Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 18:30

     Il y a des gens qui ont des marottes originales et bien sympathiques, par exemple Mamy et Papy, leur truc, c'est d'inviter leurs copains amateurs de vieilles bécanes, chaque onze novembre au pied du mont Ventoux pour s'attaquer à la montagne quelles que soient la couleur et les humeurs du ciel et, pour partager leur bonheur ils couronnent l'évènement en faisant couler le champagne au sommet.....enfin au point le plus haut raisonnablement atteignable sur deux roues, et même celui dont la moto finit dans le véhicule d'assistance a droit à un verre pour se ... rafraîchir (?) .

     L'année dernière Pétronille n'avait pas pu être de la fête mais cette fois-ci elle ne voulait pas rater ça ... non sans quelque angoisse: ça monte pas trop pour mon petit moteur ? ça ne risque pas de glisser ? au retour, dans la descente, mes freins vont-ils être à la hauteur de la tâche ?

 

     La météo...(en fait on s'en moque, elle se trompe tout le temps ... enfin ... pas toujours... en plus elle n'est même pas capable de prédire si elle va se tromper ou non !) .... On a quand même mis les sous-pulls et les sur-pulls, les chaussettes et les sur-chaussettes, les bottes et les sur-bottes... tout est prêt.

     Je ne m'étendrai pas sur la traditionnelle fiesta de la veille au soir jusque tard dans la nuit, que voulez-vous, il faut bien fêter les retrouvailles, certains ne s'étaient pas revus depuis au moins trois semaines et nos hôtes savent accueillir.

     Le matin du départ l'église d'en face veille sur les participants tandis que le sommet du Ventoux au loin est bien embrumé.

 

 

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Quelques copines de route bien sympas sont déjà arrivées.

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     C'est parti, la route est belle, le ciel est bleu, il fait vraiment frisquet mais rien à faire, la belle montagne désirée ne veut pas "enlever le haut" et je crains que ce ne soit pas par pudeur.

 

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Petit arrêt à la sortie de Bédoin : entraide entre belges : la "Saro" a besoin d'un coup de pompe, j'en profite pour "APN-iser"  la belle église du village.

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Quelques violentes rafales de vent maltraitent la FN mais très vite on atteint une zone bien abritée.

     Le mythique virage de Saint Estève n'a plus son célèbre passage incliné  à la corde, il faisait la joie des pilotes et des spectateurs lors des courses de côte, c'est un beau morceau de patrimoine historique qui a été effacé d'un coup de bulldozer, dommage, je trouve que "c'était mieux avant " .

 

Les motos au Ventoux

     Allez, un peu de nostalgie. (vous l'aurez compris, la photo n'est pas de moi ... La voiture non plus !)

 

Les motos au Ventoux

     Ca y est, ça monte fort !

 

 

 

Les motos au Ventoux

     Pétronille est certainement la moto la moins puissante du plateau, mais elle monte vaillamment en seconde. Mon puissant monocylindre débridé à culasse en tête me permet de prendre de l'avance sur elle pour pouvoir la saisir en pleine action.

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Les abords du Chalet Reynard sont bien enneigés.

 

Les motos au Ventoux

     Fini de jouer, on ne va pas plus loin.

 

Les motos au Ventoux

     Et pour cause!

 

 

Les motos au Ventoux

     Certains intrépides ne maqueront pas d'aller voir plus haut comment c'est mais très vite ils trouveront un verglas absolument impraticable. Ce n'était pas un abus de l'omniprésent principe de précaution, la fermeture de la route était réellement indispensable.

     L'apothéose.

 

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Les motos ont droit à un repos bien mérité.

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Que c'est beau, mon APN ne sait pas où donner de l'objectif.

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Les motos ont bien grimpé, la température négative nous a mis à l'abri des serrages de piston. Maintenant il faut redescendre, les freins non plus ne devraient pas trop surchauffer.

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Après un arrêt regroupement à la sortie de Bédoin, Pétronille est fière, elle a roulé comme les grandes. En avant pour les derniers kilomètres.

 

Les motos au Ventoux

     Après tous ces efforts et toutes ces émotions rien de vaut un bon restau pour sceller l'amitié.

     De la salle au premier étage j'ai une belle vue sur une partie du troupeau.

 

Les motos au Ventoux

     Après des au-revoir émouvants je salue une dernière fois Caromb et le majestueux Ventoux en toile de fond.

 

Les motos au Ventoux

     Que la montagne est belle certes, mais certaines motos ne sont pas mal non plus, en avant pour un petit diaporama.

 

 

Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux
Les motos au Ventoux

     Dites-moi Mamy et Papy,  c'est quand le prochain onze novembre?

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 18:30

     Chaque année à la fin octobre le Moto-club Sommièrois organise une belle bourse agrémentée de deux balades samedi après-midi et dimanche matin. Une expo dédiée à la marque Peugeot fait partie des réjouissances.

     Cette fois-ci nous ne participerons que le samedi car notre club a organisé sa balade mensuelle ce même dimanche et nos motos n'ont qu'un seul guidon... sortie qui sera annulée pour cause de traditionnel déluge dominical !

     En flânant dans la bourse je repère certaines copines de route et je suis rassuré : comme d'habitude, à Sommières, il y a du beau !

 

     Allez, un petit panorama pour vous faire saliver, un "teaser" comme on dit dans nos campagnes.

 

Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016

     Pétronille et la FN sont bien sûr de la partie.

 

Sommières 2016

     Le départ est imminent.

 

Sommières 2016

     C'est parti pour une boucle de quatre-vingts kilomètres.

     Nous partirons vers le nord : Quissac, Anduze où nous ferons une pause en plein centre ville et retour par le chemin des écoliers: Canaules-et-Argentières, Saint Théodorit, Lecques...Ils ont beaucoup de goût les écoliers !

     Après seulement quelques kilomètres j'ai fait une première photo.....

 

Sommières 2016

     ....qui a failli être la dernière.

 

     Depuis quelque temps ma coquine de FN aime bien caler lors des retours au ralenti, le redémarrage est alors extrêmement laborieux car le moteur a perdu toute compression et c'est la troisième fois qu'elle me fait le coup en un mois.

     C'est très certainement dû à un petit morceau de calamine qui prend plaisir à se coller entre une soupape et son siège réduisant ainsi à zéro son étanchéité. Quand après quelques dizaines de coup de kick elle démarre enfin, tout rentre dans l'ordre et après seulement dix secondes de fonctionnement je retrouve une compression à peu près correcte et un fonctionnement normal.

     Et comme si un seul problème ne suffisait pas, figurez-vous que j'ai voulu pousser ma moto, vers un endroit plus sûr, et quand j'ai voulu l'immobiliser un seul doigt sur le levier de frein a suffi pour provoquer la rupture du câble ! Je frémis à la pensée de toutes les descentes dévalées en Lozère, Ardèche et Cévennes.

 

 

     Ça a l'air con une moto en panne au bord de la route !

 

Sommières 2016

     Je ne vais quand même pas subir la honte de la remorque d'assistance pour un vulgaire bout de calamine et un câble de rien du tout qui déclare forfait après seulement dix-sept-mille kilomètres.

     Après une séance d'acharnement sur le kick j'ai pu goûter à nouveau au vent qui fouette les joues, je n'ai pas cherché à rattraper mon retard, cravacher, j'aurais pu le faire, le moteur ne demandait que ça mais freiner fort en cas de besoin aurait été plus problématique.

 

     Ce n'est pas parce qu'on est le dernier ou presque qu'on n'a pas le droit de s'arrêter (sans caler !) pour faire des photos.

 

 

 

Sommières 2016
Sommières 2016

     Ça y est, je suis à Anduze, l'arrêt me laisse assez de temps pour réparer,  je n'ai pas exactement le bon câble, il faut bidouiller un peu, mais à part mes doigts qui se retrouveront en parfaite harmonie avec la chaîne de ma moto, tout sera propre. (et oui, je mets toujours beaucoup de graisse sur tous les câbles).

     Bien sympas les copains qui au lieu se moquer de ma machine "faite pour s'arrêter" me proposent des câbles, des outils, un coup de main....

 

 

 

 

Sommières 2016

     J'ai même eu le temps de photographier des petits bijoux.

 

Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016

     Allez, c'est reparti. La première partie est bien roulante j'en profite pour rouler fort et faire cracher à ce moteur tous les résidus de combustion indésirables.

 

 

Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016

     Au hasard du trajet on traverse des villages aux rues étroites, on voit des taureaux, c'est le Gard, la Camargue est toute proche.

 

Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016

     Au fait, et Pétronille dans tout ça ?  Ben...elle a roulé....comme d'habitude.   Pourquoi cette question ? Elle est faite pour ça non ? Et elle au moins n'a pas besoin de son ramonage annuel.

 

      Comme promis voici quelques coups de cœur..

 

 

 

 

 

 

 

Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016
Sommières 2016

     Ce qui est sûr c'est qu'une petite séance de mécanique m'attend : réparation plus orthodoxe du frein avant et décalaminage soigné...à moins que ce ne soit ma soupape d'échappement changée récemment qui me joue des tours....

 

     La prestation du Moto-club Sommiérois a été bien meilleure que celle de ma moto !

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 21:00

     Cette fois-ci ce sont les "Vieux Pistons Aigues-Mortais" qui nous proposent une balade en Camargue. Pas de dénivelés vertigineux au programme, pas de rétrogradages sauvages qui portent le moteur à la limite de la zone rouge, pas de moteur qui s'époumone dans les faux-plats, pas de freins qui surchauffent, c'est plat.

     La météo un peu déréglée a anticipé d'un jour la miction hebdomadaire des nuages, mais depuis hier le ciel n'a pas encore retrouvé sa belle couleur bleu profond. Ne nous plaignons pas la route est sèche.

 

     Ça partait mal: à sa descente de remorque, Pétronille à bien démarré au premier coup de kick comme à son habitude mais il était impossible d'accélérer, ce qui m'a valu un démontage de carburateur pour déboucher son gicleur encombré de dépôts fort semblables à ceux que j'avais trouvés lors de notre dernier rétro-tour d'Ardèche. Le retour de notre dernière sortie sur la remorque par une pluie battante y serait-il pour quelque chose ?

 

Aigues-Mortes 2016

     Tout est rentré dans l'ordre, nous voici sur le lieu du départ, la tour de Constance veille discrètement sur nous.

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     Les participants, pour la plupart des habitués fidèles de nos sorties, arrivent et quelques nouveautés bien sympas sont de la partie: Suzuki, Monnet-Goyon, Terrot, Peugeot.

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     A nous les grandes étendues: cent dix kilomètres nous conduiront aux Saintes-Marie-de-la-Mer après avoir traversé le petit Rhône au bac du Sauvage, nous passerons ensuite à Saint-Gilles et à Gallician.

    Sortie de la ville.

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     En route vers le petit Rhône.

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     Joyeux bazar pour passer le bac...(et attendre certains retardataires en panne...)

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     Ensuite ?

     Je vous avais prévenus : c'est plat, tantôt les étangs, tantôt la mer, tantôt les canaux.

 

 

Aigues-Mortes 2016

     Sortie des Saintes-Maries.

 

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     L'étang de Scamandre.

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     On longe ensuite l'étang du Charnier.

 

Aigues-Mortes 2016

     A Gallician, cela devient une coutume bien agréable, le mas du Notaire nous a offert une dégustation de ses produits.

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     Retour vers Aigues-Mortes en longeant les vignes.

 

Aigues-Mortes 2016

     Les motos ont bien roulé, leurs conducteurs peuvent faire la fête, les coupes sont prêtes pour la distribution...et bien sûr il y en a eu une pour Pétronille !

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     La balade était bien encadrée par de gros monstres américains et notre passage ne passait pas inaperçu, il faut dire que nos vieilles queues de carpe ou autres pots saucisson semblaient bien aphones à côté de certains tromblons.

 

Aigues-Mortes 2016

     Quelques copines de route, vous en reconnaîtrez certaines j'en suis sûr.

 

Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016
Aigues-Mortes 2016

     Ben oui, la Camargue c'est plat, mais moi, j'aime bien, en plus il y a des vieux pistons !

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 21:04

     Quoi de mieux que la première cave coopérative vinicole française construite en l'an mil-neuf-cent-un à Maraussan pour accueillir une balade "des vendanges".

     Nos petits lutins motocyclistes biterrois ne négligent pas le moindre détail quand il s'agit d'organiser leur traditionnelle sortie de la fin septembre.

 

La balade des vendanges 2016

     Cette année la quarantaine de petites vieilles ira enfumer les hauts cantons héraultais: Murviel, Causses-et-Veyran, Roquebrun, Vieussan, Berlou, Pierrerue, l'abbaye de Fontcaude et retournera à Maraussan avec quatre-vingt-dix kilomètres de bonheur dans les roues.

 

 

     Nos deux fidèles n'attendent qu'un coup de kick.

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

     Mais elles ne sont pas seules.

(désolé mais rien que pour vous j'ai fait récemment l'acquisition d'un nouvel APN plus sérieux que mon téléphone portable, mais une foutue option "super éclatant" aussi grotesque qu'inutile avait été sélectionnée par mégarde, Photofiltre a tenté de récupérer la chose mais les couleurs tantôt fades tantôt flashies sont parfois bien loin de la réalité, c'est promis, je ne le referai plus)

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

 

 

    On commence par un peu de grande route avant d'aborder le plat de résistance.

 

 

La balade des vendanges 2016

 

 

 

     Et ça continue vers Causses-et-Veyran.

 

 

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

     Belle vue sur le charmant village de Roquebrun.

 

 

 

La balade des vendanges 2016

     Bientôt le ciel s'assombrit et quelques gouttes de pluie s'invitent à la fête, certains profitent de la pause pour se couvrir, mais cela s'avèrera à peu près superflu, la route sèchera rapidement. (Pétronille en jaune ! N'importe quoi !)

      C'est quand même rageant, chez nous c'est avec une belle régularité qu'on ne voit la grisaille ou la pluie qu'une fois tous les sept jours et, manque de pot, c'est toujours le dimanche....(Ne prévoyez rien dimanche prochain nous aurons encore une sortie).

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

     Après Vieussan on change de versant de vallée et on prend de la hauteur ce qui permet d'admirer le village.

 

La balade des vendanges 2016

     La petite route qui nous conduit à Berlou est adorable, beaux panoramas, plein de virages, ça monte, ça descend: tout ce qu'on aime.

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

 

 

 

    Pause à Berlou.

 

 

La balade des vendanges 2016

 

 

     Nous approchons de l'abbaye de Fontcaude, la petite route serpente à souhait.

 

 

La balade des vendanges 2016

 

 

    Pause tout près de l'abbaye.

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

    La boucle sera bientôt bouclée, nous avons retrouvé la grande route et les grandes étendues de vignes.

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

 

 

 

     Allez, quelques belles mécaniques.

 

 

 

 

 

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

     René et Chantal étaient là....cachés un peu partout pour nous espionner, vous pourrez constater qu'il m'arrive parfois de faire le pitre !

La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016
La balade des vendanges 2016

     Nos petits lutins qui savent apprécier les belles choses ont attribué une coupe à Pétronille (Pfff...je suis sûr que c'est à cause de son imperméable jaune !)

La balade des vendanges 2016

     Belle balade comme je les aime, rythme idéal, routes et paysages sympas....(à part la qualité de mes photos tout était bien).

 

     A l'an que ven!

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 21:50

     Sainte Eulalie, ça vous dit quelque chose? Non? Le Mont-Gerbier-de-Jonc tout proche, ça vous parle? Oui? Et bien je vous y amène.

     Il y a là "le club des vieilles cylindrées ardéchoises", encore un club de fadas, me direz-vous...et bien oui, c'est un peu ça. Déjà pour "vivre" à Sainte Eulalie pendant toute l'année il faut y être né, pour en plus y faire de la vieille moto c'est sûr qu' il faut être un peu fou, mais ces gars-là ont compris que les amateurs de vieilles motos sont tous un peu fous et qu'un week-end de balade sera toujours le bienvenu, d'ailleurs ça fait vingt ans que ça dure.

         C'est ici-même que ce club nous avait accueillis lors de notre tour d'Auvergne en juin 2015 pour une pause gourmande.

     Le programme est alléchant: une balade de quatre-vingts kilomètres le samedi après-midi et une de cent-soixante le dimanche pour nous faire apprécier cette région.

     Les motos à fourche à parallélogramme, disons les avant-guerre, seront choyées. Les routes sont belles, les paysages sont beaux, et comme nous revendiquons ce petit grain de folie indispensable pour cette aventure nous ne voulons pas rater ça.

     Arrivés dès la veille au soir nous retrouvons la ferme de Clastre et son toit couvert de genêts. La Loire naissante coule en bas, le village est coquet....mais la grisaille est bien présente.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Le samedi matin les motos arrivent, certaines de très loin: Eure, Doubs, Charentes, Alpes Maritimes...il y a vraiment des fous partout !

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Les deux plus belles sont là !

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Le départ est imminent, la bruine tenace fait partie du décor, les tenues de cosmonautes sont de rigueur, tant pis pour notre habituel look ravageur.

     Nous passerons à Usclades, Issarlès, Goudet, Présailles et Le Béage pour retourner à Sainte Eulalie avec quatre-vingt-huit kilomètres de plus au compteur.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     C'est parti dans la grisaille.

 

La montagne ardéchoise 2016

     Bientôt on domine le lac d'Issarlès.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

      Pause à mi-chemin, à Goudet avec vue sur le château.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     La suite du trajet est faite sous un ciel un peu moins humide.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Un petit doute ? Non le road-book est très clair, c'est à gauche, on ne va quand même pas rester à côté des poubelles, c'est trop risqué !

 

La montagne ardéchoise 2016

     Pas de feux d'artifices à l'arrivée, les organisateurs ont préféré un arc-en-ciel du plus bel effet: fera-t-il beau demain ?

 

La montagne ardéchoise 2016

     Les motos passeront la nuit à l'abri, merci pour cette attention.

 

La montagne ardéchoise 2016

     Séance pesée avant le départ du dimanche ? Non, nous profitons seulement de la surface bien horizontale du plateau tremblant pour béquiller de façon sûre.

 

La montagne ardéchoise 2016

 

     Et c'est parti...la petite pluie fine est bien installée, cette fois-ci le bol et les Climax ne sont pas du voyage,  mon intégral anachronique m'abritera quand-même mieux.

     Ce matin nous irons aux Ollières-sur-Eyrieux en passant par Lachamp-Raphaël, Antraigues et Saint-Julien-du-Gua.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Plus bas l'horizon qui s'éclaircit permet d'admirer la belle Ardèche.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Arrêt casse-croûte à Aizac après trente-cinq kilomètres.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Et ça repart vers Entraigues pour faire, en sens inverse, la spéciale mythique du Rallye de Monte-Carlo: Le-Moulinon - Antraigues.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Ne le répétez pas mais le gros flemmard du road-book que je suis préfère parfois suivre une vague moto au loin plutôt que prendre le temps de vérifier qu'elle fait bien partie du groupe et qu'elle est sur le bon chemin...elle me plaisait pourtant bien cette D244 au départ de Foulix vers Ajoux...

     Revenu sur le bon chemin après une vingtaine de kilomètres d'extra, je profite de l'arrêt photo d'un petit pont au fond de la vallée de l'Auzène pour téléphoner et rassurer les collègues que je retrouverai aux Ollières, hilares et moqueurs, un bon verre à la main.

 

La montagne ardéchoise 2016

     Au "Restaurant du Siècle" j'ai vite oublié cette petite mésaventure et les copains ne m'en ont pas trop voulu.

 

La montagne ardéchoise 2016

     Nouveau départ vers Le Cheylard par la vallée de l'Eyrieux toute en courbes, un vrai régal. Dommage la pluie fine s'invite à nouveau au voyage.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Après Saint -Martin-de-Valamas nous escaladons (sic !) vers Borée, l'usage de la première est souvent indispensable.

 

La montagne ardéchoise 2016

     Plus haut les habitations sont rares. Cela valait le coup d'escalader, c'est beau.

 

La montagne ardéchoise 2016

     Après le passage au Col de l'Ardéchoise on domine Borée et son étrange "tchier": arrêt photo obligatoire.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     C'est reparti pour le "Mont Gerbier de Jonc" en passant par Saint-Martial.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Le Gerbier de Jonc a coiffé son bonnet d'hiver, de l'autre côté il se confirme aussi que l'été touche à sa fin... tout comme cette belle aventure.

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Allez, rien que pour vous, voici quelques machines que je ne vous avais pas  encore montrées:

 

 

 

 

La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016
La montagne ardéchoise 2016

     Mais au fait, qui est-ce qui se plaint des nuages, de la pluie, du brouillard....certainement pas ces motos, "faites pour rouler" , ce ne sont pas quatre gouttes de pluie qui leur feraient peur, Pétronille et la FN ont roulé et bien roulé sans jamais se plaindre.

 

      Et nous nous aimons bien l'Ardèche et les fous qui nous la font découvrir dans les moindres recoins par tous les temps, merci les gars.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 08:30

     Le sud, c'est bien parce qu'il y fait beau.

     Les sorties à vieille moto c'est bien parce que ça fait découvrir des villages bien sympas.

     La retraite, c'est bien parce qu'on peut visiter ces villages en dehors des périodes chargées.

     Une traction c'est bien parce que ça ne demande qu'à rouler...et c'est parfois un peu jaloux quand ses copines motos connaissent des merveilles qu'elle ne connaît pas.

 

     Lors de notre dernière sortie à vieilles motos, la pause à Sauveterre-de-Rouergue nous avait laissé un goût de "revenez-y". Les demi-aveyronnais du sud que nous sommes ne connaissaient pas cet endroit distant de seulement cent kilomètres de Brusque...enfin, cent kilomètres de routes aveyronnaises plus les quelques dizaines de bonus parce que tout est prétexte pour faire un détour.

     Quand le guidon de Pétronille n'encombre pas ses petites mains, sa cavalière joue de l'APN avec moi....et c'est souvent elle qui gagne (mais ne le répétez pas).

     Un coup de démarreur et quelques tours de roues plus tard, nous sommes déjà en plein rougier de Camarès.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Nous longeons ensuite le Tarn, Brousse-le-Château n'est pas bien mis en valeur par le contre-jour défavorable, je ne comprends pas pourquoi 'ils ne l'ont pas bâti sur le versant ensoleillé de la vallée.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Et comme nous ne sommes pas pressés la 11 BL montera jusqu'à Montclar, il y a là un belvédère construit à l'emplacement d'un ancien moulin, la vue y est magnifique.

     Les ruines du vieux moulin font un bel écrin pour un chêne majestueux.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

 

     En été, quand je suis aveyronnais j'affiche ma couleur.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue

   Redescente sur le Tarn qu'on traverse à Lincou.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Un petit arrêt à Naucelle, cette ville qui était pour moi synonyme d'excellent tripous, révèle plein de belles autres choses.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Nous voici arrivés à destination mais pour apprécier à sa juste valeur la beauté du site il faut avoir atteint au préalable la plénitude gastrique, ce qui sera fait à "La Grappe d'Or" : tripous, truffade... et quelques à-cotés plus liquides.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

    Je vous l'avais dit: "Sauveterre-de-Rourgue, c'est beau". On y voit de belles pierres et de beaux passages voûtés....

 

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     A Sauveterre, Il y a aussi de belles portes et de beaux portails comme on ne sait plus les faire.

 

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Si vous aimez les belles poutres en vrai bois pluricentenaire vous y trouverez votre bonheur.

 

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Les ruelles et les façades sont pleines de charme.
 

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Par ci par là des détails originaux.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     On y voit de vieilles machines, souvenir d'une tradition de coutellerie.
 

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Sur le trajet de retour Brousse le Château est enfin du bon côté, mis en valeur par l'éclairage naturel.

La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     Le rougier de Camarès toujours aussi beau conclut cette belle balade.

 

La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue
La traction à Sauveterre-de-Rouergue

     La traction n'est plus jalouse, et moi, je suis aux anges.

Partager cet article
Repost0
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 13:36

     Après une pause estivale parfois interrompue par quelques rares et rapides dérouillages de bielles, Pétronille et la FN entament la deuxième mi-temps de la saison par la traditionnelle sortie du dernier week-end d'Août organisée à Cassagnes-Bégonhès par le Moto Rétro club de Requista.

     Mon estomac ayant frisé le burn-out la veille au soir pour cause de fête au village, je délaisserai honteusement la rituelle assiettée de tête de veau suivie de l'indispensable andouillette servies dès huit heures le matin car je crains que la digestion au guidon de ma moto si confortable sur ces longues lignes droites monotones ne m'incite à l'assoupissement. Il faut dire que depuis sa rupture d'un ressort de fourche sur un ralentisseur elle a eu droit à des ressorts tout neufs: confort garanti...même s'ils ne sont pas vraiment conformes à l'origine mais on verra ça plus tard.

     Lignes droites monotones? J'espère que n'en croyez rien: de Cassagnes au viaduc de Viaur en ne traversant que des hameaux minuscules, ensuite Naucelle, Sauveterre-de-Rouergue, Baraqueville, Calmont....nous sommes sur le Levézou Segala, c'est le centre de l'Aveyron, c'est plein de petites routes tortueuses, ça monte, ça descend, c'est beau et ce n'est pas la grosse quarantaine de vieilles bécanes qui s'en plaindrait.

     Dès huit heures les motos se réchauffent un peu éblouies par un timide soleil, de nombreuses marques sont représentées:

Sanglas, Ratier, Monet-Goyon, Moto Guzzi, Terrot rigolo avec ses deux vitesses au pied...

 

 

Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016

     Il y a aussi ces deux-là qui attendent l'heure du départ .... mais je vous je garde d'autres photos pour la fin.

 

Cassagnes-Bégonhès 2016

     C'est sous un ciel aux nuages à la limite de l'incontinence que les motards, pour la plupart bien lestés, partent par petits groupes pour ne pas obstruer les mini routes que nous allons emprunter pendant une trentaine de kilomètres jusqu'au viaduc de Viaur. Les endroits pour s'arrêter sans gêner sont rares, mais je vous accorde une petite photo.

 

Cassagnes-Bégonhès 2016

     Pause avec vue sur le viaduc de Viaur, en métal, et celui de la N88 en béton: les techniques de construction ont autant évolué que celles des motos...mais je trouve que c'était plus beau avant !

 

 

Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016

     C'est bien beau les viaducs mais les vieilles motos c'est pas mal non plus.

 

 

Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016

     En route pour Sauveterre-de-Rouergue, je vous l'avais dit: les routes sont droites et monotones.

 

Cassagnes-Bégonhès 2016

     Si vous ne connaissez pas Sauveterre-de-Rouergue, vous devez y aller, c'est une obligation, la place à arcades est un vrai bijou (surtout quand elle est agrémentée de vieilles motos).

 

Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016

     Baraqueville: fouace et apéro, la municipalité sait accueillir les pisseuses d'huile.

 

Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016

     Retour à Cassagnes en passant par Calmont, la tête de veau et l'andouillette semblent n'être plus qu'un lointain souvenir pour les motards tout fébriles à l'idée de l'aligot qui les attend.

 

Cassagnes-Bégonhès 2016

Vous voulez voir quelques compagnes de route ?

Norton, Matchless, Peugeot(s), Dollar, Sarolea, Terrot, Terrot (Tournoi)

Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016
Cassagnes-Bégonhès 2016

      Même sans l'indispensable mise en condition gastrique, ces quatre-vingt-cinq kilomètres ont été un pur bonheur...(mais l'année prochaine je veillerai à ne pas faire d'excès la veille)

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 12:00

     Certaines personnes font des pèlerinages un peu par devoir ou par dévotion, parfois pour se donner bonne conscience, mais moi, quand je fais mon pèlerinage à l'Aigoual c'est pour jouir des beaux paysages, jouir des petites routes, jouir du ron-ron de ma traction,  jouir du ciel bleu, dominer les montagnes au loin depuis l'observatoire de ce mythique Mont-Aigoual, le reste, bien égoïstement, je n'y pense pas.

     Vous l'aurez compris, aujourd'hui, j'ai décidé de profiter de la vie.

 

     Pour une fois la traction passera sous le viaduc sans que le moindre pixel de carte mémoire soit imprimé, il y a des choses bien plus intéressantes à faire cette fois-ci.

     Après Millau nous longeons le Tarn par la petite route rive gauche, celle qui n'est pas encombrée de touristes et qui permet d'admirer les charmants villages de Compeyre et Mostuejouls sur l'autre rive.

 

 

L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.

 

 

     Arrivée à Peyreleau la traction a envie d'altitude: à nous le Causse Noir.

 

 

     Savez-vous ce qu'est un "toit citerne"? Et bien c'est un toit, de lauzes puisque nous sommes en Lozère, mais sans maison dessous, un toit juste pour recueillir l'eau de pluie si précieuse en ces lieux arides et la stocker dans une citerne pour pouvoir abreuver les brebis. Et moi, je trouve que c'est très futé et que les vieux ils n'étaient pas si bêtes que ça et en plus, c'est beau.

L'Aigoual et les Causses en traction.

     Le Causse Noir ce sont aussi de grands espaces, des routes désertes, des toits de lauzes, une vue imprenable sur les gorges de la Jonte du haut de la grotte de Dargilan, bref, tout ce qui nous plait.

 

 

 

 

 

 

L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.

     Nous voici arrivés à Meyrueis, les estomacs commençaient à gargouiller mais le Margalet (à base de fromage aveyronnais passé au four), le feuilleté au Roquefort, la pièce du boucher sont venus à bout des gargouillements.

 

L'Aigoual et les Causses en traction.

     Le plein est fait, en route vers le Mont -Aigoual par le col de Perjuret.

 

L'Aigoual et les Causses en traction.

      On approche...

 

L'Aigoual et les Causses en traction.

     On y est et c'est aussi magique que la première fois.

 

L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.

     Non loin de là, à côté du col de la Luzette il y a la tombe d'André Chamson qui repose ad vitam æternam en dominant ses chères Cévennes.

 

L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.

     Sur le route du col du Minier on s'arrête aux cascades d'Orgon. (non, pas de Morgon, le Beaujolais c'est dans le noooord!)

 

L'Aigoual et les Causses en traction.
L'Aigoual et les Causses en traction.

     Depuis le col du Miner nous rejoignons Dourbies en passant par le col de l'Homme Mort. Il paraît qu'il y avait des panneaux qui disaient qu'on n'avait pas vraiment le droit d'y aller, mais j'allais bien trop vite pour les lire.

 

L'Aigoual et les Causses en traction.

     Il fait vraiment chaud, après un arrêt rafaîchissement à Nant il reste encore de la route à faire jusqu'à Brusque, la traction file bon train sur le Causse du Larzac, c'est beau, ça pourrait durer toute la vie comme ça mais le compteur s'arrêtera à la fin de cette journée après trois cents kilomètres.

 

L'Aigoual et les Causses en traction.

     C'est bon de profiter de la vie et des vieilles machines qui ne demandent qu'à rouler dans des paysages merveilleux.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 19:10

     La règle est très simple: "pas de motos à freins à disque".

     C'est ainsi que "Les Vieilles Gloires de Caveirac" sélectionnent les participants à leur traditionnelle sortie de juillet.

     Du simpliste à l’œuvre d'art la règle a été respectée, le plaisantin qui a dissimulé discrètement un disque sur sa roue arrière pour narguer les organisateur a été vite démasqué.

 

Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016

     Caveirac, pour le cas où vous ne le sauriez pas, c'est tout près de Nîmes, à la mi-juillet c'est fête au village et la vieille moto est de la partie.

     Pour nous cette période est souvent liée à d'autres occupations....et Pétronille se dévouera pour les assumer, seule la FN sera de la fête.

     A neuf heures il fait déjà bien chaud, les motards ont été mis en condition comme il se doit, les moteurs ont démarré, on ne va pas tarder à partir vers Congénies, Sommières, Orthoux, Monpezat, Saint-Mamert-du-Gard et Clarensac.

 

Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016

     A nous la route et les villages aux ruelles étroites.

 

Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016

JE HAIS LES RALENTISSEURS

     OK dans les années trente nos bécanes subissaient les nids de poules et les poules étaient plus grosses qu'aujourd'hui, mais ces aberrations aussi inutiles que néfastes nées de l'imagination d'autophobes aigris et revêches, ces "gendarmes couchés" qui pourraient trouver un endroit plus confortable que le milieu de la chaussée pour dormir, je les déteste. Je les franchis toujours à basse vitesse, en débrayant ou en très légère accélération pour éviter les à-coup de transmission, mais ce......mur, juste avant la pause casse-croûte, il était particulièrement violent. Le bruit n'a pas été comme d'habitude, le fil de fer qui sécurise l'accrochage de ma béquille avant s'est déroulé sous l'effet du choc et elle s'est mise à gigoter....j'ai naïvement pensé que c'était le seul dégât..

     Elle était pourtant belle ma FN dans ce paysage tandis que je me goinfrais de saucisson.Je n'avais pas encore réalisé que......

 

Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016

     C'est après deux kilomètres accompagnés de bruits anormaux provoqués par mon bout de ressort baladeur que j'ai compris.

     Arrêt pour ablation du malade, poursuite de parcours à basse vitesse pour me rendre compte petit à petit que le comportement de la moto est tout à fait correct avec un seul ressort, j'ai pu ainsi rouler une quarantaine de kilomètres, rattraper les attardés et prendre le temps de faire une ou deux photos.

 

Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016

     Allez, une petite sélection parmi les cinquante-cinq motos présentes..

 

Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016
Caveirac juillet 2016

     La fête a continué à l'ombre du parc, interrompue par une minute de silence suivie de la Marseillaise jouée par la fanfare qui m'ont rappelé que ma petite contrariété de ressort cassée est bien dérisoire face à la détresse des victimes du camion fou de Nice, je suis sûr que tous les gendarmes couchés se sont relevés à ce moment-là.

     Belle initiative pour conclure cette belle journée!

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 21:30

     Que la succession effrénée de nos sorties à deux roues ne vous fasse pas croire que la traction reste au garage.

     Elle a subi récemment la pose de prothèses de silent-blocs sur les axes de triangles supérieurs, ce type d'intervention est d'ailleurs classique pour ces mamies et je ne manquerai pas de vous en faire un petit topo pendant les prochaines longues soirées d'hiver.

     Aujourd'hui donc, le ciel étant au beau fixe, j'ai eu envie de voir si le viaduc de Millau était toujours debout, et de tester ces nouvelles prothèses sur les petites routes du côté des Raspes du Tarn.

     Quelques dizaines de kilomètres on suffi pour me rassurer quant à la première interrogation. (en réalité la dernière fois que je suis passé sur le viaduc remonte à  moins de trois jours donc je n'étais pas trop inquiet)

 

Petite virée en traction
Petite virée en traction
Petite virée en traction

     Tout près du viaduc sur la rive droite du Tarn il y a le village troglodytique de Peyre qui a été bâti bien avant le viaduc, dont on parle peu et c'est bien dommage car c'est un village tout à fait adorable.

 

 

Petite virée en traction
Petite virée en traction
Petite virée en traction
Petite virée en traction
Petite virée en traction
Petite virée en traction
Petite virée en traction
Petite virée en traction

     Quand le carrosse est de sortie, point de saucisson ni d'opinel pour un pique-nique sur l'herbe, il faut une bonne table.

     L'Auberge de la Vigne Gourmande à Candas a été à la hauteur de nos exigences.

 

Petite virée en traction

     C'était bon, merci. Après une bonne grimpette nous arrivons à Montjaux, le viaduc est déjà loin.

 

Petite virée en traction
Petite virée en traction

     Et quand on est en haut...il faut redescendre.

 

Petite virée en traction

     Monter, descendre, tourner, la traction adore ça surtout avec ses nouvelles prothèses.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 21:20

     La Lozère, vous connaissez? Nous nous connaissions un peu mais nos motos ne connaissaient pas encore.

     C'est de façon assez informelle, "fesses bouc" aidant, que David m'a fait savoir que, en Lozère aussi, il y a de fort sympathiques amoureux de vieilles bécanes qui ne demandent qu'à faire connaître cette nature restée intacte de nos jours aux autres dingues de vieilles mécaniques.

     C'est ainsi que nous avons pu partager deux jours d'authentique retour aux sources en toute simplicité et convivialité avec une poignée d'autochtones.

     La règle du jeu est simple: on ne se prend pas la tête, on ne bouffe pas du kilomètre pour le simple plaisir d'en bouffer, on prend le temps d'admirer les paysages, de flaner dans les villages, de respirer l'air pur. Les pique-niques étant plus conviviaux que les salles de restaurant on mangera sur l'herbe, on parlera mécanique mais on ne jouera pas à "c'est qui qui a la plus belle? ", bref, la hauteur des flatulences restera inférieure à celle de leur émetteur (en d'autres termes, on ne pètera pas plus haut que son cul), et c'est très bien comme ça.

     Dans la petite voiture d'assistance sont entassés les sacs de voyage et même s'il y a un peu de place sur la remorque, le motocycliste en panne devra certainement poursuivre sa route sur le tand-sad d'une avant-guerre accueillante. Heureusement les vieilles motos ne tombent jamais en panne irréparable et la question ne se pose même pas.

     Le point de départ se trouve à Auroux, non loin de Langogne. Sur la micro-place biscornue, le poilu tout bleu rivalise de fierté avec la vierge qui a préféré des coloris plus sobres en belle harmonie avec ceux de Pétronille qui roule toujours en parfait mimétisme avec sa moto (la Vierge roulait-elle aussi en Tobec?), tout ça sous la protection du clocher de la petite église sans laquelle le marchand de vins voisin devrait fermer boutique... et moi je me dis que ça devrait bien me plaire cette Lozère.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     On ne va pas "bouffer du kilomètre", c'est une façon de dire, on va quand même rouler.  Il faut bien y arriver à Nasbinals  en passant par Le Malzieu et Chaudes-Aigues, il faut y passer à la cascade de Déroc et au "Parc à loups du Gévaudan", il faut y monter au "Truc de Fortunio" à 1551 mètres d'altitude. Au retour à Auroux les compteurs afficheront deux cent trente-cinq kilomètres de plus.

 

 

 

 

     Sachez quand même qu'avant cette balade Pétronille dont le frein arrière était plein de graisse issue de son moyeu a subi une greffe de joint....en fait un vieux cache-poussière de cylindre de roue de ma traction...

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Sachez aussi que la veille du départ j'ai trouvé un rayon de roue arrière fraîchement cassé sur la FN, ni cambouis ni oxydation sur une cassure qui illustrerait à merveille ce qu'est une cassure par fatigue dans un livre d'école: zone de progression lente de la fissure et zone de cassure définitive par arrachement.

     N'ayant trouvé qu'un rayon trop court il a fallu bidouiller: un gros clou percé de part en part pour constituer un manchon, je récupère la moitié filetée du rayon cassé, un peu de brasure à l'argent et ça tiendra bien jusqu'à l'hiver.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

 

 

     Les moteurs se sont réveillés, les casques et les gants sont mis, après une bonne petite grimpette pour se mettre en condition on souffle un peu à Grandrieu.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

 

     Au "Pont des Sept Trous" nous passons à 1418 mètres d'altitude.

 

 

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Un beau clocher-mur comme on en voit souvent dans cette région.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Saint-Alban-sur-Limagnole, allez-donc voir l'église et son clocher, par contre si vous voulez du tissu, il vous faudra attendre l'heure d'ouverture.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Pique-nique tiré du sac au Malzieu.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     En route vers Fournels où nous nous regroupons.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     On arrive à Chaudes-Aigues en dominant la ville, tandis que les touristes s'intéressent à nos motos nous parcourons le ruelles et allons tâter du bout des doigts la température de l'eau...c'est vrai qu'elle est chaude!

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     En route vers Saint-Urcize, la campagne est belle (ma moto aussi!).

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Pause à Saint-Urcize, prenez la peine, même si c'est raide, de monter en haut du rocher de la Vierge la vue sur le village y est fabuleuse.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Pendant ce temps les motos s'abreuvent.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016

    A Nabinals la nuit d'hôtel et l'aligot  ont été bien appréciés.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Dimanche, le beau temps est bien installé, les vaches intriguées sont venues admirer les motos dès le lever du jour.

 

 

 

     En route pour une belle journée.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Après une petite dizaine de kilomètres on va respirer la fraîcheur de la cascade de Déroc.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     En route vers le Parc à loups du Gévaudan où nous ferons le pique-nique.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Nous partons ensuite voir le "Truc de Fortunio" et son impressionante vue panoramique à 1551mètres d'altitude après être passés par Saint-Amans et le Col du Cheval Mort.

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Déjà de retour à Auroux, mais pourquoi les belles choses ont-elles toujours une fin?

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     La règle du jeu a été respectée: personne n'a flatulé trop haut ou n'a voulu savoir quelle était la moto la plus désirable, mais quand on aime la vieille bécane, on regarde celle des copains, on admire et on ne s'en lasse pas.

 

 

 

Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016
Un petit tour en Lozère: juillet 2016

     Je vous l'avais dit: "jamais de panne immobilisante avec nos pétoires", surtout en Lozére où ce ne sont pas quelques crabots hors d'usage du pignon de sortie de boîte  d'une Vélocette qui vous arrêteraient.

     Amis, si vous décidez un jour d'être en panne, ne faites pas ça près d'une grande ville, il n'y a que des "je-sais-tout-mais-je-ne-sais-rien-faire-avec-mes-doigts" qui ne se sentent même pas concernés par votre problème. En Lozère on trouve toujours "le" gars du coin qui n'accepte comme remerciement qu'un verre de pastis et la joie qui se lit sur votre visage, mais qui manie la baguette inox et la disqueuse comme aucun citadin ne peut l'imaginer. Ce fut un grand moment, la Vélocette a poursuivi sa route comme si rien ne s'était passé !

     Merci Josie, Nathalie, Jeannot et les autres, surtout ne changez rien, c'était parfait.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 19:10

     A la fin du mois de juin Valérie et Thierry organisent le "Rétro Tour de l'Ardèche" . Cette année c'est Vallon-Pont-d'Arc qui accueille la quarantaine de machines pour une première boucle le samedi qui nous amènera à Chamborigaud et une deuxième le dimanche qui nous fera découvrir les gorges de l'Ardèche .

     Le ciel est au beau fixe, la température nous inciterait à échanger les cuirs et les bottes contre les tee-shirts et les tongs mais par prudence nous préférerons la cuisson à l'estouffade.

     Le départ est donné, à peine dix kilomètres parcourus et déjà une bonne demi-douzaine d'épingles à cheveux bien raides nous ont propulsés, parfois non sans difficulté... jusqu'au Rocher de Sampzon.

     L'entrée en matière est vraiment très prometteuse, regardez-moi ce paysage.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Au moment du départ cette coquine de Pétronille n'a plus voulu en jouer refusant obstinément de remplir son carburateur d'essence. Le premier démarrage au départ de Vallon Pont d'Arc avait déjà été quelque peu laborieux, mais cette fois-ci......

     Pas question de retarder inutilement le groupe en s'engageant dans un démontage de carburateur à la sauvette, Pétronille va pour la première fois goûter à la remorque de l'assistance.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Parti bon dernier je vais faire quelques dizaines de km tout seul mais le road-book et la carte sont très explicites, pas d'erreur de parcours possible: N.D. du bon Secours, Lablachère, Les Vans... en route vers Génolhac, la route est belle.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Je retrouve les collègues au point de regroupement après avoir laissé quelques malchanceux qui tentaient de réparer une panne au bord de la route.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Arrivé pour le pique-nique à Chamborigaud, je m'autorise une timbale de liquide jaune avant de m'attaquer à l'objet du délit.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Et je trouve le fond de la cuve dans un état immonde qui la fait ressembler au cul d'une vieille bouilloire qui se serait négligée pendant des lustres. Les dépôts adhérants et cassants ont l'apparence du calcaire, le logement qui guide l'aiguille du flotteur en est complètement rempli, même avec l'action du titillateur la descente du flotteur et l'ouverture correcte du pointeau sont impossibles.

     Pétronille avait connu ce même problème lors du tour du Gard l'année dernière mais les dépôts n'avaient pas du tout ce même aspect envahissant et ne concernaient que le trou de guidage de l'aiguille du flotteur. Il est vraiment étonnant de constater un phénomène d'une telle ampleur sur une moto qui roule régulièrement alors que le dernier nettoyage date à peine d'un an et deux ou trois mille kilomètres.

     Une remise en ordre avec les moyens du bord: canif, fil de fer, brosse à dents, un coup de soufflette (anisée) dans tous les trous et l'affaire fut vite réglée.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Le ventre plein j'abandonne lâchement les copains qui s'affairent aux divers rangements pour aller voir quelques machines.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Bessèges, Banne... ce sont encore des routes et des paysages magnifiques qui nous attendent. Parfois on s'arrêterait bien pour faire trempette dans les rivières tellement il fait beau et chaud.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Connaissez-vous Banne? J'ai déjà vu des villages plus moches, il fait bon prendre un rafraîchissement sur la place.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     C'est reparti pour Salavas en passant par Saint-Sauveur-de-Cruzières, Bessas et Vagnas.

     Pétronille, pas encore très rassurée quant à la propreté de son carburateur, fait la route avec moi.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Regroupement à Vagnas avant de prendre un verre avec d'autres amis motards fous qui font "les drailles du sud" du côté de Salavas.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

 

 

 

 

     Dimanche matin ce sont les gorges de l'Ardèche qui résonneront de la douce musique de nos vieux pistons.

     Les paysages sont tout simplement féériques, je vous laisse savourer: du ciel bleu, des rochers, une rivière, des chèvres au bord de la route....

.

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

      Arrêt à la grotte de Saint-Marcel. Après une visite bien sympa, nous nous réconfortons.

 

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Retour à Vallon par le plateau, après une petite route bien bosselée qui m'a fait comprendre pourquoi les ingénieurs ont inventé la suspension à l'arrière sur les motos plus récentes, nous sommes passés à Bidon, (mais il n'y avait pas d'essence), et à Saint-Remèze: la route est maintenant belle et bien sinueuse, les champs de lavande colorent et parfument le paysage.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     On commence la descente, Vallon-Pont d'Arc n'est plus très loin, le beau rêve  touche déjà à sa fin.

 

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

 

 

 

 

 

     Quelques belles pièces participaient à ce rétro-tour:

 

Soyer

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

BSA

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

Guzzi semi-culbutée

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

Suspension arrière, accessoire d'époque pour la Monet-Goyon.

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

Italienne ou américaine, c'est le Bordeaux qu'elles aiment.

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

C'est propre et beau, c'est une IFA.

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

 Saroléa(s)

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

Motoconfort

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

J'ai gardé les plus belles pour la fin.

Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016
Le "Rétro Tour de l'Ardèche" 2016

     Les tours se suivent et ne se ressemblent pas, la pluie de l'année dernière a cédé sa place au beau temps...

     ...mais ce qui ne change pas c'est la qualité de l'accueil et la bonne ambiance qui règne dans ce Rétro-Tour de l'Ardèche. Merci.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 22:28

     "A la découverte du Sancy", c'est ainsi que "Les Vieux Bols Arvernes" ont baptisé cette vingt-sixième édition de leur traditionnel tour d'Auvergne.

 

     Cette année c'est la ville Champeix qui a été désignée pour être réveillée au son et aux parfums de cent-dix-sept pétoires d'un autre âge.

     Il faut réserver sa place à temps pour pouvoir user les flancs des pneus dans les virages, époumoner les moteurs des vieillottes dans les montées, affoler les bielles dans les longues descentes ou tout simplement et bien plus sagement, profiter de l'air pur des montagnes qui est aux carburateurs et à nos poumons ce que la Volvic est à notre bien- être (enfin, ça, c'est ce qu'ils disent  mais moi, je ne l'ai pas goûtée).

     Les trois-cent-cinquante kilomètres répartis en quatre étapes auront de quoi nous remplir la tête de souvenirs de routes joueuses et de paysages magnifiques.

     La météo.......en fait je ne sais pas pourquoi je parle de la météo, elle dit n'importe quoi, et ce ne sont pas des prévisions alarmistes qui décourageraient des vieux fous qui veulent rouler entre copains et faire honneur à ces Vieux Bols Arvernes.

     En ce samedi matin une animation inhabituelle réveille la ville de Champeix, je fais un premier tour rapide des participants et commence à jouer de l'APN.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

    C'est parti sous le ciel bleu pour le Mont-Dore en passant par Aydat et Orcival.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Cent-dix-sept bécanes garées à côté du lac d'Aydat, ça fait du monde.

 

Le tour d'Auvergne 2016

     Je profite de l'arrêt pour saisir d'autres beautés.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Quand la route prévue est barrée par des travaux ça fait un joyeux "bordel" (n'ayons pas peur des mots).

 

Le tour d'Auvergne 2016

     Un contournement est trouvé, la campagne est toujours aussi belle. Sachez que la première photo a failli envoyer votre serviteur et sa moto cul par-dessus tête à cause de ce foutu trou sur le bas-côté sournoisement caché par l'herbe haute, juste là où je posais mon pied, mais je suis prêt à prendre les risques les plus fous pour vous faire partager mon bonheur en photos.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Orcival: l'attrait de la basilique sera-t-il plus fort que celui de la table dressée de gourmandises locales? (de toute évidence il y a eu des priorités: dans une heure la basilique y sera encore, mais restera-t-il du saucisson?)

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Et comme je n'ai pas encore vu toutes les motos, mon téléphone APN va encore être souillé par les empreintes de mes doigts bien graissés par la cochonnaille.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Après le lac de Guéry, le Mont-Dore et la Prade Haute où nous aurons le repas ne sont plus très loin.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     A chaque arrêt je découvre d'autres merveilles.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     C'est reparti pour une boucle qui nous mènera à Besse-et-St-Anastaise, Saint-Donat et La Bourboule.

     Arrêt regroupement car, paraît-il, il y a un beau panorama, en fait, à part ma FN il n'y avait rien d'intéressant à voir !

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Vous l'aurez compris, la grisaille et le brouillard nous ont accompagnés, mais ça fait souvent partie du charme de ces paysages.

 

     Quand un collègue a un problème il est d'usage de donner un coup de main, mais pas à n'importe qui, l'esprit de méfiance ou vengeance est parfois trop fort, même si "embrasser un flic" est devenu à la mode depuis peu.

 

Le tour d'Auvergne 2016

     L'arrivée à Saint-Donat pour une pause rafraîchissement se fait en ordre dispersé. Quand tout est trop bien organisé, il suffit qu'une petite flèche de rien du tout ait été oubliée pour que les moutons de Panurge soient perdus.

     Pétronille a calé lors d'un arrêt et le redémarrage a été laborieux me dit-elle, un petit examen et ....horreur, le carter d'allumage est déboîté, deux vis trop séduites par les routes auvergnates ont décidé d'y rester à tout jamais et l'unique troisième vis était sur le point d'en faire autant ! Un serrage énergique et le reste du périple sera effectué ainsi. (Motobécane aurait pu faire l'économie de ces deux vis au filetage exotique).

 

Le tour d'Auvergne 2016

     Nous nous arrêtons régulièrement pour nous assurer que le carter d'allumage reste bien en place, ensuite je n'y penserai même plus.

 

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Nous faisons ensuite un détour pour profiter du panorama à cent-quatre-vingts degrés à la Banne d'Ordanche.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     La boucle est bouclée sous le soleil, c'est beau.

 

Le tour d'Auvergne 2016

     Les motos n'ont pas fait les folles pendant longtemps sous leur couette avant de s'endormir, il leur fallait un gros dodo bien mérité.

 

Le tour d'Auvergne 2016

     Dans l'attente du départ je saisis quelques participantes.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Pas de pluie mais le ciel est bien gris pour aller jusqu'à Champs-sur-Tarentaine en passant par Cros et Saint-Genès-Champespe.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     A Cros, ce n'est pas parce que les estomacs le réclamaient, mais......c'est tellement bon pour notre cholestérol, et puis, ça m'a laissé le temps de découvrir qu'il y avait encore d'autres belles motos.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Ne croyez pas que notre vie n'est faite que de saucisson et de Saint-Nectaire, parfois on roule, d'ailleurs il reste une quarantaine de kilomètres à faire avant la prochaine table.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Quatrième et dernière étape: Condat, Besse-et-Saint-Anastaise où nous visiterons la cité médiévale.

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Tiens, j'en avais oublié deux....et certainement d'autres encore !

 

Le tour d'Auvergne 2016
Le tour d'Auvergne 2016

     Comme d'habitude l'organisation a été à la hauteur des paysages visités, nous reviendrons.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 18:19

     C'est réglé comme du papier à musique: chaque premier dimanche de juin, le moto club boujannais organise son rassemblement de vieilles motos. Cette année c'est la trente-deuxième.

     Loin du bassin parisien qui a les pieds dans l'eau, c'est par le soleil que l'Hérault est inondé, il fait chaud, le ciel est bleu, profitons-en d'autant plus que du côté de Pouzolles, Gabian, Vaihan et Fontès il y a de belles routes et de beaux paysages qui nous attendent.

     Les vieilles motos sont venues en nombre.

 

 

Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016

    Je gardais la plus belle pour la fin.

Boujan-sur-Libron 2016

     Nous avons déjà fait quelques dizaines de kilomètres, un carrefour important, on se regroupe pour mieux impressionner et s'imposer face aux trucs à quatre roues.

 

Boujan-sur-Libron 2016

 

 

 

    On repart et c'est un paysage de vignes et de garrigues qui s'offre à nos roues et à nos yeux.

 

Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016

     Après Vailhan une toute petite route fleurie nous enchante, c'est beau, c'est coloré, ça sent bon.

 

Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016

     Un peu avant Cabrières la la route toute en courbes est un vrai bonheur, les fleurs des champs, les genêts d'un jaune éclatant, la mer au loin.... je ne suis pas très sympa, je n'ai pas fait de photos, le gâteau était trop beau je n'ai pas voulu le partager, mais allez-y, il en reste encore.

      Il n'y a rien à faire, les vieux motards ne changeront jamais, quand il y a une cave coopérative quelque part il faut qu'ils s'arrêtent.

     Le petit (?) en-cas était bon, merci.

 

Boujan-sur-Libron 2016

      Et puis, si vous n'aimez pas les petites routes entre les vignes bordées de coquelicots avec des clochers d'église à l'horizon, c'est que vous avez besoin d'une oeno-moto-thérapie, suivez-moi, je m'occupe de vous.

 

Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016

     La municipalité d'Espondeihlan qui a compris que notre activité était d'intérêt public nous a offert un verre en guise de reconnaissance.

 

 

Boujan-sur-Libron 2016

     Soyez rassurés, en pareille occasion la sacro-sainte consigne "avec modération" a été prise au sérieux, je n'ai pas vu le moindre éléphant rose ensuite....par contre....j'ai eu comme un doute... parce que les petites maisons au bord de la route......elles avaient une drôle de couleur ...

Boujan-sur-Libron 2016

     Rien à craindre quant à ma sobriété, les ralentisseurs vicieux avec passage à une voie ont été négociés en toute sérénité et avec fluidité.

 

Boujan-sur-Libron 2016

     Tandis que Pétronille et la FN effeuillent la marguerite nous profitons de la troisième mi-temps....

 

Boujan-sur-Libron 2016

...troisième mi-temps qui fut fort agréable: les coupes et les cadeaux ont été abondants.

 

Boujan-sur-Libron 2016

     A Boujan j'ai bien aimé les populaires dans leur jus...

Boujan-sur-Libron 2016

     ...les vraies lunettes d'époque qui "collent" (sic) parfaitement au look du casque...

 

 

Boujan-sur-Libron 2016

     ...les motos qui affichent clairement leur origine...

 

 

Boujan-sur-Libron 2016

     ...les moteurs avec des "têtes de casserole" qui ont plein de truc rigolos partout...

 

 

 

Boujan-sur-Libron 2016

     ...les réservoirs qui brillent...

 

 

Boujan-sur-Libron 2016
Boujan-sur-Libron 2016

     ...mais j'ai moins aimé les frimeurs qui font des restaurations "à l'américaine" dont les motos trop "m'as-tu-vu" ne reflètent pas les codes esthétiques de l'époque.

Boujan-sur-Libron 2016

      Et je déteste les gens qui amènent une moto plus belle que la mienne.

 

Boujan-sur-Libron 2016

     Merci les gars, la date du premier dimanche de Juin 2017 est réservée.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 22:45

     Au mois de mai Nicole et René organisent leur sortie en Roussillon.

     Cette fois-ci ce sont "environ quatre-vingt-dix-neuf kilomètres" (sic) qui sont proposés pour nous faire connaître la côte Vermeille: Collioure, Port-Vendres, Banyuls et ces adorables mini-routes qui surplombent la côte.

     Les motos sont prêtes, la mésaventure du support de rétroviseur cassé lors de la dernière ronde gardoise a été réparée: un truc du genre "made in China" qu'il a fallu adapter au diamètre du guidon et au filetage du rétro, débarrasser de sa couleur noire et polir...la mésaventure est oubliée.

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

 

 

 

 

     A Villeneuve-la-Rivière, tandis que le café fume encore je fais un rapide tour d'horizon des machines...mais il y en a d'autres, soyez patients.

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

     Les motards sur leurs vieilles bécanes, c'est comme ça: après une vingtaine de kilomètres, quand ils sont bien installés dans l'ambiance, qu'ils sont rassurés d'avoir retrouvé toutes les sensations agréables de leur bécane chérie, le bruit, l'odeur, les vibrations... il ne leur manque plus qu'un petit truc sacré pour les combler: une pause casse-croûte pour oublier qu'on s'est levé tôt et pour papoter avec les copains, et ça, Nicole et René le savent bien.

     J'ai connu des lieux plus moches que le lac de Villeneuve-de-la Raho pour ce moment de convivialité..

 

 

 

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

 

 

 

   La côte était encore loin mais après quelques dizaines de kilomètres on se regroupe car la mer est enfin toute proche.

 

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

     C'est ensuite une route très étroite en lacets qui nous conduit au col de Mollo.

     Le paysage est étonnant, les vignes dont est issu le vin de Banyuls couvrent la moindre parcelle même très escarpée, les souches sont toute petites, peut-être à cause du vent qui empêche leur développement, car du vent, il y en a. C'en est même inhumain pour des motards, les bourrasques infligent à nos motos des écarts de trajectoire que l'étroitesse de la route ne peut plus contenir. Au col de Mollo où j'ai eu quelque difficulté à béquiller ma moto sans qu'elle tombe, nous avons pris la sage décision d'écourter le parcours, mais bon dieu, qu'est-ce c'était beau!

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

     Chantal et René étaient là, leurs téléobjectifs bien à l'abri des bourrasques, pour saisir notre arrivée.

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

     Nous retrouvons  la grand-route, le vent devient supportable, Port-Vendres est en vue.

 

La côte Vermeille à motos

     Après Port-Vendres, Collioure et Argelès-sur-mer, "La Campagne" nous a réconciliés avec le confort d'une bonne table.

 

 

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

     Pendant ce temps, la FN qui a trouvé une prestigieuse Psyché prend plaisir à se mirer et s'admirer.

 

La côte Vermeille à motos

     Il y avait de la bécane vraiment sympa.

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

     Un grand "merci" à Chantal et René, cachés au détour d'un virage ou d'une butte, les téléojectifs immobiles malgré le vent pour nous saisir en pleine action,

 

 

 

La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos
La côte Vermeille à motos

     Qui ne tente rien n'a rien, cette fois-ci le vent a été le plus fort, mais l'envie d'y retourner est irrésistible, c'est sûr, on y retournera.

     Merci les gars.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 18:30

     Chaque année le "Motobécane Club de France" se rassemble quelque part en France et réunit ainsi les amoureux de la marque pour faire une grande fête. Cette année c'est le motoclub sommiérois qui a organisé la rencontre. Deux balades sont prévues au programme, le samedi et le dimanche.

     Même si une dérogation est accordée aux motos d'autres marques sous réserve qu'elles aient une fourche à parallélogramme, il n'était pas question pour moi d'aller exhiber la FN et de laisser "La Rivale" au garage, c'est donc avec nos "cent-vingt-cinq culbutées" que nous allons nous mêler aux autres Motobécane et Motoconfort en tous genres.

     Cette rencontre est aussi pour moi l'occasion de mettre des visages sur les pseudos de certains habitués du forum de discussion du Moto Club Motobécane.

     De la "Tobec" il y en a:

     Je reconnais tout de suite celle du facteur qui a mis les convocations dans ma boîte aux lettres.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     La "bleue" y côtoie le gros cube luxueux d'avant-guerre.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Il y a de la rigolote au look délicieusement rétro.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     de la "popu" bien proprette,

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Les cent-vingt-cing motos débordent du parking pourtant vaste.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Mais il est l'heure de partir pour une première boucle. Quatre-vingt-dix kilomètres nous mèneront dans la garrigue en passant par Saint-Mathieu-de-Treviès, Pompignan, Sauve, Saint-Jean-de-Crieulon, Brouzet-les-Quissac, Garrigues...

     Nous approchons de Valflaunès, le Pic-Saint-Loup et l'Hortus règnent en maîtres sur le vignoble.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Après Valflaunès une adorable grimpette nous propulse sur la montagne du Causse.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

      Arrivé en haut on se dit qu'on a bien fait de monter, la vue est superbe.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     On redescend ensuite sur Pompigan. Je ne me lasserai jamais de la vue des contreforts des Cévennes et de cette route. Pouvoir passer ici tous les jours au guidon d'une vieille pétoire suffirait à mon bonheur éternel.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     N'allez pas croire que la route après Sauve soit moins attachante: virages, garrigue, les meilleurs ingrédients sont là.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Du côté de Quissac on retrouve un paysage civilisé, il y a même de la vigne.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Mais la civilisation nous oppresse, vite retournons dans la garrigue.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Il fait beau, c'est sûr, le vin sera bon.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Nous n'étions pourtant pas pressés de rentrer mais les organisateurs nous ont fait prendre l'autoroute pour aller plus vite.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

 

 

 

 

     Notre maison est proche, la tentation d'un lit douillet a été trop forte,c'est ainsi que nous avons abandonné tous ces joyeux "motobécaneux" à leurs festivités de la soirée pour les retrouver au départ de la balade du dimanche matin.

     Les machines sont prêtes pour une deuxième boucle, certains affichent les road-book avec ingéniosité et élégance...

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Après seulement quelques tours de roues nous nous arrêtons à Congénies, les motos patientent dans un cadre reposant....

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

....mais cet arrêt aussi précoce n'avait rien d'anodin, nous avons assisté à l'inauguration d'une plaque à la gloire d'Eric Jaulmes "inventeur de la Mobylette", c'est en effet dans cette maison qu'il a vécu et que tout jeune il bricolait déjà toutes sortes de mécanique.

 Croyez-moi, nous n'avons pas entendu une mouche voler pendant l'évocation des souvenirs de cet homme tellement l'émotion et l'intérêt pour ce personnage étaient grands.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Comment mieux lui rendre hommage qu'en roulant pour montrer à tout le monde que ces machines sont encore bel et bien vivantes.

     Le trajet prévoit une soixantaine de kilomètres vers Calvisson, Clarensac, Fons, Saint-Come-et-Maruejols, Fontanès.

     Ça commence par un paysages de vignes.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Mais on comprend vite que tout au loin on va prendre de la hauteur.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Ca monte, la vue est belle.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Du ciel bleu, de la garrigue, des chênes verts., la nature à l'état pur.

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Une épingle en descente sur fond de Pic-Saint-Loup, et c'est l'extase.

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Encore une descente et nous arrivons dans la plaine, ça sent l'écurie.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Le club avait organisé une exposition de trésors.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Dans le parking on ne savait pas où fixer le regard tellement il y avait du beau et de la variété.

 

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016

     Sommiéres a récupéré le trophée des clubs, un honneur bien mérité pour l'organisation de cette belle rencontre de personnes venues de toutes les régions de France avec de bien belles machines.

Le Motobécane Club de France à Sommières, mai 2016
Partager cet article
Repost0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 16:45

     Cette année, c'est le Moto Sport Nimois qui organise au départ de Beauvoisin, non loin de Nîmes, sa "ronde gardoise" des vieilles motos et qui va nous faire découvrir les "quatre coins du triangle" gardois (ça part bien! J'espère qu'il savent mieux compter les participants et qu'ils n'en oublient pas un ou deux par-ci par-là).

     Peu importe le nombre de coins que possède le département du Gard, le programme est alléchant: il est question de Camargue, de collines sommiéroises, de Cévennes tantôt "sèches" tantôt "vertes, de Gardon, et de Cèze, d'alternance de schistes et de granits, de châtaigniers et de chênes verts, de barrages, de hameaux et ....de routes improbables. Ce sont peut-être des fantaisistes, mais il savent nous prendre par les sentiments ces gars-là, en plus il paraît qu'on signe pour plus de quatre cents kilomètres.

     Pas amateurs du tout, ils nous ont communiqué le road-book quelques jours avant la sortie, ce que l'handicapé de la lecture des pictogrammes que je suis a grandement apprécié. J'ai pu ainsi imprimer les morceaux de cartes routières bien plus explicites pour mon cerveau vieillissant que ces hiéroglyphes qui expliquent, certes très bien, où il faut aller mais ne disent jamais où l'on se trouve, ce qui, vous en conviendrez, est assez angoissant quand on est paumé!

     Les participants arrivent, Pétronille est fière de ses nouvelles bottes en parfaite harmonie chromatique avec sa moto.

 

La ronde gardoise 2016

    Une petite pointe d'inquiétude me gagne: pour le moment ma FN est la seule "avant-guerre" et il y a peu de "popu" des années cinquante comme Pétronille. J'espère que nous ne jouerons pas les boulets, ceux que les grosses BSA, Triumph et autres BMW des années soixante devront toujours attendre.

     Le premier acte nous amènera après quatre-vingts kilomètres à Saint-Hippolyte-du-Fort où d'autres participants nous rejoindront lors de l'indispensable pause "revigorante".

     C'est parti vers le sud, ça y est, on voit déjà la "mer d'ici", la Camargue est toute proche, juste après les vignes aux jeunes feuilles vert tendre.

 

 

La ronde gardoise 2016

     J'aime bien ces petites départementales.

 

La ronde gardoise 2016

     La grand-route qui mène à Saint-Hippolyte est peut-être un peut trop "grande" pour nos petites vieilles, mais le paysage avec les contreforts cévenols à l'horizon me comble de bonheur, mes quarante années de "punition parisienne" n'ont rien changé au paysage, c'est toujours aussi beau et c'est encore mieux quand on le redécouvre a soixante-dix à l'heure.

 

La ronde gardoise 2016

     A l'arrivée à la pause je comprends vite que mes inquiétudes à propos de la lenteur de nos motos étaient ridicules, l'assistance ne nous a pas "collé au cul", on a tout le temps pour faire une vraie pause tout à fait conviviale et revigorante pour nos estomacs et nos réservoirs d'essence, j'ai même eu le temps de faire deux photos rien que pour vous.

     Les carrefours vicieux ont été signalés par une équipe de gilets jaunes très efficace, tout le reste de cette ronde cévenole sera fait à ce rythme idéal.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Deuxième acte: soixante-six kilomètres de route typiquement cévenole jusqu'au Pradel en passant par le col du Rédarès, Lasalle, Saint-Jean-du-Gard, le pont des Camisards, la Croix des Vents et La-Grand-Combe. On attaque le plat de résistance.

     Regardez-moi ces paysages, si ça ne vous donne pas l'envie de prendre une vieille pétoire pour visiter les Cévennes, je ne vous comprendrai jamais.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Nous voici au Pradel pour le repas de midi.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Un convoi d'anciens véhicules militaires commémore le passage des FFI pour la libération de Paris en août 1944.

La ronde gardoise 2016

     Lors du troisième acte une petite centaine de kilomètres nous conduira à Méjannes-le-Clap où nous passerons la nuit, et puisque nous ne sommes pas encore blasés de petites routes (pourrait-on l'être?) nous monterons jusqu'à Brésis en passant par le col de Trelis, Bessèges, et le col de Chamavas pour redescendre en suivant la Cèze jusqu'à Méjannes.

     Arrivée au col de Trélis. Que nous réserve l'autre versant ?

La ronde gardoise 2016

     J'en étais sûr: c'est toujours aussi beau.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Petit arrêt photo, j'en profite pour fixer la béquille avant qui était éprise de liberté.

 

 

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Mais ne croyez pas qu'on en a fini avec les hameaux, les fermes et les paysages cévenols, nous ne sommes même pas encore arrivés à Bessèges.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Petit problème à l'entrée de Bessèges: l'accumulation des vibrations a eu raison du support de mon rétroviseur, cette magnifique pièce réalisée avec mes petites mains à partir du support en dural de dérailleur d'un vélo, après polissage il était du plus bel effet, il n'aura tenu qu'une dizaine de milliers de kilomètres. Je devrai terminer la ronde sans pouvoir surveiller mes arrières et je n'aime pas ça.

La ronde gardoise 2016

    Peu avant Méjannes-le-Clap, un point de vue, ça vaut une photo, au loin les montages sont belles.

 

La ronde gardoise 2016

     Les machines et les hommes ont mérité un bon repos.

 

La ronde gardoise 2016

     Le rideau se lève pour le quatrième acte: "Sabran le dimanche", c'est ainsi que nos organisateurs nous avaient mis l'eau à la bouche pour ces soixante kilomètres à faire avant la pause.

     Après un parcours encore typiquement cévenol...

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     ...nous partons vers l'est vers l'Ardèche parmi les vignes avec le mont Ventoux en toile de fond (plus visible en réalité que sur ma photo en contre-jour, et oui, chez nous aussi le soleil se lève à l'est).

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Allez encore un peu de petite route jusqu'à la Chartreuse de Valbonne.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Le road-book est bien mais les "nains jaunes" ne sont pas à tous les carrefours, il y a donc parfois une petite confusion ce qui donne un peu de piquant à l'aventure.

 

La ronde gardoise 2016

     La-Roque-sur-Céze: un vieux pont à peine plus large que ma moto, un vieux village "casquillé" sur un caillou, ça a l'air charmant, mais il reste de la route à faire.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

Sabran (...le dimanche), en fait il ne fallait pas rentrer dans le village, la halte est au milieu des vignes.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Cinquième acte: quarante kilomètres vers Villeneuve-les-Avigon pour l'arrêt repas au restaurant Le Castel.

     Après quelque angoisse pour trouver de l'essence (merci les "nains"), je trouve une table luxueusement dressée dans un cadre idéal, les motos peuvent souffler un peu.

 

La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016
La ronde gardoise 2016

     Il fallait bien revenir à Beauvoisin pour boucler la boucle. Après les petites routes et les paysages cévenols, la grand-route qui longe le Rhône jusqu'à Beaucaire, les contournements de Bellegarde et de Saint-Gilles paraissent un peu fades et m'incitent peu à la photo.

     Au fait, ma FN n'était pas la seule avant-guerre, il y avait bien une autre vieille belge mais bien qu'elle soit son aînée de deux ans, je n'ai pas cherché à lutter en terme de vitesse.

 

La ronde gardoise 2016

     Il y avait aussi du lourd

 

La ronde gardoise 2016

     De la popu bien sympa.

 

 

La ronde gardoise 2016

     Du double carbu et double allumage

 

La ronde gardoise 2016

     Du "dans son jus"..mais ça attendra la prochaine ronde car il faut lui retendre la chaîne.

 

La ronde gardoise 2016

     Pour notre première ronde gardoise ce fut un coup de maître. Quatre-cent- vingt kilomètres de bonheur, un accompagnement discret mais très disponible.

 

     Chapeau les gars, même la pluie a attendu que les motos soient sur leur remorque et que nous soyons bien à l'abri sur quatre roues pour se manifester: du grand art!

Partager cet article
Repost0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 17:30

     Le premier dimanche de mai, c'est à deux "rooues" que Bessan fête l'âne, son animal fétiche. Cette année le premier dimanche de mai est aussi le premier mai et de toute évidence le monsieur qui active le réchauffement climatique à pris un jour de congé, les motards ont été surpris par cette chute inattendue du thermomètre, mais ce n'est pas grave, les vieilles motos aiment bien ça, la carburation est meilleure et elles ne risquent pas le serrage de piston.

     Les organisateurs ne chôment pas, les itinéraires sont distribués, les barbecues fument pour réchauffer l'ambiance et participer à la convivialité des retrouvailles.

     Il était pourtant clair cet itinéraire, parfaitement fléché, simple, on partait plein nord, un peu en zigzag quand même, jusqu'au lac du Salagou et revenait plein sud par le chemin des écolos, la tête pleine de souvenirs de petites routes, de vallons, de vignes, de vieux villages adorables....mais il semble que certaines boussoles avaient leur aiguille aimantée à l'envers... et non, au départ de Bessan, la direction Agde, c'est le sud, pas le nord!

     Pézénas, Caux, Adissan, Clermont l'Hérault, lac du Salagou, Nébian, Paulhan, Montagnac, c'est pourtant simple!

     Le départ: on y va.

 

L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016

     Je vais vous avouer ce que dont vous vous doutiez certainement: j'aime beaucoup rouler mais de temps en temps, traverser de vieux centres-ville sur ma belle moto et frimer devant la population amusée n'est pas fait pour me déplaire.
     En traversant Pézénas j'ai eu une pensée pour mon maitre à penser, Boby Lapointe, j'espère qu'il s'est régalé du bruit de mon gromono autant je me suis régalé de ses chansons.

 

L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016

     Puis on a attendu que les étourdis arrêtent de regarder leur boussole à l'envers, du coup le circuit a été amputé de quelques kilomètres. Le lac du Salagou ce sera pour l'année prochaine.

 

 

 

L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016

     Arrêt jus de fruit, pipi clope sur fond de vignes aux feuilles naissantes.

 

L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016

     Après Montagnac la petite route qui serpente entre les vignes est fort sympathique.

     On arrive ensuite à la grand-route: arrêt express avant la traversée délicate.

 

L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016

     Au retour à Bessan Pétronille et la FN affichent quatre-vingts kilomètres de plus au compteur, rien ne les arrêtera.

 

     La gent féminine était peu représentée, Pétronille a eu droit à sa coupe, je suis jaloux.

L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016

A Bessan, il n'y a pas que ma FN et Pétronille qui sont belles, on y trouve de beaux deux "rooues".

 

AJS, Paul Martin, Magnat Debon, Motobecane, Harley, Sarolea, Motosacoche, Harley, Guzzi, Terrot, Mondial, BSA, j'en passe..

 

 

L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016
L'âne à deux "rooues" à Bessan: 2016

     Moi j'aime bien les ânes, surtout ceux qui ont deux "rooues"

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 19:13

     Le Minervois, les basses Corbières, les coteaux de l'Alalaric, ça vous tente? Allez je vous amène sur ma FN, peut-être même que vous aurez un peu de place sur Pétronille.

     Cette fois-ci c'est le club carcassonnais des 5A, Josette en tête, qui nous a fait connaître Conques-sur Orbiel, Marmotières, Villeneuve-Minervois, Laure-Minervois, St-Frichoux, les étangs asséchés de Marseillette, Barbaira. Nous avons traversé un gué, nous avons suivi des routes à peine plus larges que nos guidons, nous avons été secoués sur des chemins de vignes, c'était très chouette, et comme ces gens-là aiment  aussi les montagnes russes nous sommes montés sur la montagne d'Alaric pour contempler d'en haut ces paysages que nous venions de traverser.

 

     Au petit matin le temps était "incertain"... enfin c'est l'expression qui s'utilise pour dire qu'il était au contraire très sûr de lui et qu'il avait seulement décidé de nous imposer les tenues de pluie, sous le prétexte de quatre gouttes que nous allions recevoir, sachant très bien que nous suffoquerions sous les cuirs et les vêtements étanches après quelques kilomètres.

     Il en aurait fallu plus que ça pour décourager les motards et leurs machines qui en ont vu d'autres depuis tant de décennies de bons et loyaux services.

     Il y a du beau au départ, allez un tour rapide mais il y en d'autres.

 

Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016

     Le rythme est soutenu, je ne suis pas fort pour les balades au "road-book" donc je colle au groupe, du coup vous ne serez pas inondés de photos des paysages pourtant très beaux que nous avons traversés, la seule expérience (involontaire) de roulage autonome s'étant soldée par un détour pas vraiment prévu au programme.....

A Laure-Minervois où nous avons rattrapé les véhicules d'assistance, je ne sais pas si ce sont les estomacs qui n'avaient pas été assez remplis avant le départ ou qui s'étaient déjà vidés...ou peut-être notre seule gourmandise... nous fîmes une de ces haltes revigorantes sans lesquelles nos balades ne seraient pas ce qu'elles sont..

 

 

Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016

     On repart, la route est définitivement sèche, un rapide arrêt, clic clac c'est beau....(si je tenais le gars qui a eu l'idée de poser cet immonde fourgon jaune dans ce décor! )

 

Carcassonne avril 2016

     Après avoir traversé les étangs asséchés de Marseillette nous montons vers le château de Miramont: une épingle, on peut admirer le paysage que nous venons de traverser, ça vaut une photo.

 

Carcassonne avril 2016

     Arrêt au sommet.

 

 

Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016

     A Fontiès d'Aude la boucle est presque bouclée: une place, une tache d'ombre sous un arbrisseau au feuillage naissant abrite une table et des timbales, la belle BSA n'intéresse plus personne, elle n'a même pas droit aux cacahuètes.

 

Carcassonne avril 2016

     Quelques mécaniques qui m'ont plu.

 

 

 

 

Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016
Carcassonne avril 2016

      Merci Josette.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 21:02

     Le week-end à Saint-Tropez l'année dernière était trop sympa, pas question de rater ça cette année.

     La sortie Saint-Trop commence par l'accueil au Riou: décharger les motos sous le regard rassurant de ce vieux pin maritime aux formes torturées nous met dans l'ambiance.

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

     Nous nous dirigeons ensuite  sur la place des Lices où se tient un marché plein de couleurs où l'on trouve de tout: voulez-vous des poteries, des sacs, des chapeaux, du petit mobilier rigolo, des bijoux, des trucs en plume, des fringues, des légumes, de la boustifaille, de l'huile d'olive, des poupées, des fleurs, mais......

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

......ne préférez-vous pas les magnifiques motos prêtes à rouler sur les merveilleuses petites routes de l'arrière-pays?

 

Les motos à Saint-Tropez 2016

    Le motoclub rétropézien nous a organisé deux belles balades.

    Samedi après-midi,  cent-vingt kilomètres nous mèneront jusqu'au Thoronet en passant par le col de Vignon et Vidauban, le retour se fera par les Mayons, La Garde-Freinet et Grimaud.

     Dimanche matin une petite virée nous fera connaître Gassin, la Croix-Valmer, le col de Collebasse et la plage de Pampelonne.

     Dans l'attente du départ je bave devant tous ces chefs-d'oeuvre artistiques que sont les moindres détails de ces machines.

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

    Que la beauté de ces mécaniques ne nous fasse pas oublier qu'elles savent aussi rouler.

 

 

 

Les motos à Saint-Tropez 2016

     Au revoir la ville, à nous les petites routes

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

     Petit arrêt au col du Vignon après une montée toute en virages.

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

     En route vers le Thoronet où nous ferons une pause.

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

     Le chemin du retour à Saint-Trop. est tout aussi sympa.

 

 

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

 

 

 

 

     Dimanche matin on ne se contente pas de vérifier les niveaux d'huile et d'essence, on s'assure aussi que le repas de midi et le petit déjeuner amélioré ne failliront pas à la tradition. Nous sommes rassurés, ces gars-la font du bon boulot.

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

     Tout comme hier le ciel et la mer sont gris, mais les motos s'en moquent.

 

 

Les motos à Saint-Tropez 2016

     On nous avait prévenus: pour arriver à Gassin, ça monte fort, un petit arrêt n'est pas superflu.

 

 

Les motos à Saint-Tropez 2016

     Après la Croix-Valmer la route est vraiment chouette, toute en virages...dommage que ces satanées racines de pins dégradent aussi salement  l'état de sol. Il paraît que ça fatigue les amortisseurs, mais moi je m'en fous, je n'ai pas d'amortisseurs.

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

     Dernière pause au bord de la plage de Pampelonne.

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

 

     Le groupe est accueilli par la municipalité pour un apéritif sur la place des Lices, les badauds sont nombreux, la frime est facile, l'ambiance est à la détente, la réparation du cale-pied de la Jonghi a été efficace.

 

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

    Rutilante ou dans son jus chacune a son charme, voici quelques "trucs" qui m'ont bien plu.

 

Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016
Les motos à Saint-Tropez 2016

 

 

     Nos motos ont fonctionné à merveille, les nouveaux segments de Pétronille et la soupape de la FN ont été à la hauteur, roulez jeunesse.

 

 

 

 

  Merci aux retropéziens et "a l'an que ven" !

Les motos à Saint-Tropez 2016
Partager cet article
Repost0
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 18:07

     Je suis sûr que vous pensiez que nos motos n'étaient plus "faites pour rouler" mais seulement "faites pour être réparées". Je vous rassure, la mauvaise saison se termine et ce sont nos petits lutins qui nous proposent une virée au départ de Béziers vers le nord pour tâter de la micro-route du côté de Montesquieu, Paders et Vailhan.

     Que voilà une belle occasion pour vérifier que la nouvelle soupape de la FN et les nouveaux segments de Pétronille fonctionnent bien.

     Au cours de notre périple nous passerons à Pailhès, Magalas, Gabian, Néfies, Roujan, Margon....quatre-vingt-quatre kilomètres nous attendent pour cette première sortie de l'année.

     Le ciel est bas et gris, la couverture nuageuse ne sera pas toujours très étanche, les vêtements de pluie devront l'être, tant pis pour le look.

 

 

     Les motos se rassemblent sur le lieu de départ..

Un petit tour du côté de Vailhan

     Mono ou bi, c'est le coin des BM...et de beaux spécimens !

Un petit tour du côté de Vailhan

     Moteur sympa pour la Puch.

Un petit tour du côté de Vailhan

     Nos deux fidèles.

Un petit tour du côté de Vailhan

     Il ne reste plus que des miettes, on va pouvoir partir.

Un petit tour du côté de Vailhan

     C'est parti, à Magalas tandis que l'on s'affaire sur le pneu dégonflé de la Tobec, les motos soufflent un peu, les motards se dégourdissent les jambes....

Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan

.......mais le poussin jaune est resté au fond de son nid.

Un petit tour du côté de Vailhan

     Pause pipi-clope....quelque part...

Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan

     Nous approchons du bout du monde: le lac de Vailhan n'est plus très loin.

Un petit tour du côté de Vailhan

     Voici le barrage des Olivettes qui assure la retenue du lac.

 

Un petit tour du côté de Vailhan

     Au loin le village de Vailhan mais vous conviendrez que c'est le premier plan qui est le plus intéressant.

Un petit tour du côté de Vailhan

     Retour à Boujan-sur-Libron par Roujan, Alignan-du-vent et Pouzolle, la pluie toute fine est encore présente, mais au diable la modération moralisatrice , la route est finie, nous l'avons bien mérité.

 

 

Un petit tour du côté de Vailhan

     Chantal et René n'en ratent pas une, leurs téléobjectifs ne craignent pas la pluie, merci.

Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan
Un petit tour du côté de Vailhan

     La soupape de la FN a bien "soupapé", les segments de Pétronille ont bien "segmenté" elle totalise 250 km de rodage depuis l'intervention et sa consommation d'huile est devenue normale.

 

     Aujourd'hui lundi le ciel est redevenu bleu, tout comme samedi, la veille de cette balade, la chance n'est pas toujours avec nous.

 

 

     Et qu'est-ce qu'on dit aux petits lutins? On dit "Merci"

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 21:16

     Pour la « der » de l’année Gaston a amené les Lutins faire un peu de tout-terrain dans le massif de la Clape.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Massif_de_la_Clape

     Le départ est donné à Béziers d’où nous rejoindrons la mer à Valras-Plage, évidemment par les plus petites routes existantes. Ensuite c’est par une tout aussi petite route bien sympa qu’on remonte et traverse l’Aude pour arriver à Saint-Pierre-sur-Mer. Arrivés à Gruissan le massif de la Clape nous attend de pied ferme.

 

 

      La FN est la doyenne du groupe, il y a de la classique japonaise, de la teutonne, un attelage canari, des populaires des années cinquante...une petite vingtaine de motos en tout.

 

 

 

Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape

     Et comme la « der » de l’année c’est "la sortie de Noël" certaines motos sont décorées en conséquence.

 

Le massif de la Clape

     On roule déjà depuis longtemps, nous remontons l’Aude depuis son embouchure et j’aime bien ce paysage.

 

Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape

     Un petit arrêt pour se dégourdir les mollets.

 

 

Le massif de la Clape

     Sympa la Triumph.

 

Le massif de la Clape

     Une Norton, un casque, une visière qui brille comme un miroir et me voilà dans la boîte.

 

Le massif de la Clape

     Gaston avait prévenu : « c’est étroit, la route (le chemin?) réclame un peu d’attention, mais c’est beau ».

     Et bien il n’a pas menti.

 

Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape

     Il en aurait fallu plus pour faire peur au Père Noël !

 

 

 

Le massif de la Clape

     Retour au bord de mer du côté de Narbonne-Plage.

 

Le massif de la Clape
Le massif de la Clape

     Pétronille réchauffe ses gants sur son moteur.

 

Le massif de la Clape

     Au gouffre de l’œil-doux on a fait un arrêt « pipi », je vous rassure le gouffre n’a pas débordé.

     On se trouve belle quand on a bien roulé.

 

 

 

 

 

Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape

     On avait bien dit:" pas de journalistes", mais les paparazzi étaient là.

 

 

 

Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape
Le massif de la Clape

     Après une centaine de kilomètres la boucle est bouclée la « der de 2015 » se fêtera au restaurant « La fraîcheur » et, comme on dit chez nous : «  a l’an que ven »

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 12:01

     Les passionnés qui pratiquent la moto ancienne sont vraiment sympas, (surtout les papis et les mamies).

     Inviter une ribambelle de copains aux ongles noirs de cambouis, et aux vieux cuirs râpés pour cravacher de vieilles mécaniques dans les pentes du Ventoux juste pour voir si la mousse du champagne est plus abondante en altitude, ça fait partie de leur petit grain de folie bien sympathique. Et ça fait plus de vingt ans que la fête est renouvelée chaque onze novembre qu’il pleuve ou qu’il neige.

     C’est informel, c’est convivial, chacun amène sa vieille pétoire, sa bonne humeur et quelque produit de son cru pour participer à l’apport calorique nécessaire aux pilotes avant l’ascension.

     C’est avec une énorme déception que Pétronille devra déclarer forfait à la dernière minute à cause d’obligations familiales mais ce sera une belle occasion pour La FN de vérifier qu’elle a retrouvé sa superbe avec son allumage tout neuf. (Vous aurez droit très prochainement à une description détaillée de l’intervention).

 

     Connaissez-vous Caromb, le lieu de rendez-vous ? Si le mont Ventoux en toile de fond ne vous donne pas l’irrésistible envie d’aller voir comment c’est en haut, passez votre chemin, cette histoire risquerait de vous ennuyer.

A l'assaut du Mont Ventoux

     La veille du grand jour, le ciel est au beau fixe, partons pour une petite mise en roues en petit comité.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Quatre ou cinq kilomètres ont suffi pour nous rapeler que les bougies aussi sont parfois éprises de liberté….c’est sûr, après la Magnat-Debon marche moins bien.

A l'assaut du Mont Ventoux

     Rien de grave, dans l’attente d’une moto de secours je compte les olives, j’admire la FN qui réchauffe ses chromes au soleil et je toise le Ventoux au loin.

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     Au col de Suzette la vue des dentelles de Montmirail nous a définitivement fait oublier l’épisode de la bougie baladeuse.

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     Le château du Barroux domine et veille sur nous.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Au lac du Paty tandis que la lumière commence à tomber les motos se reposent.

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     La mise en roues a été prometteuse, les caprices d’allumage de ma FN ne sont qu’un mauvais souvenir, le ciel bleu et une température presque estivale sont annoncés pour demain, la vie est belle.

 

 

     Une bonne partie des invités à la montée ne va pas tarder à arriver pour faire la fête tard dans la nuit.

 

 

 

 

 

     Le onze novembre au matin la brume matinale accompagne la bonne cinquantaine de motos que la petite place de l’église ne peut contenir.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Que le mécréant qui m’a dit: « c’est une église comme ça qu’il me faudrait pour la transformer en atelier et entreposer mes motos » soit rassuré, je ne le dénoncerai pas. (En fait javais aussi la même idée, mais moi, je n'ai pas osé le dire)

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Le départ est donné alors que la brume fait encore partie du paysage mais à peine arrivés à Bédouin les rayons du soleil commencent à prendre le dessus.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Et voilà l’objet de nos convoitises dans toute sa splendeur.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Pendant la première partie de la montée la route serpente entre les arbres, ça monte fort, la FN enroule à bon train en seconde mais je ne veux pas la martyriser car il y a encore beaucoup de route à faire.

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     Arrêt express au Chalet Reynard pour deux photos.

 

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     Le sommet approche, j’ai toujours été fasciné par ce paysage dépourvu de la moindre végétation.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     La FN est montée sans faiblesse, le moment de convivialité tant attendu constitue le point d’orgue de la rencontre.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Non mais, regardez-moi ce panorama :

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     Amusant, l’altitude du Ventoux (1911) est égale à la cylindrée du moteur de ma traction, je m’en souviendrai.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Début de la descente côté Malaucène, allez une photo, c’est trop beau.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Un peu plus bas c’est pas mal non plus.

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     La route est large et sinueuse, c’est un vrai régal.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Arrêt à Groseau pour compter les survivants, à peu près tout le monde est là,  l’assistance a été presque superflue.

 

A l'assaut du Mont Ventoux
A l'assaut du Mont Ventoux

     Plus bas, on voit les dentelles de Montmirail au loin.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     Le château du Barroux veille toujours sur nous.

 

A l'assaut du Mont Ventoux

     C’est au restaurant que nous conclurons cette belle rencontre après l'extinction des moteurs (et l'extinction de voix de notre gentil organisateur).

 

      Que dire de plus sinon un grand merci à Mamie et Papy. 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 21:19

     Le dernier week-end d’octobre il y Sommières, gravez ça dans vos tablettes pour l'année prochaine, ça vaut vraiment le coup.

     Il y a une bourse, une expo, cette année dédiée au MG-KE, et deux balades, le samedi après-midi et le dimanche matin. Il paraît même que certains font une grande fiesta le samedi soir, mais nous, ce qui nous intéresse, c’est rouler et, bien sûr, retrouver les copains, puis, si quatre bricoles dénichées au hasard des stands nous tentent, pourquoi pas.

     Ceux qui suivent savent que ma FN a été victime d’une « magnéto-condensite » aiguë, je les rassure tout de suite un greffon vient de m’arriver par la poste et la transplantation ne saurait tarder.

     En attendant, puisque vous suivez, vous savez que la « Rivale », telle une roue de secours au fin fond du coffre est toujours disponible pour supplanter dame FN en cas de défaillance.  C’est donc en 125 culbutée que je ferai les deux parcours, à égalité de chances avec Pétronille.

     De la MG-KE (Monnet Goyon – Koehler Escoffier pour les endormis) il y en avait, j’en ai bavé à m’assécher à tout jamais les glandes « bavoripares ».

     De course, mandoline, de sport, rien que du beau.

 

Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015

     Au départ le samedi pour Saint-Mamert-du-Gard, Lédignan, Tornac, Saint Hippolyte-du-Fort, Quissac... il y en a une qui est toute guillerette à l’idée de rouler.

 

 

Sommières 2015

     On passe à côté de Montpezat, ça a l’air mignon tout plein.

 

 

 

 

Sommières 2015

     Belles maisons et vue dominante à Montagnac.

 

 

 

 

 

Sommières 2015

     Arrêt paysage parmi les vignes aux belles couleurs d’automne.

 

 

 

Sommières 2015
Sommières 2015

     A Saint-Hippolyte le frêle Blériot n’a pas décollé mais nous avons assisté au démarrage de son trois cylindres Anzani. Et dire que certaines personnes nous trouvent gonflés de rouler sur nos vieilles bécanes !

 

 

 

 

Sommières 2015

     La peinture rutilante et les chromes étincelants de la Terrot n’impressionnent pas ma Rivale au jus bien avancé.

 

 

Sommières 2015

     Nos 125 "popus" achèveront la boucle d’une centaine de kilomètres sans la moindre faiblesse et attendront impatientes de recommencer le lendemain.

 

 

 

 

     Bon, alors, on y va ? Nous sommes impatientes, nous ! . Nous voulons réveiller Calvisson, enfumer Aigues-Vives, nous restaurer à Saint–Christol, polluer Castries, libérer nos décibels dans Saint Drézéry, amuser les populations à Campagne, laisser une goutte d’huile à Fontanès (et ailleurs)….J’imagine que les cent quarante autres motos sont tout aussi fébriles

 

 

Sommières 2015

     Ca y est, le pétaradant troupeau se met en branle.

 

 

Sommières 2015

     Et c’est beau.

 

Sommières 2015

     Traversée du Vidourle sur le pont submersible à Villetelle.

Sommières 2015
Sommières 2015

     Tellement beau que j’en oublie de surveiller le road-book ce qui me vaudra quelques kilomètres supplémentaires.

     Pétronille qui est là depuis longtemps photographie mon arrivée à la cave coopérative de Saint-Christol. Je gare la Rivale à côté d'elle, « regarde les jumelles » dira un curieux amusé.

 

 

Sommières 2015
Sommières 2015

     Cent quarante motos, ça fait du monde. (il en aura fallu beaucoup de la charcutaille des moules du fromage et du lubrifiant!)

 

 

Sommières 2015

     Mais on n’a même pas fait la moitié du parcours, en route.

 

 

Sommières 2015

     A Castries j’immortalise ma brave roue de secours devant l’aqueduc et laissearai filier tout le groupe, j’effectuerai tout le reste du parcours tout seul et j’aime bien ça.

 

 

Sommières 2015

     Je peux m’arrêter à ma guise sans risquer de gêner les autres, tant mieux pour les photos.

 

Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015

     Traversée du Vidourle à Lecques.

Sommières 2015

     Et ce n'est pas sans déception que j’ai vu le panneau marqué « Sommières », la balade touchait déjà à sa fin.

 

Je suis sûr que vous voudrez voir quelques merveilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015

     Voulez-vous une indigestion de beaux moteurs?

 

Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015
Sommières 2015

     Dis c’est quand qu’on recommence ?

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 20:26

      Au nord de Cournonsec, non loin de Montpellier, il y a la garrigue bien sauvage et déserte comme je l’aime:  un terrain de jeu idéal pour nos bécanes.

     La FN et Pétronille étaient allé s’y réveiller la bielle à la sortie de l’hiver et je m’étais promis d’y amener les copains. C'est ainsi que c’est votre serviteur qui a organisé la sortie de nos Petits Lutins Biterrois du week-end dernier.

     A propos de la FN, j’ai réalisé lors de tests plus approfondis que les petits caprices manifestés lors du dernier Rétro-Tour d’Ardèche, n’étaient pas le seul fait du carburateur qui avait déclaré forfait par noyade mais que son condensateur d’allumage avait lâchement décidé de ne plus condenser les électrons, préférant jouer à illuminer les vis platinées d’un magnifique train d’étincelles quand, après acharnement sur le kick, j’arrivais enfin à lancer le moteur pour quelques secondes.

     Dans l'attente d’une opération "à magnéto ouverte" pour une solution plus rationnelle que ce gros condensateur perdu au fin fond d'un induit tournant, c’est dame BM qui sera de service.

 

 

     En ce dimanche 18 octobre Cournonsec fut plutôt Cournon...mouillé, pas une grosse pluie qui vous gifle le visage mais suffisante pour exiger la prudence permanente sur la route glissante. Il en aurait fallu bien plus pour décourager la vingtaine de motards qui ont répondu à l’appel.

      Cabrials, Vendémian, Aumelas, La Boissière, Argelliers, Montarnaud, Valhauquès, Murviel... quatre-vingts km auxquels se rajouteront une quarantaine pour nous rendre sur place par la route : belle petite virée en perspective.

 

     Peu de photos cette fois-ci, mon rôle d’éclaireur et la grisaille permanente n’ont pas facilité l’exercice, mais si vous voulez avoir un aperçu par beau temps vous pouvez revisiter notre balade faite à deux en mars dernier:

http://faites-pour-rouler.over-blog.com/2015/03/allez-on-se-reveille.html

 

 

 

 

Quelques motos au départ.

 

Ma fidèle BM

Cournonsec 2015

Puch, BSA, Peugeot, Guzzi, Motobécane….

 

 

Cournonsec 2015
Cournonsec 2015
Cournonsec 2015
Cournonsec 2015
Cournonsec 2015
Cournonsec 2015

     Ca y est nous sommes dans la garrigue. Je peux vous assurer que par beau temps ce "bout du monde" a quelque chose de surnaturel.

 

 

Cournonsec 2015

     Pas la grosse pluie, mais pas vraiment sec non plus.

 

 

Cournonsec 2015

     L’indispensable arrêt « pipi-clope » bien mérité.

 

 

Cournonsec 2015

     A Argelliers, s’il avait fait beau comme lors de la reconnaissance, on aurait vu ça :

 

 

 

Cournonsec 2015

 

 

     Et oui la route mouillée dissimule parfois de mauvaises surprises. Plus de peur que de mal.

 

Cournonsec 2015

     Chantal et René étaient là pour nous immortaliser.....enfin quand ils ne se trompaient pas de route.....

Cournonsec 2015
Cournonsec 2015

     C'est promis, la prochaine fois je réviserai mes leçons de météo.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact