Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 17:44

      Après l’avoir chaussée de pneus tout neufs pour la photo « officielle » , le dossier FFVE a été accepté sans difficultés mais la connexion à l'ANTS reste encore un problème.

Clic droit sur le photos pour les afficher en grand

 

    Les premiers travaux, pas encore terminés à ce jour, portent sur la restauration, disons plutôt la refabrication des roues qui en avaient un grand besoin, il y aura un article dédié, vous vous en doutez bien, mais c’est ici du démontage du moteur qu’il s’agit.

     Sortir ce moteur du cadre ne présente pas de difficulté particulière, il faut dire que depuis son acquisition j’avais copieusement arrosé de dégrippant tous les écrous susceptibles de poser problème. Le réservoir a été mis à l’abri, les commande d’embrayage, lèvre-soupape et accélérateur ont été débranchées ainsi que les arrivées d’essence et d’huile. Détail très encourageant : le boisseau du carburateur, de marque Ultima, ne présente pas de trace d’usure, ce qui est révélateur d’un faible kilométrage, constat confirmé par l’absence d’usure de la pédale de frein en aluminium tout comme des repose-pieds wagon.

     Voici l’objet sur l’établi et ce qu’il reste de la machine.

 

 

     Après avoir ôté le carter de distribution je découvre une pignonnerie très saine qui baigne dans l’huile, voilà qui est bien encourageant.

 

     Pour sortir la magnéto il faut d’abord extraire son pignon inaccessible qui ne permet pas d’utiliser un arrache. Glisser un tournevis derrière pour faire levier serait périlleux car un seul côté est accessible. Je préfère désolidariser la magnéto du carter moteur, chauffer énergiquement le pignon et taper sur l’axe tout en tirant le corps de la magnéto : un tout petit coup suffit …. pour découvrir que le moyeux du pignon présente une vieille cassure : rupture sans gravité d'une zone à faible inertie, très probablement due à un démontage précédent au tournevis soit exactement ce que je voulais éviter.

     L’axe de la magnéto présente un logement de clavette demi-lune, mais le cône du pignon est lisse, c’est donc à ce niveau que se fait le réglage fin de l’avance à l’allumage, je devrai trouver une solution plus élégante pour pouvoir extraire ce pignon lors du réglage de l’avance à l’allumage.

 

     Toute la cascade de pignons ainsi que l’arbre à came (sans « S ») et les basculeurs se sortent juste en tirant et ne présentent pas d'usure évidente.

     Le boîtier d’échappement est démonté sans difficulté (merci au dégrippant), Un premier examen rapide révèle des portées correctes sur la soupape et son siège qui n’est pas creusé, la queue de 8 a pas mal de jeu dans le guide, mais ce n’est pas forcément anormal, une métrologie sérieuse sur des pièces propres me renseignera mieux.

 

 

Le cylindre s’enlève facilement et révèle un piston en fonte qui semble de toute fraicheur, les deux larges segments ne battent pas dans leurs gorges, peut-être sont-ils un peu avachis, on verra plus tard. Les traces de rayures sur le piston et l’alésage sont minimes, moins profondes que ne le laisse penser la photo.

 

     Même après lavage au dégraissant je ne sens pas de jeu au pied de bielle à la portée particulièrement large … La tête, apparemment montée sur bague bronze, est nettement plus libre, je devrai certainement ouvrir l’embiellage pour corriger ça.

 

     Pour séparer les deux demi-carters il faut extraire, soit le pignon de distribution soit l’embrayage. Le pignon de distribution est tout aussi inaccessible que ce lui de magnéto, je commence donc par l’embrayage et quand le carter sera ouvert j’utiliserai la même méthode que pour le pignon de magnéto : chauffe, mise en traction et un tout petit choc sur l’axe suffira.

     Petite difficulté pour ouvrir la cloche d’embrayage : les 10 vis à tête fendue sont serrées très fort : le tournevis à choc avec une lame fine ajustée aux têtes de vis sont indispensables. Le reste c’est du classique, il vaut mieux travailler au dessus d'un bac pour bien récupérer les nombreuses petites billes de la butée d’embrayage et de la poulie. Tout est bien encrassé par une boue bien dure, ça ne devait pas beaucoup débrayer, mais tout parait bien sain. Le moyeu s’extrait avec un arrache à deux branches sans effort excessif.

 

     Joint Spi de l’époque : un presse-étoupe en bronze et joint en cuir (à confirmer) avec filetage à gauche.

 

     Détail original : les demi-coquilles de fixation du moteur au cadre ont une protection (en cuir ?) maintenue par deux vis en laiton, il faut ôter cette protection pour séparer les carters.

 

     Pour les vis à tête fendue du carter, le tournevis à choc et une lame soigneusement ajustée reprennent du service.

 

     Je note la présence d’un Joint papier de 0.5 mm entre les deux demi-carters (il intervient dans la valeur du jeu latéral du vilebrequin).

 

     Et voici l’ensemble désossé.

 

     Au fait, je n’ai pas de photos mais le démontage de la soupape d’admission a également révélé un très bon état de sa portée, de sa queue et de son guide.

 

     Le nettoyage et l’examen détaillé de toutes les pièces vont commencer mais je suis extrêmement confiant quant à la bonne santé de ce moteur qui semble avoir peu d’heures de fonctionnement.

A suivre …

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Salut Henri,
Toujours aussi agréable de te lire !
Merci encore !
A bientôt j'espère.
Salutations Auvergnates.
Pierre
Répondre
B
Bravo Henri, comme d'habitude, tu es un fin limier. Bon moi j'ai réussi à arranger le frein arrière de la Peugeot, de la soudure et Norbert Azais m'a passé une languette qui actionne la came des machoires de frein. J'ai pu faire la sortie de dimanche. Poutous à vous 2.
Répondre
C
De nouveau, un véritable conte de fées, éperdument ensorceleur. Vivement la suite.
Répondre
C
Surprenant les joints en cuir sur ma P102 le réservoir possède des joint en cuir tres épais sur les 4 tiges de fixation au cadre ! Les silent blocs de l'époque ?
Répondre
F
Je pense que tout ce qui était élastomère à l'époque était loin d'être sûr, le cuir était mieux maîtrisé. Remarque que sur mes "Tobec" j'ai refait les joints de bouchon d'essence Motaz en cuir, ça marche bien mieux que les refabrications en caoutchouc.
P
enfin un moteur qui ne devrait pas poser trop de probleme.
Le pot qu'il a le mec!
Répondre
F
Tu avais raison, quand tu l'as vu en photo tu m'as dit : un peu d'essence et roule ma poule", je crois que tu avais vu juste :)

Présentation

  • : Le blog de faites-pour-rouler.over-blog.com
  • : La mécanique des autos et motos anciennes vécue au travers de mes propres véhicules. Les balades faites en vieilles.
  • Contact