Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 18:17

     On nous annonce du beau temps pour ce N'ième "rétro-tour", les motos sont fébriles, les casques et les gants, comme les scouts, sont toujours prêts, Valérie et Thierry nous ont préparé un circuit à parcourir par petits groupes, les motos d'avant-guerre sont nombreuses, je sens qu'une bonne partie de bonheur se prépare.

     Deux boucles sont prévues au départ du camping "La Bohème" à Tournon, le samedi matin nous irons jouer entre Annonay et le Rhône vers Sarras et Andance. Après un pique-nique à côté de St-Romain d'Ay nous monterons au col des Barraques par Vocance et rentrerons par Lalouvesc et St-Félicien, 170 kilomètres auront été parcourus.

     Dès le vendredi soir j'admire quelques participantes.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

    Nous venons de franchir le Doux, à nous les montagnes.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     En route vers St-Jeure-d'Ay, la campagne est belle.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     En chemin vers Sarras, Pétronille passe sous des vignes ardéchoises qui ne connaissent pas l'horizontale.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

      Belle vue sur le Rhône et sur des vignes à l'arrivée sur Sarras.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Nous poursuivons vers Quinténas par les gorges de l'Ay.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Pause à Ardoix .

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     En route vers Annonay.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     On se dirige vers Andance, nous passons par le village pittoresque de Thorrenc.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     On retrouve la grand-route à Andance, il fait chaud, l'ombre est appréciée.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Retour à Annonay par une adorable mini-route le long des gorges de la Cance.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

      Quelques retardataires, c'est l'occasion pour faire un plein.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

      On repasse à Quintenas pour rejoindre le lieu du pique-nique chez Patrick à côté de St-Romain d'Ay.

 

 

 

 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Repos pour les motos.

 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Certains en profitent pour quelques ajustements.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Nous filons ensuite vers le col des Baraques, la montée est un vrai plaisir.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Le col des Baraques incite au repos dans un cadre magnifique.

 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Un peu de bricolage : la plaque d'immatriculation sera bien mieux fixée comme ça.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Un rafraîchissement est bien apprécié à Lalouvesc.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Retour par St-Félicien.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

 

     Encore une grimpette comme on les aime.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Revoilà le Doux, la boucle sera bientôt bouclée. 

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Le dimanche matin c'est (en principe)   Arlebosc, St-Félicien, le col du Buisson et Lamastre que nous avons prévu d'enfumer.

     Le camping est au bord du Doux, en face ce sont les vignes escarpées typiques de la région, nous profitons du décor pour une séance photos au bord de l'eau.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Les rares personnes qui ont bien suivi le road-book nous ont dit qu'il était bien fait pourtant ..... il y a eu un peu (beaucoup) de confusion, mais cette fois-ci c'est bon ... enfin, presque !

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

 

     Encore de belles gorges et belles maisons.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Les erreurs de parcours, ça donne faim, heureusement il y a la caillette ardéchoise .... entre autres choses.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Le raccourci par Arlebosc n'était pas mal, la route est bien sinueuse.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

 L'écurie n'est plus très loin, allez, une petite dernière photo de ces beaux paysages.

Arrivées au camping les motos auront parcouru 270 kilomètres.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     Petit aperçu de nos copines de route.

Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021
Le Rétro Tour de l'Ardèche, juin 2021

     C'est beau l'Ardèche, surtout sous le ciel bleu quand Valérie et Thierry orchestrent la sortie de main de maître, bravo et merci.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 20:49

    Alors qu'un petit vent de liberté commence à se faire sentir, comment refuser l'invitation de Françoise pour une rencontre informelle en petit comité sous le ciel bleu du Vaucluse.

     Nos deux fidèles n'attendaient que ça.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Les motos ont été dépoussiérées, les pleins sont faits, certains ont même vidé une  bouteille d'additif pour doper le carburant, ça sent le départ.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

         Ce samedi nous irons pique-niquer à la fontaine du Groseau à côté de Malaucène après être passés à Bédarrides, Courthézon et Beaumes-de-Venise, nous clôturerons l'après-midi par la visite de la minoterie Tarascon à Saint-Saturnin après avoir enfumé Caromb, Mazan et Pernes-les-Fontaines.

     Chacun vérifie que le suivant ne se perd pas ... ou ne s'arrête pas pour quelque problème technique ...

     Le petit caca nerveux d'une participante me laisse le temps de dégainer ma boîte à images, les champs de coquelicots sont éblouissants de beauté.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Il n'y a pas que des coquelicots, le seul nom des villages traversés  taquine nos papilles : Châteauneuf-du-Pape, Beaumes-de-Venise .....

     Après Lafare, pas d'erreur d'itinéraire possible, la route est belle, le paysage est beau, certains repose-pieds vont râcler le bitume.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Pique-nique au Groseau au pied du Mont Ventoux.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Visite de la minoterie Tarascon : roues à aubes, gros engrenages et longues courroies ... c'est beau.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     A l'arrivée nous constatons qu'il n'y a pas que nos moteurs qui ont tourné, par contre, pour lui cela aura été fatal ! Nous lui rendrons un hommage bien mérité.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Le dimanche matin nous nous contenterons d'une cinquantaine de kilomètres, le prétexte est une dégustation de liquides comme on en produit dans la région.

     C'est quand qu'on part semble demander Pétronille.

 

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

       Problème d'arrivée d'essence sur une participante, nous attendons bien sagement.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     "Bis repetita", quand ça veut pas ça veut pas : nouvelle pause.

 

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

     Au domaine de La Gasqui il a été question de Syrah, de Grenache, de fûts de chêne ....  Les sacoches des motos étaient trop petites mais il y avait la voiture d'assistance qui a été bien utile pour ramener quelques cartons.

     Les motos ont été plus nombreuses que les participants, certains ayant profité des deux jours pour réveiller deux machines, voici quelques spécimen qui ont tapé dans l’œil de mon objectif.

Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux
Virée entre copains entre Avignon et Mont Ventoux

          Belles balades dans une belle région, accueil parfait, qu'est-ce qu'on dit à Françoise et Xavier ? On dit Merci !

Partager cet article
Repost0
29 mars 2021 1 29 /03 /mars /2021 11:28

     Il fait un temps magnifique en cette fin mars, ce serait un crime de ne pas sortir les motos, Pétronille pourra en profiter pour roder son moteur fraîchement révisé.

     Pour ne pas être tenté par les excès de vitesse, c'est la Rivale qui mènera le bal à un train de sénateur pour ménager ses petits segments, mais sur les derniers kilomètres on commencera à jouer un peu.

     L'itinéraire, Pétronille le connaît déjà, il fait partie de nos terrains de jeu préférés : Villeneuve-les-Maguelone, Mireval, Le col de la tortue, Cournonterral, Vendémian, Aumelas et retour par Cournonterral : pas de grands axes, la nature à l'état pur entre terre et mer.

     Après Villeneuve c'est une toute petite route qui mène jusqu'à Mireval, le feu n'est pas allumé, pas de train on peut passer.

Les 125 sont de sortie

    La traversée de la Gardiole se fait par le col de la Tortue où l'arrêt est indispensable, tout simplement parce que c'est beau. J'en profite pour vérifier que Pétronille n'a pas perdu trop de boulons. Ils y sont tous, on peut repartir.

Les 125 sont de sortie

     Après Cournonterral c'est la garrigue comme je l'aime, déserte et si belle, pas besoin de gros cube, la petite route semble avoir été conçue pour le plaisir de nos 125.

Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie
Les 125 sont de sortie

     La route devient plus "civilisée", nous approchons de Vendémian.

Les 125 sont de sortie

     Le château d'Aumelas est en vue, nous retournerons bientôt dans le désert.

Les 125 sont de sortie

     Nous retrouvons notre petite route au milieu de nulle part, les iris sauvages qui fleurissent entre les cailloux m'ont toujours émerveillé, il y en a de toutes les couleurs.

Les 125 sont de sortie

     Tiens on voit la mer tout au loin, il nous reste encore quelques dizaines de kilomètres de bonheur, on va en profiter à fond ... et pousser une toute petite pointe de vitesse avant de rentrer à l'écurie après 115 km de route.

Les 125 sont de sortie

     Une grosse centaine de kilomètres de plaisir loin des grandes routes et de la civilisation, la Méditerranée qui nous fait parfois quelques clins d’œil, deux "popus" qui prennent autant de plaisir que nous... et qui en redemandent, la vie est belle.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 11:43

     Pour Valérie et Thierry c’est devenu une routine :  chaque année ils organisent un périple à vieilles motos, c’est l’occasion pour un petit groupe d'amis de se retrouver et bien sûr de rouler sur des vieilles bécanes. Cette année c’est destination la Corse…… Sauf que… je ne vous ferai pas un dessin pour vous expliquer que la situation sanitaire en a décidé autrement. Heureusement, il y a toujours un plan « B » tenu secret par nos organisateurs qui en ont vu d’autres, pour eux bousculer la géographie n’est qu’un détail qui ne leur fait pas peur : connaissez-vous la Corse continentale ? Celle du Nord se trouve en Auvergne et sa préfecture est Saint-Jean-des-Ollières tandis que celle du Sud se trouve en Aveyron avec Onet-le-Château pour préfecture.

     Nous voici arrivés au "Centre d'ailleurs", préfecture de la Corse du Nord ou Corse auvergnate, pour la première partie de notre périple. Les immenses séquoias typiques de la végétation locale (?) n'impressionnent pas nos motos.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

 

Dimanche matin 4 octobre.

     Le matin une boucle de 71 kilomètres nous fera passer par Billom où Marc nous proposera un café et montrera ses machines.

     St-Dier-d’Auvergne, Courpière, Billom, le ciel est bien bas et gris, il ne pleut pas mais les vêtements de pluie sont de rigueur. La route est  belle et sinueuse avec un état de sol impeccable, mais les feuilles d’automne incitent à la prudence.

     Premières prises de vues de l'ambiance pré-départ.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Nous avons déjà pas mal roulé, pause du côté de Sermentizon.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Longue pause à Billom où Marc nous fait visiter son antre pleine de merveilles, il y en a partout, et de la belle !

    De retour au "Centre d'ailleurs" après cette première boucle de 71 km, les motos trouvent un abri bien sympathique.

La Corse continentale, octobre 2020

     Dimanche après-midi 4 octobre.

      Votre  "smartphonophilie" titille votre "météophobie" pessimiste ? Rien de vaut une séance de sylvothérapie avant le départ pour retrouver la sérénité, les séquoias majestueux se prêtent très bien au jeu.

La Corse continentale, octobre 2020

    Auzelles, Fournols, Sauxillanges,

     Pause à Fournols, j'en profite pour griller quelques mégaoctets.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

      Nous décidons de ne pas passer par St-Germain-l’Herm comme initialement prévu par crainte du ciel qui s’assombrit et parce que  la boîte de la Monet MAG, a un comportement bizarre, il faut préciser que les 143 km de cette première journée se font sans assistance. A l'arrivé un petit réglage règlera le problème.

     Ce n’est pas la première fois que nos motos se sont avérées plus fiables que les prévisions météo alarmistes de ces derniers jours, certes, nous n’avons pas vu le bleu du ciel et la route était souvent humide, mais point de pluie, peut-être quatre gouttes mais pas cinq.

     Lundi 5 octobre.

     Nous partirons vers l’ouest pour vérifier que les volcans sont bien éteints : Sugères, Vic-le-Comte, Champeix, Montaigut-le-Blanc, pause pique-nique à Fontenille, Saint-Nectaire, Murol, Saint-Amant Tallende par la D5, Vic-le-Comte et Isserteaux.

     La météo s’annonce plus clémente qu’hier, il y a même quelques éclaircies, mais les tenues de pluie restent de rigueur.

    Un champignon comme premier plan pour Pétronille, un panier (de side) coloré, un moteur encore propre, il ne faut rien de plus pour m'occuper avant  le départ.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

    Nous approchons de Vic-le-Comte où nous faisons une pause.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Pour le pique-nique Laurence et Eric avaient proposé une grange pour nous abriter dans leur hameau de Fontenille non loin de Saint-Nectaire, en fait nous avons eu droit à un vrai repas bien au chaud, assis autour d’une grande table, tandis que les motos contemplaient le paysage magnifique, un grand merci à eux.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Belle cascade à l'entrée de Saillant.

La Corse continentale, octobre 2020

     Pendant le retour j’ai parfois des ratés d’allumage qui deviennent de plus en plus fréquents surtout à haut régime (sic), nous nous arrêtons pour un changement de bougie … sans effet.

La Corse continentale, octobre 2020

     Je note que les ratés disparaissent si je roule à faible avance, les derniers trente kilomètres seront fait ainsi. Curieusement je fais un essai sur la fin du parcours et tout est rentré dans l’ordre, j’ai horreur des pannes aléatoires.

     Expertise : la brasure à l'étain (?) du grain du rupteur fixe a lâché, il se balade au gré des vibrations rendant ainsi le contact aléatoire, l’écartement des vis dépasse allègrement le millimètre, normal, ça marche moins bien ! Heureusement j’ai un  rupteur d’avance.

 

La Corse continentale, octobre 2020

     La FN n’est pas la seule à connaitre quelques problèmes : rayons cassés sur une Monet et la boîte de vitesse de la Monet MAG  doit subir une nouveau réglage de routine, mais cette fois-ci il y avait la remorque d'assistance. Le réseau des amis fut d’une efficacité redoutable, les deux motos repartiront demain, merci Marc ! 130 km ont été parcourus ce lundi.

 

La Corse continentale, octobre 2020

     Mardi 6 octobre.

     Le clou de la journée sera la visite du Musée Baster à Riom : St Dier-d’Auvergne, Billom, Pont-du-Château, Les Martres-d’Artière, Joze, Entraigues, Ennezat et Riom pour la visite et le repas. Nous reviendrons par Maringues, Pont-de-Dore, Courpière, Cunlhat et Auzelles.

     Par prudence les tenues de pluie sont encore de service même si seule une très courte averse en fin de journée en a justifié l’usage. Prêts pour le départ.

La Corse continentale, octobre 2020

     Petite pause le long d'une grand-route, il fait presque beau. J'en profite pour huiler la commande de mon frein arrière qui revient mal.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Après 62 kilomètres (sans le moindre raté d’allumage) nous voici à l’entrée du musée.

La Corse continentale, octobre 2020

      La collection est absolument impressionnante et mériterait de longues heures pour en faire le tour, en voici un rapide aperçu.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Après un repas au restaurant du musée Marc nous guide pour éviter la grand-route en direction de Maringues.  Comme vous l'aurez compris il a plu pendant le repas.

La Corse continentale, octobre 2020

     Les arrêts carburant sont toujours l’occasion de papoter avec les curieux.

La Corse continentale, octobre 2020

     Une pause sur la D 201  à côté d'une de ces constructions aux murs de torchis comme on en voit beaucoup dans la région.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Il faut  parfois faire appel aux gens du coin pour trouver la bonne route, mais après 91 km dans l'après-midi nous regagnerons le "Centre d'ailleurs".

La Corse continentale, octobre 2020

     Mercredi 7 octobre.

      Au tour de la Corse du sud. Les remorques sont mises à contribution, après une pause au viaduc de Garabit, c'est aux "Deux rives" à La Canourgue que nous nous restaurons. Un petit groupe terminera la transhumance sur deux roues, Pétronille aura parcouru 74 km de plus que la FN.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     La Corse du sud ou Corse aveyronnaise n'est pas mal non plus, sa préfecture est Onet-le-Château, son préfet nous accueille au gîte "Les Hospitaliers" tout à fait digne de notre standing légendaire .

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Jeudi 8 octobre.

     La météo est enfin plus clémente, nous allons faire un tour vers le Rouergue : Sauveterre-de-Rouergue, Rieupeyroux, Belcastel et retour par Clairvaux et Salles-la-Source.

     Un carbu incontinent et c'est avec regret que la petite Monet ne partira pas.

La Corse continentale, octobre 2020

     Chauffez les mécaniques, le départ est imminent.

La Corse continentale, octobre 2020

     Il faut un peu ruser pour rejoindre Baraqueville sans emprunter de grand axes, heureusement il y a Michèle, notre docteur ès cartes et GPS, qui nous mène à bon port par des petites routes.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Beaux paysages à l'arrivée à Sauveterre.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Sauveterre : je ne m'en lasse pas tellement c'est beau.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Arrêt pique-nique à Compolibat au bord de l'Aveyron.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     En route vers Belcastel.

La Corse continentale, octobre 2020

     Belcastel.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Belle vue sur  le vignoble de Marcillac du côté de Clairvaux

La Corse continentale, octobre 2020

    A peine revenus au gîte, j'ai vu des morceaux de motos à cœur ouvert et pas mal de doigts pleins de cambouis, ça fait partie du charme des vieilles motos mais je ne citerai pas de noms !). Il n'empêche que les 190 km ont bel et bien été parcourus cette journée.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Vendredi 9 octobre.

     Nous allons voir si le viaduc de Millau ne s'est pas écroulé : Cassagnes-Bégonhès, Villefranche-de-Panat, restaurant à Saint-Rome-de-Tarn, Viaduc, Peyre, Montjaux, Salles-Curan, Pont-de-Salars.

     Problème peu après le départ : accrochage entre deux participants, un peu de fer tordu, une moto doit déclarer forfait une autre doit sortir la bobine de fil de fer pour pouvoir continuer, mais pas de bobo corporel grave, le groupe se remet de ses émotions.

La Corse continentale, octobre 2020

    Pause café à Salmiech, charmant petit village où le maire en personne, admiratif de notre groupe si sympathique et intéressé par nos machines d'une autre époque nous offre le café, c'est le genre de geste spontané qui fait aimer l'Aveyron et les Aveyronnais, bravo et merci.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Lors de la descente sur Le Truel une mer de nuages s'offre à nos yeux tout en bas , ça a quelque chose de magique (désolé pour le contre-jour).

La Corse continentale, octobre 2020

     Traversée du Tarn au Truel.

La Corse continentale, octobre 2020

     Descente de Melvieu vers St Rome-de-Tarn.

La Corse continentale, octobre 2020

    Belle vue sur le Tarn au belvédère de Puech-Gazal.

La Corse continentale, octobre 2020

         Arrivée à St-Rome pour le restaurant, les motos stationnent à côté du vieux lavoir tandis que nous nous régalons avec la cuisine locale de "l'Auberge de Saint-Rome".

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Le village révèle quelques belles ruelles, Pétronille qui maîtrise l'APN aussi bien que sa moto en profite.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

      Arrêt Viaduc après St Georges-de-Luzençon.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

     Après un passage à Peyre nous faisons une pause à Monjaux et faisons nos adieux au viaduc visible tout au loin.

La Corse continentale, octobre 2020

          Après une dernière pause à Pont-de-Salars nous évitons Rodez et passons à Sainte-Radegonde avant d'ajouter 190 km aux compteurs.

La Corse continentale, octobre 2020

     Samedi 10 octobre.

    Nous allons rendre visite à Arsène et Brigitte du côté de Saint-Geniez-d'Olt, nous passerons à Agen-d'Aveyron, Laissac, Lavernhe, Lapanouse, Pierrefiche pour le repas et ferons un retour plus direct par Laissac et Agen-d'Aveyron

     Chaud le démarrage ! Au premier coup de kick la Monet MAG est partie en flammes très rapidement abondantes et hautes ! Heureusement Thierry qui prévoit tout a toujours à portée de main un bidon de liquide de refroidissement bien plus efficace que n'importe quel extincteur, les cinq litres y sont passés et la moto a été sauvée sans dégâts, son redémarrage aurait nécessité le nettoyage / séchage de la magnéto, elle préfèrera se remettre de ses émotions au repos sur sa béquille. 

     J'ai pu constater l'efficacité du liquide de refroidissement sur les flammes, je confirme, c'est TOP .... par contre je n'ai eu ni le temps ni la cruauté de sortir l'appareil photo...

     La météo avait prévu une matinée un peu arrosée, en fait c'est un brouillard bien  dense qui nous a accompagné pendant une bonne partie du trajet et, à part la buée sur les visières, on n'a pas vu grand chose. Les gilets jaunes ont été mis en service.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

      Arrivée à Laissac, le ciel s'est bien éclairci.

La Corse continentale, octobre 2020

       Arrêt du côté de Vézin-de-Levézou.

La Corse continentale, octobre 2020

     A Saint-Saturnin-de-Lenne nous retrouvons Arsène qui nous conduira chez lui avec son adorable side, mignon comme un jouet de gosse.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

    Sa petite collection de Monet-Goyon est tout à fait à la hauteur des farçous aveyronnais et de la carbonade flamande qui nous ont été servis. Merci.

     Pendant le repas le ciel s'est bien éclairci, le hameau est bien sympa, nous faisons un détour jusqu'au panorama d'où on surplombe St-Geniez-d'Olt.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

    Le retour se fait au plus direct sur une route sèche, la descente sur Agen-d'Aveyron est une vraie incitation à la débauche tant les belles courbes et l'état de sol sont parfaits, la FN est aux anges et Agostini ne me fait pas peur. 118 km ont été parcourus dans la journée.

     Le périple se termine après 924 km pour la FN et 998 pour Pétronille qui a roulé mercredi tandis que la FN passait de la Corse auvergnate à la Corse aveyronnaise sur la remorque.

     A part la défaillance d'une vis platinée de la FN le premier jour, les deux n'ont connu aucun incident de fonctionnement, un peu d'huile pour Pétronille et aucun réajustement du niveau pour la FN. Les projections dues aux routes humides nécessiteront un gros coup de chiffon mais rien de plus.

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

  Voulez-vous voir toutes les participantes? Les voici, à vous de deviner.  

La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020
La Corse continentale, octobre 2020

   

      Finalement la "Corse continentale" c'est pas mal et ça évite le mal de mer pendant la traversée sur le bateau !

     Dis, c'est quand qu'on repart ?  Mais laissons souffler un peu Valérie et Thierry, ils méritent un peu de repos .... et beaucoup de remerciements pour l'organisation sans faille.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 17:53

     Il fait encore beau en cette mi-septembre, pourquoi ne pas faire quelques virées avec des amis du "Club des Pétochons du Lion" et leurs vieilles Peugeot ?

     Aussitôt pensé aussitôt organisé : le premier jour nous irons voir le cirque de Navacelles et le deuxième jour nous ferons deux boucles au départ de Brusque.

     Premier jour : Ceilhes, Roqueredonde, Les Rives, Le Caylar, Saint-Michel, pause repas à Navacelles et retour par Vissec, Le Caylar, Le Clapier, Fondamente et Sylvanès.

   Une P 105 et une P107 accompagneront la FN et Pétronille.

 

     Le départ est imminent.

Départ de Brusque
Départ de Brusque

Départ de Brusque

     Après une première grimpette nous nous arrêtons au col de Notre-Dame.

Col de Notre-Dame

Col de Notre-Dame

     Quand une plaquette de rien du tout bloque un boisseau en pleine ouverture il faut mécaniquer un peu mais ça fait partie du charme des vieilles motos.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Pause au Perthus.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Sur ces petites routes, les stations-service sont rares : par sécurité on met trois gouttes d'essence au Caylar.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Causse désertique entre Saint-Michel et Navacelles.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Nous voici au cirque avec, dans le rôle des clowns, quatre hurluberlus avec des vieilles pétoires (le quatrième tient l'appareil photo).

Cirque de Navacelles
Cirque de Navacelles
Cirque de Navacelles

Cirque de Navacelles

     Les freins ont été vérifiés avant le départ, on peut se jeter au fond du trou !

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Au café du Mas Guilhou les tartines étaient bonnes, plus bas la chute de la Vis apporte un peu de fraicheur.

 

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Pause photo dans la descente sur Vissec avec vue sur le canyon creusé par la Vis ... à sec à cet endroit.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     La météo nous avait garanti que le ciel bleu nous accompagnerait toute la journée, erreur ! Après une première pause pour confirmer que personne n'avait pris de vêtement de pluie, nous avons dû nous arrêter à nouveau en attendant que le déluge se calme.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Du côté du Clapier, la pluie a cessé, les cuirs commencent à sécher un peu, le dos de Pétronille est déjà sec.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

    Au retour à Brusque les compteurs affichent 184 km.

     Le lendemain matin nous faisons une boucle de 80 km  : Mélagues, Col de Thalis, Avène, et Ceilhes par la D138E5, soit à peu près le même trajet que nous avions fait à trois 125cc il y a deux mois et que je voulais faire connaître aux amis.  La P105 culbutée a été remplacée par une P107 latérale, on reste chez Peugeot.

     Neuf heures vont bientôt sonner, nous n'allons pas tarder à réveiller définitivement le village.

 

 

   

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Départ direction Béziers et petit regroupement avant d'aborder la descente vers Mélagues.

 

 

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

    Pause au col de Thalis où je me dis que ce qui est bien quand on est le premier d'un groupe c'est que les copains ramassent les morceaux, le cornet de mon carburateur n'avait rien à faire abandonné par terre au milieu de la route !

 

Cole de Thalis
Cole de Thalis
Cole de Thalis
Cole de Thalis

Cole de Thalis

     C'est trop beau on monte jusqu'au col Bas, où Peps fait un peu de cross.

 

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Après avoir joué de la première dans la douzaine d'épingles de la D138E5 au-dessus d'Avène, on laisse les moteurs et les pilotes souffler un peu avant de repartir pour le dernier tronçon qui nous mènera à Brusque après un passage par Ceilhes.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.
Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     L'après-midi, ce sera le col de l'Espinouse, Rosis, Saint Gervais-sur-Mare, Castanet-le-Haut et la Croix de Mounis, là encore, une boucle très inspirée de ce que nous avions fait à deux 125 il y a un mois, 76 km sont au programme.

     Le kick c'est bien mais parfois la poussette est plus efficace.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Boissezon-de-Masviel.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Belle vue dégagée au col de l'Espinouse.

Col de l'Espinouse
Col de l'Espinouse
Col de l'Espinouse

Col de l'Espinouse

     Un belvédère, un groupe de motards en Indian, on tape la discute.

Balades à vieilles motos dans le sud Aveyron avec les copains.

     Les moteurs ont été bien sollicités pour monter jusqu'à la croix de Mounis en passant par Castanet-le-Haut, une pause s'imposait avant la descente finale sur Brusque qui n'est plus qu'à 17 km.

Croix de Mounis
Croix de Mounis
Croix de Mounis
Croix de Mounis

Croix de Mounis

     Une belle région qui semble avoir bien plu aux Pétochons, de  beaux paysages bien éloignés des soucis des grandes villes, quoi de mieux pour faire prendre du plaisir avec nos petites vieilles.

     Vous avez dit : "et la remorque pour l'assistance" ? A quoi bon quand un tourne-vis et un opinel suffisent .

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 12:08

     Un petit tour en traction, ça vous dirait ? Pas besoin de prétexte quand le ciel est bleu et que la région est belle, la seule question qui se pose est : quel sera le coin qui aura les honneurs d'être foulé par les pneus de dame traction, car on n'a que l'embarras du choix.

     Tiens, puisque du côté de Millau nous avons des vues sur un gîte qui pourrait accueillir les copains en prévision d'un projet de virée à vieilles motos, on se dit que Sévérac-le-Château, les gorges du Tarn, de la Jonte ... pourraient faire partie des réjouissances.

 

     Le projet lui a plu, son démarreur n'a eu qu'un quart de tour à faire et la traction s'est réveillée.

     Pas de traversée du Rougier de Camarès sans faire une photo.

 

      La chasse aux gîtes en traction

     Nous approchons de Millau et son célèbre viaduc

      La chasse aux gîtes en traction

     Pour ce qui est du gîte, à priori c'est raté, trop peu de places disponibles à la date prévue, dommage, c'est beau, c'est sauvage, pauvres vaches qui auraient tant aimé voir et entendre nos motos.

      La chasse aux gîtes en traction

     Pause repas à Sévérac où nous prenons le temps de flâner dans vieille ville surplombée par son château.

 

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Nous filons ensuite vers Le Massegros et le col de St-Rome-de-Dolan pour tomber (il n'y a pas d'autre mot)  sur les gorges du Tarn au niveau des Vignes.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Et comme le traction n'aime pas la monotonie des routes faciles, sitôt le Tarn traversé  nous montons sur le Causse Méjean par la D16, il fait très chaud, la côte est raide mais le moteur ne surchauffe pas.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Coup de chance, sur le plateau nous trouvons deux gîtes disponibles aux dates prévues, nous ne rentrerons pas bredouilles.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Descente au fond des gorges de la Jonte, les freins sont à nouveau sollicités.

      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction
      La chasse aux gîtes en traction

     Je ne vous ennuierai pas avec le trajet de retour jusqu'à Brusque mais sachez qu'après 300 km la traction en redemandait encore, brave bête.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 18:09

     Je tiens à vous rassurer tout de suite, le "Rétro-Moto-Club de Pernes" a respecté toutes les consignes en vigueur : les masques, les distances, les petits groupes, pas de bisous (de toute façon avec un masque ça perd beaucoup d'intérêt) ... , par contre le coup du gel hydro-alcoolique à la place des cochonnailles au petit matin ... ç'a été dur, je ne sais pas si vous avez déjà goûté du gel hydro-alcoolique, pour ma part je préfère le saucisson. Mais pour rouler sur des  vieilles bécanes avec des copains nous somme prêts à tous les sacrifices et ces menues contraintes ont été vite  acceptées.

     C'est ainsi que quelques vingt motos comme je les aime se sont retrouvées à Pernes-les-Fontaines pour oublier le temps d'un dimanche les tracas de la vie et  profiter de cette région où il fait bon rouler.

     Pas de plaque, pas de tee-shirt ou autre gadget potentiellement contaminant, pas de restau ni pause gourmande, en fait on ne vient que pour l'essentiel : rouler sur des motos d'un autre âge, rencontrer les copains, discuter, profiter du paysage, sans s'encombrer du superflu et c'est tout aussi bien comme ça.

     Assez bavardé, où est-ce qu'on va ? Cent-dix kilomètres le matin nous mèneront non loin de Monieux pour le pique-nique après être passés par Ménasque, Lioux, Saint-Saturnin, Rustrel, Simiane-la-Rotonde, Saint-Christol et Sault.  L'après-midi nous passerons à Méthamis et bouclerons le tour en ajoutant 40 km au compteur.

     La météo s'annonce idéale, sur le cours de la République l'ambiance est au beau fixe, les "avant-guerre" et les petits cubes formeront un premier groupe, les classiques, partiront quinze minutes plus tard.

     Quelques motos au départ : Pétronille et la FN plus une D45, Side Terrot du "chef", Ducati, Peugeot P105, Honda, Peugeot 175, MZ, Norton ... elles n'y sont pas toutes.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

    Les  vieilles sont libérées.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Nous sommes passés à Venasque, première pause au col des Trois Termes.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Ma méconnaissance de la région, et ma "roadbookophobie" me font craindre de perdre le groupe de vue à l'occasion d'arrêts photos mais je vous garantis que c'est très beau. Quelques petites pannes, quelques erreurs de trajet, imposent des regroupements, j'en profite pour griller un peu de pellicule.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Cent-cinquante kilomètres c'est limite pour certains réservoirs, heureusement, à Sault, il y a Bellucci.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Arrêt pique-nique au lac de Monieux.

 

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Retour à Pernes par la D5,au Belvédère la vue sur les gorges de la Nesque est magnifique.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines
La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Passage à Methamis.

La randonnée des vendanges à Pernes-les-Fontaines

     Quel plaisir de rouler sur ces routes,  Pétronille et la FN ont fonctionné à merveille, ça donne vraiment l'envie d'y revenir.

   Merci au Rétro-Motoclub de Pernes qui a réussi à organiser cette sortie en cette période difficile.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 10:12

     A-t-on besoin d'un prétexte pour profiter de nos motos et de nos routes du sud-Aveyron ? La curiosité peut-être car ne croyez pas que nous connaissons tous les chemins, chaque fois on découvre des trésors inexplorés, alors puisque les pleins des 125 cc  sont faits et que Bruno a envie de tester en vraie grandeur sa bobine d'allumage reconditionnée, sa Peugeot 125 cc sera de la partie.

     Nous partirons par Mélagues et quitterons ensuite  la route au col du Layrac pour retomber sur Avène et grimper par la D138E5 jusqu'à la D138 (et oui, c'est paumé, il n'y a pas le moindre hameau, ça manque de poésie, seul le numéro des routes permet de suivre), nous arriverons enfin à Ceilhes- Rocozels pour la pause repas.

     Nous irons ensuite à Fondamente en passant par le Clapier, suivrons la vallée de la Sorgue (sans "s") que nous abandonnerons à Saint-Felix-de-Sorgues (avec "s" ! ) pour monter à Montagnol avant de rejoindre Brusque après 115 kilomètres, en fait, Clapier le point le plus éloigné, n'est qu'à 19 km de Brusque à vol d'oiseau.

     Dix heures quinze, c'est l'heure du départ.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Dans la montée de la route de Béziers je snobe tout le monde, je fais parler les chevaux (et mes légendaires qualités de pilote) pour prendre de l'avance et faire des photos des motos en pleine action.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Le petit groupe bifurque vers Mélagues.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Un nouveau coup de turbo et les voici en pleine vitesse.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Dans certaines portions la montée vers le col de Thalis est très assombrie par la végétation.

Une petite virée dans les environs de Brusque

    Ah! ces deux-là, leurs motos ne fument pas, mais eux ... arrêt nécessaire au col de Thalis.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     C'est au col du Layrac que nous prendrons la route qui mène à Avène mais nous poussons une pointe jusqu'au Col de La Font tout proche juste parce que c'est beau.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Au début la descente vers Avène est très raide.

 

Une petite virée dans les environs de Brusque

     En fait cet itinéraire était une première pour moi et j'ai raté cette route (?) à droite vers Le Coural. Et oui, on a beau rouler sur une route très étroite, il existe encore plus étroit ! (copie d'écran google maps), Ce n'est pas grave, c'était beau quand-même et ça nous a permis de passer à Avène célèbre pour sa station thermale.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Après Avène c'est une belle série de lacets bien raides qui nous conduit sur le plateau désertique.

 

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

    Et mer.....de ! la Peugeot a crevé à l'arrière !!!! On trouve un petit bout d'ombre pour dégainer la bombe anti-crevaison et ... miracle, d'habitude ça ne marche que quand on n'a pas crevé ces trucs-là mais cette fois-ci nous sommes sauvés.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Au Café du lac à Ceilhes, le pneu est resté bien gonflé, mais la Peugeot n'osera pas faire le parcours de l'après-midi et rentrera à Brusque par le trajet direct.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     En route vers Fondamente, nous passons au Clapier, au Tournadou et à Monpaon.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Pause à la Tour-sur-Sorgues.

Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque
Une petite virée dans les environs de Brusque

     Le dernier bout de pellicule sera pour Montagnol, Brusque n'est plus très loin.

Une petite virée dans les environs de Brusque

     Pas besoin d'aller loin pour trouver le bonheur ... (et des clous sur la route), sur ce genre de trajet une 125 cc suffit amplement pour prendre du plaisir.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 11:53

     Le mont Aigoual nous l'aimons bien, par beau temps le panorama à 360 degrés est  splendide. La traction connaît la route ce qui ne l'empêche pas de s'autoriser quelques variantes d'une fois sur l'autre. C'est tout à fait faisable depuis Brusque dans la journée.

     L'abbaye de Sylvanès, la vallée de la Sorgues et Cornus sont déjà derrière nous, nous voici sur le plateau du Larzac, le ciel est un peu voilé.

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Passage tout près de La Couvertoirade, célèbre village fortifié au milieu de nulle part.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Peu après Nant, finie la grand (?) route nous allons prendre de l'altitude. Passage à Cantobre, curieux village perché au-dessus de la vallée de la Dourbie.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     La route vers Camprieu est de plus en plus étroite.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Et comme elle n'était pas assez étroite, une déviation nous fait découvrir encore plus folklorique.

 

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     La pente est raide, certains tronçons se passent en première, les épingles à cheveux se prennent en deux fois, je profite d'un dégagement pour un arrêt photo.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Nous approchons de Lanuéjols, le paysage change complètement.

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

          La borne Michelin nous confirme que nous sommes sur la bonne route en direction de l'Espérou.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Passage au col du Faubel.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Après une pause gourmande à l'Espérou nous voici au sommet de l'Aigoual, je ne me lasserai jamais de ces paysages.

 

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Pour le retour je tenais à faire la route forestière du Lingas, à "viabilité incertaine", c'est écrit sur le panneau, elle fait la liaison entre  le col du Minier et Dourbies.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Paysages plus sauvages du côté de Trèves dans la descente vers Saint-Jean-du-Bruel.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction
Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Nous sommes passés à Sauclières et revoici le Larzac, dans quelques dizaines de kilomètres la traction retrouvera son garage, son compteur affichera 250 km de plus.

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Au fait, vous trouvez peut-être qu'en cette période de pandémie, nous sortons un  peu trop? N'allez pas croire que nous sommes des irresponsables, nous sommes stricts sur les consignes sanitaires : on ne s'assoit pas sur les gestes barrière !

Un petit tour au Mont Aigoual en traction

     Le Mont Aigoual, c'est bien mais en traction c'est encore mieux !

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2020 1 13 /07 /juillet /2020 12:11

     Le 14 juillet approche et les traditions perdurent : le MC2A et le Rétro-Moto-Club de Pernes  ont maintenu leur traditionnelle sortie des petites cylindrées au départ de Beaumont-du-Ventoux.

     Je n'ai pas compté précisément mais c'est un total d'environ 2500 centimètres cubes posés sur une bonne quarantaine de roues, soit une vingtaine de guidons si vous suivez, qui ont répondu présents à l'appel.

     Petit aperçu de la boucle centrée sur Vaison-la-Romaine : 89 kilomètres le matin et 28  l'après-midi.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     C'est une mini-route qui nous amènera à Mollans-sur-Ouvéze que nous traverserons par une ruelle très étroite, nous rejoindrons ensuite Mirabel pour descendre vers des villages dont le nom à lui seul met mes papilles en effervescence :  Cairanne, Rasteau, Gigondas, Vaqueyras, Beaumes-de-Venise..... si ces noms ne vous évoquent rien, votre cas est désespéré, continuez à vous intoxiquer au Coca-Cola.

       La FN et son "gromono" sont restés au garage, et ce sont les 125 culbutées qui vont balader nos postérieurs.

     Quelques participantes au départ. (diaporama)

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     En avant.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Regroupement un peu avant Mollans.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux

    Du côté de Mérindol-les-Oliviers.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Qui dit bon vin, dit belles vignes.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Arrivée sur Cairanne et courte pause à l'entrée du village.

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     On attend quelques retardataires .... enfin, pour être honnête, ceux qui ne se sont pas trompés en prenant un raccourci !

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Arrêt pique-nique à la mairie de St-Hippolyte-de-Graveyron, amusante commune à l'habitat dispersé, la mairie se trouve isolée à l'ombre de magnifiques arbres.

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     Presque invisibles mais combien audibles, elles n'ont pas arrêté une seconde.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     Petite séance photos : tournesols, Mont Ventoux, vignes .... tout est beau.

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

     La Benelli est sortie du fourgon pour le trajet de l'après-midi.

Les petits cubes au pied du Ventoux

     Caromb, Bédoin, le col de la Madeleine, Malaucène, après une dernière pause au Groseau nous ne serons qu'a trois coups de piston du point de départ pour boucler le parcours.

 

Les petits cubes au pied du Ventoux
Les petits cubes au pied du Ventoux

      Ne croyez pas que les petits cubes sont des engins ennuyeux qui se traînent lamentablement, le rythme a été très soutenu, ils ont fonctionné à merveille, ils s'en sont donné à cœur joie, seule la remorque d'assistance s'est ennuyée.

     Belle région sous le ciel bleu, belles routes, ambiance très sympa à la bonne franquette, encore une belle réussite pour les organisateurs .

Partager cet article
Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 11:22

     Tout d'abord plantons le décor : extrait d'un article trouvé sur le web :

    "La Route Ferroviaire de la Vallée du Tarn, projet initié en 1875 ,n'a jamais connu de rails. Déclassée en 1941 elle est devenue  une superbe route touristique dans le cadre grandiose de la vallée du Tarn en amont d'Albi". Cette route est souvent appelée "la route des tunnels. Pour en savoir plus je vous propose un peu de lecture : http://www.inventaires-ferroviaires.fr/hd81/81257.a.pdf

     A mi-parcours se trouve Ambialet, petite ville située au plus étroit d'un méandre du Tarn. C'est curieux, ce n'est pas trop loin de Brusque, il fait beau, la traction est impatiente, les tunnels c'est rigolo (?), on y va.

     Nous sommes déjà passés à Camarès, depuis Brousse-le-Château la route suit plus ou moins le tracé du projet de voie ferrée et nous voici à Lincou avec la première mise en bouche, pas de panique, on voit le bout.

 

Ambialet en traction
Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Les tunnels étroits non éclairés ne sont pas le divertissement préféré de ma traction, malgré les soins apportés à son éclairage : relais, retour de masse, qualité des contacts etc il faut être intégriste pour proclamer que le 6 volts, que les phares jaunes et que les paraboles simplistes sont le nec plus ultra en matière d'éclairage, d'autant plus que moins on y voit et en moins on va vite, moins la dynamo débite perdant ainsi quelques précieux dixièmes de volts. Quand on rentre sous un tunnel avec mes yeux habitués à la lumière vive du jour, j'ai de la peine à faire la différence entre phares allumés et phares éteints, dans les deux cas, je n'y vois rien ! C'est d'ailleurs conscient de ce risque que j'avais pris le soin de limiter le trajet "critique" à la liaison Lincou-Ambialet.

     La capacité d'adaptation des APN modernes à la faible lumière est bien meilleure que celle de mes yeux, OK la photo est floue parce que la voiture roule mais j'ai pu ainsi avoir la confirmation que ces tunnels sont très étroits.

Ambialet en traction

     On reprend sa respiration pour admirer le Tarn qu'on longe depuis quelques kilomètres.

 

Ambialet en traction

     Et voici Ambialet.

Ambialet en traction

     Un sentier bien escarpé nous permet d'avoir une belle vue d'ensemble et de constater l'étroitesse de la séparation entre les extrémités du méandre.

 

Ambialet en traction

     Non mais c'est quoi ce truc tarabiscoté ?  Et bien ce bâtiment abrite une centrale hydroélectrique qui exploite la différence de niveau entre le début et la fin du méandre, bien avant elle il y a eu un moulin et d'autres petites usines qui ont profité de cette particularité géographique.

Ambialet en traction

    Mais à Ambialet il n'y a pas que des tunnels et un méandre, sachez qu'à l'Hôtel- Restaurant du Pont les ris d'agneau aux girolles et le Gaillac ont de quoi satisfaire les plus exigeants.

Ambialet en traction

     Le retour se fait par la rive gauche pour changer un peu.

 

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Retour sur la rive droite au barrage de Trébas où le Tarn bouillonne à flots.

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     On retrouve nos chers tunnels, cette fois-ci les photos sont prises avec flash.

 

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Encore un autre.

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Nous arrivons à Lincou,  passage sous le pont routier et dernier petit tunnel pour la traction, il y en a d'autres plus loin mais nous rentrons au plus court.

Ambialet en traction

     Nous avons abandonné la route des tunnels, nous passons à Faveyrolles, j'aime bien ces maisons aux fenêtres colorées qui égaillent le village.

Ambialet en traction
Ambialet en traction

     Retour à Brusque, bien contents d'avoir visité cette vallée toute proche que nous ne connaissions pas.... mais pas question de passer ma BL en douze volts, c'est beaucoup plus rigolo comme ça !

Partager cet article
Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 13:45

     Il fait beau, les amis veulent profiter de nos belles routes et réveiller une vieille moto ? Ça tombe bien nous avons envie de les accompagner..

     Samedi matin, tandis que Pétronille restera aux fourneaux, je propose une virée à trois cylindres très inspirée de la sortie concoctée pour les Lutins il y a deux ans : le "gromono" de la belge FN conduira le flat de l'helvétique Condor : Brusque, La Régagnerie, Mélagues, Saint-Pierre-des-Cats, la Croix de Mounis, Blanc et retour à Brusque après 80 km.

 

    

     Pétronille a mis sa casquette de reporter pour immortaliser notre départ.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Saint-Pierre-des-Cats : une petite pause photos.

 

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     La Croix de Mounis : traditionnel arrêt des motards : en face, c'est l'Espinouse, au loin c'est la Méditerranée, derrière c'est la croix et, bien rangées, ce sont nos motos.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Un peu de belle route bien sinueuse jusqu'à Murat-sur-Vèbres et nous descendons pour faire une pause à Blanc, minuscule hameau très coquet tandis que les motos cherchent l'ombre.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Deux cents mètres après le départ la FN fait un caprice : calage, l'essence déborde de partout du carburateur. Son flotteur percé est plein d'essence et ne flotte plus (et pourtant il en a vu beaucoup de la flotte le week-end dernier !). Un perçage que j'avais fait il y a très longtemps pour le vider a été mal rebouché. Je souffle pour mettre l'intérieur sous pression, je le positionne aussitôt trou en bas et toute l'essence coule en faisant un beau jet filiforme. J'ai  bien mon petit bout de savonnette pour boucher le trou provisoirement mais il ne reste que six kilomètres, ça ira bien jusqu'à Brusque.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Ce n'est pas un petit trou dans un flotteur qui empêcherait un gigot de sanglier de tourner sous le lard enflammé qui coule du flambadou, la moto, ça ne creuse pas que les flotteurs, ça creuse aussi les estomacs.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

    La goutte d'étain, je la mettrai plus tard et c'est la Rivale et Pétronille qui accompagneront la Condor l'après-midi. Camarès, Rebourguil, Ségonzac, Saint-Affrique, le Château de Montaigut, Gisssac, 80 km nous attendent sous le ciel bleu.

 

     Pause dans le Rougier pas encore très rouge en cette saison.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Le raidillon qui mène aux "tables d'interprétation de Peyralbe" tient de l'escalade, mais on profite en haut d'une vue à 360 degrés. Prudence exigée pour la descente sur cette route (?) défoncée.

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

     Pause photo au-dessus du château de Montaigut, la couleur des genêts sied parfaitement à nos motos.

 

Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !
Il fait beau dans l'Aveyron ! Roulez vieilles motos !

      C'était le Tour d'Auvergne que nous aurions dû faire ce week-end-la, cette balade à trois a été une petite revanche sur ce foutu virus.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 11:51

      Les vieilles motos, c'est bien connu, ça s'use plus quand ça ne roule pas que quand ça roule, alors puisque les consignes sanitaires laissent un peu de liberté, le téléphone a fonctionné et rapidement le petit groupe de dix copains s'est formé, bien décidé à faire respirer les vieilles pétoires. Du côté de Vals-les-bains, il n'y a pas que de l'eau gazeuse, il y a aussi un terrain de jeu idéal pour secouer les cadres rigides et ravir les pilotes, en plus c'est à peu près au barycentre (je connais des gros mots) pour les participants.

     Hélas, la météo n'en a que faire de l'allègement des consignes sanitaires et nos motos ont bien souffert sur la remorque et sous les trombes d'eau pendant quatre heures de route pour rejoindre le lieu de rendez-vous.

     Après une première journée ... passée à parler de pistons et de bielles froides sur les établis, la FN a su me faire comprendre que la remorque sous le déluge, ce n'est pas son truc : le séchage de la magnéto, le démontage du carburateur ont réveillé, non sans peine, le moteur qui a ensuite très bien fonctionné ... pendant trente secondes avant de se venger en claquant sa bougie : projection d'un reliquat d'eau sur la céramique chaude ? Étonnant mais le "contre-essai" a été formel, le retour à la bougie défaillante reproduisant bien le non-démarrage alors que la bougie neuve garantissait un fonctionnement impeccable.

     La météo ayant essoré tous ses nuages, nous avons quand même pu rouler le dimanche et je peux vous assurer que c'était bien.

     Le  petit groupe se rassemble pour le départ.

Une virée entre amis

     Nous montons vers le col de l'Arénier.

 

Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis

     Pause au-dessus de Gourdon.

Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis

     En route vers Freyssenet et Darbres.

Une virée entre amis

     Nous approchons de Mirabel , la vue sur la vallée est magnifique.

 

 

Une virée entre amis

     Pause à Mirabel.

 

Une virée entre amis

     Après avoir martyrisé nos cadres et nos vertèbres en jouant à saute-mouton sur des ralentisseurs que même les escargots n'osent plus franchir de peur de casser leur coquille nous avons eu droit à une pause gourmande à St-Jean-le-Centenier.

 

Une virée entre amis

      Nous bouclons la boucle après 90 km de revanche sur la météo de la veille.

      Petit aperçu des copines déconfinées.

 

 

Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Une virée entre amis
Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 08:21

     Les 125 ont eu droit à leur première vraie sortie de l’année, il était trop tentant de pas profiter d’un trajet Montpellier-Brusque pour remonter la FN par la route.

     Je partirai en premier pour rejoindre Lodève par l’ancienne nationale, la FN traversera les villages en rebondissant sur les sadiques ralentisseurs tandis que Pétronille partira avec un handicap d’une petite heure et filera à 130 km/heure sans même s’arrêter pour faire des photos.

     Elle a tenu a immortaliser le départ.

 

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Le temps est bien « grisouilleux » en ce début juin, les vêtements de pluie sont dans le sac à dos, je crains qu’ils n'en sortent avant l’arrivée, peu importe.

     Quand on arrive à Bel Air, on commence à être dans le vif du sujet.

La FN va se mettre au frais.

     A la sortie de Saint-Paul-et-Valmalle un bon raidillon amène en haut de la Taillade, je vais en profiter pour libérer les chevaux.

La FN va se mettre au frais.

     La descente qui suit est bordée de genêts en fleurs et la vue sur les montagnes au loin est très belle, dommage le déclencheur était trop petit pour mon gros doigt ganté, j’ai cru faire la photo, je suis sûr qu’elle aurait été belle.... (Ces smartphones, c'est pas pour les vrais motards, moi mon grand levier de vitesse quand je le tiens, je sais que je le tiens !)

     St-André-de-Sangonis, Saint-Félx-de-Lodez, les routes sont encore bordées de platanes comme au bon vieux temps. On voit les contreforts du Larzac sur la droite avec le Mont St Baudille.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

      Me voici arrivé à Lodève, tandis je que je fais une photo de la Lergue, j’entends « tut tut », c’est Pétronille qui m’a rattrapé et me double au volant de sa puissante voiture à mazout.

 

La FN va se mettre au frais.

     La montée au Perthus est sympa mais plus je monte et plus les rafales de vent sont violentes et me forcent à ralentir. Je fais une halte, toujours au même endroit, pour voir le lac du Salagou tout au fond.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Au Perthus, Pétronille m’a attendu (longtemps! ) pour une photo souvenir.

La FN va se mettre au frais.

     La descente vers Roqueredonde se fait au milieu des fougères, le vent devient supportable.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Notre Dame de Pitié : nous arrivons à Ceilhes-et-Rocozels.

La FN va se mettre au frais.

     Au col de Notre-Dame je "rentre la deux" et file à folle vitesse, Pétronille qui m’a attendu (pas trop longtemps je l’espère) immortalise mon rétrogradage, le flou de la photo à mon passage à la vitesse de l'éclair était inévitable.

La FN va se mettre au frais.
La FN va se mettre au frais.

     Arrivée à Brusque après une grosse centaine de kilomètres : à mon grand étonnement je suis resté sec… et je me dis que le titre de cet article n’est pas exagéré, « la FN va se mettre au frais », car ce n’est pas la canicule qui assomme le village !

La FN va se mettre au frais.

     La presse m’a attendu, qui sait, j’aurai peut-être ma photo dans LVM ?

La FN va se mettre au frais.
Partager cet article
Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 12:17

     Ça devenait insupportable, pas de vraie sortie avec les copains depuis bientôt six mois, heureusement les routes du côté de l'Espinouse nous tendaient les bras, il n'en fallait pas plus pour faire une virée à deux au départ de Brusque.

     La FN restée au garage, ce sont les deux 125 culbutées qui vont nous promener ce qui évitera les différences de vitesses.

     Boissezon-de-Masviel, le col de l'Espinouse, Rosis, Saint-Gervais-sur-Mare, Graissessac, le col du Layrac, Mélagues, ce ne sont pas les jolis coins qui manquent pour trouver une boucle sympa de 90 km au départ de Brusque. 

     Prêtes pour le départ en ce début d'après-midi sous un ciel qui prévoit une alternance de bleu et de gris.

Les 125 dans l'Espinouse

     Nous nous dirigeons ver Arnac, pause près de tas de bois imposants.

 

Les 125 dans l'Espinouse

    Nous avons déjà pris de l'altitude à Boissezon-de-Masviel, charmant hameau toujours bien fleuri.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Je fais une petite farce à Pétronille en l'entrainant au dessus du Mémorial de Fautrou, la petite descente dans les cailloux est périlleuse.

Les 125 dans l'Espinouse

     Le col de l'Espinouse : avec un peu plus de soleil et un peu moins d'éoliennes cela aurait été vraiment chouette.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Très belle route et beaux paysages sauvages jusqu'à Rosis.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Arrêt panorama : il a fallu parlementer pour refuser l'échange d'une 125 contre la six cylindres BMW tant nos bécanes attisaient la nostalgie du vieux motard qui a dû se contenter d'en faire des photos.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

      Après ces routes étroites, Saint-Gervais semble desservie par une vaste nationale... et pourtant !

   Arrêt photo à Castanet-le-bas, c'est tout mignon.

 

Les 125 dans l'Espinouse

     On longe ensuite la vallée de la Mare.

Les 125 dans l'Espinouse

     Graissessac est au cœur d'une région où l'activité minière a été intense.

 

Les 125 dans l'Espinouse

     Monter au col du Layrac : facile à dire ! Heureusement que nos machines sont dures à l'ouvrage, la côte est longue et pénible, la deuxième est trop courte, la troisième est trop longue, les changements de vitesse sont fréquents, les bielles sont sollicitées au maximum.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Arrêt obligatoire au sommet.

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Tiens, le col de Talis, Mélagues et Brusque où nous retrouverons le ciel bleu ne sont plus très loin, les compteurs auront alors comptabilisé 90 km de bonheur.

 

Les 125 dans l'Espinouse
Les 125 dans l'Espinouse

     Au fait, elle est sur presque toutes les photos mais vous n'aurez pas de difficulté pour reconnaître Pétronille, c'est écrit dessus !

 

Les 125 dans l'Espinouse

     Une belle région, deux pétochons qui ne demandent qu'à rouler, que demander de plus ?

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 11:38

     La sortie de décembre organisée par les Lutins Motocyclistes Biterrois a toujours quelques chose d'un peu déjanté : les pilotes sont déguisés en Père Noël et les motos sont abondamment décorées (même si j'en connais qui ne jouent pas le jeu à fond).

     Cette fois-ci c'est Patrick qui est le maître de cérémonie, son déguisement n'a d'égal que la magnifique décoration de sa 125 Peugeot.

     Il y a quand même des limites à la règle : dans l'attente du départ, ce n'est pas la traditionnelle bûche qui a bien graissé nos doigts mais les indispensables saucissons et fromages sans lesquels une sortie moto ne serait pas une sortie moto. Ma boîte à images est bien grasse, voici un premier aperçu.

 

Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins

    La température est très douce à Béziers en cette mi-décembre, nous partirons par Bassan, Servian, Alignan-du-Vent pour redescendre à Saint-Thibéry, Bessan, Portiragnes et Sérignan où nous attendra le repas au Michigan après 90 km de routes de campagne.  Comme vous en doutez, la traversée des villages déclenche toujours l'étonnement amusé des habitants.

     Quand le groupe est sur la route, c'est assez folklo !

 

 

Noël avec les Lutins

     Même les pères (et les mères) Noël doivent parfois se soulager, l'endroit où nous avons fait une halte du côté d'Alignan fera désormais partie de notre territoire.

     Allez, quelques photos mais charité bien ordonnée commence par soi-même.

 

 

Noël avec les Lutins

     Certaines autres n'étaient pas mal non plus.

Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins

     La collection de cyclos à St-Thibéry nous donne un bon prétexte pour faire une pause.

Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins

     Non mais regardez-moi cette bande d’hurluberlus qui encombrent les routes en attendant quelques attardés !

Noël avec les Lutins

     Vous noterez que Pétronille a bien joué le jeu en sacrifiant la traditionnelle harmonie entre sa tenue vestimentaire et les couleurs de sa moto.

Noël avec les Lutins

     Le Michigan est en vue, les motos ont bien roulé, elle ont mérité leur cadeau de Noël tandis que les pilotes ont déballé les "outils" qui entretiennent la convivialité du groupe.

Noël avec les Lutins

     C'était bon et copieux, merci, la quinzaine de kilomètres qui nous sépare de Béziers ne sera qu'une formalité.

     Leurs  APN n'étaient pas en chocolat de Noël, fidèles à leur habitude, Chantal et René ont mitraillé : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2754540381250800&set=a.2754498717921633&type=3        Petit échantillonnage des deux plus beaux.

Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins
Noël avec les Lutins

     Que voilà une dernière de l'année très bien réussie, merci Patrick

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2019 2 12 /11 /novembre /2019 11:06

     "Vendanges en septembre, Ventoux en novembre", tel est le nouveau dicton du Rétro Moto Club de Pernes qui perpétue désormais une tradition initiée par Max et Mamie il y a longtemps déjà.

     La formule est inusable : un groupe de fadas sur leurs vieilles machines fait l'ascension du Mont Ventoux jusqu'au point le plus haut accessible, cette année comme bien souvent c'est à la Fontaine de la Grave que nous butons sur la barrière qui interdit de s'aventurer plus haut. Et comme on est fier de notre exploit, on débouche le champagne pour fêter l'événement.

     Le parking de La Gravière commence à s'animer dès le matin, les candidates rivalisent d'intérêt : New Map,  Terrot HSS entre-tubes, Motosacoche, Sarolea, Ducati, AJS, BitzaTobec, Koehler-Escoffier, Harley....sans oublier une Pétronille et une FN.  Je vous laisse baver (et les remettre dans l'ordre) : diaporama.

Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux

      Prête pour l'ascension.

 

Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Passé son petit caca nerveux : bout de calamine qui se décroche juste après le démarrage et qui vient se coller entre soupape et siège annulant ainsi toute compression, Pétronille s'est réveillée après une séance de poussette.

     La troupe s'ébranle.

 

Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Un petit regroupement du côté de Bédouin nous permet de toiser Sa Majesté et son sommet tout blanc.

Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux

     La montée commence gentiment, nous venons de passer Les Bruns, le paysage en contre-bas est superbe.

 

Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Ça y est, c'est du sérieux, ça mouline un peu en seconde mais pas question d'accrocher la troisième. Les couleurs d'automne sont vraiment sympas, j'ai parfois un peu de difficulté pour maintenir la moto à l'arrêt tout en tenant mon appareil photo tant la pente est forte.

Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux

     De temps en temps j'attends Pétronille pour la saisir en pleine action.

Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Le voilà, pas de doute il est tout blanc de neige, on ne nous a pas menti.

Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Arrêt à la Fontaine de la Grave.

Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Malgré le froid il a dû faire assez chaud du côté de mes soupapes car le bout de câble de mon lève-soupape s'est dessoudé et a sauté quand j'ai voulu arrêter le moteur, il faut dire qu'il est bien coincé dans une zone très chaude et non ventilée. Mais il n'y a pas que ce "truc" qui a sauté, il y a eu ce "POP" qui a donné le signal pour que nous tendions nos verres.

 

Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Le retour à La Gravière n'a été qu'une formalité bien agréable sous le ciel bleu dans une campagne aux couleurs d'automne.

     Vous les avez déjà vues mais les voici saisies  sous un autre angle.

Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux
Le 11 novembre au Mont Ventoux

     Très bonne initiative du Rétro Moto Club de Pernes qui perpétue cette tradition bien sympathique. Bravo Gégé.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 13:12

    Sommières en octobre fait partie pour nous des sorties fétiches : une bourse doublée de deux sorties pour nos vieilles bécanes, le samedi après-midi une petite place est toujours réservée pour notre enrichissement culturel, et le dimanche matin le célèbre casse-croûte en milieu de parcours comble les plus blasés, c'est presque aussi bon que les vibrations de nos vieux monos.

     A cette occasion le "Moto-Club Sommiérois" organise aussi une exposition à thème, cette année ce sont les BMW qui sont à l'honneur.

Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019

     Commençons par le samedi où, après une matinée passée  dans la bourse où j'ai trouvé tout ce que je cherchais, à savoir plein de copains, les préparatifs à la balade ont commencé (n'en déduisez pas qu'à part les copains il n'y a rien d'intéressant et que les fouilles dans les vieilles caisses n'ont rien d'excitant :) ). Et puisque, fidèle à la tradition, l'organisation a prévu que, même à moto on s'envoie dans la culture, ce sont cette fois-ci des chèvres et leur chèvrerie qui ont été choisies pour notre enrichissement culturel.

     Quelques motos prises au hasard des allées.

 

 

 

 

Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019

      Beaulieu, Vérargues, Villetelle, Calvisson, Boissières, Uchaud, Clarensac, St-Mamert-du-Gard, St-Come, Calvisson, Aujargues,  80 kilomètres nous attendent ..... sous la pluie ???? La suite me donnera encore une fois l'occasion de consolider ma conviction : nos motos sont bien plus fiables que les prévisions météo !

     J'exagère un peu car si on n'a pas vu de gouttes d'eau, on n'a pas vu non plus un brin de ciel bleu, la route est sèche mais on se serait volontiers passé du vent et de ses fortes rafales (qui secouent nos cadres rigides presque autant que tous ces maudits ralentisseurs).

 

     Fébrilité avant le signal du départ.

 

 

Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019

     A nous la campagne.

Sommières, octobre 2019

    Ça continue.

Sommières, octobre 2019

    Petit attroupement mais rien de grave.

Sommières, octobre 2019

     Franchissement du Vidourle à Villetelle.

Sommières, octobre 2019

     Et voici les chèvres .....

Sommières, octobre 2019

      Oupss, non, elles sont de l'autre côté avec leur gardien.

Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019

     Le retour à Sommières emprunte pas mal de petites routes dans la garrigue, c'est beau mais ce serait parfait sous le ciel bleu et surtout sans ce vent violent qui rend nos trajectoires quelque peu fantaisistes.

Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019

     Dimanche matin, les prévisions météo s'invitent à toutes les discussions autour du café-croissant, il faut dire qu'on n'ose pas regarder vers le haut tant le ciel est lourd et bas, d'autant plus que certains participants à peine arrivés du nord font état de pluies diluviennes.

     Mais puisque c'est écrit sur le road-book, nous irons coûte que coûte à S- Mamert-du -Gard, à Moussac, à St-Maurice-de-Cazevieille, nous ferons une pause gourmande au domaine des Luces pour rentrer ensuite par St-Cézaire-de-Gauzignan, Ners, Maruéjols-lès-Gardon, Moulézan, Cannes, ceux qui ne se seront pas trompés auront fait 80 kilomètres.

     La route est sèche, profitons-en, mais ne me demandez pas des photos éclatantes de luminosité, je fais ce que je peux.

Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019

     Non mais, c'est la route ça ?  Ben oui, l'heure gourmande à sonné nous arrivons au Domaine des Luces.

 

Sommières, octobre 2019

       Le vin y est bio et les traditionnelles moules sont délicieuses.

 

Sommières, octobre 2019

     Après avoir vidé quelques coquilles je vais méditer devant quelques machines.

Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019
Sommières, octobre 2019

     Le vin bio, nous l'aimons bien mais l'eau nous l'avons en horreur, surtout celle qui menace de tomber du ciel, vite partons.

Sommières, octobre 2019

     Il y a un dieu pour les vieilles motos, la route est encore sèche.

Sommières, octobre 2019

     Un peu de confusion du côté de Maruéjols sous  une grosse "ramade" ,  (si vous ne connaissez pas ce mot, sachez que qu'en telle situation on pense plus à sa survie qu'au respect rigoureux du road-book tant le ciel vous tombe sur la tête). Ça n'a duré que quelques minutes mais assez longtemps pour convaincre quatre ou cinq motos un peu égarées de suivre les panneaux "Sommières" par la grand-route. La pluie a vite cessé pour donner place au vent... finalement je crois que préférais la pluie !  Pétronille  toujours appliquée a suivi scrupuleusement le parcours prévu... tout aussi venté vous vous en doutez, elle a bien mérité le cadeau remis à ces dames conductrices.

     Finalement la pluie ce n'est pas si gênant que ça... surtout quand il ne pleut pas ... ou à peine pendant quelques petites minutes. Ce qui est sûr c'est qu'encore une fois, le Moto-Club Sommiérois a bien assuré, merci.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 12:04

     Celle-là, je vous l'ai déjà faite, mais c'est toujours un plaisir de ramener par la route "la Rivale", ma 125 Tobec de secours, depuis son Sud-Aveyron où elle a été une bonne compagne pendant l'été, jusqu'à Montpellier où elle continuera sa mission : balader mon postérieur d'un vide-grenier à l'autre ou rouler n'importe où pour le plaisir.

     Cent vingt-cinq kilomètres de route que je connais par cœur, avec le seul bruit du moteur et du vent dans le casque comme témoin, je ne m'en lasse pas.

     La moto est prête sur le quai du Dourdou, elle n'attend qu'un coup de kick , pour partir, le ciel est un peu gris, mais Brusque c'est un peu la montagne et en bas il fera certainement chaud.  L'assistance... enfin... mon Opinel et ma clé à molette sont dans la poche, ça suffira, j'en suis sûr.

Transhumance d'automne, octobre 2019

     Fayet, Cénomes sont passés, j'aime ces tas de bois fraîchement coupés au bord de la route.

Transhumance d'automne, octobre 2019
Transhumance d'automne, octobre 2019

     Montée viroleuse vers le col de Notre-Dame.

Transhumance d'automne, octobre 2019

     A partir du col le paysage commence déjà à changer, c'est l'Hérault.

Transhumance d'automne, octobre 2019

     Descente sur Ceilhes et franchissement de la ligne du TGV (si la barrière s'abaisse elle coupe ma moto en deux !).

Transhumance d'automne, octobre 2019
Transhumance d'automne, octobre 2019

     Montée vers le col du Perthus, la route serpente parmi les fougères.

Transhumance d'automne, octobre 2019

     Je quitte définitivement l'Aveyron, arrêt photo obligatoire pour un dernier au revoir.

Transhumance d'automne, octobre 2019

     Cette fois-ci je ne prendrai pas la descente directe par la petite route, celle, plus large qui suit la crête a aussi beaucoup de charme, on voit des éoliennes, la Méditerranée et les Pyrénées.

Transhumance d'automne, octobre 2019
Transhumance d'automne, octobre 2019
Transhumance d'automne, octobre 2019

     Après Lodève, c'est... différent : c'est beau, la route est large, il y a des vignes mais ça signe définitivement la fin de la saison d'été pour la Rivale.

Transhumance d'automne, octobre 2019

     A Bel Air : la mer au loin paraît toute proche ...

Transhumance d'automne, octobre 2019

     ... mais il faut traverser  un peu de garrigue pour atteindre la grande ville.

Transhumance d'automne, octobre 2019

     Je ne vais pas vous ennuyer avec des photos de rond-points et de feux rouges qui n'ont été qu'un petit désagrément rapidement oublié.

     La Rivale a retrouvé le bercail après 125 km ... et un tube d'échappement que j'étais sur le point de perdre, un écrou ayant préféré finir sa vie dans quelque bas-côté aveyronnais loin de la pollution de la ville.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 11:17

     Nous aimons bien faire des sorties avec le club des "Cinq A" de Carcassonne. La région est belle, et depuis le temps  nous nous sentons un peu chez nous tant l'accueil est chaleureux.

    Cette année diverses circonstances ont fait que la participation a été un peu réduite et c'est un peu comme une grosse famille de copains et leur quinzaine de motos qui ont profité de ce calendrier au moteur déréglé qui confond la fin du mois de septembre avec le mois d'août, mais qu'il ne compte pas sur moi pour corriger ses gicleurs, et ses vis platinées, je trouve que c'est très bien comme ça.

     Cette fois-ci nous partirons vers Villesèquelande, Alzonne, Raissac-sur-Lampy où nous ferons l'indispensable pause-saucisson,  Saint-Martin-le-Vieil, Montolieu, Fraisse, Aragon, Villegailhenc, soit une "quatre-vingt-dizaine" de kilomètres ... et une poignée de plus pour les étourdis dont nous faisons partie, mais que voulez-vous, c'était tellement beau qu'on a voulu en faire un peu plus !

     Une quinzaine de motos, oui, mais il y en a de belles. Vous connaissez mon amour pour les "avant-guerre", j'ai tendance à ne voir qu'elles, mais il y avait aussi de la jeunette. (il y avait même une FN et une Pétronille)

Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019

    Désolé, pas de photos, j'ai trop peur de m'égarer si je perds le groupe de vue trop longtemps mais jusqu'à Alzonne la mini-route entre les vignes dont les rangs dessinent de belles lignes est tout simplement sublime.

   Tiens, l'assistance ne suit plus ? C'est inquiétant ... pas pour la remorque puisque nous ne connaissons pas les pannes mais pour les victuailles du petit-déj' bien rangées dans le coffre.

Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019

     Ouf, nous voici rassurés, la table est déjà en place.

Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019

      Saint-Martin-le-Vieil, Montolieu, Aragon ... encore de la belle petite route qui sied parfaitement à nos vieilles bécanes, à Villegailhenc on peut attaquer la préparation psychologique au repas qui nous attend au Bristol à Carcassonne.

     Le canal du Midi, le soleil, des vieilles motos, l'affluence des badauds curieux, un bon restau, c'est le repos du guerrier et ça fait aussi partie de la fête.

     Allez, un petit "quizz" facile, d'autant plus que la réponse est dans le diaporama du début de l'article.

 

Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019
Carcassonne septembre 2019

     Désolé, je n'ai pas sorti l'appareil photo pendant le roulage pour vous donner l'envie d'aller vous balader sur ces routes, mais croyez-moi, ça valait le coup, Josette et Gérard ont bien assuré comme à l'habitude.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2019 1 16 /09 /septembre /2019 21:07

     A la mi-septembre, "les Vieilles Cylindrées Ardéchoises" organisent leur sortie sur deux jours dans la montagne ardéchoise, le départ est à Sainte-Eulalie à deux pas du Mont Gerbier de Jonc. Le road-book prévoit 80 km le samedi après-midi et 191 km le dimanche. Comme vous vous en doutez certainement, les grand-routes... je veux dire les routes normales, seront évitées autant que possible.

      Quelques vues de Ste-Eulalie.  

 

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Quelques  motos parmi les participantes : Zundap, Condor, BMW, Terrot.

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Samedi après-midi nous partirons vers le sud : Rieutord, Le Roux, Montpezat, Notre-Dame de Prévenchère, Labastide-sur-Bésorgues, Lachamp-Raphaël, et retour à Ste-Eulalie. 

     Nous sommes encore sur la grand-route, la vue au loin est très belle.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Fini l'enchaînement des belles courbes dans la descente, nous prenons une micro-route qui nous mènera à Montpezat et Moucheyre.

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

          Oups ! erreur de parcours, mais ce n'est pas grave, le passage sur le petit pont était bien sympa.

  

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     C'est reparti vers Lachamp-Raphaël.

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Petite pause improvisée avant d'entrer dans  Lachamp.

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Quand un rayon casse et trouve malin de percer la chambre ça fait une belle crevaison et une figure de style acrobatique très bien maîtrisée pour la belle Terrot RSS.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Au retour à Ste-Eulalie les compteurs auront 90 km de plus.

     Dimanche matin nous avons réservé notre place sur le plateau de la balance municipale pour béquiller confortablement.

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Quelques nouvelles machines se sont ajoutées : Motoconfort, Norton, René-Gillet, Monet-Goyon.

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     A neuf heures exactement nous nous mettons en route, la journée sera longue.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Cette fois-ci c'est vers le nord que nous allons, plus précisément à Pailharès pour un repas à "l'Amarante"  : Lachamp-Raphaël, Mézilhac, Saint Christol, Vernoux-en-Vivarais, Saint-Barthélémy, Gilhoc-sur-Ormèze, Boucieu, Saint-Félicien, Pailharès :115 km sont prévus au road-book.

     Les premiers kilomètres sont faits sur une route large et  sinueuse, le temps est idéal, l'horizon est bien dégagé, c'est beau.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

      Passage au col des Fourches.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Après une descente par une route bien étroite typiquement ardéchoise nous voici  à Saint-Christol pour une pause café.

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Encore de la petite route  et nous traversons l'Eyrieux.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Belle grimpette, nous dominons la vallée.

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

      Encore de l'autoroute (?) jusqu'à St-Barthélémy-Grozon, L'autochtone est parfois le bienvenu pour s'assurer que nous ne faisons pas fausse route....ce qui n'empêchera pas une erreur de parcours vers Lamastre, mais ne le répétez pas.

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Colombier : route fermée ? Non pas aujourd'hui, ouf !

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Beaux paysages jusqu'à St-Félicien.

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     La fatigue commençait à se faire bien sentir quand le panneau d'entrée à Pailharès a été en vue après 140 km parcourus depuis le matin.  Quelques attardés, quelques pannes, l'assistance n'a pas chômé. A l'Amarante nous contemplons au loin la montagne ardéchoise.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     L'après-midi est déjà bien entamée quand nous repartons : Labatie-d'Andaure, Saint-Agrève, St Martin-de-Valamas, St-Martial, nous ferons les 80 km d'une seule traite.

      Après de la petite route bien gravillonnée, (non ce n'est pas tout droit, c'est à droite !), la descente sur St-Martin  nous permettra de faire de folles vitesses.

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Nous approchons du Gerbier de Jonc, Pétronille sent l'écurie proche.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Elle en oublie de regarder la route et préfère faire un sourire au photographe, ce dont je ne lui tiendrai pas rigueur.

La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Et comme ça fait longtemps que je ne vous ai pas montré ma moto je profite de ce beau paysage pour combler cette lacune.

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Le week-end se termine avec 300 kilomètres de plus aux compteurs, et quels kilomètres, mais que de beaux paysages qui plus est sous le ciel bleu et une température très agéable.

     Et si vous aimez les belles mécaniques, en voici quelques autres qui nous ont accompagnés.

 

 

La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019
La Montagne ardéchoise septembre 2019

     Petite revanche : c'est à cette sortie il y a un an que ma commande de vitesse avait cassé, 3200 km ont été parcourus depuis la réparation et la soudure a bien tenu.

 

     Un grand merci à l'organisation qui a été particulièrement sollicitée à la suite de pannes et d'erreurs de parcours, certains ont même dû se passer du repas du dimanche midi. Çe fut intense et mouvementé mais les montagnards ardéchois en ont vu d'autres.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2019 1 09 /09 /septembre /2019 13:38

     Valérie et Thierry aiment bien organiser des « périples » à vieilles motos et inviter leurs amis. Cette année c’est la Bretagne, plus précisément le Morbihan et le Finistère qu’ils ont choisis comme terrain d’aventure pour une dizaine de pétoires, et, vous l’aurez compris, nous faisons partie de leurs amis, ce dont nous ne sommes pas peu fiers

     Le camp de base est à Saint-Eloi non loin Guiscriff et de Saint-Thurien.

Jeudi 29 août

      La Bretagne, c’est loin de notre Aveyron, en plus, ça partait mal : très tôt, alors que les motos étaient sur la remorque et le coffre plein, la voiture n’a pas voulu jouer : sa batterie avait rendu l'âme pendant la nuit sans prévenir. C’est ainsi que l’aventure a commencé par un réveil de la traction pour un aller-retour à Saint-Affrique afin de trouver une batterie. La boîte à outils prévue pour une éventuelle intervention sur les motos a été ouverte, et comme Facom ne fait pas de chausse-pied, il a fallu démonter de nombreux bouts de plastique avant d’atteindre l’objet du délit et le changer.

     Après une longue journée de route Alain a accueilli les "péripleurs" pour la première soirée de rencontre non loin de Nantes, un grand merci à lui.

    Un pont somptueux nous fait traverser l'estuaire de la Loire et nous entrons en Bretagne.

 

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Tandis que les motos sont encore prisonnières sur les remorques, à Larmor-Baden dans le golfe du Morbihan, le plateau de fruits de mer nous a mis en condition psychologique et la beauté du cadre a chatouillé mon appareil photo.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Découverte du gite en fin d'après-midi, les dix motos sont enfin posées sur leurs roues.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

Samedi 31 août

     Nos gentils organisateurs ont prévu une boucle vers la côte sud : Quimperlé, Pont-Scorff, Larmor-Plage, côte sud, Pont-Aven, Bannalec, 140 km sont au programme.

     L’Ariel a exigé que l'air de ses pneus soit breton : arrêt à Quimperlé pour faire la pression.

 

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Parfois on cherche la route … et on bloque un peu un carrefour.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Une pause, mais au fait, je ne vous ai pas encore présenté les participantes : Monet-Goyon et Koelher-Escoffier, Ariel, Matchless, BMW, Motoconfort, FN.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     En avant pour un pique-nique au bord de l'eau à  Larmor-Plage

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Pause café au Couregant.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Mais le crachin breton est bien une réalité, nous  enfilons les vêtements de pluie et rentrerons directement sans faire les petites boucles qui étaient prévues le long de  la côte.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Un peu de confusion dans Pont-Aven où nous semons une belle pagaille.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

    Crachin breton ? Moi j’ai trouvé que les gouttes d’eau font bien mal sur les joues, chez nous on appelle ça de la pluie !

     Plein sous…l’eau bretonne qui tombe du ciel.

 

 

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Dimanche 01 septembre

     Plouay, Languidic, Pluvignier, Ploermel, Carnac, Locmariaquer, retour vers Landevant, Hennebont, Pont-Scorff, Quimperlé, 204 km au programme.

 

     Le ciel s'est dégagé pendant la nuit, c'est parti.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Nous avons à peine fait cinq cents mètres de petite route assombrie par la forêt dense quand une trouée dans le feuillage laisse passer le soleil qui nous aveugle bien en face, freinage en catastrophe, la moto qui me suit me touche et nous voilà tous les deux par terre, je suis lamentablement coincé sous ma moto et comme un imbécile je n’ai pas eu le réflexe de dégainer mon appareil photo à ce moment-là, ça aurait été rigolo, je ferai mieux la prochaine fois.

     Un genou un peu endolori et un cale-pied complètement tordu rendraient la conduite risquée, la FN repart sur la remorque tandis que votre serviteur ôte son casque et va se mettre au chaud dans la voiture d'assistance.

ô

ô

     Pause boulangerie à St-Thurien.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

    A l’occasion de la pause café à Lanvaudan, le genou a retrouvé une mobilité satisfaisante, le cale-pied est démonté, bien bloqué dans une grille d’égout providentielle en guise d'étau, un marteau, une grosse clé pour faire levier… c’est à moitié redressé mais en partie dessoudé, ça bringuebale un peu mais la FN peut repartir sur ses roues…. avec interdiction d’appuyer fort avec le pied et de faire un peu d’acrobatie pour actionner le kick dont la course se trouve limitée.

     Allez, on y va.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

    Carnac et ses célèbres alignements.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

      Pause à Locmariaquer.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Nos motos ont beaucoup de succès auprès des touristes mais les restaurants de bord de mer sont bondés, nous nous régalerons de fruits de mer un peu plus loin où la vue d'un olivier chétif porteur d'une seule olive m'amuse.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

      C'est reparti, petit ajustement mécanique ou petite erreur de trajet, Valérie appelle ça « jardiner ».

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Pause bistrot à Pont-Scorff.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

Lundi 02 septembre

 

     Scaer, Langolen, Briec , Locronan, Ste-Anne-La-Palud, Cast, Gouezec, Croas Benn, Trévarez, Scaer, 131 km au programme avec une surprise ( ?) à Ste-Anne-La-Palud.

 

    Scaër : achats pique-nique

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Pause à côté de l'église de Landrevarzec (?) pas très sûr, mais ce qui est certain c'est que c'était en Bretagne.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

     Quand on prend la petite route qui domine la baie pour arriver à Locronan on découvre une vue superbe.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

     Locronan est  un très beau village, les appareils photos sont en surchauffe.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

    Peu après la chapelle Sainte-Anne-La-Palud on trouve la côte et c'est très beau.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

     Enfin la surprise : nos "gentils organisateurs" nous ont concocté une initiation au char à voile sur la plage, nous nous amusons comme des petits fous, la conduite n’a absolument rien à voir avec celle de nos motos, mais qu'est-ce qu'on rigole !

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Pause à Cast pour chercher la route sous le regard de l'église au style typique de la région.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

    Pause rafraîchissement à Chateaulin.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Câble d’embrayage cassé pour la petite Monet Goyon.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

Mardi 9 septembre

     Bannalec, Pont-Aven, Pointe de Trévignon, Concarneau, Bénodet, Ile Tudy, Bénodet, Saint Yvi, Rosporden, Scaer, 130 km au programme.

     Paysage de rêve sous le ciel bleu à la pointe de Trévignon.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

      Pointe de Beg-Meil : il est temps de goûter aux crêpes et faire des photos sur la plage.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Les biscuits bretons sont célèbres et les vieux motards sont gourmands : arrêt à Bénodet.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Quand Valérie avait dit : « amenez de vieilles godasses »  on se doutait bien qu’on allait patauger à marée basse et faire une pêche au trésor. A l’Ile Tudy les huitres étaient belles et on s’en est régalé au repas du soir. 

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

     Un peu de "jardinage" au retour et la boucle ne tardera pas à être bouclée.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

Mercredi 4 septembre

     Nous allons visiter un sous-marin au musée de la marine à Lorient. Le temps est menaçant et nous redoutons la circulation et le stationnement prolongé dans la ville, cette boucle sera effectuée en voiture (mais ne le répétez pas) .

     Pendant ce temps le cale-pied de la FN sera confié au garage local pour être réparé.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

    Visite très instructive sur le sous-marin et sur les conditions de vie vraiment..."spéciales" des sous-mariniers : 60 gars dans un couloir exigu et très encombré, la chaleur, les odeurs, l’absence de salle de bain même rudimentaire pendant un mois .....comparé à ça, rouler à vieille moto par grand froid sous l'orage et le brouillard sur une route défoncée ou verglacée n'est qu'une promenade de santé. !

 

 

 

 

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Pause bistrot au Faouet à côté de la halle.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

 

    Jeudi 5 septembre

 

   Le périple touche à sa fin, nous nous contenterons d'un petit tour vers la côte car il faudra préparer le retour : Quimperlé, Le Pouldou, Doëlan et retour.

     Arrivée à St-Thurien.

 

Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Le Pouldou.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

Pause café au bar de la plage.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Doëlan, restau et balade digestive.

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019

     Pour un périple ce fut un beau périple dans une région que nous ne connaissions pas ou si peu et qui a beaucoup de charme surtout sous le ciel bleu. La FN et Pétronille ont fonctionné à merveille pendant ces 800 kilomètres, à part un cabochon de feu rouge épris de liberté mais qui fut rattrapé à la volée.

     Valérie et Thierry ont le don pour choisir les bons ingrédients pour bien faire "monter la mayonnaise" que ce soit pour faire fonctionner un groupe de vieux motards ou pour accompagner les fruits de mer, nous en avons eu la double preuve.

 

 

     Allez, un dernier diaporama de ces machines "faites pour rouler".

Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Un périple en Bretagne août/septembre 2019
Partager cet article
Repost0
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 12:06

   Le dernier week-end du mois d'août le "Moto Rétro Réquista" organise une balade de vieilles motos à Cassagnes-Bégonhès dans le Lévézou Ségala. C'est pour nous l'occasion de sortir les machines de leur hibernation estivale. Même si elles n'ont pas complètement  hiberné cet été, chaque année c'est "Cassagnes" qui sonne le vrai départ de la deuxième mi-temps de l'année.

     A Cassagnes, dès huit heures le matin il y a cette tradition typiquement aveyronnaise qui motiverait le plus blasé ...

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Je tiens à vous rassurer : si ma tête de veau ne vous plait pas vous pouvez opter pour quelque chose de plus frugal : tripoux , andouille ... il y a du choix.

     C'est avec le ciel bleu et une température particulièrement élevée pour la saison que nous allons alterner plateaux et vallons.  Taurines, Magrinet, pause à La Fabrie, Ranolhac, Camjac, pause à Saint-Just, Lédergues, visite d'un musée de tracteurs à Meljac et retour à Cassagnes après 80 kilomètres de petites routes bien sympas, le programme est alléchant, une trentaine de motos nous accompagne.

     La tête de veau, c'est très bon mais c'est pour les vieilles motos que nous sommes là, faisons un premier tour du plateau.

 

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     La fébrilité gagne les participants, c'est bientôt le départ (la fumée, ce n'est pas de la pollution, c'est juste pour faire joli).

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Tiens une belle petite église, je dégaine, nous sommes à Taurines.

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Arrêt "Versailles" au bord du Viaur. La belle Dresch et la FN jouent les stars sur le petit pont de bois.

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

      C'est par une bonne descente bien gravillonnée et avec un frein arrière qui ne veut plus en jouer que j'arriverai à 10 km/h au regroupement de Saint-Just. Après un petit réglage le frein reprendra son service normal.

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     On rencontre çà et là des hameaux qui donnent l'envie de s'y attarder, Castelpers à l'air tout mignon.

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Nous revoici sur le plateau.

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Arrivée à Meljac pour la visite du musée de tracteurs et le rafraîchissement offert.

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Très belles pièces dans ce musée dont je vous conseille la visite.

 

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Encore un peu de plateau et nous serons de retour à Cassagnes ... pour l'aligot !

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019

     Pour une remise en route c'était réussi, beau temps belles routes, beaux paysages, (assiettes bien garnies), le "Moto Rétro Requista" a bien assuré. Merci.

Cassagnes-Bégonhès, Août 2019
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 17:27

    Mais quel est cet attroupement devant la mairie de Beaumont-du-Ventoux en ce jour du 14 juillet ?

    C'est le Rétro Moto Club de Pernes qui organise sa traditionnelle exposition de motos et sa balade dédiée aux petites cylindrées.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     La formule est simple et comprend deux thèmes :

     - une balade de motos dont la cylindrée maxi autorisée dépend de l'âge, si elle est ancienne elle a droit à 250 cc et seulement 50 cc pour les jeunettes de 20 ans. 

    - une exposition de motos intéressantes, sportives pour la plupart.

     La FN hors concours est restée au garage et c'est la Rivale qui accompagnera Pétronille.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Une boucle de 80 km le matin, une de 35 km l'après-midi, un pique-nique tiré du sac à midi, un grosse vingtaine de pétochons qui répond présente à l'appel, le ciel au beau fixe, je sens qu'on va prendre du plaisir.

    Quelques motos sont accessibles à mon objectif, profitons-en.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

    On y va.

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     C'est une région que nous ne connaissons pas, nous préférons rouler assez groupés donc pas ou très peu d'arrêts photos, mais qu'est-ce que c'est beau !

     Nous passerons à Entrechaux, Faucon, Propriac, Eygaliers, Brantes,  et retour par Malaucène.

     Première pause à Propiac-les-Bains.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Une autre pause au dessus de Brantes, le Ventoux est imposant.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Passage à Brantes .

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Pique-nique à côté de Beaumont, le ruisseau qui coule en bas de la falaise nous apporte une fraicheur bien agréable.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Programme de l'après-midi : Malaucène, Le Barroux, la Roque-Alric, Lafare, Suzette.

 

     Pause à Suzette.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Ne croyez pas que les "Popus" n'ont pas le souci de la coquetterie, le soin du détail est bien présent.

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Petites cylindrées mais qui dépotent plutôt bien, le "ducatiste" qui assurait l'accompagnement a dû souvent prendre l'angle pour suivre notre rythme.

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     Faites-pour-rouler mais aussi faites pour courir, l'exposition était intéressante, de la Tobec à gazogène à la Yamaha 250 TZ en passant par la Gold Star, de belles machines étaient exposées.

 

 

Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019
Petites cylindrées à Beaumont-du-Ventoux, juillet 2019

     C'était une première pour nous et ça nous a bien plu, les "popus" aussi ont beaucoup de charme, cette belle région leur convient tout à fait et le Rétro Moto Club de Pernes organise cette fête de main de maître.

   

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2019 1 01 /07 /juillet /2019 22:22

     C'est sûr qu'ils assurent les Vieux Bols Arvernes, chaque année la date est notée au feutre rouge sur l'écran de tous les smartphones, il est hors de question de rater ça.

     Cette année c'est le Cézallier qui sera notre terrain de jeu avec Ardes-sur-Couze comme ville étape, le thème est : "cols et cascades entre Cézallier et Artense"

     Des cascades ? L'idée est tombée à point en ce week-end de canicule (qui m'emballe), nous aurons peut-être un peu de fraîcheur.

      Le Tour d'Auvergne ce sont cent trente vieilles motos, dont un bon tiers d'avant-guerre, c'est une organisation sans faille avec un road-book détaillé plus une carte, plus un fléchage au sol, plus des motos modernes qui signalent les carrefours importants, il faut vraiment être distrait pour se perdre. Il faut dire que Elisabeth est extrêmement prévoyante.

     Le samedi au petit matin je vagabonde dans le "parc des coureurs" à l'affût de quelques "trucs" intéressants. J'aime bien taquiner certains participants en disant que je tiens à photographier leur belle moto avant qu'elle soit lamentablement sanglée sur une remorque d'assistance.

 

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Une première boucle de 97 km nous fera découvrir le col de la Vazèze, la cascade des Veyrines, Allanches, les gorges de la Sianne, et la Vallée de l'Allagnon.

 

 

     Après un peu de grimpette, le Cézallier  s'offre à nos yeux, j'ai comme l'impression que ce week-end s'annonce riche en beautés.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Petite déviation du genre tout-terrain pour ne pas se faire dévorer par la pelleteuse.

 

Le Tour d'Auvergne 2019

     Le paradis existe, je l'ai trouvé sur ce plateau fleuri.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

      Pause gourmande à la cascade des Veyrines tout près d'Allanches. Ce n'est pas la canicule qui freinerait l'ardeur des cannibales devant une table bien garnie.

Le Tour d'Auvergne 2019

     La cascade des Veyrines coule à flots juste à côté.

 

Le Tour d'Auvergne 2019

     Allez, admirons les mécaniques.

 

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Pétronille a hâte de reprendre la route.

Le Tour d'Auvergne 2019

     Et comme nous n'avions pas arrêté de monter il a fallu redescendre, et c'est très bien car  les gorges de la Sianne sont un vrai régal.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Le long du trajet on rencontre de belles maisons bien fleuries.

Le Tour d'Auvergne 2019

      La vallée de l'Allagnon me remémore ma montée à Clermont-Ferrand il y a fort longtemps avec ma première moto, une Honda SS125A acquise trois jours plus tôt. J'y étais repassé quarante années plus tard avec la FN lors de notre retour dans le midi quand l'heure de la retraite venait de sonner, Pétronille m'accompagnait en scooter.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Après avoir franchi l'Allagnon à Lanau, nous ne sommes plus très loin de Ardes où les motos chercheront l'ombre pendant le repas des pilotes.

 

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Pas de roue de secours, on profite de la pause pour réparer.

 

Le Tour d'Auvergne 2019

     Samedi après-midi c'est une boucle de 93 kilomètres qui nous conduira à Compains, aux gorges du Courgoul, et à Villeneuve Lembron.

   On a mis la "clim" à fond, on peut affronter la fournaise.

Le Tour d'Auvergne 2019

    Ardes est écrasée par la chaleur.

Le Tour d'Auvergne 2019

     Nous remontons sur les hauteurs, les paysages sont toujours aussi magnifiques.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

    On  emballe les meules  façon "Pink-Pride", encore un coup des canicules (comprend qui veut).

Le Tour d'Auvergne 2019

     Pause à Compains où nous engloutirons des litres d'eau sous le clocher couvert de bardeaux en bois. (Aviez-vous déjà vu une Sertum, italienne à la suspension venue d'ailleurs ?)

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     C'est parti vers Villeneuve-Lembron. Tiens, un hameau sympa je ne sais plus très bien où c'était.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     En fait, la canicule, je m'en fout comme de mes premières chaussettes, il faut beau, la route est super, ma moto ronronne de plaisir, c'est le bonheur.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

   Villeneuve-Lembron est un village très chouette, beau château, belle église....

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     ... au hasard des ruelles on trouve de vieilles motos abandonnées contre de vieux murs défraîchis.

 

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Chaque arrêt me donne l'occasion de "shooter" quelques participantes.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

 

     Retour vers Ardes.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     On arrive à Ardes par une belle descente qui domine la ville.

 

Le Tour d'Auvergne 2019

     Après une bonne nuit je balade mon appareil au hasard des motos.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Dimanche matin soixante-deux kilomètres nous mèneront à Champs-sur-Tarentaine avec une pause à Egliseneuve-sur-Tarentaine.

     Départ par la vallée de la Rentières.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Nous remontons à nouveau au paradis et c'est encore l'extase.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

      Tous les burons ne sont pas construits en pierre volcanique, mais ils ont tous beaucoup de charme.

Le Tour d'Auvergne 2019

     Pause à Egliseneuve d'Entraigues où, après une rondelle de saucisson nous nous rafraîchirons auprès du plan d'eau et des cascades.

 

 

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Mais mon APN me démange, les motos sont trop belles.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Nous sommes lestés, nous pouvons repartir.

Le Tour d'Auvergne 2019

     Quelque part, je ne sais plus où, mais il y avait une ambiance qui m'a plu.

Le Tour d'Auvergne 2019

     Nous approchons du barrage de Lastioulles.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Arrêt repas à Champs-sur-Tarentaine.

 

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Comme à son habitude Pétronille ne veut pas rater le départ, elle est déjà prête.

Le Tour d'Auvergne 2019

     On repart vers la cascade du Saillant au Fayet.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Un risque d'orage a été annoncé pour la fin de l'après-midi, je surveille le ciel.

Le Tour d'Auvergne 2019

 

     Nombreux hameaux sympas au bord de la route.

Le Tour d'Auvergne 2019

         Cascade du Saillant.

 

 

Le Tour d'Auvergne 2019

     Les organisateurs ont même prévu une moto de rechange en cas de panne.

Le Tour d'Auvergne 2019

     Et comme on en redemande, on revient à Ardes par une route toujours aussi belle.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

    Les motos venaient à peine d'être sanglées sur leur remorque qu'un orage de grêle a conclu la fête, les Vieux Bols Arvernes avaient même prévu les glaçons tombant du ciel pour le pot de départ, je vous l'avais dit : Elisabeth elle pense vraiment  à tout.

    Ces motos sont animées par un moteur et certains sont de vraies œuvres d'art, jugez vous-même.

Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019
Le Tour d'Auvergne 2019

     Que dire de plus? J'espère avoir été à la hauteur pour vous faire partager le bonheur que nous avons ressenti tout au long de ce week-end tandis que les organisateurs dévoués n'ont pas toujours été à la fête : des pannes, quelques chutes, la chaleur éprouvante et tant d'autres tracas.... Merci Elisabeth.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact