Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 22:10

"LA" descente en FN et Scooter a été pour moi l'occasion d'apprécier une de ces bonnes vieilles recettes que je tiens à vous faire partager:

 

Le motard en papillote

 

Procurez-vous un motard équipé d’une machine pas rapide, que ce soit du fait de sa faible cylindrée, ou du fait de son grand âge.

 

Enveloppez soigneusement le motard des pieds à la tête d'une papillote de cuir.

 

 Choisissez une période de canicule pour l'envoyer sur de petites routes bien de chez nous.

 

La lenteur de la machine est un point timportant car elle contribue à l’efficacité de la cuisson.

 

N’hésitez pas à multiplier les arrêts de courte durée, mais ne profitez surtout pas de ces arrêts pour ôter la papillote de cuir.

 

Si le motard s'obstine à reprendre la route après l'arrêt, c’est que la cuisson n’est pas encore terminée.

 

Ne pas rajouter d’herbes aromatiques, la sécrétion des glandes séborrhées du motard suffit pour parfumer la préparation.

 

En fin de journée on enlèvera la papillote de cuir en la décollant délicatement. (il est important de ne pas la déchirer car elle devra servir le lendemain.)

 

On déglacera ensuite le motard dans une cabine de douche, dans un premier temps avec une  première eau savonneuse, et ensuite à l’eau claire.

 

Le nec plus ultra consistera à introduire ensuite dans la bouche du motard, un bon demi-litre de Ricard bien frais.

 

A consommer sans modération.

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 23:06

Dès 9 heures les machines et les pilotes sont d'attaque pour le dernier round.

 

Evelyne immortalise le départ.

CIMG4726-copie-1

 

Après avoir rapidement rejoint Saint-Flour la N 9 nous amène au viaduc de Garabit, le site est grandiose.

DSCF5878CIMG4729

 

Vu de dessus c'est tout aussi beau.  

DSCF5881 

 

 

La vallée du Lot est maintenant surplombée par un viaduc impressionnant.  

 DSCF5885

 

Après un arrêt "contrôle-essence-huile" le démarrage se fait toujours

 au deuxième coup de kick.

 

Tout en roulant je me vois dans le chrome du levier d'avance à l'allumage.

CIMG4733

 

Je vérifie régulièrement que mon "ange-gardien-scootérisé" me suit toujours.

 

  DSCF5884

 

        Après avoir traversé les paysages magnifiques de l'Aubrac nous nous arrêtons pour un repas pantagruélique à l'auberge du Bonsecours non loin de Sèverac le Château. (Salade de haricots verts, jambon cuit, feuilleté aux escargots, saucisse avec patates rissolées, fromage et dessert, et en plus, c'est très bien préparé, la moto va être à la peine!)

DSCF5892 

 

 

 

La route nous mène à Millau, au loin, le viaduc

DSCF5895

 

       Un moment d'émotion devant les croix à la mémoire de jeunes résistants assassinés en 1944: le tonton de mon épouse préférée faisait partie du lot....

CIMG4754

 

On prend la descente sur Arboras pour éviter l'autoroute de la rentrée sur Montpellier.

 

DSCF5898-copie-1

 

Pari gagné les engins son arrivés à destination, enfin "les culs rient"..... comme des gamins qui viennent de faire une bonne farce.

DSCF5903

 

 

 

 

 

 

       Le compteur de la FN marque 4969,7 Km soit 865 Km au total, celui du scooter, moins prétentieux indique 840 Km depuis Chatou.

 

DSCF5907

 

 

Bilan:

          -  4,2 L/100 d'essence pour la FN

          -  5 litres d'huile (c'est promis, à l'automne je modifierai mon piston comme indiqué sur la lettre de l'usine datée de 1930.....et oui, la conso. d'huile de ce moteur était déjà un problème  connu.

         -  une trousse à outils qui n'a servi qu'à alourdir une sacoche, tout comme le "cubi" d'essence de réserve.

         -  non, j'ai pas mal au c.   mais il est vrai que les routes même secondaires sont devenues de vrais tapis de billard.....les pauvres poules ne savent plus où couver comme en 1930..... (la qualité des oeufs s'en ressent)

 

           - le tuyau d'échappement a bleui.

DSCF5908

 

 

          - le moteur n'a pas connu le moindre coup de chiffon pendant le trajet mais il n'est pas immonde pour autant, loin de là.

DSCF5910

 

         - La bougie Bosch d'origine à double électrode a tenu. (ça ce n'est pas extraordinaire, elle n'avait que 70 ans....ou 80?)

 

           

Conclusion:

           La dame au scooter qui m'a suivi pendant tout le trajet a bien mérité sa 125 "popu"des années 50 pour participer de façon active aux diverses manifestations de vieilles motos autrement qu'en faisant la potiche sur mon tand-sad.

 

 

         Dis, c'est quand qu'on recommence?

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 22:12

        Au petit matin le marché s'est installé sur la place devant l'hôtel et il a fallu déplacer un fourgon pour libérer nos engins.

 

         Alors que je fais les vérifications d'usage avant le départ, un motard, en Honda Gold WIng de la première génération, s'intéresse à notre périple.

         Le contrôle du scooter est fait en un clin d'oeil, même pas de baisse du niveau d'huile décelable, c'est énervant!

 

 

CIMG4704

 

CIMG4706

 

         Arrêt à Lurcy Levis près de la piste tandis que tourne un bolide à quatre roues.  La FN est jalouse car l'auto rouge fait encore plus de bruit qu'elle!

 

DSCF5847

 

 

      On reprend la route après un arrêt pour les vérifications de routine. 

 

 

 

CIMG4711

 

 

 

 

       Accueil très chaleureux chez nos amis dans le cadre magnifique du Jardin du Colombier non loin de Gannat.

 

 

CIMG4715

 

               Nous contournons ensuite Clermont Ferrand par l'Ouest ce qui nous permet d'admirer la chaîne des Puys. Le trajet n'est pas folichon, car il y a beaucoup d'intersections qui imposent des arrêts pour consulter la carte.

 

               On rejoint la vallée de l'Allier au nord d'Issoire, et enfin l'ex N9 : que du bonheur!

 

                Après Lempdes on s'engouffre dans la vallée de l'Alagnon et j'ai le plaisir de "larguer" madame sur son scooter. Je dois dire que le comportement routier de la FN est réellement plaisant, la machine est très stable tout en étant maniable. Le freinage est tout à fait honorable car il a été dimensionné pour une utilisation avec side-car. Valentino Rossi n'a qu'à bien se tenir......

 

               Nous remontons ensuite en direction de Murat par une route très roulante, toute en courbes, pour ensuite franchir le col qui nous sépare du plateau de St-Flour où habitent nos amis Evelyne et Jojo qui vont nous héberger pour la nuit. Le paysage est magnifique, les éoliennes s'en donnent à coeur joie.

 

DSCF5855

 

DSCF5860

 

Arrivés à bon port les engins passeront la nuit  bien à l'abri.

DSCF5872

 

 

 

         La maison d'Evelyne et Jojo a quelque similitude avec la FN, dans les deux cas,on a vraiment l'impression que les concepteurs n'ont pas lésiné sur la solidité et qu'elles seront toutes deux sur pieds dans plusieurs centaines d'années.

 

 

         Merci à Evelyne et Jojo pour cet accueil sympathique.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 17:50

         Le jour « J » est arrivé, Françoise et Pierre nous ont accueilli à Chatou le jour précédant "La descente infernale "

 

         Je fais les ultimes préparatifs :  le « cubi-nourice » de 5 litres d’essence mérite une aération externe pour éviter la montée en pression et le déversement des vapeurs dans la sacoche : un graisseur  dont j’ai supprimé la bille et un bout de tube feront l’affaire.

 

DSCF5905

       Les sacoches me paraissent bien lourdes avec les réserves d'huile, d'essence, les outils et tant d'autres trucs. J’ai bien peur de les perdre sur les nids de poule : une sangle sécurisera la chose.

 

      Le mardi matin il fait frais, il a plu pendant la nuit, nos amis ont du mal à cacher leurs doutes quant à la réussite de notre virée….

 

Le compteur marque 4104,7 Km

 

DSCF5819

 

 

Départ à 9 heures: Françoise est là pour immortaliser le moment.

 

P1000660

 

 

 

           C'est la mauvaise heure: tous les accès au pont de Chatou sont surchargés et la FN n’aime pas rester au ralenti sans rouler, les remontées d’huile provoquent une fumée bleue aussi impressionnante qu'odorante (les nausées abondent) et encrassent la bougie rendant ainsi l’allumage aléatoire.

Au bout de 200 mètres, ça ratatouille et pétarade de façon inquiétante, j’ai des difficultés à me mouvoir dans l’immobilisme de ces autos. 

        Arrivés à grand peine sur le pont de Chatou dans un ratatoulliage peu rassurant, je décide de m’arrêter en attendant un retour à la fluidité du trafic.

 

DSCF5818

 

        Que voilà un bon début : arrêt d’une heure après seulement 500 mètres de route, j’espère que personne de connu ne nous a vu. Je rassure ma dulcinée en expliquant que le moteur va se rôder… que les segments, bla bla bla... que j’ai mis trop d’huile par excès de précaution... que j’ai d’autres bougies plus résistantes à l’huile….qu’il ne reste que 800 Km à faire....

  

Mais enfin où vont-ils tous ces gens dans leur auto, ils pourraient pas être à la retraite comme tout le monde ?

 

CIMG4668

 

         Vers 10 heures, nouveau départ et ma foi, en veillant à ne pas s’arrêter trop longtemps, quitte à faire des choses que le code de la route réprouve, j‘arrive à m’extirper de la région parisienne sans trop de mal.

 

       La route par la 118 puis la 104 et la N 20 jusqu’à Pithiviers est monotone mais le poum poum poum du gromono est rassurant. Les gros camions qui nous entourent le sont moins!

 

        Après un arrêt «  niveaux huile et essence » on arrive enfin à Sully sur Loire qui marque le début de la portion intéressante du trajet, de plus le ciel bleu est définitivement installé.

 

 

 

 Pas mal le château de Sully, je pense que les architectes ont dû

s’inspirer des concepteurs de ma moto car il est presque aussi beau.

DSCF5821

  

 

Repas « Pizza, vin rosé, café », les engins sont garés près de la terrasse

du restau pour une frime garantie.

CIMG4678

 

Contrôle et ajustement des nivaux et c’est reparti pour un tour.

CIMG4693

CIMG4696

 

  

 

 

 

Gien 

DSCF5832

 

 

Canal de Briare

DSCF5838

 

 

        A Sancerre j’ai une petite frayeur : la jauge à huile marque à peine 1 mm : c’est vrai qu’elle en consomme !

 

        Vers 18:00 heures nous décidons de faire notre première halte à "Sancoins" , (drôle de nom car, "ça cogne ass'ez ») il fait chaud.

 

         Hotel restau. sympa, au menu: terrine et raie, le tout avec un Saint Pourçain blanc très convaincant.

DSCF5841

 

      

 

          "Mais oui, je t'assure, tout se passe bien, on se régale, les engins roulent, les paysages sont beaux, il fait chaud mais on n'est pas fatigué. Vivement demain que ça recommence...."

DSCF5844 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 11:41

L'heure de "LA" descente en FN vers Montpellier approche.....le stress augmente. Heureusement la préparation du déménagement me "prend la tête" et je n'y pense pas trop....enfin, un peu quand même.

 

En fait ma seule crainte c’est la panne immobilisante, non pas à cause du désagrément, dépannage, frais etc, mais « la honte »,  non, mais, vous vous rendez compte? Ca fait des mois que j'en parle à tout le monde, que je frime avec ça, c’est même ça qui m’a incité à faire ce blog, rendez-vous compte si je devais vous raconter ensuite que la FN n’a plus voulu en jouer dès le pont de Sèvres, et surtout que moi, je dis bien « moi », le « bricoleur de génie», « l’homme qui parle à l’oreille des motos », l’homme qui a plus d’outils dans sa trousse qu’un arc n’a de cordes  (là, Henri, tu te trompes), j’aurais été incapable de réaliser le bricolage qui aurait permi de sauver la face ?

 

      Il me vint l'idée de faire le bilan des caprices que m'a faits cette moto depuis sa restauration, soit environ 4000 Km. 

 

1)  Le coup de la valve de chambre à air sectionnée à la base, je l’avais d’ailleurs déjà eu avec ma 125 Honda : J’emporte une chambre à air, une pompe, des démonte-pneus, le nécessaire de clés…

 

2)  Le coup du câble d’embrayage cassé : j’emporte un assortiment de cables , arrêt de gaines, serre-câble etc.

 

3)  La magnéto qui ne voulait plus en jouer à chaud : son induit a été rebobiné et depuis j’ai bien fait 2500 Km.

 

.

magnéto3

 

 

      4)  La soupape d’échappement grillée : ça a été réparé, on a même adapté un siège. 

 

DSCF5081

 

 

5)  Un joint de culasse fuyard, ce n’est pas immobilisant et de toute façon l’actuel a été fraîchement remplacé, j’ai même bricolé un peson pour pouvoir resserrer la culasse au cours du trajet, et, tant qu’à y être, j’emporte un joint d’avance.

 

DSCF4140DSCF5622

         

 

Alors quel nouveau caprice pourait-elle inventer?

 

1)  La bougie? Cette belle Bosch double électrode qui était sur l’épave quand je l’ai achetée et qui fonctionne toujours, elle doit bien avoir 70 ans, va-t-elle tenir ? Pas fou, j’emporte deux ou trois bougies de rechange.

 

DSCF4693

 

      2) La chaîne? Là je la joue gonflé, je n’ai même pas d’attache rapide d’avance, mais j’ai ce qu’il faut pour la retendre et elle n'a guère que 4000 Km dans les maillons.

 

3) La panne d’essence ? Et oui, les petites départementales deviennent désertes et mon réservoir de 10 litres est vraiment juste : qu’à cela ne tienne mon récipient préféré, j’ai nommé : un « cubi » de vin de 5 litres fera une excellente nourrice qui rentre « pile poil » dans une sacoche

 

De plus, j’emporte, à tout hasard: un jeu de vis platinées, du fil de fer, des joints de robinet d’essence,

 

La consommation d’huile effrayante, un bon 0,4 litres au 100 Km, (malgré des segments neufs et un déglaçage du cylindre récents) me fera emporter un autre « cubi » de 5 litres pour l’huile, tant mieux j’ai deux sacoches, il n’y aura pas de jalouse (sauf moi qui devrai chercher l'épicerie ou le bistrot du village pour boire un coup...ça vafaire baisser la moyenne)

 

 

Pour le voyage, j'ai adapté les sacoches en cuir de la BMW, ce qui lui donne un air de vraie routière, un peu pataude, je l'avoue.

 

DSCF5727DSCF5728

 

 

     En fait depuis que j’ai fait ce type de descente, il y a plus de trente ans, en vieille 125cc ou en BMW qui était  moderne à l’époque,  les petites départementales sont devenues désertes et on n’y rencontre plus les petits mécanos de village chez lesquels on pouvait trouver, un câble de frein, une rustine, un outil qu’on n’a pas sous la main….(pour l'épicerie ou le bistrot c'est pareil ,"Y'en a plus!"). Je me souviens, lors de ma descente en 125 Peugeot avoir perdu l’écrou du pignon de sortie de boîte, un diamètre et un pas qui n’ont rien de standard, mais le petit mécano du premier village rencontré m’a dit « cherche donc dans ce tonneau, j'y jette toute les vis et écrous un peu spéciaux, t'as qu’à fouiller », et parmi les kilos de visserie pleine de cambouis, j’ai trouvé mon bonheur.

 

  Certes, cette fois-ci, en cas de problème j’aurai un téléphone portable pour appeler la dépanneuse ni vu ni connu.... et encore, sous réserve que le réseau soit présent, mais je préfèrerais savoir que dans tous les villages traversés il y a la main salutaire pleine de cambouis du mécanicien de campagne avec sa réserve de vis, rustines, écrous et bouts de fer en tout genre. (et le petit bistrot pour me redonner du courage!)

 

 

 

         Demain le camion de déménagement videra l'appartement mais la FN et le scooter de madame resteront àChatou en attendant sagement l'heure du départ qui n'est pas encore fixée, ce sera pour fin Juin ou début Juillet. (en tout cas pas trop de jours avant l'arrivée à Montpellier)

 

        Au fait quels préparatifs pour le scooter?

 

        Vérification des niveaux, et de la pression des pneus: c'est beau la mécanique moderne. Il n'empêche que madame devra elle aussi accumuler les kilomètres de descente et je suis sûr que grâce à elle vous aurez des photos et vidéos de mon infernale et pétaradante machine sur la route.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 18:51

       Comme les préparatifs de la nouvelle maison à Montpellier vont bon train, j'ai décidé qu'un petit repos serait le bienvenu, et que la meilleure façon de ne pas être tenté par le manche des pinceaux ou autres rouleaux était de changer d'horizon.

 

      Tiens et pourquoi pas un petit week end au frais à Brusque, histoire d'en profiter pour faire un bisous aux vieilles mécaniques? Il faut bien ça avant d'affronter le dernier round: "emballage-dans-les-cartons-de-déménagement".

 

       On est arrivé, la 11 est sous sa couette, sa teutonne copine à deux roues veille sur elle.

 

DSCF5724

 

 

 

      Je n'ai pas de mal à trouver un prétexte pour lui réveiller les bielles, une histoire de bobine de fil pour la débrousailleuse, je ne sais plus très bien...., il fallait aller en chercher au village voisin.

 

      Un coup de démarreur plus tard, les bielles se réveillent, et nous voici sur la route par le chemin des écoliers, on passe voir les éoliennes, normal pour une traction à vent et on en profite pour faire des photos.

 

DSCF5725

 

 

     Un petit coup d'oeil sur ses formes sensuelles....et dire que l'été dernier au cours d'une marche arrière, il y a une borne qui a poussé instanannément derrière l'auto sans prévenir et qui à écrasé mon aile arrière, après une marche avant et un petit massage délicat tout était rentré dans l'ordre:

 

des "ailes en matériau à mémoire de forme", je vous assure:  il y avait déjà ça sur les tractions!

 

DSCF5726

 

       Demain elle retournera sous la couette en attendant plus de disponibilité de ma part: finie l'insomnie.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 22:16

     Non ce n'est pas une pause pour faire refroidir les bielles de l'une de mes mécaniques, mais bel et bien une pause pour "myself" , nous allons en effet  nous consacrer pendant quelques jours à aménager notre nouvel écrin pour mes mécaniques préférées (et accesoirement pour nous-mêmes).

 

En clair, retraite avec retour dans le sud oblige, on va se polariser sur l'aménagement de notre nouvelle et montpelliéraine demeure pendant quelques jours.

 

En attendant, je vous ai mis un album de photos prises au hasard de différentes sorties ou balades en famille. La génération "post  APN" y est plus présente, mais j'aurai plus tard le temps de numériser plein de diapos anciennes.

 

Dans l'attente d'arriver au bout du rouleau (de peintre), le prochain épisode sera dédiée aux préparatifs du retour de la FN vers le sud.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 10:55

        J'ai gardé un bon souvenir de cette sortie à Montlhéry à l'occasion de la journée de l'héritage.

 

       On a fait le trajet Chatou Montlhéry et retour par la route, ce qui est loin d'être intéressant car il n'y a pas vraiment d'itinéraire sympa, mais l'intérêt de la rencontre compense largement.

 

    Le temps a été magnifique et l'ambiance très agréable.

 

 

Le plateau des motos était remarquable.

 

CIMG3916

 

       Et puis, ça m'a permis de faire de folles vitesses sur l'anneau légendaire.

 

 

Le départ des motos immortalisé par "ggtrac" de la Guilde des tractionnistes:

Attention, maman,  tiens toi bien, les chevaux vont parler!

PICT1362 R

 

 

Il y avait du monde sur l'anneau pour la parade, on se sent tout petit sur deux roues.

 

montlhery09-119

 

 

 

 

Un petit tour sur l'anneau dont l'état de sol magnifiquement amorti par l'absence de suspension arrière de la moto achèvera d'éliminer tout restant de cellulite de ma passagère d'épouse. (si tant est qu'il y en ait eu auparavant)

La prochaine édition se fera au début Juin 2010, mais je n'y serai pas, hélas. (il me faudra trouver autre chose pour affiner la silhouette de madame)
Décembre 2010:
Je ne peux pas résister à vous faire part de cette photo trouvée sur le site de Terrot Ballancourt: Nous sommes en pleine vitesse sur l'anneau et madame s'affaire avec son APN pour immortaliser l'instant (Y'a pas d'antibougé sur son APN  )
autodrome-heritage-festival-montlhery-2009-motos-13

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 22:21

        La FN est à peu près prête pour "LA "descente dans le sud.

 

    J'ai réfléchi à tout (enfin, je crois). Le trajet se fera la dernière semaine de Juin, après que le camion de déménagement aura descendu toutes les affaires dans notre nouvelle maison.

    Cette semaine j'ai adapté les sacoches en cuir de la BM sur la FN parce qu'il faudra emporter, des affaires, des outils, des pièces détachées, de l'huile, de l'essence, des chausettes, une brose a dents, des cartes, des fringues....j'en oublie certainement.

 

     Donc ce matin je prend le prétexte de la réunion du 3° Dimanche du mois sur le parking de Gazoline, de l'autre côté de la forêt de Marly, pour vérifier que tout va bien (et surtout pour frimer car en c'est dans les réunions d'autos qu'on frime le plus parce que on a le bénéfice de l'originalité au milieu des 403 et autres tractions ou Triumph TR3)

 

    Donc: pantalon cuir, longue veste cuir, bottes du même métal, caque Bol et bottes assorties, je sors la belle et selon le cérémonial d'usage: titilateur (très important le titilateur, il faut prendre l'air très pénétré quand on titille (non, rien de sexuel!) ), les gaz, l'avance, je cherche la compression, je me  juche sur le kick et Hoppp! .....avant même que le kick soit arrivé en bas un premier POUMM! se fait entendre suivi de..........rien!

    Re-tentative, et là........pas de compression, rien ........ça tourne dans le vide.

 

    Coup de bol il n'y a qu'un témoin, un voisin sympa qui se propose même pour me pousser, mais comme je ne pense pas qu'il pourra me suivre pendant tout mon trajet vers le Sud, je me dis qu'il faut investiguer plus sérieusement sur la cause de la panne:

    Soupape bloquée? non ça à l'air d'aller, c'est facile à contrôler sur un moteur latéral. Segmentation HS? mais pourquoi le premier coup aurait été bon?

    Après quelques tentatives de démarrage, le moteur repart normalement, le bruit est normal, j'arrête au bout de quelques secondes, nouvel essai: la compression est bien revenue... Hypothèse, la première combustion aura déroché quelque particule de calamine qui sera resté collée sur le siège d'une soupape lui faisant perdre son étanchéité.

 

    Il y avait beaucoup d'autos à Bailly chez Gazoline, j'ai beaucoup frimé. 

    Au retour, entre quatre (z') yeux, a FN m'a promis qu'elle ne me ferait plus ce genre de frayeur.

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 11:48

       Après de longues années j'ai eu envie de remonter le temps jusqu'aux origines de ma moto.

       J’ai d'abord trouvé un site, que je vous recommande, qui permet de retrouver la date de naissance de n'importe quel véhicule à partir de son immatriculation: http://plaque.free.fr/f_rec1f.html. Sur la photo prise lors de son achat on note 6823 YA6: Le vendeur ne m’avait pas menti, elle avait bien été immatriculée en Seine-et-Oise pendant le deuxième trimestre 1931 http://plaque.free.fr/f_tab4.html.

 

 

FN003

       L’internet me permit aussi de  retrouver la trace du Vendeur dont j'avais mémorisé le nom. Rendez-vous fut  pris à l’occasion de la bourse de Mantes la Jolie au printemps 2008. Il fut très heureux de revoir la FN et ravi de constater qu’elle avait retrouvé une nouvelle vie. La rencontre fut émouvante car il m’annonça qu’il se savait condamné: j’ai appris le décès de Michel le B. quelques mois plus tard.

 

        Sur la plaque du concessionnaire que j’ai soigneusement maintenue en valeur sur le garde-boue avant, figure l’adresse où la FN a été vendue,

 

Cycles Motos

Maison A. Laudet

M. RABIN

27,40, Av de la république,

 MANTES Seine et Oise 

 

 

 

DSCF2911

 

 

  C’est décidé: j’irai faire des photos sur place.

   

     D’un côté, une compagnie d’assurance, "ASSU 2000", de l’autre un salon de coiffure, "New Angel". Détail étonnant: sur les cartes postales du début du XXéme siècle on voit une affiche "salon de coiffure" qui semble être à cette même adresse!

 

DSCF2956DSCF2955

 

 

"Hard copy d'écran" et son zoom volés sur "delcampe.net "

Delcampe CP République Delcampe CP République zoom coiffure-copie-1

 

       Je suis rentré à tout hasard questionner la coiffeuse mais elle n’a visiblement pas compris l’objet de ma visite. Il est vrai que je devais avoir l’allure d’un éléphant dans un magasin de porcelaine au milieu de ces minettes sophistiquées, et que les relents d’huile et d’essence de mon cuir ne faisaient certainement pas bon ménage avec les odeurs de parfumerie.

 

      Côté compagnie d'assurance, c'était fermé.

 

     

 

 

Et oui, mon bon monsieur, tout se perd, les choses ont bien changé depuis 1931......

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 22:51

 

 

        L'acharnement a commencé et n'a pris fin que quand la belle, rutilante de ses chromes, à pu rouler des ses propres roues.

 

      Tout a été désossé, sablé puis apprêté et peint en cellulosique noire, toutes les pièces sur lesquelles restait une trace ce chrome ou nickel ont été polies puis envoyées au chromage ou nickelage. Côté mécanique tout était dans un état étonnamment sain, j’ai surtout fait du nettoyage, changé tous les roulements du moteur et boite de vitesse, regarni les mâchoires de frein, reconditionné la magnéto, (il a fallu la rebobiner par la suite), j'ai changé les rayons de roues, et bien sûr, tout ce qui est: câbles de freins, embrayage... gaines, chaîne de transmission, pneus et chambres à air..... J’ai du fabriquer un carter de chaîne, un bouchon de réservoir d’essence, un cale-pied, adapter un phare, de Citroën C4 (la vieille, pas l'actuelle!), faire une plaque d’immatriculation avec son feu rouge , regarnir le tand-sad avec le cuir d’un vieux blouson…je dois en oublier mais il ne s’agit que d’opérations classiques pour qui restaure de vieilles machines  (et qui est assez fou pour y dédier tout son temps libre)

 

 

Rares photos prises pendant sa restauration

 

FN004

 

 

Fallait bien être fada pour récupérer le pot d'échappement en le rechargeant entièrement à la brasure et le polir ensuite avant de l'envoyer au chromage!

restauration001015

 

 

        Tout ça ne laissait pas beaucoup de temps pour s'occuper des filles...... quoique....il y en a bien une qui était intriguée par mon activité d'autant plus que je la commentais avec avec mon bel accent de Montpellier...... La moto, d'abord, les filles on verra après, Na! (en plus elle avait une copine sympa...)

 

 

       Photo prise au bord de la Seine à Carrières sur Seine : le tand-sad n’est pas encore monté. On peut retrouver immédiatement cette photo sur le net dès qu'on tape "moto FN M90" sur "gougolle" puis « rechercher images »

 photo2

 

 

 

C'est pas "culbuté" (ce mot, ça fait toujours peur aux filles....), mais moi il m'a fait craquer.

 

Copie de DSCF0701

 

 

 

 

DSCF0695

 

 

 

 

       Dans les années 80 / 90 mes occupations ne me permettaient pas de participer à des rassemblements de vieilles machines, lesquels étaient encore assez rares et je me contentais parfois de réveiller le voisinage le Dimanche matin en faisant de petits tours dans le quartier. (Et oui, après les motos, traction, etc..... il a bien fallu réorienter les priorités et penser famille, ce qui, pour être honnête, apporte aussi beaucoup de solides satifactions, il n'empêche que le tand-sad n'a pu être monté que beaucoup plus tard). En plus, pour laisser de la place au monospace  dans le box (famille oblige, ha! la copine de la voisine...), la moto, comme les chauve-souris, passait l'hiver accrochée au plafond, grâce à un ingénieux (forcémént,c'est moi qui l'avais immaginé) système de cordes, crochets et poulies, grâce auquel toute sortie devenait une expédition.

 

       Petit à petit le périmètre des sorties s’est agrandi : coupes moto légende à Montlhéry par la route, participations de plus en plus fréquente aux divers rendez-vous informels comme à Maison Lafitte le dernier Dimanche du mois ou diverses "fêtes du village"..... et la copine de mon ex-voisine y prenait goût.....

 

 

CIMG3910

 

 

A suivre.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 18:53

     Je ne vous ai pas encore beaucoup parlé de la FN. Voici son histoire en quelques pages, en espérant ne pas trop vous ennuyer car cela commence à un époque où l’APN n’existait pas, ce qui explique la rareté des photos.

 

 

     Après avoir mis sur roues la regrettée 125 Peugeot, et alors que la Traction Avant commençait à prendre tournure dans le midi, je m’ennuyais dans ma garçonnière sans le moindre bout de ferraille à nettoyer.

 

      J’avais déjà la BM, à peu près moderne à l’époque mais je voulais une « vraie » vieille.

De l’histoire de la moto je ne connaissais que peu de chose mais j’avais établi mes critères : Ce sera une 500 cc monocylindre, culbutée de préférence, elle aura une fourche à parallélogramme une commande des vitesses à main, (ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai compris que ce que j'avais choisi les standards des années trente).

      Je m’étais mis à rêver de Velocette ou autre Norton, bref, d’anglaise. La 1000 Vincent me faisait tourner la tête, mais non, c’était trop pour moi (et sûrement aussi pour le porte-monnaie) .

      Ce que je voulais par dessus tout, c’était redonner la vie à un vieux tas de rouille sympathique pourvu qu’il soit doté d’un moteur pour pouvoir rouler (et frimer !) par la suite.

      Je n’ai découvert que très tard à quel point l’histoire de la moto française de l’entre deux guerres était riche de modèles sublimes et qui devaient se trouver à cette époque relativement facilement, (n’en déduisez quand même pas que aujourd'hui je suis déçu de ma FN).

 

      Je me souviendrai toujours, alors que je restaurais la traction dans le midi qu’un gars du village était venu me saluer au guidon de sa 500 Koehler Escoffier, je me souviens de ce cylindre incliné et de ces ressorts de soupape en épingle, je pense que c’était une LS4, et dire qu’aujourd’hui, je serais prêt à tout sacrifier pour cet engin !

 

     Me voilà donc  le recherche de la perle rare.

     A l’époque, nous sommes en 1976 environ, l’internet c’était « Le Motocyclettiste », quelques rares articles dans « moto revue » ou « moto canard », et les mégabits de l’ADSL c’était la grosseur des mollets du facteur sur sa bicyclette. 

     Je ne sais plus par quel processus je suis tombé sur « LA » petite annonce qui me porta, ma BM et moi à Mantes-la-Jolie, où un gars liquidait quelques motos dont la FN, marque belge dont j’ignorais l’existence (le "Front Nationnal" n'avait pas encore grande notoriété et les allusions politico-vaseuses n'étaient pas monnaie courante), ce qui était important pour moi, c'est que cette moto disposait d’un monocylindre de 500 cc, d’une fourche à parallélogramme, et d’un levier de vitesse « agricole » de 50 cm de long ancré rigidement sur la boite de vitesse, ce n’était pas une « culbutée » mais elle avait fière allure. L’ensemble semblait assez complet, bien "encrassé-rouillé-plus-que-patiné", et les qelques éléments manquants m’ont paru facile à refabriquer.

 

      Le vendeur m’a appris que c’était un modèle M90A de 1931 , et comme il transpirait l’honnêteté et qu’il avait aussi une "traction avant", une 11 normale, ça ne pouvait être qu’un gars sympa, et puis,   j’étais tellement impatient…

     L’affaire fut vite menée et pour la somme de 800 F (un prix très honnête pour l’époque et qui fait sourire aujourd'hui) il me fit même une livraison à domicile.

 

      Je lui promis de revenir le voir un jour pour le saluer avec la FN restaurée.

 

 

 

Michel et son papa viennent de ma livrer la FN 

 

FN old 

 

 

Le grand levier incliné, c'est bien la commande des vitesses!

 

restauration001017

 

 

 Elle a le regard triste, mais je vais la soigner

 

FN003

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 19:13

      Pendant la semaine qui a précédé "LA" descente de la BM dans le midi, nous avons profité du beau temps qui régnait sur la région parisienne pour se faire une petite virée sympa à Giverny, et visiter: maison, musée et jardins de Claude Monet , le célèbre peintre impressionniste. (ne le dites pas mais en réalité, les musées ça nous gonfle et on n'en a vu que la porte d'entrée, mais il est bon parfois que l'on "s'envoie dans la culture")

 

     Balade idéale pour vieux couple de motards, car il fait beau, la route (la petite route, pas l'autoroute) est belle, les paysages de la vallée de la Seine, côté rive droite, avec leurs falaises de craie sont magnifiques sous le soleil (c'est rare le soleil), et puis, il y a des villages tout mignons que l'on traverse lentement et qui permettent une pause café bien agréable: Vétheuil, La Roche Guyon.....

 

    Une chose très appréciable à notre âge, c'est que, comme la période n'est pas trop touristique, on n'a pas de difficulté à trouver, à Giverny même, un bon restau avec une terrasse. L' andouillette,  la brochette d'agneau et le Bourgueil achèveront de nous faire oublier le début du trajet pour le moins frisquet, d'autant plus que nos tenues de cuir nont rien de rafraîchissant (ni de très élégant dans un restaurant, faut bien l'avouer!)

 

     Pendant ce temps la BM attend sagement sur le parking. Elle intrigue un Japonnais qui me dit dans un mauvais anglais (celui que je comprends) :    "bi-ème dabeul-you?"     et moi, prenant l'air blasé mais "espétant de fierté" (comme on dit dans le midi) , je dégaine ma science linguistique et répond  très sûr de moi:  "Yes it is".

 

 

Venons-en aux jardins de Claude M.  

 

Je ne dirai qu'un mot: c'est magnifique! .

DSCF5494

 

    Je dois cependant dire que pour un impressionniste, il m'impressionne moins qu'un Renoir, peut-être parce que le célèbre "déjeuner des canotiers" sur la terrasse de la catovienne Maison Fournaise, peint par Renoir  m'est plus connu? (ça y est  v'la qu'il va commencer à le regretter son Chatou!!)

 

 

     Mais, Ho surprise,..... moi qui croyais ne trouver dans ces jardins que arbres, fleurs ,tulipes, camelias et autres azalées.... j'y ai découvert au détour d'un buisson fleuri  ce qui pour moi n'était, de prime abord  qu'un étrange animal bipède, mais que j'ai identifié rapidement:

 

 

 

Une MAMIE CAMELEON !!!

DSCF5501-recadrée

 

 

    Je n'ai pas pu, hélas, amener ma BM sur les lieux pour lui faire constater la chose, elle n'en a vu que la photo. Mais elle ne nous en a pas voulu et cela ne l'a pas empêché de nous ramener toute guillerette à Chatou, certaine, après cette mise en roues, que les 800 Km de retour vers le sud ne seraient qu'ne formalité.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 18:00

    Aujourd'hui le ciel devient acceptable, quoi de plus tentant que d'aller voir sur la route si la BL sait encore rouler...

 

   Sur le cahier de bord j'avais écrit à la fin de l'été dernier:

- faire la vidange moteur,

- faire un graissage général,

- resserrer la rotule supérieure droite.....

 

  -  ça attendra......

 

- changer la batterie, ça, je l'ai fait.

 

    La pression des pneus a été ajustée, les phares, codes, veilleuses, stops, clignotants, tout ça, ça fonctionne normalement: on y va sans attendre.

 

Et me voila sortie du garage

 

  :

DSCF5571

 

 

La route est belle: une courbe à droite,

DSCF5580

 

 

Une courbe à gauche,

DSCF5581

 

 

     Connaissez-vous le plaisir d'aller nulle part, juste pour rouler, surtout quand l'auto roule comme si elle n'avait jamais hiberné, qu'elle a gardé son comportement si caractéristique,  que le ronronnement de son moteur est toujours là, que l'odeur de son habitacle .....haaaa!  l'odeur!!!!!    seuls ceux qui ont une vieille auto peuvent me comprendre.

 

 Allez, un petit arrêt-photo-colza-vérification-fuites:   tout-est-OK

 

DSCF5583

 

 

Puisque out est OK, cet après-midi on ira faire les courses à Saint Affrique: en traction, mon photographe préféré immortalisera le moment.

 

CIMG4450

 

En plus, ce qui me remplit d'aise, c'est que cette petite virée m'aura sûrement permis d'émettre la quantité de CO2 juste nécessaire pour alimenter en bulles une barrique de "Gaillac Perlé" ou de "Blanquette de Limoux"! 

 

La traction est un objet d'utilité publique, j'en suis sûr!. 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 19:20

   Depuis sa restauration de 1973 à 1978, à part les deux premières années où elle a partiellement vécu dans la capitale, la traction a fait comme les tortues: elle ne vit que pendant un mois en été, le reste du temps, elle hiberne.

 

   Depuis quelques années le réveil se fait au printemps, et c'était précisément aujourd'hui que s'est déroulé le cérémonial, il faut dire qu'elle piaffait d'impatience de montrer à sa copine à deux roues enfin retrouvée que, elle aussi, elle sait se dégourdir les bielles.

 

  Elle dormait sous sa housse, faite d'anciens draps de coton brodés ajustés et cousus par mes soins..;

DSCF5553

 

   Cette fois-ci elle a eu droit  à une batterie tout neuve, il faut dire que la précédente, agée de neuf ans, commençait à souffrir d'incontinence énergétique aigue, elle ne pouvait plus se retenir, son électricité partait toute seule.

    Il n'empêche que je suis fier de mon installation simplissime d'un petit panneau solaire sur le toit du garage auquel elle est connectée pendant tout l'hiver et grâce auquel elle est restée en forme aussi longtemps. Avant de la démonter, la tension à vide était de 6,35 Volt ce qui n'est pas si mal à cet âge là!

 

 

DSCF5554 

 

   Cette année, elle est gatée, je lui ai trouvé un joint tout neuf pour sa malle arrière et une courroie de ventilateur toute neuve en secours, il faut dire qu'elle fonctionne depuis plus de trente ans avec la courroie quelle avait quand je l'ai achetée en 1973, j'en ai bien une de rechange dans le coffre,mais c'était celle qui était déjà dans le coffre quand j'ai eu la voiture à l'époque, une belle Hutchinson bien sèche dans son emballage d'origine...)

 

 

    Changement de batterie donc; après la gymnastique nécessaire pour enlever le capot tout seul. La nouvelle a été achetée au salon de Reims au mois de Mars, elle n'est pas dans le style de l'époque, mais 112 A.h et 540 A ça devrait le faire.

DSCF5548

 

 

Ensuite je reproduis le cérémonial désormais bien rodé:

- enlever le bouchon de tissu huilé du tuyau d'échappement, (c'est pour que les soupapes ne s'enrhument pas avec les courants d'air pendant l'hiver)

 

 

- aspirer l'essence avec une seringue connectée en sortie de la pompe à essence pour amorcer le circuit,

DSCF5556

 

 

 

- refouler l'excédent d'essence aspirée en connectant la seringue sur le carburateur,

DSCF5557

 

 

 

- après avoir démonté les bougies, actionner le démarreur (sans le contact) pendant 15 secondes histoire de parfaire le plein du carburateur et amorcer la pompe à huile,

- remettre les bougies,

- contact, starter, démarreur et ......Ciel!!!!     au bout de trois secondes ça n'a toujours pas démarré!!!!

 

C'est vrai, d'habitude je rebranche les fils de bougies avant d'actionner le démarreur :) Je corrige mon erreur et le moteur démarre en un quart de seconde......et je suis convaincu que dans 50 ans ce sera pareil.

 

     Comme il ne fait pas beau, on se contentera de fair tourner le moteur dans le garage, un de ces quatre(s) (c'est fou ce que j'ai envie de mettre un "s" à quatre!) elle descendra de ses cales et on ira tâter des petites routes aveyronnaises.....

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 12:49

                        Et oui, c'est la retraite et le retour progressif à Montpellier. Il faut descendre les "engins", enfin, la BMW et plus tard la FN car la traction est déjà dans le midi.

 

      La moto est prête, le mois dernier je lui ai ouvert la boite de vitesses pour régler les jeux, fixer l'axe du pignon de kick et changer quelques joints.

 

      Au début on avait pensé, (ma dulcinée et moi-même), faire le trajet en duo, puis, pour plein de raisons on a opté pour une descente en solo, madame se dévouera pour me suivre en voiture. Le  trajet se fera en deux jours avec une halte à Saint Pourçain sur Sioule et arrivée à Brusque dans le sud Aveyron.

 

 

Départ vers 9 heures:  la BM est prête à abandonner définitivement son box.

DSCF5508 

 

 

La sortie de Paris par la F118...vivement Brusque sans embouteillages.

CIMG4394

 

 

 

Enfin la vraie nature:  "I'm a poor lonesome cow-boy..."  enfin...je ne suis pas "poor" du tout, je ne suis pas "lonesome" puisqu'il y a le photographe derrière (et quel photographe!) , et puis ce n'est pas la fin du livre, ce n'est que le début.

 

CIMG4397 

 

 

 

       Après avoir rejoint la Loire à Suly sur Loire, on longe la rive gauche, on fait quelques photos du pont canal de Briare, et on fait une pause pour le repas à Chatillon sur Loire. On longe le canal parallèle et on vise ensuite Saint Pourçain où nous passerons la nuit.

 

                 Le pont-canal de Briare                                                                                                           Chatillon sur Loire

CIMG4401

DSCF5516

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Une pause 

                                               

DSCF5520

 

 

 

 

 

Saint Pourçain: hotel "folklo" où on se lave les pieds alors qu'on veux se laver les mains....et oui le lavabo fuit de partout! Par contre, le repas avec joues de boeuf et vin local donne l'envie d'y revenir un jour,  (le fameux vin duTalion: oeil pour oeil, dent pour dent, sein pour.......oui, je sais elle est usée.) 

 

 

DSCF5521

 

 

 

 

 

         Deuxième jour: on tire droit sur Clemont Ferrand que l'on traverse  (enfin....par erreur), l'objectif étant de rejoindre au plus tôt Issoire et descendre par l'ex N9. 

 

     Je retrouve avec beaucoup de plaisir cette route que j'ai pratiquée il y a longtemps, en Honda SS125 A, en Peugeot 55 GL de 1948, en traction.... La vallée de l'Allagnon est un pur régal pour un motard , je ne sais pas si j'ai pris l'angle mais je peux vous garantir que j'ai pris mon pied!   Les paysages de l'Aubrac ne font pas regretter la région parisienne.

     On fait une pause repas à St Flour (tête de veau et Aligot...Y'a pas c'est meilleur qu'au self du boulot) puis on reprend la route.

 

 

Le viaduc deGarabit:   ils étaient fortsl es romains! 

 

DSCF5531

 

 

Tiens, au loin un autre viaduc! 

 

CIMG4428

 

 

Hein qu'elle est belle ma moto, c'est dommage qu'il y ait ce pont dans le paysage...

CIMG4431

 

 

  On finit pa arriver, la "presse" est là pour immortaliser le moment.

 

 

CIMG4436

 

 

 

 

 Une photo dans le village, juste pour se faire plaisir. 

 

DSCF5545

 

 

 

 

      Et les deux se sont retrouvées: grand moment démotion:

"mais ça fait plus de trente ans qu'on ne s'était pas vues, comment ça va?

T'a pas été rop triste sans moi? 

t'as pas eu froid, comme je suis contente de te revoir ma traction bien aimée!"

 

Ellle se sont retrouvées comme au début, je les ai laissées dans le garage, j'espère qu'elles ont été raisonnables, je ne voudrais pas d'une petite traction bicylindre ou d'une petite BM à barres de torsions....

DSCF5543

 

 

 

 

Au fait, c'était il y a trente et un ans, la photo est prise à 100 mètres de là, un lendemain de mariage, c'est le départ pour une petite virée dans les Landes.....La photographe ne pas suivait pas en voiture, elle était dérrière sur la selle.

DSCF1651

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:05

  Bonjour.            

 

Tout d'abord je vous demanderai un peu d'indulgence pour ce premier essai sur mon blog, avec un peu d'habitude j'espère  pouvoir peaufiner et enrichir mes présentations.

 

Mes véhicules anciens:

 

La Citoën traction avant 11 BL:

 

Elle est de 1956, je l'ai achetée au printemps 1973, j'ai tout démonté et restauré moi-même: la mécanique, l'intérieur et la peinture.

 

190

 

 

 

 

 

 

La moto: une 500 cc demarque FN (belge) de 1931, elle aussi restaurée par mes soins après un achat à l'état d'épave en 1975.

 

DSCF3476

 

 

La 125 Peugeot:

Ma première restauration, juste pour rouler "fun". Il n'empêche que après quelques mois d'utilisation en région parisienne, elle m'a ramené dans mes Cévennes natales en deux jours.......et 14 bougies!

Hélas, trois fois hélas elle a aussi beaucoup plu au voleur qui me l'a dérobée.....

125peugeotbis

 

 

 

 

La BMW: c'est une R60-5, un modèle de 1971 acheté en 1976 avec 35 000 Km (au compteur....), ma moto de jeune....et petit à petit ma moto de moins jeune. Elle afiche 110 000 Km et demain je pars pour le midi, le voyage est prévu en deux jours avec un arrêt  St Pourçain.

 

DSCF4753

 

 

Voilà pour une première introduction. Je ne manquerai pas de vous raconter plein de choses sur ces "machines faites pour rouler".

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact