Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 21:41

      Je parie que vous ne savez même pas où se trouve Réquista, pourtant il s'y déroule chaque année à mi-Septembre une fête grandiose avec vide-grenier et rencontre de vieilles autos et motos, avec bourse d'échange spécialisée dans les vieilles machines, le tout sur deux jours.

 

      Ben ça se trouve dans l'Aveyron.... (Z'avez qu'à taper "Réquista" sur gougueul bidule) à 60 KM de Brusque (et si vous ne savez pas où se trouve Brusque, z'avez qu'à taper.......)

 

      Le Dimanche il y a, entr'autres, une réunion de vieilles motos avec balade sur les routes environnantes. La météo a prévu du beau temps (z'aviez qu'à taper "météociel" sur ....), donc, on y va.

 

     Je passe sur les préparatifs préliminaires de Pétronille et de sa grande soeur de FN, pleins d'huile, d'essence, vérification de la tension des chaînes, quelques outils "pour le cas z'où", les réserves d'huile et d'essence...

 

     Dimanche matin (tôt pour un Dimanche), on est sur le départ. "Météociel point com" (point con du tout) ne s'est pas trompé, le ciel est bien bleu et le thermomètre bien bas, on a empilé les couches de pulls et de cuir.

 

Le compteur de la FN marque 5357 Km.

DSCF6533 

 

 

DSCF6531

 

     Le démarrage des engins fait apparaître le voisin amusé à sa fenêtre (heureusement c'est un matinal, il est sympa, il ne nous en voudra pas).

 

     Direction Camarès, puis à gauche la petite route que j'aime tant qui mène vers Rebourguil puis Brousse le Château et Réquista.

 

     Oui, je l'ai déjà déploré mais toute photo nécessite une arrêt, un béquillage, une extraction de l'appareil du sac à dos, et bien sûr une réintroduction dudit l'appareil dans ledit sac à dos, un redémarrage, un débéquillage, et puis on risque d'arriver en retard.....et puis si je vous décrivais tout en belles photos vous n'auriez plus envie de trouver vous aussi une vieille moto pour faire les balades avec nous)

 

     Une petite halte histoire de vérifier que tout va bien et de se réchauffer (en réalité une pause technique pour les pilotes).

 

DSCF6535DSCF6536

 

 

 

     Ben ça y est on est arrivé, les rues sont pleines de "videurs de greniers" (et de videurs de porte-monnaie). Le parking qui nous est réservé est plein de vieilles machines, on se sent chez nous on retrouve d'ailleurs plein de têtes rencontrées il y a deux semaines à l'occasion du rallye de Millau.

 

 

DSCF6538

 

 

DSCF6537

 

 

 

     Au hasard des étalages des vendeurs je tombe sur une paire de vieilles sacoches en cuir qui conviendront à coup sûr à Pétronille, le vendeur, m'en fait l'article: "patine merveilleuse, bla, bla, bla..." (j'espère qu'il ne contrepétait pas car il me paraissait aussi très branché sur les bourses ). L'affaire fut faite, j'aurai le plaisir cet hiver de leur refaire une beauté tout en sauvegardant la fameuse "patine". 

 

     Du coup nous ratons le départ de la balade, mais en connaisseur de la région nous partons vers Brousse le Chateau puis rattrapons le groupe qui fait la pause à Broquiès (z'avez qu'à chercher sur gougueul.bidule....) juste avant l'apéro.

 

DSCF6543

 

DSCF6544

 

     Un pastis après, le pétaradant groupe repart vers Réquista. La balade aura fait environ 60 Km.

 

      L'Aligot saucisse finit de nous réchauffer, on se trouve bien embarrassé de nos pulls, blousons et autre sac à dos sous un soleil bien présent.

 

 CIMG5215

 

 

     Dans le calme je détaille les motos présentes il y a quelques engins fabuleux.

 

 "Le Grimpeur"

DSCF6539

 

 Magnat Debon

DSCF6540-copie-1

 

 

Motoconfort (et qu'on sort!) avec side s'il vous plait!

DSCF6548

 

     J'en profite pour bricoler une fixation des sacoches de Pétronille.

 

Elle a pas fière allure? Couleur assortie à la moto, si ce n'est pas du "jus" d'époque ça? 

DSCF6549

 

  

   L'après-midi on fait quelques tours "m'as-tu-vu-sur ma belle moto" dans la ville encombrée de vendeurs et de chineurs, ce type d'exercice à très basse vitesse est pourtant mal aimé de la FN qui se souvient d'un certain malaise sur le pont de Chatou, ici, la température élevée est encore plus redoutable, et, ça ne manque pas, la fin du trajet est accompagnée de ratés d'allumage de plus en plus présentes. 

 

     En fin d'après-midi on se décide à rentrer, mais la FN ne sortira même pas de la ville; ratatouillages, "pif, paf, pouf" ....,  puis un premier arrêt. Après quelques vérifications ça repart pour un nouvel arrêt 500 mètres plus loin alors qu'on est encore dans la ville. Je crains le pire et redoute une défaillance de condensateur ou d'isolement de l'induit à chaud ce qui, sur la magnéto à induit tournant de la FN serait une panne sérieuse et immobilisante .

 

 

Pendant ce temps,au lieu de m'aider ou au moins de compatir, elle me nargue en prenant des photos!

 CIMG5216-copie-1

 

       Je change quand même ma fameuse bougie de collection , et tout rentre dans l'ordre: ouf! (je ne suis quand même pas franchement rassuré quant au fonctionnement de ma magnéto par temps chaud...)

 

 

      Un petit arrêt en plein rougier de Camarès car la moto a soif, et oui, seulement 160 Km avec un plein ça fait du....disons..... 6l au 100, je pense que le mélange est bien grassouillet!

 

     Eh, les parigots, regardez ce ciel! elle est pas belle la vie dans le Sud? 

CIMG5218

   

CIMG5222

 

 

 

 

 

Madame en profite pour photographier les sacoches de sa Pétronille... (je la comprends, et c'est moi qui les ai trouvées, elles sont seyantes à souhait,  ce fut une une chine de poids...)  CIMG5223

 

     Notre pétaradant arrivage à Brusque fait réapparaître le voisin à sa fenêtre, tout aussi amusé que ce matin.

 

Le compteur de la FN marque 5543,  soit 186 Km pour la journée.

 

  DSCF6551

 

 

Réquista, que du bonheur!

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 21:29

     Le rendez-vous est à 9 heures à Millau, ça fait lever tôt pour des vacanciers/retraités, mais quand on en a envie, pas besoin de réveil. Ce n'est qu'à 70 Km.

 

    Les motos sont prêtes, la FN est en configuration "Chatou- Montpellier", autrement dit avec les sacoches de la BM un peu "éléphantesques" mais très efficaces pur alléger le sac à dos du pilote.DSCF6458

 

        La dame à la Motoconfort a immortalisé son compteur Kilométrique (qui a bénéficié d'une restauration et d'une gaine toute neuve il y a deux jours seulement): 8291 Km.CIMG5193

 

      En fait je dois dire que la participation à un rallye à deux ne laisse guère  d'opportunité pour photographier les paysages et c'est bien dommage car je peux vous assurer que le trajet Brusque Millau entre 8 et 9 heures le Dimanche matin d'une très belle journée de Septembre a quelque chose de féérique: lumière rasante, ciel pur, ha!....le rougier de Camarès avec ses vieilles bâtisses!   Ces villages encore endormis (après le passage de mon bruyant 500 mono et la pétaradante Pétronille , il y en a beaucoup qui ont dû haïr ces insconcients qui ont raccourci leur grasse matinée dominicale )

 

      Bref, dommage pour vous: privés de photos, la prochaine fois trouvez-vous une vieille et participez avec nous, Na!.

 

 

      Arrivés sur le lieu de rendez-vous les deux roues sont déjà organisés en catégories: les cyclos, les vieilles (c'est nous) les japonaises vieillottes et les motos modernes. Il y a une bonne trentaine de vieilles, mais la FN est la seule "avant-guerre".

 

DSCF6461

  DSCF6463  

 

   

 

     Vers 10 heures, c'est le départ: après une traversée "frime-m'as-tu-vu" de Millau on longe le Tarn rive droite vers le viaduc, puis, non loin de Saint Rome de Tarn, on change de dimension en partant sur les hauteurs et là, oui  désolé, j'ai pas de  photos tant pis pour vous, vous n'aviez qu'à y être, mais, le ciel bleu, le "poum-poum" du moteur dans les oreilles à peine filtré par le casque "d'époque" , la route viroleuse à souhait, les vieilles fermes, les vieux villages "casquillés" (on dit comme ça chez nous) sur les hauteurs...comment dire......je n'aime pas les superlatifs, mais....on est bien!

 

      Une petite halte à "je-ne-sais-pas-où-perdu-par-la-haut" histoire de savourer le moment et papoter mécanique.

 

DSCF6468 bis

 

        Je n'y connais rien en chevaux, mais il me semble en avoir vu souvent l'un contre l'autre mais tête bêche comme ma FN et Pétronille, ça doit être ça l'amour...

 

 CIMG5199

 

 

 

On en profite pour enlever quelque couches de cuir histoire "d'aérer" les pilotes.

CIMG5200

 

 

 

          "Mais enfin, mais où c'est qu'on est?"  Je ne le trouve même pas sur la carte, ça doit être le paradis.CIMG5202

 

 

      On redescend sur St Rome de Tarn pour un pique-niquer et "buller" au bord du Tarn 

 

DSCF6470

 

 

       Retour vers Millau avec une inévitable halte sous le viaduc, ce qui nous permet de frimer auprès des touristes....("mon vieil oncle avait  exactement la même mais la sienne c'était une Terrot.......")

 

 

DSCF6472

 

 

 

DSCF6475

 

 

Ma Moto-confortiste (mais absolument pas conformiste) d'épouse en profite pour s'éclater avec son APN.. (elle m'énerve à faire des photos plus belles et originales que les miennes!)  

  CIMG5206

 

 

 

 

   

   Après un retour au point de départ à Millau agrémenté d'une halte "verre-de-vin-tee-shirt-au-revoir-congratulations", nous enfourchons nos fidèles montures pour le retour sur Brusque.

 

    A l'arrivée le compteur marque 8509 Km soit 218 Km de bonheur.

 CIMG5207 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 19:44

     Parmi les traditions estivales il y a celle, bien agréable, qui consiste à aller en traction dans le vignoble de Faugères pour faire le plein de ce breuvage qu'on aime tant.

      Peu après Brusque se trouve l'ermitage de Saint Thomas, la chapelle a été restaurée récemment. Un véritable artiste a même refait des fresques dans les règles de l'art, c'est à dire en peignant sur le ciment alors qu'il est encore frais, c'est d'ailleurs de cette technique que vient l'origine du mot "fresque"

      Nous lui avions rendu visite iI y a quelque temps, mais comme nous n'avions pas encore vu le travail fini c'était l'occasion d'y faire un tour.

 

 Le lieu est très agréable et se prête à la méditation. 

 

DSCF6436

 

 

  Le lieu se prête aussi à l'immagination photographique: les reflets dans le chrome du phare, je sais, c'est un classique mais on ne s'en lasse pas.

DSCF6437

 

      La porte d'entrée dans la chapelle est toute vitrée et protégée par une grille en fer forgé, ce qui permet de voir et de photographier les fresques: une première photo,

 

CIMG5151

 

 

 

Une deuxième  et là! Ciel ce n'est pas croyable! parmi toutes ces scènes pieuses que vois-je? 

 

 

Ma Traction!

 

DSCF6440

 

 

Je vous jure que cette vision m'est apparue lors du trajet "aller" et que je n'avais pas encore entamé la scéance de dégustation.

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 21:28

          Dans une semaine c'est le rallye de Millau : et si on faisait une petite escapade juste pour voir si ça marche , si les deux petites vieilles cohabitent bien sur la route?

 

        La château de Montaigut à quelques Km de là est un bon prétexte pour une petite virée.

 

        On se la joue comme des pros: pantalon et blouson de cuir, bottes du même métal, les pleins sont faits, nous sommes prêts pour réveiller les villages en pleine sieste.

 

Petit arrêt photo dans le rougier de Camarès

 

CIMG5117 Montaigut 

 

  Le château est tout juste là haut.

 

CIMG5120CIMG5118

 

 

 

CIMG5123

 

 

 Ne sont-elles pas attendrissantes, enlacées par leur antivol pendant que nous visitons les lieux.

 CIMG5127

 

 

 Les antiques machines agricoles relativisent les 80 printemps de ma FN qui me parait bien moderneCIMG5131.CIMG5134

 

 

  

 

 

 Pendant le trajet du retour on ne se lasse pas de profiter du ciel bleu et du paysage pour les séances photo.

  

CIMG5146

 

 

 

Les deux complices ont fait bon ménage, elles sont prêtes pour le "rallye de Millau".

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 19:09

         C'est désormais une tradition, chaque été on va faire un tour dans l'Aubrac et Laguiole fait partie des destinations favorites. Et quand je dis "Laguiole" je le prononce comme je l'ai toujours entendu prononcer y compris par les aveyronnais, du sud il est vrai, avec un "g" bien dur comme une lame de couteau, pas une espèce de "g" mouillé  qui fait "yeu " et qui m'a toujours semblé être une invention pour les touristes, chez nous "point de G mouillé" (gaffe Henri, ça devient douteux....)

 

Peu après le départ, un village du rougier de Camarès

 

  DSCF6393

 

 

  Mais qu'est-ce qu'il l'aime son auto, il n'arrête pas de la photographier!

 

  CIMG5068

 

 

La photo prise à l'instant précédent.

 

DSCF6397

 

 

Pendant la pause repas à Espallion, la traction nous attend bien sagement parmi les autos modernes.

DSCF6407

 

Arrêt à Laguiole, drôles d'autos venues d'un autre monde entre la Juva 4 (pardon, la Dauphinoise) et la traction.

 

DSCF6412

 

On dit que le taureau, emblême de Laguiole, est une une belle statue de bronze qui fait un effet boeuf, (personnellement, ce n'est pas à cet animal que j'aurais fait référence)

DSCF6413

 

 

Près du musée, L'aronde qui semble brouter l'herbe est toujours là (photo prise il y a deux ans)

79

 

 

Arrêt demi-de-bière au trou de Bozouls, il faut dire que c'est aujourd'hui la journée la plus chaude de l'été 2010 

DSCF6415 

 

 

Sur le trajet du retour madame s'amuse à montrer que le paysage est aussi beau devant que derrière.

CIMG5089

 

 

 

On ne se lasse pas de regarder les courbes inimitables de la traction.

  

  P8120053

 

 

Traversée de L'aveyron en traction du sud au nord = 330 Km de bonheur.

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 12:29

             Depuis le retour de Chatou, ça fait bientôt deux mois que la FN ne s'est pas déridé la bielle. Pétronille, (oui c'est ainsi que madame a baptisé sa 125 Motoconfort) serait ravie de faire sa connaissance, et il se trouve qu'un rallye de vieilles est organisé à Millau le 5 Septembre, n'est-ce pas le prétexte rêvé pour remonter la FN pour y participer en compagnie de la Motoconfort?

 

              Un coup de chiffon pour effacer les stigmates de "la descente", les sacoches de la BM ont cédé leur place aux vieilles fontes de cuir, et la belle est prête. Les 100 Km de ce Montpellier-Brusque  me paraissent une formalité à côté du trajet Chatou Montpellier.

              J'ai refait le niveau d'huile en versant le fond d'huile du "cubi" ce qui a amené le niveau au maximum de la jauge, exactement comme au départ de Chatou. C'est donc exactement 5 litres qu'elle a consommé lors de "la" descente.

 

 

 

 

La belle est prête pour le départ. 

 

DSCF6375

 

 

Un seul coup de kick et le moteur a fait son premier "poum" avant même que le kick soit arrivé en bas.

 

 

La sortie de Montpellier est assez inintéressante. Non, on ne  prendra pas l'autoroute.DSCF6376

 

L'ancienne route est si sympa avec ses platanes, et elle est aussi belle que déserte...... ils s'entassent tous sur l'autoroute.

DSCF6378

 

Après Lodève la montée au col du Perthus, ça vaut bien quelques arrêts photo.

DSCF6381

 

Tu vois les montagnes au loin? c'est là qu'on va.

DSCF6384

 

Peu après le Perthus, madame en auto moderne m'a rattrapé, normal, elle ne s'arrête pas pour prendre les photos (elle prétend que c'est parce que son auto moderne est plus rapide que ma FN, pfffff. c'est mesquin!).

CIMG5005

 

Ca y est on est arrivé. CIMG5008

 

Chic je vais faire la connaissance de Pétronille.

DSCF6385

 

 

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 19:35

     C'est beau la Lozère, ce n'est pas trop loin de Brusque et en plus Madame à une bonne copine d'enfance qui y passe les vacances dans la maison familiale, il n'en fallait pas plus pour faire une petite virée fort sympathique.

 

     Départ Dimanche vers 9 heures et demie: Saint Affrique, Millau, puis on s'engouffre dans vallée du Tarn, mais contrairement aux touristes aussi envahissants que béotiens qui n'en veulent qu'aux fameuses gorges nous montons vers Massegros par une de ces petites routes adorables comme la traction les aime (et moi aussi!). Nous arrivons vers midi chez Sylvie et Jean-Claude à Chanac. 

 

     Un petit regret tout de même, nous nous sommes peu arrêtés et je n'ai surtout pas fait de photos des ces maison caussenardes ni de ces paysages ensoleillés. Nous nous sommes promis, ma traction et moi d'y retourner juste pour le plaisir de rouler en prenant le temps de s'arrêter. (qui c'est qui se moque des touristes qui s'entassent dans les gorges du Tarn et qui ne font pas l'effort d'immotaliser de si beaux paysages?)

 

       Ce blog étant dédiée à mes vieilles mécaniques je ne m'étendrai pas sur la maison de Sylvie et Jean Claude qui est une merveille avec moultes témoignages du passé, je ne vous parlerai pas de ces fenêtres colorées comme elles l'étaient au Moyen-Age, ni du linteau en bois du 12ème siècle, ni des encadrements de portes  sculptés qui prouvent qu'il y avait jadis une rue qui a été phagocitée par la maison au cours des ans, je ne vous ennuierai pas en vous disant que nos hôtes ont fait, et font encore, une effort colossal pour restaurer les lieux mariant avec beaucoup de gôut les associations de matériaux anciens et modernes.

     Ce qui est sûr c'est que j'ai réalisé que les fanas de vieilles demeures sont aussi fadas que les fanas de vieilles mécaniques mais qu'en plus ils savent imaginer et interpréter l'histoire de leur maison en mettant en valeur les caracéristiques intéressantes de l'objet de leur passion, tandis que nous, pauvres mécanos sans immagination, on se contente de reconstruire nos autos et nos motos comme elles étaient à leur sortie d'usine en faisant référence à des documents d'époque..

 

      La balade sur le Causse avec visite de tumulus et autre mégalithes m'a fait réaliser qu'il y avait une vie bien avant la traction (déception!)

  DSCF6175

 

 

 

    Dommage, le ciel est passé au gris mais les paysages sont magnifiques.

 

  DSCF6174DSCF6176

 

 

 

 

      Lundi matin préparation pour le départ: désabusé par ma traction si dérisoire à côté de ces antiques mégalithes et cette demeure si habilement restaurée, je pense sérieusement à son recyclage  (non je déconne!)    

 

DSCF6180

 

 

      La traction nous attend pour le retour.

DSCF6179

 

 

Le trajet se fait en partie sous la pluie   (les essuie-glace, ronnn...ronn.... ronn.....)

 

CIMG4873

 

 

 

 

On fait quand même un tour au "point sublime" (c'est qui qui s'est moqué des touristes "moutons de Panurge"?)   

CIMG4868

 

 

 

 

C'est sûr on retournera en Lozère.

 

 

     

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 19:01

         La rencontre commence par une bonne bouffe à l'auberge de la cocagne le Samedi soir, à peu près tout le monde est là.

 

Pendant ce temps les autos reposent.

 

 

DSCF6120 DSCF6119

 

 

Après le repas les gens se dispersent pour regagner leur lieu de couchage, il est déjà tard mais certains retourneront du côté de Nimes.

 DSCF6125

 

    

 

Le lendemain le départ a lieu à 10:30, trois tractions nous rejoindront sur le lieu de pique nique. 

 

  

    En tant que local, je mène le groupe. On se regroupe à la sortie d'Avèze pour s'assurer que tout le monde a bien démarré.

DSCF6133 

 

Arrêt en haut du cirque pour les photos de groupe (incomplet)

Groupe Navacelles 2Groupe navacelles 

 

 

La descente dans le trou: quelques photos d'Olivier

 

 

descente à Navacelles une épingle copie la descente à navacelles

 

 

La remontée est l'occasion d'embouteillages sur la fin, il faut dire que ça monte et que c'est étroit! (photo de "carrera")

montée vers la Baume Auriol copie

 

 

 

 

Il faut s'arrêter pour réunir le troupeau, il faut dire que les virages en épingle sont laborieux pour certaines.

 

CIMG4851 

 

 

  On a passé le "trou", on a plaisir à se rassembler à la "Baume Auriol"

  DSCF6137

 

 

 

 

 

Nous voici arrivés au grenouillet, Jacques et son ami nous ont réservé un peu d'espace pour le pique nique.

 

Au travers du capot levé de la 7C mon objectif indiscret observe....

 DSCF6155

 

 

  

 Les embrayages auraient-ils envie de brouter?

 

 DSCF6158

 

 

 

L'auto de patrick est un vrai miroir: les fleurs des champs, tout comme ma cabotine de 11 BL s'y reflètent.

 

DSCF6138 DSCF6152

 

 

 Ce n'est ni du sépia, ni du photoshop, c'est le reflet du pique-nique dans la supertraction de Michel.

DSCF6144

 

 

Y'a pas, un authentique cab. ça a de la gueule!

 

 DSCF6143 sans immat

 

 

 

 

Toutes les bonnes chose ont une fin, il faut rentrer sur Brusque, mais je suis sûr que pour l'année prochaine les idées pour une autre sortie  ne vont pas tarder à mûrir.

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 21:51

       Celafaisait des mois qu’on en parlait de ce pique-nique au cirque de Navacelles entre cyber-tractionnistes unis par le forum de la Guilde Mondiale des Tractionnistes (GMT), un week-end au grand air entre fadas de tractions, le tout dans le cadre du cirque de Navacelles.

 

      On allait enfin pouvoir mettre un visage sur tous ces pseudos impersonnels.

"Yann30" en voisin Nimois, a pris les choses en main, moi, local également, je me suis contenté de l’assister pour la reconnaissance des lieux ….(de se payer un restau dans le coin, Jacques s’était joint à nous) un jour pluvieux de printemps, pour évaluer les endroits possibles pour le pique-nique. On décidera de le faire au "Grenouillet".

 

          Je n’avais jamais autant  briqué la traction auparavant, j’ai posé l’écusson de la GMT  sur la calandre.

DSCF6085 

 

 

 J’ai enfin posé les bavettes sous les ailes avant, dire qu’elles attendaient depuis plus de vingt ans dans le garage!

DSCF6084

 

      La sortie étant l’occasion d’un concours de paniers pique-nique, Madame qui se prête volontiers au jeu, a fait preuve d’imagination.

DSCF6082

 

       La veille au soir, un vrai repas est prévu à l’auberge de la cocagne à Avèze où nous passerons la nuit.

 

       Nous décidons de nous y rendre depuis Brusque par le chemin des écoliers : Millau, gorges de la Jonte, Mont Aigoual et descente sur le Vigan par la petite route qu’empruntait jadis la ronde cévenole.

 

       Une halte au Rozier Surplombé par Peyreleau pour un aligot saucisse avant d’affronter les gorges de la Jonte et ses Vautours, et atteindre le Mont Aigoual après une autre halte à Meyrueis.

DSCF6088

DSCF6090

 

 

De l'observatoire, le panorama sur  360 degré est magnifique.DSCF6094

 

 

En descendant sur Mandagout, on voit la mer et le Pic Saint Loup: c'est presque aussi beau qu'une traction!

DSCF6103

 

 

Nous voici arriés à l’auberge de la Cocagne à Avèze, Michel et Claude sont déjà là avec leur supertraction Rosengart. DSCF6107

 

 

Il ne reste plus qu'à atendre le reste de la troupe. 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 12:28

         Elle a tout  prévu: le casque, un blouson, un pantalon, des chaussures sérieuses.... enfin tout est relatif car la faible vitesse envisagée et la chaleur estivale autorisent quelques fantaisies vestimentaires.

 

         De mon côté, dans l'auto moderne suiveuse j'avais prévu des réserves d'essence et d'huile, quelques outils (et mon casque pour le cas où la conduite aurait été jugée trop déroutante pour ma scooteriste moderne préférée). Le nécessaire a été fait auprès de l'assurance.

 

Le compteur affiche 8267 Km seulement  

 

CIMG4794

         Après avoir accompli les formalités administratives avec le vendeur, (autrement dit pris un bon pastis et signé un bout de papier)  la madame tente d'apprivoiser la bête...avec quelque difficulté.  Comme nos estomacs nous signalent que midi n'est pas loin, c'est  moi qui prendrai la moto pour rejoindre le centre de Millau pour profiter d'un "aligot-saucisse-en-terrasse-avec-moto-à-portée-de-vue-qui-se-laisse-photographier".

 

         On trouve ensuite un bout de rue déserte pour familiariser madame avec l'engin. Et oui, "c'est pas un scooter moderne" l'embrayage n'est pas automatique, il faut penser à débrayer quand on s'arrête....Et oui, pour démarrer c'est pas un bouton au guidon, il faut donner le juste coup de kick....d'autant plus que quand elle est noyée, avec cette chaleur il faut savoir prendre la bête dans le sens du poil.

 

Qui a parlé de casque et de blouson?

 

DSCF5926

 

 

      Passage à la sous-préfecture, pour la carte grise puis sortie de Millau, c'est toujours votre serviteur qui conduit la bête, (et qui y prend plaisir).

 

      Ca y est la route est libre, Monsieur et Madame échangent leur rôle.

 

DSCF5941

 

Une petite halte sous le viaduc avec le cérémonial du redépart.

 

CIMG4797

 

 

 

      

 
 
La route est belle.
 
DSCF5947 
 
Mais, elle prend l'angle! 

 

DSCF5952

 

Un petit "S"

 

 

On arrive déjà à Brusque, dis, pourquoi on va pas plus loin?

 

 

DSCF5973

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 19:37

       C'est vrai que le scooter rouge moderne ça faisait pas "top". Puis ça fait longtemps qu'elle voulait  "La sienne", et il faut bien dire qu'elle l'a bien méritée.

        Elle voulait une petite moto avec une selle basse pour pouvoir poser ses deux petits pieds par terre à l'arrêt. Il lui fallait 125 cc maxi because pas de permis moto.

         Il fallait une vieille, pas une Hondazaki ou une Suzumaha, pour pouvoir participer aux réunions de vieilles motos.

        De mon côté je n'avais ni l'envie ni le temps (elle était très impatiente) de me lancer dans une restauration d'un engin de A à Z.

 

 

         Donc une 125 vieillotte, fiable, pas trop lente pour suivre un rallye d'anciennes, ça s'appelle une "popu-des-années-50", une terrot ETD ou ETM, ou Tobec série Z, une 125 Peugeot perleuse.... (Quand je pense à cet inconnu de salopard qui a fauché ma 125 peugeot chargée d'histoire... )

 

        Celà faisait quelques temps que l'idée germait au point de mûrir, et un jour, au hasard d'un vide-grenier non loin de Millau, je "flashai" sur une bougie, une belle bougie Bosch à trois électrodes toute neuve, dans son emballage d'origine, trop belle pour que j'envisage un jour de la "dépuceler". L'affaire fut rapidement conclue avec un vendeur intrigué par l'intérêt que je portais audit objet. Au cours de la discussion qui s'ensuivit, il fut question de vieilles motos et le vendeur me dit qu'il possédait une 125 culbutée des années 50 dont il était prêt à se séparer.

 

         Voilà qui ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd et les coordonnées de la personne furent soigneusement notées sur mon fidèle calepin. 

 

        C'était décidé: dès que nous aurions un peu de répit après notre déménagement sur Montpellier, on s'occuperait sérieusement de la "chose".

 

        Rendez-vous fut pris dès les premiers jours de Juillet,  et l'affaire fut conclue très rapidement. Le contact avec le vendeur a été très chaleureux, peut-être que le passage chez lui avec la traction et le récit de notre récente descente en FN de puis Chatou a favorisé la relation de confiance.

 

         Vous voulez savoir le prix? c'est  celui qui rend l'acheteur et le vendeur satisfaits, bref une transaction idéale qui fait que chacun aura plaisir à rencontrer l'autre plus tard devant un verre de pastis pour se raconter la dernière virée ou le vieux souvenir d'une promenade avec maman sur le tand sad.

 

        A bientôt pour un reportage sur "le retour de la Motoconfort U 46 C"....

 

Allez, une petite photo quand même, la toute première

 

CIMG4789

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 08:28

Laissons la parole à la "dame au scooter rouge" qui s'est "tapé" les mêmes kms sans broncher:

 

Wouaouh, j'ai l'autorisation d'apporter ma contribution au blog ! Quel bonheur, quel honneur !

Quoique les plus perspicaces d'entre vous auront remarqué que je mettais souvent mon grain de sel en commentaire.

Ma version est plus "littéraire" que celle de mon cher et tendre : je suis moins sensible aux histoires de pignons, boîtes, segments, j'en passe et des meilleures ...

 

LA CHEVAUCHEE FANTASTIQUE

 

Nous partîmes tous deux, fringants, et par un prompt renfort, en arrivant au pont (de Chatou) nous fûmes plus de 500, et la vieille moto de cette lente escorte s’irrita. Après ce fâcheux contretemps – caprice imputable sans doute à l’âge avancé de la machine – et une fois dépassées les nationales inhospitalières de la banlieue parisienne, nous traçâmes la route et nos chevaux d’acier purent se déchaîner à loisir sur de riantes départementales ensoleillées.

A propos de soleil, il cogna dur en ce premier jour. Aussi, sous l’effet conjugué de la béatitude digestive et de la touffeur de l’après-midi, je somnolai quelque peu sur la confortable selle de mon scooter. Heureusement une halte impromptue pour donner à la FN sa ration d’huile me permit de me réveiller !

A rouler ainsi pendant des heures au cul de la vieille, qui crachote et fume comme une cheminée mal ramonée, il est probable que mes poumons sont complètement tapissés. Je peux donc continuer à fumer en toute quiétude, sans aucun scrupule ni arrière-pensée : c’est pas pire !

Une chose m’énerve (une parmi tant d’autres …) : à chacun de nos arrêts, des tas de gens viennent parler à Henri et s’extasient sur sa moto. Pas un mot ni même un regard pour mon scooter, encore moins pour moi. Il est vrai que, bottée, gantée et culottée de cuir, cagoulée et casquée, je n’ai rien de très sexy. Mais quand même. C’est comme si mon scooter et moi étions transparents. Les gens sont méchannnnnts ! Voilà pourquoi il me tarde d’avoir MA vieille moto, ainsi les gens s’intéresseront à moi (mais non, je vous assure, je n’ai pas un ego surdimensionné).

A ma grande honte, je dois avouer qu’il faut mettre à mon passif 2 chutes de scooter, à l’arrêt et sans grand dommage : juste un rétro légèrement tordu, point ne fut même besoin de sortir la clef de 13 ! Pour ma décharge, je dirai qu’Henri a le chic pour se garer à l’arrache dans des endroits tout à fait improbables, genre caniveau et autres bas-côtés pentus et gravillonneux, et lorsque le scooter m’échappe et décide de se coucher, je ne fais pas franchement le poids pour le retenir …

Je connais le mépris des motards pour les scooteux, mais sur ce coup-là je pense que j’ai assuré et que je n’ai pas démérité. Bon, c’est vrai, dans les virages en série en descente j’ai été un peu larguée, mais dans les montées et les lignes droites, j’aurais pu laaaaaargement semer la FN ! N’oublions pas que c’était mon baptême de la route : les 3000 et quelques kms affichés par mon compteur au départ avaient été effectués exclusivement en région parisienne. La conduite sur le périph est une autre forme de sport (un de mes coudes en garde un douloureux souvenir …). Je pense donc m’en être tirée avec les honneurs !

Nous avons même pris un morceau d’autoroute (moins de 10 kms vers Issoire), histoire d’avoir des sensations ! Heureusement sur ce tronçon la vitesse est limitée à 90, donc  avec notre petit 80 kms/h nous ne faisions pas trop désordre !

La plupart des personnes à qui nous avions fait part de notre projet (longuement préparé et mûri) avaient poussé les hauts cris : « ce sera fatigant ! » Eh bien, vous savez, c’est finalement plutôt reposant : on est assis toute la journée. Je connais des situations plus usantes (déménager par exemple ?) Les amis ne nous ont pas dit (mais ils l’ont pensé tellement fort …) : « c’est de la folie, c’est dangereux ». Soyez ici remerciés : c’est réconfortant de savoir que vous avez pensé à nous (et tant pis si ces pensées étaient teintées d’inquiétude !) Je crois que seuls nos enfants ne se sont pas inquiétés une seconde : ils ont trouvé ce projet en totale harmonie avec nos personnalités, et puis ils sont habitués depuis longtemps à notre grain de folie …

En conclusion : la chevauchée fut fantastique mais nullement héroïque, le voyage extrêmement agréable et riche mais aucunement extra-ordinaire. Bref, tout cela est d’une banalité presque décevante, voire affligeante … Je me demande même pourquoi j’ai pris la peine de le relater …

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 22:10

"LA" descente en FN et Scooter a été pour moi l'occasion d'apprécier une de ces bonnes vieilles recettes que je tiens à vous faire partager:

 

Le motard en papillote

 

Procurez-vous un motard équipé d’une machine pas rapide, que ce soit du fait de sa faible cylindrée, ou du fait de son grand âge.

 

Enveloppez soigneusement le motard des pieds à la tête d'une papillote de cuir.

 

 Choisissez une période de canicule pour l'envoyer sur de petites routes bien de chez nous.

 

La lenteur de la machine est un point timportant car elle contribue à l’efficacité de la cuisson.

 

N’hésitez pas à multiplier les arrêts de courte durée, mais ne profitez surtout pas de ces arrêts pour ôter la papillote de cuir.

 

Si le motard s'obstine à reprendre la route après l'arrêt, c’est que la cuisson n’est pas encore terminée.

 

Ne pas rajouter d’herbes aromatiques, la sécrétion des glandes séborrhées du motard suffit pour parfumer la préparation.

 

En fin de journée on enlèvera la papillote de cuir en la décollant délicatement. (il est important de ne pas la déchirer car elle devra servir le lendemain.)

 

On déglacera ensuite le motard dans une cabine de douche, dans un premier temps avec une  première eau savonneuse, et ensuite à l’eau claire.

 

Le nec plus ultra consistera à introduire ensuite dans la bouche du motard, un bon demi-litre de Ricard bien frais.

 

A consommer sans modération.

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 23:06

Dès 9 heures les machines et les pilotes sont d'attaque pour le dernier round.

 

Evelyne immortalise le départ.

CIMG4726-copie-1

 

Après avoir rapidement rejoint Saint-Flour la N 9 nous amène au viaduc de Garabit, le site est grandiose.

DSCF5878CIMG4729

 

Vu de dessus c'est tout aussi beau.  

DSCF5881 

 

 

La vallée du Lot est maintenant surplombée par un viaduc impressionnant.  

 DSCF5885

 

Après un arrêt "contrôle-essence-huile" le démarrage se fait toujours

 au deuxième coup de kick.

 

Tout en roulant je me vois dans le chrome du levier d'avance à l'allumage.

CIMG4733

 

Je vérifie régulièrement que mon "ange-gardien-scootérisé" me suit toujours.

 

  DSCF5884

 

        Après avoir traversé les paysages magnifiques de l'Aubrac nous nous arrêtons pour un repas pantagruélique à l'auberge du Bonsecours non loin de Sèverac le Château. (Salade de haricots verts, jambon cuit, feuilleté aux escargots, saucisse avec patates rissolées, fromage et dessert, et en plus, c'est très bien préparé, la moto va être à la peine!)

DSCF5892 

 

 

 

La route nous mène à Millau, au loin, le viaduc

DSCF5895

 

       Un moment d'émotion devant les croix à la mémoire de jeunes résistants assassinés en 1944: le tonton de mon épouse préférée faisait partie du lot....

CIMG4754

 

On prend la descente sur Arboras pour éviter l'autoroute de la rentrée sur Montpellier.

 

DSCF5898-copie-1

 

Pari gagné les engins son arrivés à destination, enfin "les culs rient"..... comme des gamins qui viennent de faire une bonne farce.

DSCF5903

 

 

 

 

 

 

       Le compteur de la FN marque 4969,7 Km soit 865 Km au total, celui du scooter, moins prétentieux indique 840 Km depuis Chatou.

 

DSCF5907

 

 

Bilan:

          -  4,2 L/100 d'essence pour la FN

          -  5 litres d'huile (c'est promis, à l'automne je modifierai mon piston comme indiqué sur la lettre de l'usine datée de 1930.....et oui, la conso. d'huile de ce moteur était déjà un problème  connu.

         -  une trousse à outils qui n'a servi qu'à alourdir une sacoche, tout comme le "cubi" d'essence de réserve.

         -  non, j'ai pas mal au c.   mais il est vrai que les routes même secondaires sont devenues de vrais tapis de billard.....les pauvres poules ne savent plus où couver comme en 1930..... (la qualité des oeufs s'en ressent)

 

           - le tuyau d'échappement a bleui.

DSCF5908

 

 

          - le moteur n'a pas connu le moindre coup de chiffon pendant le trajet mais il n'est pas immonde pour autant, loin de là.

DSCF5910

 

         - La bougie Bosch d'origine à double électrode a tenu. (ça ce n'est pas extraordinaire, elle n'avait que 70 ans....ou 80?)

 

           

Conclusion:

           La dame au scooter qui m'a suivi pendant tout le trajet a bien mérité sa 125 "popu"des années 50 pour participer de façon active aux diverses manifestations de vieilles motos autrement qu'en faisant la potiche sur mon tand-sad.

 

 

         Dis, c'est quand qu'on recommence?

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 22:12

        Au petit matin le marché s'est installé sur la place devant l'hôtel et il a fallu déplacer un fourgon pour libérer nos engins.

 

         Alors que je fais les vérifications d'usage avant le départ, un motard, en Honda Gold WIng de la première génération, s'intéresse à notre périple.

         Le contrôle du scooter est fait en un clin d'oeil, même pas de baisse du niveau d'huile décelable, c'est énervant!

 

 

CIMG4704

 

CIMG4706

 

         Arrêt à Lurcy Levis près de la piste tandis que tourne un bolide à quatre roues.  La FN est jalouse car l'auto rouge fait encore plus de bruit qu'elle!

 

DSCF5847

 

 

      On reprend la route après un arrêt pour les vérifications de routine. 

 

 

 

CIMG4711

 

 

 

 

       Accueil très chaleureux chez nos amis dans le cadre magnifique du Jardin du Colombier non loin de Gannat.

 

 

CIMG4715

 

               Nous contournons ensuite Clermont Ferrand par l'Ouest ce qui nous permet d'admirer la chaîne des Puys. Le trajet n'est pas folichon, car il y a beaucoup d'intersections qui imposent des arrêts pour consulter la carte.

 

               On rejoint la vallée de l'Allier au nord d'Issoire, et enfin l'ex N9 : que du bonheur!

 

                Après Lempdes on s'engouffre dans la vallée de l'Alagnon et j'ai le plaisir de "larguer" madame sur son scooter. Je dois dire que le comportement routier de la FN est réellement plaisant, la machine est très stable tout en étant maniable. Le freinage est tout à fait honorable car il a été dimensionné pour une utilisation avec side-car. Valentino Rossi n'a qu'à bien se tenir......

 

               Nous remontons ensuite en direction de Murat par une route très roulante, toute en courbes, pour ensuite franchir le col qui nous sépare du plateau de St-Flour où habitent nos amis Evelyne et Jojo qui vont nous héberger pour la nuit. Le paysage est magnifique, les éoliennes s'en donnent à coeur joie.

 

DSCF5855

 

DSCF5860

 

Arrivés à bon port les engins passeront la nuit  bien à l'abri.

DSCF5872

 

 

 

         La maison d'Evelyne et Jojo a quelque similitude avec la FN, dans les deux cas,on a vraiment l'impression que les concepteurs n'ont pas lésiné sur la solidité et qu'elles seront toutes deux sur pieds dans plusieurs centaines d'années.

 

 

         Merci à Evelyne et Jojo pour cet accueil sympathique.

 

 

 

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 17:50

         Le jour « J » est arrivé, Françoise et Pierre nous ont accueilli à Chatou le jour précédant "La descente infernale "

 

         Je fais les ultimes préparatifs :  le « cubi-nourice » de 5 litres d’essence mérite une aération externe pour éviter la montée en pression et le déversement des vapeurs dans la sacoche : un graisseur  dont j’ai supprimé la bille et un bout de tube feront l’affaire.

 

DSCF5905

       Les sacoches me paraissent bien lourdes avec les réserves d'huile, d'essence, les outils et tant d'autres trucs. J’ai bien peur de les perdre sur les nids de poule : une sangle sécurisera la chose.

 

      Le mardi matin il fait frais, il a plu pendant la nuit, nos amis ont du mal à cacher leurs doutes quant à la réussite de notre virée….

 

Le compteur marque 4104,7 Km

 

DSCF5819

 

 

Départ à 9 heures: Françoise est là pour immortaliser le moment.

 

P1000660

 

 

 

           C'est la mauvaise heure: tous les accès au pont de Chatou sont surchargés et la FN n’aime pas rester au ralenti sans rouler, les remontées d’huile provoquent une fumée bleue aussi impressionnante qu'odorante (les nausées abondent) et encrassent la bougie rendant ainsi l’allumage aléatoire.

Au bout de 200 mètres, ça ratatouille et pétarade de façon inquiétante, j’ai des difficultés à me mouvoir dans l’immobilisme de ces autos. 

        Arrivés à grand peine sur le pont de Chatou dans un ratatoulliage peu rassurant, je décide de m’arrêter en attendant un retour à la fluidité du trafic.

 

DSCF5818

 

        Que voilà un bon début : arrêt d’une heure après seulement 500 mètres de route, j’espère que personne de connu ne nous a vu. Je rassure ma dulcinée en expliquant que le moteur va se rôder… que les segments, bla bla bla... que j’ai mis trop d’huile par excès de précaution... que j’ai d’autres bougies plus résistantes à l’huile….qu’il ne reste que 800 Km à faire....

  

Mais enfin où vont-ils tous ces gens dans leur auto, ils pourraient pas être à la retraite comme tout le monde ?

 

CIMG4668

 

         Vers 10 heures, nouveau départ et ma foi, en veillant à ne pas s’arrêter trop longtemps, quitte à faire des choses que le code de la route réprouve, j‘arrive à m’extirper de la région parisienne sans trop de mal.

 

       La route par la 118 puis la 104 et la N 20 jusqu’à Pithiviers est monotone mais le poum poum poum du gromono est rassurant. Les gros camions qui nous entourent le sont moins!

 

        Après un arrêt «  niveaux huile et essence » on arrive enfin à Sully sur Loire qui marque le début de la portion intéressante du trajet, de plus le ciel bleu est définitivement installé.

 

 

 

 Pas mal le château de Sully, je pense que les architectes ont dû

s’inspirer des concepteurs de ma moto car il est presque aussi beau.

DSCF5821

  

 

Repas « Pizza, vin rosé, café », les engins sont garés près de la terrasse

du restau pour une frime garantie.

CIMG4678

 

Contrôle et ajustement des nivaux et c’est reparti pour un tour.

CIMG4693

CIMG4696

 

  

 

 

 

Gien 

DSCF5832

 

 

Canal de Briare

DSCF5838

 

 

        A Sancerre j’ai une petite frayeur : la jauge à huile marque à peine 1 mm : c’est vrai qu’elle en consomme !

 

        Vers 18:00 heures nous décidons de faire notre première halte à "Sancoins" , (drôle de nom car, "ça cogne ass'ez ») il fait chaud.

 

         Hotel restau. sympa, au menu: terrine et raie, le tout avec un Saint Pourçain blanc très convaincant.

DSCF5841

 

      

 

          "Mais oui, je t'assure, tout se passe bien, on se régale, les engins roulent, les paysages sont beaux, il fait chaud mais on n'est pas fatigué. Vivement demain que ça recommence...."

DSCF5844 

 

 

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 11:41

L'heure de "LA" descente en FN vers Montpellier approche.....le stress augmente. Heureusement la préparation du déménagement me "prend la tête" et je n'y pense pas trop....enfin, un peu quand même.

 

En fait ma seule crainte c’est la panne immobilisante, non pas à cause du désagrément, dépannage, frais etc, mais « la honte »,  non, mais, vous vous rendez compte? Ca fait des mois que j'en parle à tout le monde, que je frime avec ça, c’est même ça qui m’a incité à faire ce blog, rendez-vous compte si je devais vous raconter ensuite que la FN n’a plus voulu en jouer dès le pont de Sèvres, et surtout que moi, je dis bien « moi », le « bricoleur de génie», « l’homme qui parle à l’oreille des motos », l’homme qui a plus d’outils dans sa trousse qu’un arc n’a de cordes  (là, Henri, tu te trompes), j’aurais été incapable de réaliser le bricolage qui aurait permi de sauver la face ?

 

      Il me vint l'idée de faire le bilan des caprices que m'a faits cette moto depuis sa restauration, soit environ 4000 Km. 

 

1)  Le coup de la valve de chambre à air sectionnée à la base, je l’avais d’ailleurs déjà eu avec ma 125 Honda : J’emporte une chambre à air, une pompe, des démonte-pneus, le nécessaire de clés…

 

2)  Le coup du câble d’embrayage cassé : j’emporte un assortiment de cables , arrêt de gaines, serre-câble etc.

 

3)  La magnéto qui ne voulait plus en jouer à chaud : son induit a été rebobiné et depuis j’ai bien fait 2500 Km.

 

.

magnéto3

 

 

      4)  La soupape d’échappement grillée : ça a été réparé, on a même adapté un siège. 

 

DSCF5081

 

 

5)  Un joint de culasse fuyard, ce n’est pas immobilisant et de toute façon l’actuel a été fraîchement remplacé, j’ai même bricolé un peson pour pouvoir resserrer la culasse au cours du trajet, et, tant qu’à y être, j’emporte un joint d’avance.

 

DSCF4140DSCF5622

         

 

Alors quel nouveau caprice pourait-elle inventer?

 

1)  La bougie? Cette belle Bosch double électrode qui était sur l’épave quand je l’ai achetée et qui fonctionne toujours, elle doit bien avoir 70 ans, va-t-elle tenir ? Pas fou, j’emporte deux ou trois bougies de rechange.

 

DSCF4693

 

      2) La chaîne? Là je la joue gonflé, je n’ai même pas d’attache rapide d’avance, mais j’ai ce qu’il faut pour la retendre et elle n'a guère que 4000 Km dans les maillons.

 

3) La panne d’essence ? Et oui, les petites départementales deviennent désertes et mon réservoir de 10 litres est vraiment juste : qu’à cela ne tienne mon récipient préféré, j’ai nommé : un « cubi » de vin de 5 litres fera une excellente nourrice qui rentre « pile poil » dans une sacoche

 

De plus, j’emporte, à tout hasard: un jeu de vis platinées, du fil de fer, des joints de robinet d’essence,

 

La consommation d’huile effrayante, un bon 0,4 litres au 100 Km, (malgré des segments neufs et un déglaçage du cylindre récents) me fera emporter un autre « cubi » de 5 litres pour l’huile, tant mieux j’ai deux sacoches, il n’y aura pas de jalouse (sauf moi qui devrai chercher l'épicerie ou le bistrot du village pour boire un coup...ça vafaire baisser la moyenne)

 

 

Pour le voyage, j'ai adapté les sacoches en cuir de la BMW, ce qui lui donne un air de vraie routière, un peu pataude, je l'avoue.

 

DSCF5727DSCF5728

 

 

     En fait depuis que j’ai fait ce type de descente, il y a plus de trente ans, en vieille 125cc ou en BMW qui était  moderne à l’époque,  les petites départementales sont devenues désertes et on n’y rencontre plus les petits mécanos de village chez lesquels on pouvait trouver, un câble de frein, une rustine, un outil qu’on n’a pas sous la main….(pour l'épicerie ou le bistrot c'est pareil ,"Y'en a plus!"). Je me souviens, lors de ma descente en 125 Peugeot avoir perdu l’écrou du pignon de sortie de boîte, un diamètre et un pas qui n’ont rien de standard, mais le petit mécano du premier village rencontré m’a dit « cherche donc dans ce tonneau, j'y jette toute les vis et écrous un peu spéciaux, t'as qu’à fouiller », et parmi les kilos de visserie pleine de cambouis, j’ai trouvé mon bonheur.

 

  Certes, cette fois-ci, en cas de problème j’aurai un téléphone portable pour appeler la dépanneuse ni vu ni connu.... et encore, sous réserve que le réseau soit présent, mais je préfèrerais savoir que dans tous les villages traversés il y a la main salutaire pleine de cambouis du mécanicien de campagne avec sa réserve de vis, rustines, écrous et bouts de fer en tout genre. (et le petit bistrot pour me redonner du courage!)

 

 

 

         Demain le camion de déménagement videra l'appartement mais la FN et le scooter de madame resteront àChatou en attendant sagement l'heure du départ qui n'est pas encore fixée, ce sera pour fin Juin ou début Juillet. (en tout cas pas trop de jours avant l'arrivée à Montpellier)

 

        Au fait quels préparatifs pour le scooter?

 

        Vérification des niveaux, et de la pression des pneus: c'est beau la mécanique moderne. Il n'empêche que madame devra elle aussi accumuler les kilomètres de descente et je suis sûr que grâce à elle vous aurez des photos et vidéos de mon infernale et pétaradante machine sur la route.

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 18:51

       Comme les préparatifs de la nouvelle maison à Montpellier vont bon train, j'ai décidé qu'un petit repos serait le bienvenu, et que la meilleure façon de ne pas être tenté par le manche des pinceaux ou autres rouleaux était de changer d'horizon.

 

      Tiens et pourquoi pas un petit week end au frais à Brusque, histoire d'en profiter pour faire un bisous aux vieilles mécaniques? Il faut bien ça avant d'affronter le dernier round: "emballage-dans-les-cartons-de-déménagement".

 

       On est arrivé, la 11 est sous sa couette, sa teutonne copine à deux roues veille sur elle.

 

DSCF5724

 

 

 

      Je n'ai pas de mal à trouver un prétexte pour lui réveiller les bielles, une histoire de bobine de fil pour la débrousailleuse, je ne sais plus très bien...., il fallait aller en chercher au village voisin.

 

      Un coup de démarreur plus tard, les bielles se réveillent, et nous voici sur la route par le chemin des écoliers, on passe voir les éoliennes, normal pour une traction à vent et on en profite pour faire des photos.

 

DSCF5725

 

 

     Un petit coup d'oeil sur ses formes sensuelles....et dire que l'été dernier au cours d'une marche arrière, il y a une borne qui a poussé instanannément derrière l'auto sans prévenir et qui à écrasé mon aile arrière, après une marche avant et un petit massage délicat tout était rentré dans l'ordre:

 

des "ailes en matériau à mémoire de forme", je vous assure:  il y avait déjà ça sur les tractions!

 

DSCF5726

 

       Demain elle retournera sous la couette en attendant plus de disponibilité de ma part: finie l'insomnie.

 

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 22:16

     Non ce n'est pas une pause pour faire refroidir les bielles de l'une de mes mécaniques, mais bel et bien une pause pour "myself" , nous allons en effet  nous consacrer pendant quelques jours à aménager notre nouvel écrin pour mes mécaniques préférées (et accesoirement pour nous-mêmes).

 

En clair, retraite avec retour dans le sud oblige, on va se polariser sur l'aménagement de notre nouvelle et montpelliéraine demeure pendant quelques jours.

 

En attendant, je vous ai mis un album de photos prises au hasard de différentes sorties ou balades en famille. La génération "post  APN" y est plus présente, mais j'aurai plus tard le temps de numériser plein de diapos anciennes.

 

Dans l'attente d'arriver au bout du rouleau (de peintre), le prochain épisode sera dédiée aux préparatifs du retour de la FN vers le sud.

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 10:55

        J'ai gardé un bon souvenir de cette sortie à Montlhéry à l'occasion de la journée de l'héritage.

 

       On a fait le trajet Chatou Montlhéry et retour par la route, ce qui est loin d'être intéressant car il n'y a pas vraiment d'itinéraire sympa, mais l'intérêt de la rencontre compense largement.

 

    Le temps a été magnifique et l'ambiance très agréable.

 

 

Le plateau des motos était remarquable.

 

CIMG3916

 

       Et puis, ça m'a permis de faire de folles vitesses sur l'anneau légendaire.

 

 

Le départ des motos immortalisé par "ggtrac" de la Guilde des tractionnistes:

Attention, maman,  tiens toi bien, les chevaux vont parler!

PICT1362 R

 

 

Il y avait du monde sur l'anneau pour la parade, on se sent tout petit sur deux roues.

 

montlhery09-119

 

 

 

 

Un petit tour sur l'anneau dont l'état de sol magnifiquement amorti par l'absence de suspension arrière de la moto achèvera d'éliminer tout restant de cellulite de ma passagère d'épouse. (si tant est qu'il y en ait eu auparavant)

La prochaine édition se fera au début Juin 2010, mais je n'y serai pas, hélas. (il me faudra trouver autre chose pour affiner la silhouette de madame)
Décembre 2010:
Je ne peux pas résister à vous faire part de cette photo trouvée sur le site de Terrot Ballancourt: Nous sommes en pleine vitesse sur l'anneau et madame s'affaire avec son APN pour immortaliser l'instant (Y'a pas d'antibougé sur son APN  )
autodrome-heritage-festival-montlhery-2009-motos-13

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 22:21

        La FN est à peu près prête pour "LA "descente dans le sud.

 

    J'ai réfléchi à tout (enfin, je crois). Le trajet se fera la dernière semaine de Juin, après que le camion de déménagement aura descendu toutes les affaires dans notre nouvelle maison.

    Cette semaine j'ai adapté les sacoches en cuir de la BM sur la FN parce qu'il faudra emporter, des affaires, des outils, des pièces détachées, de l'huile, de l'essence, des chausettes, une brose a dents, des cartes, des fringues....j'en oublie certainement.

 

     Donc ce matin je prend le prétexte de la réunion du 3° Dimanche du mois sur le parking de Gazoline, de l'autre côté de la forêt de Marly, pour vérifier que tout va bien (et surtout pour frimer car en c'est dans les réunions d'autos qu'on frime le plus parce que on a le bénéfice de l'originalité au milieu des 403 et autres tractions ou Triumph TR3)

 

    Donc: pantalon cuir, longue veste cuir, bottes du même métal, caque Bol et bottes assorties, je sors la belle et selon le cérémonial d'usage: titilateur (très important le titilateur, il faut prendre l'air très pénétré quand on titille (non, rien de sexuel!) ), les gaz, l'avance, je cherche la compression, je me  juche sur le kick et Hoppp! .....avant même que le kick soit arrivé en bas un premier POUMM! se fait entendre suivi de..........rien!

    Re-tentative, et là........pas de compression, rien ........ça tourne dans le vide.

 

    Coup de bol il n'y a qu'un témoin, un voisin sympa qui se propose même pour me pousser, mais comme je ne pense pas qu'il pourra me suivre pendant tout mon trajet vers le Sud, je me dis qu'il faut investiguer plus sérieusement sur la cause de la panne:

    Soupape bloquée? non ça à l'air d'aller, c'est facile à contrôler sur un moteur latéral. Segmentation HS? mais pourquoi le premier coup aurait été bon?

    Après quelques tentatives de démarrage, le moteur repart normalement, le bruit est normal, j'arrête au bout de quelques secondes, nouvel essai: la compression est bien revenue... Hypothèse, la première combustion aura déroché quelque particule de calamine qui sera resté collée sur le siège d'une soupape lui faisant perdre son étanchéité.

 

    Il y avait beaucoup d'autos à Bailly chez Gazoline, j'ai beaucoup frimé. 

    Au retour, entre quatre (z') yeux, a FN m'a promis qu'elle ne me ferait plus ce genre de frayeur.

 

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 11:48

       Après de longues années j'ai eu envie de remonter le temps jusqu'aux origines de ma moto.

       J’ai d'abord trouvé un site, que je vous recommande, qui permet de retrouver la date de naissance de n'importe quel véhicule à partir de son immatriculation: http://plaque.free.fr/f_rec1f.html. Sur la photo prise lors de son achat on note 6823 YA6: Le vendeur ne m’avait pas menti, elle avait bien été immatriculée en Seine-et-Oise pendant le deuxième trimestre 1931 http://plaque.free.fr/f_tab4.html.

 

 

FN003

       L’internet me permit aussi de  retrouver la trace du Vendeur dont j'avais mémorisé le nom. Rendez-vous fut  pris à l’occasion de la bourse de Mantes la Jolie au printemps 2008. Il fut très heureux de revoir la FN et ravi de constater qu’elle avait retrouvé une nouvelle vie. La rencontre fut émouvante car il m’annonça qu’il se savait condamné: j’ai appris le décès de Michel le B. quelques mois plus tard.

 

        Sur la plaque du concessionnaire que j’ai soigneusement maintenue en valeur sur le garde-boue avant, figure l’adresse où la FN a été vendue,

 

Cycles Motos

Maison A. Laudet

M. RABIN

27,40, Av de la république,

 MANTES Seine et Oise 

 

 

 

DSCF2911

 

 

  C’est décidé: j’irai faire des photos sur place.

   

     D’un côté, une compagnie d’assurance, "ASSU 2000", de l’autre un salon de coiffure, "New Angel". Détail étonnant: sur les cartes postales du début du XXéme siècle on voit une affiche "salon de coiffure" qui semble être à cette même adresse!

 

DSCF2956DSCF2955

 

 

"Hard copy d'écran" et son zoom volés sur "delcampe.net "

Delcampe CP République Delcampe CP République zoom coiffure-copie-1

 

       Je suis rentré à tout hasard questionner la coiffeuse mais elle n’a visiblement pas compris l’objet de ma visite. Il est vrai que je devais avoir l’allure d’un éléphant dans un magasin de porcelaine au milieu de ces minettes sophistiquées, et que les relents d’huile et d’essence de mon cuir ne faisaient certainement pas bon ménage avec les odeurs de parfumerie.

 

      Côté compagnie d'assurance, c'était fermé.

 

     

 

 

Et oui, mon bon monsieur, tout se perd, les choses ont bien changé depuis 1931......

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 22:51

 

 

        L'acharnement a commencé et n'a pris fin que quand la belle, rutilante de ses chromes, à pu rouler des ses propres roues.

 

      Tout a été désossé, sablé puis apprêté et peint en cellulosique noire, toutes les pièces sur lesquelles restait une trace ce chrome ou nickel ont été polies puis envoyées au chromage ou nickelage. Côté mécanique tout était dans un état étonnamment sain, j’ai surtout fait du nettoyage, changé tous les roulements du moteur et boite de vitesse, regarni les mâchoires de frein, reconditionné la magnéto, (il a fallu la rebobiner par la suite), j'ai changé les rayons de roues, et bien sûr, tout ce qui est: câbles de freins, embrayage... gaines, chaîne de transmission, pneus et chambres à air..... J’ai du fabriquer un carter de chaîne, un bouchon de réservoir d’essence, un cale-pied, adapter un phare, de Citroën C4 (la vieille, pas l'actuelle!), faire une plaque d’immatriculation avec son feu rouge , regarnir le tand-sad avec le cuir d’un vieux blouson…je dois en oublier mais il ne s’agit que d’opérations classiques pour qui restaure de vieilles machines  (et qui est assez fou pour y dédier tout son temps libre)

 

 

Rares photos prises pendant sa restauration

 

FN004

 

 

Fallait bien être fada pour récupérer le pot d'échappement en le rechargeant entièrement à la brasure et le polir ensuite avant de l'envoyer au chromage!

restauration001015

 

 

        Tout ça ne laissait pas beaucoup de temps pour s'occuper des filles...... quoique....il y en a bien une qui était intriguée par mon activité d'autant plus que je la commentais avec avec mon bel accent de Montpellier...... La moto, d'abord, les filles on verra après, Na! (en plus elle avait une copine sympa...)

 

 

       Photo prise au bord de la Seine à Carrières sur Seine : le tand-sad n’est pas encore monté. On peut retrouver immédiatement cette photo sur le net dès qu'on tape "moto FN M90" sur "gougolle" puis « rechercher images »

 photo2

 

 

 

C'est pas "culbuté" (ce mot, ça fait toujours peur aux filles....), mais moi il m'a fait craquer.

 

Copie de DSCF0701

 

 

 

 

DSCF0695

 

 

 

 

       Dans les années 80 / 90 mes occupations ne me permettaient pas de participer à des rassemblements de vieilles machines, lesquels étaient encore assez rares et je me contentais parfois de réveiller le voisinage le Dimanche matin en faisant de petits tours dans le quartier. (Et oui, après les motos, traction, etc..... il a bien fallu réorienter les priorités et penser famille, ce qui, pour être honnête, apporte aussi beaucoup de solides satifactions, il n'empêche que le tand-sad n'a pu être monté que beaucoup plus tard). En plus, pour laisser de la place au monospace  dans le box (famille oblige, ha! la copine de la voisine...), la moto, comme les chauve-souris, passait l'hiver accrochée au plafond, grâce à un ingénieux (forcémént,c'est moi qui l'avais immaginé) système de cordes, crochets et poulies, grâce auquel toute sortie devenait une expédition.

 

       Petit à petit le périmètre des sorties s’est agrandi : coupes moto légende à Montlhéry par la route, participations de plus en plus fréquente aux divers rendez-vous informels comme à Maison Lafitte le dernier Dimanche du mois ou diverses "fêtes du village"..... et la copine de mon ex-voisine y prenait goût.....

 

 

CIMG3910

 

 

A suivre.

Repost 0
Published by faites-pour-rouler - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 18:53

     Je ne vous ai pas encore beaucoup parlé de la FN. Voici son histoire en quelques pages, en espérant ne pas trop vous ennuyer car cela commence à un époque où l’APN n’existait pas, ce qui explique la rareté des photos.

 

 

     Après avoir mis sur roues la regrettée 125 Peugeot, et alors que la Traction Avant commençait à prendre tournure dans le midi, je m’ennuyais dans ma garçonnière sans le moindre bout de ferraille à nettoyer.

 

      J’avais déjà la BM, à peu près moderne à l’époque mais je voulais une « vraie » vieille.

De l’histoire de la moto je ne connaissais que peu de chose mais j’avais établi mes critères : Ce sera une 500 cc monocylindre, culbutée de préférence, elle aura une fourche à parallélogramme une commande des vitesses à main, (ce n’est que beaucoup plus tard que j’ai compris que ce que j'avais choisi les standards des années trente).

      Je m’étais mis à rêver de Velocette ou autre Norton, bref, d’anglaise. La 1000 Vincent me faisait tourner la tête, mais non, c’était trop pour moi (et sûrement aussi pour le porte-monnaie) .

      Ce que je voulais par dessus tout, c’était redonner la vie à un vieux tas de rouille sympathique pourvu qu’il soit doté d’un moteur pour pouvoir rouler (et frimer !) par la suite.

      Je n’ai découvert que très tard à quel point l’histoire de la moto française de l’entre deux guerres était riche de modèles sublimes et qui devaient se trouver à cette époque relativement facilement, (n’en déduisez quand même pas que aujourd'hui je suis déçu de ma FN).

 

      Je me souviendrai toujours, alors que je restaurais la traction dans le midi qu’un gars du village était venu me saluer au guidon de sa 500 Koehler Escoffier, je me souviens de ce cylindre incliné et de ces ressorts de soupape en épingle, je pense que c’était une LS4, et dire qu’aujourd’hui, je serais prêt à tout sacrifier pour cet engin !

 

     Me voilà donc  le recherche de la perle rare.

     A l’époque, nous sommes en 1976 environ, l’internet c’était « Le Motocyclettiste », quelques rares articles dans « moto revue » ou « moto canard », et les mégabits de l’ADSL c’était la grosseur des mollets du facteur sur sa bicyclette. 

     Je ne sais plus par quel processus je suis tombé sur « LA » petite annonce qui me porta, ma BM et moi à Mantes-la-Jolie, où un gars liquidait quelques motos dont la FN, marque belge dont j’ignorais l’existence (le "Front Nationnal" n'avait pas encore grande notoriété et les allusions politico-vaseuses n'étaient pas monnaie courante), ce qui était important pour moi, c'est que cette moto disposait d’un monocylindre de 500 cc, d’une fourche à parallélogramme, et d’un levier de vitesse « agricole » de 50 cm de long ancré rigidement sur la boite de vitesse, ce n’était pas une « culbutée » mais elle avait fière allure. L’ensemble semblait assez complet, bien "encrassé-rouillé-plus-que-patiné", et les qelques éléments manquants m’ont paru facile à refabriquer.

 

      Le vendeur m’a appris que c’était un modèle M90A de 1931 , et comme il transpirait l’honnêteté et qu’il avait aussi une "traction avant", une 11 normale, ça ne pouvait être qu’un gars sympa, et puis,   j’étais tellement impatient…

     L’affaire fut vite menée et pour la somme de 800 F (un prix très honnête pour l’époque et qui fait sourire aujourd'hui) il me fit même une livraison à domicile.

 

      Je lui promis de revenir le voir un jour pour le saluer avec la FN restaurée.

 

 

 

Michel et son papa viennent de ma livrer la FN 

 

FN old 

 

 

Le grand levier incliné, c'est bien la commande des vitesses!

 

restauration001017

 

 

 Elle a le regard triste, mais je vais la soigner

 

FN003

Repost 0
Published by faites-pour-rouler.over-blog.com - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 19:13

      Pendant la semaine qui a précédé "LA" descente de la BM dans le midi, nous avons profité du beau temps qui régnait sur la région parisienne pour se faire une petite virée sympa à Giverny, et visiter: maison, musée et jardins de Claude Monet , le célèbre peintre impressionniste. (ne le dites pas mais en réalité, les musées ça nous gonfle et on n'en a vu que la porte d'entrée, mais il est bon parfois que l'on "s'envoie dans la culture")

 

     Balade idéale pour vieux couple de motards, car il fait beau, la route (la petite route, pas l'autoroute) est belle, les paysages de la vallée de la Seine, côté rive droite, avec leurs falaises de craie sont magnifiques sous le soleil (c'est rare le soleil), et puis, il y a des villages tout mignons que l'on traverse lentement et qui permettent une pause café bien agréable: Vétheuil, La Roche Guyon.....

 

    Une chose très appréciable à notre âge, c'est que, comme la période n'est pas trop touristique, on n'a pas de difficulté à trouver, à Giverny même, un bon restau avec une terrasse. L' andouillette,  la brochette d'agneau et le Bourgueil achèveront de nous faire oublier le début du trajet pour le moins frisquet, d'autant plus que nos tenues de cuir nont rien de rafraîchissant (ni de très élégant dans un restaurant, faut bien l'avouer!)

 

     Pendant ce temps la BM attend sagement sur le parking. Elle intrigue un Japonnais qui me dit dans un mauvais anglais (celui que je comprends) :    "bi-ème dabeul-you?"     et moi, prenant l'air blasé mais "espétant de fierté" (comme on dit dans le midi) , je dégaine ma science linguistique et répond  très sûr de moi:  "Yes it is".

 

 

Venons-en aux jardins de Claude M.  

 

Je ne dirai qu'un mot: c'est magnifique! .

DSCF5494

 

    Je dois cependant dire que pour un impressionniste, il m'impressionne moins qu'un Renoir, peut-être parce que le célèbre "déjeuner des canotiers" sur la terrasse de la catovienne Maison Fournaise, peint par Renoir  m'est plus connu? (ça y est  v'la qu'il va commencer à le regretter son Chatou!!)

 

 

     Mais, Ho surprise,..... moi qui croyais ne trouver dans ces jardins que arbres, fleurs ,tulipes, camelias et autres azalées.... j'y ai découvert au détour d'un buisson fleuri  ce qui pour moi n'était, de prime abord  qu'un étrange animal bipède, mais que j'ai identifié rapidement:

 

 

 

Une MAMIE CAMELEON !!!

DSCF5501-recadrée

 

 

    Je n'ai pas pu, hélas, amener ma BM sur les lieux pour lui faire constater la chose, elle n'en a vu que la photo. Mais elle ne nous en a pas voulu et cela ne l'a pas empêché de nous ramener toute guillerette à Chatou, certaine, après cette mise en roues, que les 800 Km de retour vers le sud ne seraient qu'ne formalité.

Repost 0
Published by faites-pour-rouler.over-blog.com - dans Les aventures en vieilles
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact

Catégories