance et rentrerons par Lalouvesc et St-Félicien, 170 kilomètres auront été parcourus.

     Dès le vendredi soir j'admire quelques participantes.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

    Nous venons de franchir le Doux, à nous les montagnes.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     En route vers St-Jeure-d'Ay, la campagne est belle.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     En chemin vers Sarras, Pétronille passe sous des vignes ardéchoises qui ne connaissent pas l'horizontale.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

      Belle vue sur le Rhône et sur des vignes à l'arrivée sur Sarras.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Nous poursuivons vers Quinténas par les gorges de l'Ay.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Pause à Ardoix .

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     En route vers Annonay.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     On se dirige vers Andance, nous passons par le village pittoresque de Thorrenc.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     On retrouve la grand-route à Andance, il fait chaud, l'ombre est appréciée.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Retour à Annonay par une adorable mini-route le long des gorges de la Cance.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

      Quelques retardataires, c'est l'occasion pour faire un plein.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

      On repasse à Quintenas pour rejoindre le lieu du pique-nique chez Patrick à côté de St-Romain d'Ay.

 

 

 

 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Repos pour les motos.

 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Certains en profitent pour quelques ajustements.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Nous filons ensuite vers le col des Baraques, la montée est un vrai plaisir.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Le col des Baraques incite au repos dans un cadre magnifique.

 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Un peu de bricolage : la plaque d'immatriculation sera bien mieux fixée comme ça.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Un rafraîchissement est bien apprécié à Lalouvesc.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Retour par St-Félicien.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

 

     Encore une grimpette comme on les aime.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Revoilà le Doux, la boucle sera bientôt bouclée. 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Le dimanche matin c'est (en principe)   Arlebosc, St-Félicien, le col du Buisson et Lamastre que nous avons prévu d'enfumer.

     Le camping est au bord du Doux, en face ce sont les vignes escarpées typiques de la région, nous profitons du décor pour une séance photos au bord de l'eau.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Les rares personnes qui ont bien suivi le road-book nous ont dit qu'il était bien fait pourtant ..... il y a eu un peu (beaucoup) de confusion, mais cette fois-ci c'est bon ... enfin, presque !

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

 

     Encore de belles gorges et belles maisons.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Les erreurs de parcours, ça donne faim, heureusement il y a la caillette ardéchoise .... entre autres choses.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Le raccourci par Arlebosc n'était pas mal, la route est bien sinueuse.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

 L'écurie n'est plus très loin, allez, une petite dernière photo de ces beaux paysages.

Arrivées au camping les motos auront parcouru 270 kilomètres.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Petit aperçu de nos copines de route.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     C'est beau l'Ardèche, surtout sous le ciel bleu quand Valérie et Thierry orchestrent la sortie de main de maître, bravo et merci.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 20:49

    Alors qu'un petit vent de liberté commence à se faire sentir, comment refuser l'invitation de Françoise pour une rencontre informelle en petit comité sous le ciel bleu du Vaucluse.

     Nos deux fidèles n'attendaient que ça.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Les motos ont été dépoussiérées, les pleins sont faits, certains ont même vidé une  bouteille d'additif pour doper le carburant, ça sent le départ.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

         Ce samedi nous irons pique-niquer à la fontaine du Groseau à côté de Malaucène après être passés à Bédarrides, Courthézon et Beaumes-de-Venise, nous clôturerons l'après-midi par la visite de la minoterie Tarascon à Saint-Saturnin après avoir enfumé Caromb, Mazan et Pernes-les-Fontaines.

     Chacun vérifie que le suivant ne se perd pas ... ou ne s'arrête pas pour quelque problème technique ...

     Le petit caca nerveux d'une participante me laisse le temps de dégainer ma boîte à images, les champs de coquelicots sont éblouissants de beauté.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Il n'y a pas que des coquelicots, le seul nom des villages traversés  taquine nos papilles : Châteauneuf-du-Pape, Beaumes-de-Venise .....

     Après Lafare, pas d'erreur d'itinéraire possible, la route est belle, le paysage est beau, certains repose-pieds vont râcler le bitume.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Pique-nique au Groseau au pied du Mont Ventoux.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Visite de la minoterie Tarascon : roues à aubes, gros engrenages et longues courroies ... c'est beau.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     A l'arrivée nous constatons qu'il n'y a pas que nos moteurs qui ont tourné, par contre, pour lui cela aura été fatal ! Nous lui rendrons un hommage bien mérité.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Le dimanche matin nous nous contenterons d'une cinquantaine de kilomètres, le prétexte est une dégustation de liquides comme on en produit dans la région.

     C'est quand qu'on part semble demander Pétronille.

 

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

       Problème d'arrivée d'essence sur une participante, nous attendons bien sagement.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     "Bis repetita", quand ça veut pas ça veut pas : nouvelle pause.

 

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Au domaine de La Gasqui il a été question de Syrah, de Grenache, de fûts de chêne ....  Les sacoches des motos étaient trop petites mais il y avait la voiture d'assistance qui a été bien utile pour ramener quelques cartons.

     Les motos ont été plus nombreuses que les participants, certains ayant profité des deux jours pour réveiller deux machines, voici quelques spécimen qui ont tapé dans l’œil de mon objectif.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

          Belles balades dans une belle région, accueil parfait, qu'est-ce qu'on dit à Françoise et Xavier ? On dit Merci !

Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 11:28

     Il fait un temps magnifique en cette fin mars, ce serait un crime de ne pas sortir les motos, Pétronille pourra en profiter pour roder son moteur fraîchement révisé.

     Pour ne pas être tenté par les excès de vitesse, c'est la Rivale qui mènera le bal à un train de sénateur pour ménager ses petits segments, mais sur les derniers kilomètres on commencera à jouer un peu.

     L'itinéraire, Pétronille le connaît déjà, il fait partie de nos terrains de jeu préférés : Villeneuve-les-Maguelone, Mireval, Le col de la tortue, Cournonterral, Vendémian, Aumelas et retour par Cournonterral : pas de grands axes, la nature à l'état pur entre terre et mer.

     Après Villeneuve c'est une toute petite route qui mène jusqu'à Mireval, le feu n'est pas allumé, pas de train on peut passer.

Les 125 sont de sortie

    La traversée de la Gardiole se fait par le col de la Tortue où l'arrêt est indispensable, tout simplement parce que c'est beau. J'en profite pour vérifier que Pétronille n'a pas perdu trop de boulons. Ils y sont tous, on peut repartir.

Les 125 sont de sortie

     Après Cournonterral c'est la garrigue comme je l'aime, déserte et si belle, pas besoin de gros cube, la petite route semble avoir été conçue pour le plaisir de nos 125.

Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie

     La route devient plus "civilisée", nous approchons de Vendémian.

Les 125 sont de sortie

     Le château d'Aumelas est en vue, nous retournerons bientôt dans le désert.

Les 125 sont de sortie

     Nous retrouvons notre petite route au milieu de nulle part, les iris sauvages qui fleurissent entre les cailloux m'ont toujours émerveillé, il y en a de toutes les couleurs.

Les 125 sont de sortie

     Tiens on voit la mer tout au loin, il nous reste encore quelques dizaines de kilomètres de bonheur, on va en profiter à fond ... et pousser une toute petite pointe de vitesse avant de rentrer à l'écurie après 115 km de route.

Les 125 sont de sortie

     Une grosse centaine de kilomètres de plaisir loin des grandes routes et de la civilisation, la Méditerranée qui nous fait parfois quelques clins d’œil, deux "popus" qui prennent autant de plaisir que nous... et qui en redemandent, la vie est belle.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 11:43

     Pour Valérie et Thierry c’est devenu une routine :  chaque année ils organisent un périple à vieilles motos, c’est l’occasion pour un petit groupe d'amis de se retrouver et bien sûr de rouler sur des vieilles bécanes. Cette année c’est destination la Corse…… Sauf que… je ne vous ferai pas un dessin pour vous expliquer que la situation sanitaire en a décidé autrement. Heureusement, il y a toujours un plan « B » tenu secret par nos organisateurs qui en ont vu d’autres, pour eux bousculer la géographie n’est qu’un détail qui ne leur fait pas peur : connaissez-vous la Corse continentale ? Celle du Nord se trouve en Auvergne et sa préfecture est Saint-Jean-des-Ollières tandis que celle du Sud se trouve en Aveyron avec Onet-le-Château pour préfecture.

     Nous voici arrivés au "Centre d'ailleurs", préfecture de la Corse du Nord ou Corse auvergnate, pour la première partie de notre périple. Les immenses séquoias typiques de la végétation locale (?) n'impressionnent pas nos motos.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

 

Dimanche matin 4 octobre.

     Le matin une boucle de 71 kilomètres nous fera passer par Billom où Marc nous proposera un café et montrera ses machines.

     St-Dier-d’Auvergne, Courpière, Billom, le ciel est bien bas et gris, il ne pleut pas mais les vêtements de pluie sont de rigueur. La route est  belle et sinueuse avec un état de sol impeccable, mais les feuilles d’automne incitent à la prudence.

     Premières prises de vues de l'ambiance pré-départ.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Nous avons déjà pas mal roulé, pause du côté de Sermentizon.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Longue pause à Billom où Marc nous fait visiter son antre pleine de merveilles, il y en a partout, et de la belle !

    De retour au "Centre d'ailleurs" après cette première boucle de 71 km, les motos trouvent un abri bien sympathique.

La Corse continentale, octobre 2020

     Dimanche après-midi 4 octobre.

      Votre  "smartphonophilie" titille votre "météophobie" pessimiste ? Rien de vaut une séance de sylvothérapie avant le départ pour retrouver la sérénité, les séquoias majestueux se prêtent très bien au jeu.

La Corse continentale, octobre 2020

    Auzelles, Fournols, Sauxillanges,

     Pause à Fournols, j'en profite pour griller quelques mégaoctets.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

      Nous décidons de ne pas passer par St-Germain-l’Herm comme initialement prévu par crainte du ciel qui s’assombrit et parce que  la boîte de la Monet MAG, a un comportement bizarre, il faut préciser que les 143 km de cette première journée se font sans assistance. A l'arrivé un petit réglage règlera le problème.

     Ce n’est pas la première fois que nos motos se sont avérées plus fiables que les prévisions météo alarmistes de ces derniers jours, certes, nous n’avons pas vu le bleu du ciel et la route était souvent humide, mais point de pluie, peut-être quatre gouttes mais pas cinq.

     Lundi 5 octobre.

     Nous partirons vers l’ouest pour vérifier que les volcans sont bien éteints : Sugères, Vic-le-Comte, Champeix, Montaigut-le-Blanc, pause pique-nique à Fontenille, Saint-Nectaire, Murol, Saint-Amant Tallende par la D5, Vic-le-Comte et Isserteaux.

     La météo s’annonce plus clémente qu’hier, il y a même quelques éclaircies, mais les tenues de pluie restent de rigueur.

    Un champignon comme premier plan pour Pétronille, un panier (de side) coloré, un moteur encore propre, il ne faut rien de plus pour m'occuper avant  le départ.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

    Nous approchons de Vic-le-Comte où nous faisons une pause.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Pour le pique-nique Laurence et Eric avaient proposé une grange pour nous abriter dans leur hameau de Fontenille non loin de Saint-Nectaire, en fait nous avons eu droit à un vrai repas bien au chaud, assis autour d’une grande table, tandis que les motos contemplaient le paysage magnifique, un grand merci à eux.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Belle cascade à l'entrée de Saillant.

La Corse continentale, octobre 2020

     Pendant le retour j’ai parfois des ratés d’allumage qui deviennent de plus en plus fréquents surtout à haut régime (sic), nous nous arrêtons pour un changement de bougie … sans effet.

La Corse continentale, octobre 2020

     Je note que les ratés disparaissent si je roule à faible avance, les derniers trente kilomètres seront fait ainsi. Curieusement je fais un essai sur la fin du parcours et tout est rentré dans l’ordre, j’ai horreur des pannes aléatoires.

     Expertise : la brasure à l'étain (?) du grain du rupteur fixe a lâché, il se balade au gré des vibrations rendant ainsi le contact aléatoire, l’écartement des vis dépasse allègrement le millimètre, normal, ça marche moins bien ! Heureusement j’ai un  rupteur d’avance.

 

La Corse continentale, octobre 2020

     La FN n’est pas la seule à connaitre quelques problèmes : rayons cassés sur une Monet et la boîte de vitesse de la Monet MAG  doit subir une nouveau réglage de routine, mais cette fois-ci il y avait la remorque d'assistance. Le réseau des amis fut d’une efficacité redoutable, les deux motos repartiront demain, merci Marc ! 130 km ont été parcourus ce lundi.

 

La Corse continentale, octobre 2020

     Mardi 6 octobre.

     Le clou de la journée sera la visite du Musée Baster à Riom : St Dier-d’Auvergne, Billom, Pont-du-Château, Les Martres-d’Artière, Joze, Entraigues, Ennezat et Riom pour la visite et le repas. Nous reviendrons par Maringues, Pont-de-Dore, Courpière, Cunlhat et Auzelles.

     Par prudence les tenues de pluie sont encore de service même si seule une très courte averse en fin de journée en a justifié l’usage. Prêts pour le départ.

La Corse continentale, octobre 2020

     Petite pause le long d'une grand-route, il fait presque beau. J'en profite pour huiler la commande de mon frein arrière qui revient mal.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Après 62 kilomètres (sans le moindre raté d’allumage) nous voici à l’entrée du musée.

La Corse continentale, octobre 2020

      La collection est absolument impressionnante et mériterait de longues heures pour en faire le tour, en voici un rapide aperçu.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Après un repas au restaurant du musée Marc nous guide pour éviter la grand-route en direction de Maringues.  Comme vous l'aurez compris il a plu pendant le repas.

La Corse continentale, octobre 2020

     Les arrêts carburant sont toujours l’occasion de papoter avec les curieux.

La Corse continentale, octobre 2020

     Une pause sur la D 201  à côté d'une de ces constructions aux murs de torchis comme on en voit beaucoup dans la région.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Il faut  parfois faire appel aux gens du coin pour trouver la bonne route, mais après 91 km dans l'après-midi nous regagnerons le "Centre d'ailleurs".

La Corse continentale, octobre 2020

     Mercredi 7 octobre.

      Au tour de la Corse du sud. Les remorques sont mises à contribution, après une pause au viaduc de Garabit, c'est aux "Deux rives" à La Canourgue que nous nous restaurons. Un petit groupe terminera la transhumance sur deux roues, Pétronille aura parcouru 74 km de plus que la FN.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     La Corse du sud ou Corse aveyronnaise n'est pas mal non plus, sa préfecture est Onet-le-Château, son préfet nous accueille au gîte "Les Hospitaliers" tout à fait digne de notre standing légendaire .

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Jeudi 8 octobre.

     La météo est enfin plus clémente, nous allons faire un tour vers le Rouergue : Sauveterre-de-Rouergue, Rieupeyroux, Belcastel et retour par Clairvaux et Salles-la-Source.

     Un carbu incontinent et c'est avec regret que la petite Monet ne partira pas.

La Corse continentale, octobre 2020

     Chauffez les mécaniques, le départ est imminent.

La Corse continentale, octobre 2020

     Il faut un peu ruser pour rejoindre Baraqueville sans emprunter de grand axes, heureusement il y a Michèle, notre docteur ès cartes et GPS, qui nous mène à bon port par des petites routes.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Beaux paysages à l'arrivée à Sauveterre.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Sauveterre : je ne m'en lasse pas tellement c'est beau.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Arrêt pique-nique à Compolibat au bord de l'Aveyron.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     En route vers Belcastel.

La Corse continentale, octobre 2020

     Belcastel.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Belle vue sur  le vignoble de Marcillac du côté de Clairvaux

La Corse continentale, octobre 2020

    A peine revenus au gîte, j'ai vu des morceaux de motos à cœur ouvert et pas mal de doigts pleins de cambouis, ça fait partie du charme des vieilles motos mais je ne citerai pas de noms !). Il n'empêche que les 190 km ont bel et bien été parcourus cette journée.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Vendredi 9 octobre.

     Nous allons voir si le viaduc de Millau ne s'est pas écroulé : Cassagnes-Bégonhès, Villefranche-de-Panat, restaurant à Saint-Rome-de-Tarn, Viaduc, Peyre, Montjaux, Salles-Curan, Pont-de-Salars.

     Problème peu après le départ : accrochage entre deux participants, un peu de fer tordu, une moto doit déclarer forfait une autre doit sortir la bobine de fil de fer pour pouvoir continuer, mais pas de bobo corporel grave, le groupe se remet de ses émotions.

La Corse continentale, octobre 2020

    Pause café à Salmiech, charmant petit village où le maire en personne, admiratif de notre groupe si sympathique et intéressé par nos machines d'une autre époque nous offre le café, c'est le genre de geste spontané qui fait aimer l'Aveyron et les Aveyronnais, bravo et merci.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Lors de la descente sur Le Truel une mer de nuages s'offre à nos yeux tout en bas , ça a quelque chose de magique (désolé pour le contre-jour).

La Corse continentale, octobre 2020

     Traversée du Tarn au Truel.

La Corse continentale, octobre 2020

     Descente de Melvieu vers St Rome-de-Tarn.

La Corse continentale, octobre 2020

    Belle vue sur le Tarn au belvédère de Puech-Gazal.

La Corse continentale, octobre 2020

         Arrivée à St-Rome pour le restaurant, les motos stationnent à côté du vieux lavoir tandis que nous nous régalons avec la cuisine locale de "l'Auberge de Saint-Rome".

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Le village révèle quelques belles ruelles, Pétronille qui maîtrise l'APN aussi bien que sa moto en profite.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

      Arrêt Viaduc après St Georges-de-Luzençon.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Après un passage à Peyre nous faisons une pause à Monjaux et faisons nos adieux au viaduc visible tout au loin.

La Corse continentale, octobre 2020

          Après une dernière pause à Pont-de-Salars nous évitons Rodez et passons à Sainte-Radegonde avant d'ajouter 190 km aux compteurs.

La Corse continentale, octobre 2020

     Samedi 10 octobre.

    Nous allons rendre visite à Arsène et Brigitte du côté de Saint-Geniez-d'Olt, nous passerons à Agen-d'Aveyron, Laissac, Lavernhe, Lapanouse, Pierrefiche pour le repas et ferons un retour plus direct par Laissac et Agen-d'Aveyron

     Chaud le démarrage ! Au premier coup de kick la Monet MAG est partie en flammes très rapidement abondantes et hautes ! Heureusement Thierry qui prévoit tout a toujours à portée de main un bidon de liquide de refroidissement bien plus efficace que n'importe quel extincteur, les cinq litres y sont passés et la moto a été sauvée sans dégâts, son redémarrage aurait nécessité le nettoyage / séchage de la magnéto, elle préfèrera se remettre de ses émotions au repos sur sa béquille. 

     J'ai pu constater l'efficacité du liquide de refroidissement sur les flammes, je confirme, c'est TOP .... par contre je n'ai eu ni le temps ni la cruauté de sortir l'appareil photo...

     La météo avait prévu une matinée un peu arrosée, en fait c'est un brouillard bien  dense qui nous a accompagné pendant une bonne partie du trajet et, à part la buée sur les visières, on n'a pas vu grand chose. Les gilets jaunes ont été mis en service.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

      Arrivée à Laissac, le ciel s'est bien éclairci.

La Corse continentale, octobre 2020

       Arrêt du côté de Vézin-de-Levézou.

La Corse continentale, octobre 2020

     A Saint-Saturnin-de-Lenne nous retrouvons Arsène qui nous conduira chez lui avec son adorable side, mignon comme un jouet de gosse.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

    Sa petite collection de Monet-Goyon est tout à fait à la hauteur des farçous aveyronnais et de la carbonade flamande qui nous ont été servis. Merci.

     Pendant le repas le ciel s'est bien éclairci, le hameau est bien sympa, nous faisons un détour jusqu'au panorama d'où on surplombe St-Geniez-d'Olt.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

    Le retour se fait au plus direct sur une route sèche, la descente sur Agen-d'Aveyron est une vraie incitation à la débauche tant les belles courbes et l'état de sol sont parfaits, la FN est aux anges et Agostini ne me fait pas peur. 118 km ont été parcourus dans la journée.

     Le périple se termine après 924 km pour la FN et 998 pour Pétronille qui a roulé mercredi tandis que la FN passait de la Corse auvergnate à la Corse aveyronnaise sur la remorque.

     A part la défaillance d'une vis platinée de la FN le premier jour, les deux n'ont connu aucun incident de fonctionnement, un peu d'huile pour Pétronille et aucun réajustement du niveau pour la FN. Les projections dues aux routes humides nécessiteront un gros coup de chiffon mais rien de plus.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

  Voulez-vous voir toutes les participantes? Les voici, à vous de deviner.  

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

   

      Finalement la "Corse continentale" c'est pas mal et ça évite le mal de mer pendant la traversée sur le bateau !

     Dis, c'est quand qu'on repart ?  Mais laissons souffler un peu Valérie et Thierry, ils méritent un peu de repos .... et beaucoup de remerciements pour l'organisation sans faille.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 17:53

     Il fait encore beau en cette mi-septembre, pourquoi ne pas faire quelques virées avec des amis du "Club des Pétochons du Lion" et leurs vieilles Peugeot ?

     Aussitôt pensé aussitôt organisé : le premier jour nous irons voir le cirque de Navacelles et le deuxième jour nous ferons deux boucles au départ de Brusque.

     Premier jour : Ceilhes, Roqueredonde, Les Rives, Le Caylar, Saint-Michel, pause repas à Navacelles et retour par Vissec, Le Caylar, Le Clapier, Fondamente et Sylvanès.

   Une P 105 et une P107 accompagneront la FN et Pétronille.

 

     Le départ est imminent.

Départ de Brusque
Départ de Brusque

Départ de Brusque

     Après une première grimpette nous nous arrêtons au col de Notre-Dame.

Col de Notre-Dame

Col de Notre-Dame

     Quand une plaquette de rien du tout bloque un boisseau en pleine ouverture il faut mécaniquer un peu mais ça fait partie du charme des vieilles motos.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Pause au Perthus.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Sur ces petites routes, les stations-service sont rares : par sécurité on met trois gouttes d'essence au Caylar.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Causse désertique entre Saint-Michel et Navacelles.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Nous voici au cirque avec, dans le rôle des clowns, quatre hurluberlus avec des vieilles pétoires (le quatrième tient l'appareil photo).

Cirque de Navacelles
Cirque de Navacelles
Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles

     Les freins ont été vérifiés avant le départ, on peut se jeter au fond du trou !

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Au café du Mas Guilhou les tartines étaient bonnes, plus bas la chute de la Vis apporte un peu de fraicheur.

 

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Pause photo dans la descente sur Vissec avec vue sur le canyon creusé par la Vis ... à sec à cet endroit.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     La météo nous avait garanti que le ciel bleu nous accompagnerait toute la journée, erreur ! Après une première pause pour confirmer que personne n'avait pris de vêtement de pluie, nous avons dû nous arrêter à nouveau en attendant que le déluge se calme.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Du côté du Clapier, la pluie a cessé, les cuirs commencent à sécher un peu, le dos de Pétronille est déjà sec.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

    Au retour à Brusque les compteurs affichent 184 km.

     Le lendemain matin nous faisons une boucle de 80 km  : Mélagues, Col de Thalis, Avène, et Ceilhes par la D138E5, soit à peu près le même trajet que nous avions fait à trois 125cc il y a deux mois et que je voulais faire connaître aux amis.  La P105 culbutée a été remplacée par une P107 latérale, on reste chez Peugeot.

     Neuf heures vont bientôt sonner, nous n'allons pas tarder à réveiller définitivement le village.

 

 

   

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Départ direction Béziers et petit regroupement avant d'aborder la descente vers Mélagues.

 

 

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

    Pause au col de Thalis où je me dis que ce qui est bien quand on est le premier d'un groupe c'est que les copains ramassent les morceaux, le cornet de mon carburateur n'avait rien à faire abandonné par terre au milieu de la route !

 

Cole de Thalis
Cole de Thalis
Cole de Thalis
Cole de Thalis

Cole de Thalis

     C'est trop beau on monte jusqu'au col Bas, où Peps fait un peu de cross.

 

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Après avoir joué de la première dans la douzaine d'épingles de la D138E5 au-dessus d'Avène, on laisse les moteurs et les pilotes souffler un peu avant de repartir pour le dernier tronçon qui nous mènera à Brusque après un passage par Ceilhes.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     L'après-midi, ce sera le col de l'Espinouse, Rosis, Saint Gervais-sur-Mare, Castanet-le-Haut et la Croix de Mounis, là encore, une boucle très inspirée de ce que nous avions fait à deux 125 il y a un mois, 76 km sont au programme.

     Le kick c'est bien mais parfois la poussette est plus efficace.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Boissezon-de-Masviel.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Belle vue dégagée au col de l'Espinouse.

Col de l'Espinouse
Col de l'Espinouse
Col de l'Espinouse

Col de l'Espinouse

     Un belvédère, un groupe de motards en Indian, on tape la discute.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Les moteurs ont été bien sollicités pour monter jusqu'à la croix de Mounis en passant par Castanet-le-Haut, une pause s'imposait avant la descente finale sur Brusque qui n'est plus qu'à 17 km.

Croix de Mounis
Croix de Mounis
Croix de Mounis
Croix de Mounis

Croix de Mounis

     Une belle région qui semble avoir bien plu aux Pétochons, de  beaux paysages bien éloignés des soucis des grandes villes, quoi de mieux pour faire prendre du plaisir avec nos petites vieilles.

     Vous avez dit : "et la remorque pour l'assistance" ? A quoi bon quand un tourne-vis et un opinel suffisent .

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 12:08

     Un petit tour en traction, ça vous dirait ? Pas besoin de prétexte quand le ciel est bleu et que la région est belle, la seule question qui se pose est : quel sera le coin qui aura les honneurs d'être foulé par les pneus de dame traction, car on n'a que l'embarras du choix.

     Tiens, puisque du côté de Millau nous avons des vues sur un gîte qui pourrait accueillir les copains en prévision d'un projet de virée à vieilles motos, on se dit que Sévérac-le-Château, les gorges du Tarn, de la Jonte ... pourraient faire partie des réjouissances.

 

     Le projet lui a plu, son démarreur n'a eu qu'un quart de tour à faire et la traction s'est réveillée.

     Pas de traversée du Rougier de Camarès sans faire une photo.

 

      La chasse aux gîtes en traction

     Nous approchons de Millau et son célèbre viaduc

      La chasse aux gîtes en traction

     Pour ce qui est du gîte, à priori c'est raté, trop peu de places disponibles à la date prévue, dommage, c'est beau, c'est sauvage, pauvres vaches qui auraient tant aimé voir et entendre nos motos.

      La chasse aux gîtes en traction

     Pause repas à Sévérac où nous prenons le temps de flâner dans vieille ville surplombée par son château.

 

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Nous filons ensuite vers Le Massegros et le col de St-Rome-de-Dolan pour tomber (il n'y a pas d'autre mot)  sur les gorges du Tarn au niveau des Vignes.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Et comme le traction n'aime pas la monotonie des routes faciles, sitôt le Tarn traversé  nous montons sur le Causse Méjean par la D16, il fait très chaud, la côte est raide mais le moteur ne surchauffe pas.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Coup de chance, sur le plateau nous trouvons deux gîtes disponibles aux dates prévues, nous ne rentrerons pas bredouilles.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Descente au fond des gorges de la Jonte, les freins sont à nouveau sollicités.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Je ne vous ennuierai pas avec le trajet de retour jusqu'à Brusque mais sachez qu'après 300 km la traction en redemandait encore, brave bête.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 18:09

     Je tiens à vous rassurer tout de suite, le "Rétro-Moto-Club de Pernes" a respecté toutes les consignes en vigueur : les masques, les distances, les petits groupes, pas de bisous (de toute façon avec un masque ça perd beaucoup d'intérêt) ... , par contre le coup du gel hydro-alcoolique à la place des cochonnailles au petit matin ... ç'a été dur, je ne sais pas si vous avez déjà goûté du gel hydro-alcoolique, pour ma part je préfère le saucisson. Mais pour rouler sur des  vieilles bécanes avec des copains nous somme prêts à tous les sacrifices et ces menues contraintes ont été vite  acceptées.

     C'est ainsi que quelques vingt motos comme je les aime se sont retrouvées à Pernes-les-Fontaines pour oublier le temps d'un dimanche les tracas de la vie et  profiter de cette région où il fait bon rouler.

     Pas de plaque, pas de tee-shirt ou autre gadget potentiellement contaminant, pas de restau ni pause gourmande, en fait on ne vient que pour l'essentiel : rouler sur des motos d'un autre âge, rencontrer les copains, discuter, profiter du paysage, sans s'encombrer du superflu et c'est tout aussi bien comme ça.

     Assez bavardé, où est-ce qu'on va ? Cent-dix kilomètres le matin nous mèneront non loin de Monieux pour le pique-nique après être passés par Ménasque, Lioux, Saint-Saturnin, Rustrel, Simiane-la-Rotonde, Saint-Christol et Sault.  L'après-midi nous passerons à Méthamis et bouclerons le tour en ajoutant 40 km au compteur.

     La météo s'annonce idéale, sur le cours de la République l'ambiance est au beau fixe, les "avant-guerre" et les petits cubes formeront un premier groupe, les classiques, partiront quinze minutes plus tard.

     Quelques motos au départ : Pétronille et la FN plus une D45, Side Terrot du "chef", Ducati, Peugeot P105, Honda, Peugeot 175, MZ, Norton ... elles n'y sont pas toutes.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

    Les  vieilles sont libérées.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Nous sommes passés à Venasque, première pause au col des Trois Termes.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Ma méconnaissance de la région, et ma "roadbookophobie" me font craindre de perdre le groupe de vue à l'occasion d'arrêts photos mais je vous garantis que c'est très beau. Quelques petites pannes, quelques erreurs de trajet, imposent des regroupements, j'en profite pour griller un peu de pellicule.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Cent-cinquante kilomètres c'est limite pour certains réservoirs, heureusement, à Sault, il y a Bellucci.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Arrêt pique-nique au lac de Monieux.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Retour à Pernes par la D5,au Belvédère la vue sur les gorges de la Nesque est magnifique.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Passage à Methamis.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Quel plaisir de rouler sur ces routes,  Pétronille et la FN ont fonctionné à merveille, ça donne vraiment l'envie d'y revenir.

   Merci au Rétro-Motoclub de Pernes qui a réussi à organiser cette sortie en cette période difficile.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 10:12

     A-t-on besoin d'un prétexte pour profiter de nos motos et de nos routes du sud-Aveyron ? La curiosité peut-être car ne croyez pas que nous connaissons tous les chemins, chaque fois on découvre des trésors inexplorés, alors puisque les pleins des 125 cc  sont faits et que Bruno a envie de tester en vraie grandeur sa bobine d'allumage reconditionnée, sa Peugeot 125 cc sera de la partie.

     Nous partirons par Mélagues et quitterons ensuite  la route au col du Layrac pour retomber sur Avène et grimper par la D138E5 jusqu'à la D138 (et oui, c'est paumé, il n'y a pas le moindre hameau, ça manque de poésie, seul le numéro des routes permet de suivre), nous arriverons enfin à Ceilhes- Rocozels pour la pause repas.

     Nous irons ensuite à Fondamente en passant par le Clapier, suivrons la vallée de la Sorgue (sans "s") que nous abandonnerons à Saint-Felix-de-Sorgues (avec "s" ! ) pour monter à Montagnol avant de rejoindre Brusque après 115 kilomètres, en fait, Clapier le point le plus éloigné, n'est qu'à 19 km de Brusque à vol d'oiseau.

     Dix heures quinze, c'est l'heure du départ.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Dans la montée de la route de Béziers je snobe tout le monde, je fais parler les chevaux (et mes légendaires qualités de pilote) pour prendre de l'avance et faire des photos des motos en pleine action.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Le petit groupe bifurque vers Mélagues.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Un nouveau coup de turbo et les voici en pleine vitesse.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Dans certaines portions la montée vers le col de Thalis est très assombrie par la végétation.

Une petite virée dans les environs de Brusque

    Ah! ces deux-là, leurs motos ne fument pas, mais eux ... arrêt nécessaire au col de Thalis.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     C'est au col du Layrac que nous prendrons la route qui mène à Avène mais nous poussons une pointe jusqu'au Col de La Font tout proche juste parce que c'est beau.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Au début la descente vers Avène est très raide.

 

Une petite virée dans les environs de Brusque

     En fait cet itinéraire était une première pour moi et j'ai raté cette route (?) à droite vers Le Coural. Et oui, on a beau rouler sur une route très étroite, il existe encore plus étroit ! (copie d'écran google maps), Ce n'est pas grave, c'était beau quand-même et ça nous a permis de passer à Avène célèbre pour sa station thermale.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Après Avène c'est une belle série de lacets bien raides qui nous conduit sur le plateau désertique.

 

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

    Et mer.....de ! la Peugeot a crevé à l'arrière !!!! On trouve un petit bout d'ombre pour dégainer la bombe anti-crevaison et ... miracle, d'habitude ça ne marche que quand on n'a pas crevé ces trucs-là mais cette fois-ci nous sommes sauvés.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Au Café du lac à Ceilhes, le pneu est resté bien gonflé, mais la Peugeot n'osera pas faire le parcours de l'après-midi et rentrera à Brusque par le trajet direct.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     En route vers Fondamente, nous passons au Clapier, au Tournadou et à Monpaon.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Pause à la Tour-sur-Sorgues.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Le dernier bout de pellicule sera pour Montagnol, Brusque n'est plus très loin.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Pas besoin d'aller loin pour trouver le bonheur ... (et des clous sur la route), sur ce genre de trajet une 125 cc suffit amplement pour prendre du plaisir.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 11:53

     Le mont Aigoual nous l'aimons bien, par beau temps le panorama à 360 degrés est  splendide. La traction connaît la route ce qui ne l'empêche pas de s'autoriser quelques variantes d'une fois sur l'autre. C'est tout à fait faisable depuis Brusque dans la journée.

     L'abbaye de Sylvanès, la vallée de la Sorgues et Cornus sont déjà derrière nous, nous voici sur le plateau du Larzac, le ciel est un peu voilé.

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Passage tout près de La Couvertoirade, célèbre village fortifié au milieu de nulle part.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Peu après Nant, finie la grand (?) route nous allons prendre de l'altitude. Passage à Cantobre, curieux village perché au-dessus de la vallée de la Dourbie.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     La route vers Camprieu est de plus en plus étroite.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Et comme elle n'était pas assez étroite, une déviation nous fait découvrir encore plus folklorique.

 

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     La pente est raide, certains tronçons se passent en première, les épingles à cheveux se prennent en deux fois, je profite d'un dégagement pour un arrêt photo.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Nous approchons de Lanuéjols, le paysage change complètement.

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

          La borne Michelin nous confirme que nous sommes sur la bonne route en direction de l'Espérou.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Passage au col du Faubel.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Après une pause gourmande à l'Espérou nous voici au sommet de l'Aigoual, je ne me lasserai jamais de ces paysages.

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Pour le retour je tenais à faire la route forestière du Lingas, à "viabilité incertaine", c'est écrit sur le panneau, elle fait la liaison entre  le col du Minier et Dourbies.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Paysages plus sauvages du côté de Trèves dans la descente vers Saint-Jean-du-Bruel.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Nous sommes passés à Sauclières et revoici le Larzac, dans quelques dizaines de kilomètres la traction retrouvera son garage, son compteur affichera 250 km de plus.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Au fait, vous trouvez peut-être qu'en cette période de pandémie, nous sortons un  peu trop? N'allez pas croire que nous sommes des irresponsables, nous sommes stricts sur les consignes sanitaires : on ne s'assoit pas sur les gestes barrière !

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Le Mont Aigoual, c'est bien mais en traction c'est encore mieux !

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 12:11

     Le 14 juillet approche et les traditions perdurent : le MC2A et le Rétro-Moto-Club de Pernes  ont maintenu leur traditionnelle sortie des petites cylindrées au départ de Beaumont-du-Ventoux.

     Je n'ai pas compté précisément mais c'est un total d'environ 2500 centimètres cubes posés sur une bonne quarantaine de roues, soit une vingtaine de guidons si vous suivez, qui ont répondu présents à l'appel.

     Petit aperçu de la boucle centrée sur Vaison-la-Romaine : 89 kilomètres le matin et 28  l'après-midi.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     C'est une mini-route qui nous amènera à Mollans-sur-Ouvéze que nous traverserons par une ruelle très étroite, nous rejoindrons ensuite Mirabel pour descendre vers des villages dont le nom à lui seul met mes papilles en effervescence :  Cairanne, Rasteau, Gigondas, Vaqueyras, Beaumes-de-Venise..... si ces noms ne vous évoquent rien, votre cas est désespéré, continuez à vous intoxiquer au Coca-Cola.

       La FN et son "gromono" sont restés au garage, et ce sont les 125 culbutées qui vont balader nos postérieurs.

     Quelques participantes au départ. (diaporama)

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     En avant.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Regroupement un peu avant Mollans.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux

    Du côté de Mérindol-les-Oliviers.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Qui dit bon vin, dit belles vignes.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Arrivée sur Cairanne et courte pause à l'entrée du village.

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     On attend quelques retardataires .... enfin, pour être honnête, ceux qui ne se sont pas trompés en prenant un raccourci !

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Arrêt pique-nique à la mairie de St-Hippolyte-de-Graveyron, amusante commune à l'habitat dispersé, la mairie se trouve isolée à l'ombre de magnifiques arbres.

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     Presque invisibles mais combien audibles, elles n'ont pas arrêté une seconde.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     Petite séance photos : tournesols, Mont Ventoux, vignes .... tout est beau.

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     La Benelli est sortie du fourgon pour le trajet de l'après-midi.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Caromb, Bédoin, le col de la Madeleine, Malaucène, après une dernière pause au Groseau nous ne serons qu'a trois coups de piston du point de départ pour boucler le parcours.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

      Ne croyez pas que les petits cubes sont des engins ennuyeux qui se traînent lamentablement, le rythme a été très soutenu, ils ont fonctionné à merveille, ils s'en sont donné à cœur joie, seule la remorque d'assistance s'est ennuyée.

     Belle région sous le ciel bleu, belles routes, ambiance très sympa à la bonne franquette, encore une belle réussite pour les organisateurs .

Partager cet article
Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 11:22

     Tout d'abord plantons le décor : extrait d'un article trouvé sur le web :

    "La Route Ferroviaire de la Vallée du Tarn, projet initié en 1875 ,n'a jamais connu de rails. Déclassée en 1941 elle est devenue  une superbe route touristique dans le cadre grandiose de la vallée du Tarn en amont d'Albi". Cette route est souvent appelée "la route des tunnels. Pour en savoir plus je vous propose un peu de lecture : http://www.inventaires-ferroviaires.fr/hd81/81257.a.pdf

     A mi-parcours se trouve Ambialet, petite ville située au plus étroit d'un méandre du Tarn. C'est curieux, ce n'est pas trop loin de Brusque, il fait beau, la traction est impatiente, les tunnels c'est rigolo (?), on y va.

     Nous sommes déjà passés à Camarès, depuis Brousse-le-Château la route suit plus ou moins le tracé du projet de voie ferrée et nous voici à Lincou avec la première mise en bouche, pas de panique, on voit le bout.

 

Ambialet en traction
Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Les tunnels étroits non éclairés ne sont pas le divertissement préféré de ma traction, malgré les soins apportés à son éclairage : relais, retour de masse, qualité des contacts etc il faut être intégriste pour proclamer que le 6 volts, que les phares jaunes et que les paraboles simplistes sont le nec plus ultra en matière d'éclairage, d'autant plus que moins on y voit et en moins on va vite, moins la dynamo débite perdant ainsi quelques précieux dixièmes de volts. Quand on rentre sous un tunnel avec mes yeux habitués à la lumière vive du jour, j'ai de la peine à faire la différence entre phares allumés et phares éteints, dans les deux cas, je n'y vois rien ! C'est d'ailleurs conscient de ce risque que j'avais pris le soin de limiter le trajet "critique" à la liaison Lincou-Ambialet.

     La capacité d'adaptation des APN modernes à la faible lumière est bien meilleure que celle de mes yeux, OK la photo est floue parce que la voiture roule mais j'ai pu ainsi avoir la confirmation que ces tunnels sont très étroits.

Ambialet en traction

     On reprend sa respiration pour admirer le Tarn qu'on longe depuis quelques kilomètres.

 

Ambialet en traction

     Et voici Ambialet.

Ambialet en traction

     Un sentier bien escarpé nous permet d'avoir une belle vue d'ensemble et de constater l'étroitesse de la séparation entre les extrémités du méandre.

 

Ambialet en traction

     Non mais c'est quoi ce truc tarabiscoté ?  Et bien ce bâtiment abrite une centrale hydroélectrique qui exploite la différence de niveau entre le début et la fin du méandre, bien avant elle il y a eu un moulin et d'autres petites usines qui ont profité de cette particularité géographique.

Ambialet en traction

    Mais à Ambialet il n'y a pas que des tunnels et un méandre, sachez qu'à l'Hôtel- Restaurant du Pont les ris d'agneau aux girolles et le Gaillac ont de quoi satisfaire les plus exigeants.

Ambialet en traction

     Le retour se fait par la rive gauche pour changer un peu.

 

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Retour sur la rive droite au barrage de Trébas où le Tarn bouillonne à flots.

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     On retrouve nos chers tunnels, cette fois-ci les photos sont prises avec flash.

 

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Encore un autre.

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Nous arrivons à Lincou,  passage sous le pont routier et dernier petit tunnel pour la traction, il y en a d'autres plus loin mais nous rentrons au plus court.

Ambialet en traction

     Nous avons abandonné la route des tunnels, nous passons à Faveyrolles, j'aime bien ces maisons aux fenêtres colorées qui égaillent le village.

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Retour à Brusque, bien contents d'avoir visité cette vallée toute proche que nous ne connaissions pas.... mais pas question de passer ma BL en douze volts, c'est beaucoup plus rigolo comme ça !

Partager cet article
Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 13:45

     Il fait beau, les amis veulent profiter de nos belles routes et réveiller une vieille moto ? Ça tombe bien nous avons envie de les accompagner..

     Samedi matin, tandis que Pétronille restera aux fourneaux, je propose une virée à trois cylindres très inspirée de la sortie concoctée pour les Lutins il y a deux ans : le "gromono" de la belge FN conduira le flat de l'helvétique Condor : Brusque, La Régagnerie, Mélagues, Saint-Pierre-des-Cats, la Croix de Mounis, Blanc et retour à Brusque après 80 km.

 

    

     Pétronille a mis sa casquette de reporter pour immortaliser notre départ.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Saint-Pierre-des-Cats : une petite pause photos.

 

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     La Croix de Mounis : traditionnel arrêt des motards : en face, c'est l'Espinouse, au loin c'est la Méditerranée, derrière c'est la croix et, bien rangées, ce sont nos motos.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Un peu de belle route bien sinueuse jusqu'à Murat-sur-Vèbres et nous descendons pour faire une pause à Blanc, minuscule hameau très coquet tandis que les motos cherchent l'ombre.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Deux cents mètres après le départ la FN fait un caprice : calage, l'essence déborde de partout du carburateur. Son flotteur percé est plein d'essence et ne flotte plus (et pourtant il en a vu beaucoup de la flotte le week-end dernier !). Un perçage que j'avais fait il y a très longtemps pour le vider a été mal rebouché. Je souffle pour mettre l'intérieur sous pression, je le positionne aussitôt trou en bas et toute l'essence coule en faisant un beau jet filiforme. J'ai  bien mon petit bout de savonnette pour boucher le trou provisoirement mais il ne reste que six kilomètres, ça ira bien jusqu'à Brusque.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Ce n'est pas un petit trou dans un flotteur qui empêcherait un gigot de sanglier de tourner sous le lard enflammé qui coule du flambadou, la moto, ça ne creuse pas que les flotteurs, ça creuse aussi les estomacs.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

    La goutte d'étain, je la mettrai plus tard et c'est la Rivale et Pétronille qui accompagneront la Condor l'après-midi. Camarès, Rebourguil, Ségonzac, Saint-Affrique, le Château de Montaigut, Gisssac, 80 km nous attendent sous le ciel bleu.

 

     Pause dans le Rougier pas encore très rouge en cette saison.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Le raidillon qui mène aux "tables d'interprétation de Peyralbe" tient de l'escalade, mais on profite en haut d'une vue à 360 degrés. Prudence exigée pour la descente sur cette route (?) défoncée.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Pause photo au-dessus du château de Montaigut, la couleur des genêts sied parfaitement à nos motos.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

      C'était le Tour d'Auvergne que nous aurions dû faire ce week-end-la, cette balade à trois a été une petite revanche sur ce foutu virus.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 11:51

      Les vieilles motos, c'est bien connu, ça s'use plus quand ça ne roule pas que quand ça roule, alors puisque les consignes sanitaires laissent un peu de liberté, le téléphone a fonctionné et rapidement le petit groupe de dix copains s'est formé, bien décidé à faire respirer les vieilles pétoires. Du côté de Vals-les-bains, il n'y a pas que de l'eau gazeuse, il y a aussi un terrain de jeu idéal pour secouer les cadres rigides et ravir les pilotes, en plus c'est à peu près au barycentre (je connais des gros mots) pour les participants.

     Hélas, la météo n'en a que faire de l'allègement des consignes sanitaires et nos motos ont bien souffert sur la remorque et sous les trombes d'eau pendant quatre heures de route pour rejoindre le lieu de rendez-vous.

     Après une première journée ... passée à parler de pistons et de bielles froides sur les établis, la FN a su me faire comprendre que la remorque sous le déluge, ce n'est pas son truc : le séchage de la magnéto, le démontage du carburateur ont réveillé, non sans peine, le moteur qui a ensuite très bien fonctionné ... pendant trente secondes avant de se venger en claquant sa bougie : projection d'un reliquat d'eau sur la céramique chaude ? Étonnant mais le "contre-essai" a été formel, le retour à la bougie défaillante reproduisant bien le non-démarrage alors que la bougie neuve garantissait un fonctionnement impeccable.

     La météo ayant essoré tous ses nuages, nous avons quand même pu rouler le dimanche et je peux vous assurer que c'était bien.

     Le  petit groupe se rassemble pour le départ.

Une virée entre amis

     Nous montons vers le col de l'Arénier.

 

Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis

     Pause au-dessus de Gourdon.

Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis

     En route vers Freyssenet et Darbres.

Une virée entre amis

     Nous approchons de Mirabel , la vue sur la vallée est magnifique.

 

 

Une virée entre amis

     Pause à Mirabel.

 

Une virée entre amis

     Après avoir martyrisé nos cadres et nos vertèbres en jouant à saute-mouton sur des ralentisseurs que même les escargots n'osent plus franchir de peur de casser leur coquille nous avons eu droit à une pause gourmande à St-Jean-le-Centenier.

 

Une virée entre amis

      Nous bouclons la boucle après 90 km de revanche sur la météo de la veille.

      Petit aperçu des copines déconfinées.

 

 

Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 08:21

     Les 125 ont eu droit à leur première vraie sortie de l’année, il était trop tentant de pas profiter d’un trajet Montpellier-Brusque pour remonter la FN par la route.

     Je partirai en premier pour rejoindre Lodève par l’ancienne nationale, la FN traversera les villages en rebondissant sur les sadiques ralentisseurs tandis que Pétronille partira avec un handicap d’une petite heure et filera à 130 km/heure sans même s’arrêter pour faire des photos.

     Elle a tenu a immortaliser le départ.

 

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Le temps est bien « grisouilleux » en ce début juin, les vêtements de pluie sont dans le sac à dos, je crains qu’ils n'en sortent avant l’arrivée, peu importe.

     Quand on arrive à Bel Air, on commence à être dans le vif du sujet.

La FN va se mettre au frais.

     A la sortie de Saint-Paul-et-Valmalle un bon raidillon amène en haut de la Taillade, je vais en profiter pour libérer les chevaux.

La FN va se mettre au frais.

     La descente qui suit est bordée de genêts en fleurs et la vue sur les montagnes au loin est très belle, dommage le déclencheur était trop petit pour mon gros doigt ganté, j’ai cru faire la photo, je suis sûr qu’elle aurait été belle.... (Ces smartphones, c'est pas pour les vrais motards, moi mon grand levier de vitesse quand je le tiens, je sais que je le tiens !)

     St-André-de-Sangonis, Saint-Félx-de-Lodez, les routes sont encore bordées de platanes comme au bon vieux temps. On voit les contreforts du Larzac sur la droite avec le Mont St Baudille.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

      Me voici arrivé à Lodève, tandis je que je fais une photo de la Lergue, j’entends « tut tut », c’est Pétronille qui m’a rattrapé et me double au volant de sa puissante voiture à mazout.

 

La FN va se mettre au frais.

     La montée au Perthus est sympa mais plus je monte et plus les rafales de vent sont violentes et me forcent à ralentir. Je fais une halte, toujours au même endroit, pour voir le lac du Salagou tout au fond.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Au Perthus, Pétronille m’a attendu (longtemps! ) pour une photo souvenir.

La FN va se mettre au frais.

     La descente vers Roqueredonde se fait au milieu des fougères, le vent devient supportable.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Notre Dame de Pitié : nous arrivons à Ceilhes-et-Rocozels.

La FN va se mettre au frais.

     Au col de Notre-Dame je "rentre la deux" et file à folle vitesse, Pétronille qui m’a attendu (pas trop longtemps je l’espère) immortalise mon rétrogradage, le flou de la photo à mon passage à la vitesse de l'éclair était inévitable.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Arrivée à Brusque après une grosse centaine de kilomètres : à mon grand étonnement je suis resté sec… et je me dis que le titre de cet article n’est pas exagéré, « la FN va se mettre au frais », car ce n’est pas la canicule qui assomme le village !

La FN va se mettre au frais.

     La presse m’a attendu, qui sait, j’aurai peut-être ma photo dans LVM ?

La FN va se mettre au frais.
Partager cet article
Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 12:17

     Ça devenait insupportable, pas de vraie sortie avec les copains depuis bientôt six mois, heureusement les routes du côté de l'Espinouse nous tendaient les bras, il n'en fallait pas plus pour faire une virée à deux au départ de Brusque.

     La FN restée au garage, ce sont les deux 125 culbutées qui vont nous promener ce qui évitera les différences de vitesses.

     Boissezon-de-Masviel, le col de l'Espinouse, Rosis, Saint-Gervais-sur-Mare, Graissessac, le col du Layrac, Mélagues, ce ne sont pas les jolis coins qui manquent pour trouver une boucle sympa de 90 km au départ de Brusque. 

     Prêtes pour le départ en ce début d'après-midi sous un ciel qui prévoit une alternance de bleu et de gris.

Les 125 dans l'Espinouse

     Nous nous dirigeons ver Arnac, pause près de tas de bois imposants.

 

Les 125 dans l'Espinouse

    Nous avons déjà pris de l'altitude à Boissezon-de-Masviel, charmant hameau toujours bien fleuri.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Je fais une petite farce à Pétronille en l'entrainant au dessus du Mémorial de Fautrou, la petite descente dans les cailloux est périlleuse.

Les 125 dans l'Espinouse

     Le col de l'Espinouse : avec un peu plus de soleil et un peu moins d'éoliennes cela aurait été vraiment chouette.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Très belle route et beaux paysages sauvages jusqu'à Rosis.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Arrêt panorama : il a fallu parlementer pour refuser l'échange d'une 125 contre la six cylindres BMW tant nos bécanes attisaient la nostalgie du vieux motard qui a dû se contenter d'en faire des photos.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

      Après ces routes étroites, Saint-Gervais semble desservie par une vaste nationale... et pourtant !

   Arrêt photo à Castanet-le-bas, c'est tout mignon.

 

Les 125 dans l'Espinouse

     On longe ensuite la vallée de la Mare.

Les 125 dans l'Espinouse

     Graissessac est au cœur d'une région où l'activité minière a été intense.

 

Les 125 dans l'Espinouse

     Monter au col du Layrac : facile à dire ! Heureusement que nos machines sont dures à l'ouvrage, la côte est longue et pénible, la deuxième est trop courte, la troisième est trop longue, les changements de vitesse sont fréquents, les bielles sont sollicitées au maximum.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Arrêt obligatoire au sommet.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Tiens, le col de Talis, Mélagues et Brusque où nous retrouverons le ciel bleu ne sont plus très loin, les compteurs auront alors comptabilisé 90 km de bonheur.

 

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Au fait, elle est sur presque toutes les photos mais vous n'aurez pas de difficulté pour reconnaître Pétronille, c'est écrit dessus !

 

Les 125 dans l'Espinouse

     Une belle région, deux pétochons qui ne demandent qu'à rouler, que demander de plus ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact